Le musée culturel de Mossoul, saccagé par Daech, est en cours de restauration

Cette photo présente un fragment de pierre gravé, pesant environ 25 kilos, avant les mesures de conservation. (Institution Smithsonian)
Cette photo présente un fragment de pierre gravé, pesant environ 25 kilos, avant les mesures de conservation. (Institution Smithsonian)
Short Url
Publié le Vendredi 07 mai 2021

Le musée culturel de Mossoul, saccagé par Daech, est en cours de restauration

  • Le groupe terroriste avait pris le contrôle de la ville multiethnique et s'était mis à piller tout ce qui était précieux, et à détruire tout ce qui n’était pas conforme à son idéologie pervertie
  • Rien n'a été épargné. Le musée lui-même, fondé en 1952, a été gravement endommagé, ses fenêtres et ses portes brisées, son toit déchiré

DUBAΪ: Le 26 février 2015, des images inquiétantes nous parvenaient du nord-ouest de l'Irak. Elles montraient des militants de Daech en train de briser des objets préislamiques et de brûler des manuscrits anciens dans le musée culturel de Mossoul.

Le groupe terroriste avait pris le contrôle de la ville multiethnique l'année précédente et s'était mis à piller tout ce qui était précieux, et à détruire tout ce qui n’était pas conforme à son idéologie pervertie.

Des objets inestimables, répartis dans les trois salles centrales du musée, racontaient l’histoire remarquable de l’Irak en tant que terre de civilisations, des Sumériens et des Akkadiens aux Assyriens et aux Babyloniens.

irak
Un membre des forces irakiennes montre un artefact endommagé dans le musée, le 13 mars 2017. (AFP)

 

Malheureusement, il n’aura fallu que quelques instants, sous la caméra de Daech, pour que soient physiquement effacées les preuves de milliers d'années d'histoire de l’humanité. Ces images, qui rappellent la démolition des bouddhas de Bamiyan par les talibans, ont provoqué une vague de répulsion dans le monde entier.

Sur certains sites patrimoniaux de Mossoul, dont l'ancienne ville de Nimroud, jusqu'à 80% des statues extraites puis restaurées ont été détruites, déplorent des experts du British Museum.

Près de deux ans après le pillage, le 21 juillet 2017, Mossoul a finalement été libérée par l'armée irakienne. Ce fut le début d’une période de reconstruction minutieuse destinée à restaurer les monuments, les églises, les mosquées et les trésors archéologiques de la ville.

irak
Les forces irakiennes combattent Daech devant le musée culturel de Mossoul, le 11 mars 2017. (AFP)

 

Un partenariat international d'institutions a été établi en 2018 afin de reconstruire le bâtiment endommagé et les collections du musée saccagées par Daech. Ses membres comprennent l'Alliance pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (Aliph), située à Genève, le Musée du Louvre, la Smithsonian Institution et le World Monuments Fund (Fonds national pour les monuments ou WMF).

Ces organisations travaillent en étroite collaboration avec le Conseil d’État irakien des antiquités et du patrimoine (Sbah) et le directeur du musée, Zaid Ghazi Saadullah.

Cette collaboration a commencé lorsque la Sbah a contacté Aliph – une organisation fondée en 2017 dans le but de sauvegarder les sites du patrimoine en danger – pour obtenir le financement indispensable à la restauration.

irak
Rosalie Gonzalez est chef de projet pour l'alliance. (Fourni)

 

«L'Irak est l'une des raisons pour lesquelles Aliph a été créé», révèle Rosalie Gonzalez, chef de projet de cette fondation, à Arab News. «C'était l'un des pays prioritaires depuis le début. Le musée culturel de Mossoul a été le premier projet financé par la fondation en Irak.»

«Grâce à nos appels à projets et à notre mécanisme de secours d'urgence, nous avons financé vingt-huit projets en Irak à hauteur de plus de 9 millions de dollars [1 dollar = 0,83 euro]. En trois ans, nous avons beaucoup progressé et nous sommes très heureux d’avoir pu mettre en place cette série d’actions en Irak.»

Des professionnels du musée ont été sollicités pour apporter leur expertise afin d’évaluer l'étendue des dégâts.

irak
Saad Ahmed, responsable de la conservation du musée culturel de Mossoul (à gauche), et Zaid Ghazi Saadullah, son directeur, examinent un cénotaphe en bois dans la salle islamique du musée culturel de Mossoul, au mois de février 2019. (Fourni)

 

Rien n'a été épargné. Le musée lui-même, fondé en 1952, a été gravement endommagé, ses fenêtres et ses portes brisées, son toit déchiré. On a retrouvé, éparpillées sur son sol, des caisses d'obus et de munitions intactes.

Les Lamassus du musée, ces taureaux ailés monumentaux, ont été réduits en gravier, tandis que ses sculptures figuratives ont été retrouvées démembrées à l’endroit où elles avaient chuté.

Une riche collection de frises ornées et de peintures assyriennes a été pillée et 25 000 manuscrits ont été réduits en cendres.

irak
Cette photographie montre les restes de l’une des statues Lamassu du musée culturel de Mossoul. (AFP)

 

Le spectacle le plus désolant est sans doute le trou béant que l’on a découvert dans le sol de la salle assyrienne, où se tenait une tribune aux allures de trône, qui fut réduite en miettes. Lors d’une visite sur le site, un expert a comparé cette pièce à une scène de crime.

«Je pense que l’ensemble de la communauté muséale a estimé que c'était vraiment un crime terrible contre la culture et l'histoire, et que nous devions réagir», explique à Arab News Richard Kurin, ambassadeur itinérant à la Smithsonian Institution.

Ariane Thomas, spécialiste de l'art mésopotamien et chef du département des antiquités orientales au Musée du Louvre, partage cette opinion.

irak
Ariane Thomas est la directrice du département des antiquités orientales au Musée du Louvre. (Musée du Louvre)

 

«Il s’agit d’une perte absolue», révèle-elle à Arab News, depuis Paris. «C’était un peu comme perdre quelqu'un de cher. J'ai également été frappée que tant de personnes soient profondément émues, même si elles ne savaient pas forcément grand-chose sur ces objets.»

Cet acte de vandalisme choquant n’est pas simplement le produit de l’idéologie de Daech qui consiste à «priver les gens de leur histoire». Il est en grande partie motivé par le profit, explique Richard Kurin. Après tout, les militants ont pillé plusieurs objets de grande valeur.

«Il y a une logique économique à cela», confie-t-il. «Ils font exploser ce qu’ils ne peuvent pas transporter, puis emportent ce qu’ils peuvent, vraisemblablement pour le vendre en échange d’armes, de balles et d’explosifs.»

irak
Le musée culturel de Mossoul est le premier projet financé par la fondation en Irak. (Fourni)

 

«Nous savons que Daech est impliqué dans tout un engrenage à cette fin. Il a donné l’autorisation aux gens de piller des sites archéologiques.»

Une équipe spécialisée d'experts irakiens, formés par des professionnels du Louvre et du Smithsonian, a entrepris de trier les débris afin de récupérer et de conserver ce qui restait de ce désastre.

Tout ce qu'ils trouvent est soigneusement documenté, catalogué et placé dans un entrepôt local qui fonctionne aujourd'hui comme un laboratoire de conservation entièrement équipé, utilisé par des spécialistes de toutes les activités de récupération.

irak
Richard Kurin est l'ambassadeur itinérant de la Smithsonian Institution. (Institution Smithsonian)

 

Le processus minutieux de reconstitution des objets est réalisé à l'aide d'équipements spécialisés et d'ordinateurs fournis par le Louvre.

«Nous traitons le musée comme s'il s'agissait d'un site archéologique», précise Richard Kurin. «Plutôt que de jeter tous les décombres, nous les rassemblons, les étiquetons et les conservons de manière systématique dans le but de reconstituer la pièce d’origine.»

L’évolution de ces travaux a été ralentie par la pandémie de coronavirus et par les restrictions de voyage qui l’ont accompagnée, mais les conseils et l'assistance en matière de restauration se sont poursuivis à distance.

irak
Les forces irakiennes combattent Daech devant le musée culturel de Mossoul, le 11 mars 2017. (AFP)

 

«Nous avons décidé qu'il n'y avait aucune raison d'arrêter. Et, moralement, nous ne pouvions pas nous y résoudre», déclare Ariane Thomas. «Nous avons donc construit, de A à Z, un programme de formation en ligne sur différents sujets afin de préparer au mieux la réhabilitation du musée.»

«Nous produisons toujours de nouvelles vidéos. Jusqu'à présent, nous disposons de trente à cinquante vidéos. Chacune d’elles est disponible en français et en arabe. Nous avons en quelque sorte inventé une nouvelle façon de faire avancer la restauration, malgré la distance due à la crise sanitaire», ajoute la spécialiste de l'art mésopotamien.

En ce qui concerne l’état du bâtiment lui-même, une équipe de WMF a été sollicitée pour mesurer et installer un échafaudage d’acier destiné à maintenir le sol précaire de la salle assyrienne, pendant que d'autres vérifications structurelles se déroulent.

irak
Le musée a été fondé en 1952. (Fourni)

 

Les experts espèrent rouvrir le musée d'ici trois à quatre ans.

La renaissance du musée culturel de Mossoul est symbolique à plusieurs niveaux: elle met l'accent sur la solidarité en temps de crise; elle redonne à la ville sa véritable identité multiconfessionnelle; et, surtout, elle exprime le refus de laisser prévaloir l’idéologie de «l’année zéro» de Daech.

«De plus en plus, les musées se rendent compte que leur responsabilité dépasse leurs murs», affirme Richard Kurin.

À Mossoul, la sortie du musée des décombres constitue une source d’optimisme. «En reconstruisant le musée et les collections, l'équipe irakienne et les partenaires internationaux envoient un message d'espoir», se réjouit Rosalie Gonzalez.

«Nous redonnerons vie à ce musée. Ainsi, nous protégerons notre passé et nous nous apprêtons à bâtir un avenir meilleur», conclut-elle.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un éléphant dans la cuisine: une famille thaïlandaise reçoit la visite répétée d'un mastodonte

L’éléphant s’invite dans la cuisine de la famille Boodchan (Photo, AFP/FACEBOOK ACCOUNT OF RADCHADAWAN PEUNGPRASOPPORN).
L’éléphant s’invite dans la cuisine de la famille Boodchan (Photo, AFP/FACEBOOK ACCOUNT OF RADCHADAWAN PEUNGPRASOPPORN).
Short Url
  • Probablement poussé par une fringale nocturne, l'animal massif a passé sa tête à l'intérieur de la cuisine de Kittichai Boodchan aux premières heures dimanche
  • L'éléphant a détruit le mur de leur cuisine en mai, a-t-il raconté, créant un concept de cuisine en plein air qui rappelle une fenêtre de drive-in

BANGKOK: Pour une famille thaïlandaise, la vue d'un éléphant fouillant dans leur cuisine n'a pas été un choc total : ils sont habitués à ses visites répétées.

« Il est venu cuisiner à nouveau », a écrit, sarcastique, Kittichai Boodchan en légende d'une vidéo sur Facebook qu'il a filmée pendant le week-end, montrant un éléphant se frayant un chemin avec sa trompe dans sa cuisine.

Probablement poussé par une fringale nocturne, l'animal massif a passé sa tête à l'intérieur de la cuisine de Kittichai Boodchan aux premières heures dimanche, utilisant sa trompe pour trouver de la nourriture.

A un moment, il ramasse un sac en plastique rempli de liquide, le regarde brièvement, puis le met dans sa bouche, avant que la vidéo ne soit coupée.

Kittichai Boodchan et sa femme vivent près d'un parc national dans l'ouest de la Thaïlande, aux abords d'un lac où les éléphants sauvages se baignent souvent quand ils parcourent la jungle.

Il n'a pas été perturbé par l'imposant mammifère, reconnaissant un visiteur fréquent qui se promène souvent dans les maisons de son village, où il mange avant de partir et de retourner dans la jungle.

L'éléphant a détruit le mur de leur cuisine en mai, a-t-il raconté, créant un concept de cuisine en plein air qui rappelle une fenêtre de drive-in.

Kittichai Boodchan a expliqué qu'une règle générale pour gérer les visiteurs indésirables était de ne pas les nourrir.

« Quand il ne reçoit pas de nourriture, il part tout seul », a-t-il déclaré. « Je me suis habitué à sa venue, donc je n'étais pas si inquiet ».

Les éléphants sauvages sont courants dans les parcs nationaux de Thaïlande et les zones voisines, les fermiers rapportant parfois des incidents lors desquels leurs fruits et cultures de maïs ont été mangés par un troupeau affamé.


Disney choisit une jeune actrice métisse pour incarner Blanche Neige

Une vue sur l'entrée du parc à thème Walt Disney World le 9 juillet 2020 à Lake Buena Vista, en Floride. (Photo, AFP)
Une vue sur l'entrée du parc à thème Walt Disney World le 9 juillet 2020 à Lake Buena Vista, en Floride. (Photo, AFP)
Short Url
  • De mère colombienne et de père polonais, Rachel Zegler, aujourd'hui âgée de 20 ans, avait été sélectionnée à 17 ans pour jouer le rôle de Maria dans le «West Side Story» de Steven Spielberg
  • L'équipe avait notamment été impressionnée par la voix de la jeune femme, qui s'est déjà illustrée dans de nombreuses productions locales de comédies musicales dans le New Jersey, dont elle est originaire

NEW YORK: Disney a annoncé mardi que la jeune comédienne métisse Rachel Zegler incarnerait Blanche Neige dans la version en prises de vue réelles du célèbre dessin animé de 1937, un début de carrière en boulet de canon pour celle qui tiendra aussi le premier rôle dans le remake de "West Side Story", attendu en décembre.

De mère colombienne et de père polonais, Rachel Zegler, aujourd'hui âgée de 20 ans, avait été sélectionnée à 17 ans pour jouer le rôle de Maria dans le "West Side Story" de Steven Spielberg, dont l'équipe avait auditionné plus de 30.000 candidates.

L'équipe avait notamment été impressionnée par la voix de la jeune femme, qui s'est déjà illustrée dans de nombreuses productions locales de comédies musicales dans le New Jersey, dont elle est originaire.

"Les extraordinaires capacités vocales de Rachel ne sont qu'un aspect de son talent", a commenté Marc Webb, futur réalisateur de la nouvelle version de "Blanche Neige", cité dans un message transmis à l'AFP par une porte-parole de Disney.

"Sa force, son intelligence et son optimisme vont devenir partie intégrante de cette redécouverte de la joie du conte de fée classique de Disney", a expliqué le metteur en scène, qui a notamment réalisé deux volets de la saga Spider-Man, "The Amazing Spider-Man" (2012) et "The Amazing Spider-Man: le destin d'un héros" (2014).

La production du film doit débuter en 2022, a indiqué Disney. "Blanche Neige" est l'adaptation d'un conte des frères Grimm, deux linguistes allemands qui ont publié la première version en 1812. 

Le choix d'une comédienne métisse pour incarner celle qui fut, en 1937, la première héroïne de cinéma de Disney, est un nouveau signe d'inflexion pour le studio, longtemps taxé de choisir essentiellement des personnages principaux blancs.

"Mulan" (2020) et "Aladdin" (2019), également versions en prises de vue réelles, avaient déjà mis à l'affiche des premiers rôles issus de la diversité. 

Encore quasiment inconnue du grand public, Rachel Zegler va faire l'un des débuts de carrière les plus médiatisés de l'histoire avec, outre "Blanche Neige" et "West Side Story", un rôle dans "Shazam! Fury of the Gods", suite du film de DC Comics "Shazam!" attendue en 2023.


Le rappeur Pone, ex-Fonky Family: tétraplégique mais toujours musicien

Le rappeur Pone, alité mais toujours (très) actif (Photo, AFP).
Le rappeur Pone, alité mais toujours (très) actif (Photo, AFP).
Short Url
  • Frappé par la maladie de Charcot, continue à faire de la musique grâce à un logiciel qui obéit au mouvement de ses yeux
  • «S'il y avait un message, en tant que malade, ce serait que tout est possible», explique Guilhem «Pone» Gallart

PARIS: Composer malgré la tétraplégie: Pone, ex-pilier du fameux collectif hip-hop Fonky Family, frappé par la maladie de Charcot, continue à faire de la musique grâce à un logiciel qui obéit au mouvement de ses yeux.

« S'il y avait un message, en tant que malade, ce serait que tout est possible », explique Guilhem « Pone » Gallart. Un système de poursuite oculaire, qui guide la souris, lui permet donc de composer, mais aussi d'écrire ou de parler via une voix générée par son ordinateur (avec évidemment, un petit temps de latence pour les réponses).

Il résume son parcours ces dernières années. « Je suis tombé malade en 2015, et je n'ai pas fait de musique jusqu'en janvier 2019. C'est pas que j'avais pas envie, c'est que j'étais occupé à autre chose, survivre ». « Quand le spectre de la mort à disparu, en grande partie grâce à la trachéotomie, j'ai retrouvé l'envie de composer, mais je pensais que c'était pas possible avec les yeux ».

Son mal, appelé aussi sclérose latérale amyotrophique (SLA), se caractérise par une mort progressive des neurones qui commandent entre autre la marche, la parole, la déglutition et la respiration. 

Mais grâce à son relais technologique, le quadragénaire a pu faire à nouveau de la musique et profiter de ses vertus. « Comme toutes les créations je pense, il y a d'abord ce sentiment d'être ailleurs, de ne pas voir le temps filer. Puis le bien-être procuré par la satisfaction du travail accompli, quand on arrive là où on voulait aller, a quelque chose de grisant et apaisant à la fois ».

« Open your eyes »

« J'ai retrouvé le Pone que je connaissais avant », confie son épouse Wahiba. « Et encore plus fort qu'il était avant. La musique de Pone aujourd'hui a changé. J'ai l'impression qu'aujourd'hui son émotion, il la fait encore plus ressortir ». 

Le résultat s'entend de nouveau depuis vendredi avec « Listen and donate », mini-album de quatre titres. Pone y distille une électro rêveuse où l'on entend « Open your eyes » (« Ouvre tes yeux »), tout un symbole. Comme son nom l'indique (« Ecoute et donne » en français) cette œuvre a pour but de récolter des fonds, pour l'association Trakadom (trachéotomie à domicile). Cette structure a été créée par Pone et deux médecins pour former des soignants et des aidants afin d'encadrer le retour à domicile de patients appareillés. 

Les membres du groupe de rap marseillais «Fonky Family» en 1998 (Photo, AFP).

« En parlant de ça avec des médecins, des infirmières, des aides soignantes et des auxiliaires de vie, j'ai non seulement constaté que ce manque (de formation) était important, mais qu'il y avait chez la plupart d'entre eux, une volonté d'être formé », déroule l'artiste. Lui est alité, relié par des tubes à un respirateur artificiel, chez lui, à Gaillac (Tarn) et vit aux côtés de sa femme et ses deux filles.

On veut faire « un max de bruit »

Pour aider l'association, il suffit donc d'écouter sur les plateformes -- ce qui génère des droits d'auteurs reversés -- ou d'acquérir un vinyle trois titres ou de sa version collector quatre titres (chez Naïve/Believe). C'est le célèbre artiste JR qui a signé une série de photos illustrant les deux vinyles proposés en édition limitée.

« Je suis fan d'art pictural, depuis toujours, confesses Pone. J'ai d'ailleurs commencé par le graffiti avant d'être happé par le son. Je vous cache pas que vu l'aspect caritatif du projet, on voulait faire un max de bruit. Et JR était la personne idéale pour ça. On lui a alors demandé et il a dit oui sans réfléchir. Je lui en suis infiniment reconnaissant ».

L'autre grand nom venu donner, indirectement, un précieux coup de main c'est Kate Bush, déjà citée en référence dans les précédents projets du musicien-producteur. « C'est une immense artiste et elle est dans mon top 5 en compagnie de Bob Marley, Curtis Mayfield, Notorious Big et Claude Nougaro », s'enthousiasme-t-il. « On lui a envoyé ‘Kate and me’ (disque de Pone de 2019) et elle m'a aussitôt écrit le plus incroyable mail que j'ai reçu dans lequel elle disait avoir adoré l'album et que j'avais sa bénédiction pour sampler toute sa discographie. J'ai mis trois jours à m'en remettre ». 

D'autres projets ? « J'en ai plein, peut-être un peu trop même... Musique, écriture et projets médicaux associatifs, j'ai du boulot pour 10 ans ».

(Avec AFP).