Prière de fin du ramadan: les rassemblements dans les stades pas autorisés

Vue de la mosquée de Paris. (Photo, AFP)
Vue de la mosquée de Paris. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 08 mai 2021

Prière de fin du ramadan: les rassemblements dans les stades pas autorisés

  • En 2020, quelques municipalités avaient autorisé les musulmans à se rassembler dans des stades, en plein air, pour la prière de l'Aïd el-Fitr
  • « Je peux comprendre qu'il y ait une volonté de ne pas encourager les rassemblements », a réagi Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman

PARIS : Le ministère de l'Intérieur a demandé à ses services de veiller à ce que les rassemblements dans les stades ou les salles communales ne soient pas autorisés pour la prière de fin du ramadan le 13 mai, en raison du contexte sanitaire.

En 2020, quelques municipalités, notamment en Ile-de-France, avaient autorisé les musulmans à se rassembler dans des stades, en plein air, pour la prière de l'Aïd el-Fitr, la « fête de la rupture du jeûne ».

« La mise à disposition d'établissement recevant du public ne saurait être envisagée », une mesure « qui concerne l'ensemble des établissements sportifs, qu'ils soient couverts ou de plein air », indique une note d'instruction d'un préfet envoyée aux mairies de son département, dont l'AFP s'est procuré une copie.

« Je peux comprendre qu'il y ait une volonté de ne pas encourager les rassemblements », a réagi Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman auprès de l'AFP après avoir, la semaine dernière appelé les mosquées « à se rapprocher de leurs municipalités afin de pouvoir célébrer la prière de l’Aïd dans des espaces ouverts ».

M. Moussaoui a invité les mosquées suffisamment grandes pour respecter les consignes sanitaires à multiplier les offices dans la journée de jeudi.

Le mois de jeûne du ramadan a débuté le 13 avril et doit se terminer le 13 mai.

 


Futur électrique de la France: avantage économique du nucléaire, besoin de plus de renouvelables

La centrale nucléaire française de Flamanville, disposant d’un réacteur nucléaire de troisième génération (Photo, AFP).
La centrale nucléaire française de Flamanville, disposant d’un réacteur nucléaire de troisième génération (Photo, AFP).
Short Url
  • L'épais rapport, lancé en 2019 et d'une ampleur inédite en France et en Europe, devrait conforter les partisans du nucléaire
  • Etre neutre en carbone en 2050 se traduira par une électrification massive des usages - transport, chauffage ou industrie- au détriment du pétrole et du gaz naturel

PARIS: Essor indispensable des renouvelables mais aussi avantage économique à construire de nouveaux réacteurs nucléaires: le gestionnaire du réseau électrique français RTE a présenté lundi ses principales conclusions sur l'avenir du système à l'horizon 2050, en plein débat avant la présidentielle.

L'épais rapport, lancé en 2019 et d'une ampleur inédite en France et en Europe, devrait conforter les partisans du nucléaire, car il conclut que, du strict point de vue économique, il reste une voie moins chère que de compter sur les seules énergies renouvelables pour atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle, comme la France s'y est engagée aux côtés de dizaines de pays.

La publication intervient à l'heure où l'avenir énergétique de la France agite la pré-campagne présidentielle de 2022, certains candidats prônant une sortie plus ou moins rapide du nucléaire (écologistes ou Insoumis par exemple) tandis que d'autres (notamment à droite mais aussi au PCF) sont favorables à cette énergie. Le président Emmanuel Macron, favorable au nucléaire, réserve pour l'instant sa décision sur le lancement de six nouveaux EPR, ce réacteur de nouvelle génération dont le premier exemplaire doit enfin démarrer l'an prochain à Flamanville.

Etre neutre en carbone en 2050 se traduira par une électrification massive des usages - transport, chauffage ou industrie- au détriment du pétrole et du gaz naturel.

Même si la consommation totale d'énergie doit baisser, la France consommera donc plus d'électricité en 2050 qu'aujourd'hui, y compris dans le scénario le plus "sobre".

"La France doit simultanément faire face à deux défis: d'une part produire plus d'électricité en remplacement du pétrole et du gaz fossile et, d'autre part renouveler les moyens de production nucléaire qui vont progressivement atteindre leur limite d'exploitation d'ici 2060", résume Xavier Piechaczyk, président de RTE.

Le parc nucléaire français, construit dans les années 1970 à 90, vieillit en effet et deviendra progressivement obsolète sur les décennies à venir. 

Pour "éclairer le débat public", RTE présente six scénarios de production possibles, allant de 100% renouvelables en 2050 à un développement "volontariste" du nucléaire avec la construction de 14 EPR ainsi que des petits réacteurs.

"Tous ces chemins sont possibles même si certains sont plus difficiles ou incertains", juge Xavier Piechaczyk.

Ces scénarios, qui avaient déjà été esquissés sur le plan technologique, prennent cette fois-ci en compte la dimension économique, environnementale et sociétale des choix à faire.

RTE ne prend pas partie pour une option plutôt qu'une autre mais présente "leurs avantages, leurs inconvénients, leurs impacts et leurs conséquences", souligne M. Piechaczyk.

"Atteindre la neutralité carbone est impossible sans un développement significatif des énergies renouvelables", soulignent une nouvelle fois les auteurs.

Ainsi, même le scénario de développement le plus massif du nucléaire ne pourra pas se faire sans un essor important des renouvelables, avec une capacité solaire multipliée par 7 et l'éolien terrestre multiplié par 2,5.

«Coût maîtrisable»

Mais du point de vue économique, nouveauté du rapport, "construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent", conclut-il.

En effet, même si les coûts des renouvelables ont fortement baissé, le solaire ou l'éolien nécessitent des investissements plus importants pour les réseaux électriques (car ils sont plus éparpillés) et pour la flexibilité (car ils ne produisent pas en permanence), avec le besoin par exemple de plus de stockage et de centrales thermiques d'appoint à hydrogène ou biométhane.

Donc "les scénarios comprenant de nouveaux réacteurs nucléaires apparaissent plus compétitifs".

L'écart est de l'ordre de 10 milliards d'euros par an entre un scénario avec de nouveaux réacteurs nucléaires (14 EPR) et un autre sans, posant le postulat du développement de grands parcs renouvelables. 

Le fossé se creuse même à quelque 20 milliards par an si l'on compare cette option nucléaire à une autre faisant le pari d'un développement "diffus" des renouvelables, avec notamment un fort recours au solaire installé sur les toitures.

En plein débat sur le pouvoir d'achat, RTE conclut également que "le système électrique de la neutralité carbone peut être atteint à un coût maîtrisable". 

Il se traduirait en effet par une augmentation des coûts de l'électricité (de l'ordre de 15%) mais avec en contrepartie la fin des dépenses en énergies fossiles pour faire le plein de la voiture ou remplir la cuve à fioul.


En Guyane, les nœuds sociétaux et culturels face à la vaccination

La Covid-19 ne relâche guère son étreinte sur la Guyane (Photo, AFP).
La Covid-19 ne relâche guère son étreinte sur la Guyane (Photo, AFP).
Short Url
  • «La norme sociale est défavorable à la vaccination», explique l'Agence régionale de santé (ARS)
  • Clara de Bort, directrice générale de l'ARS Guyane, explique les complexes perceptions des décisions venues de métropole

CAYENNE: A peine un tiers de la population vaccinée, un confinement interminable, couvre-feu et restaurants fermés. La Covid-19 ne relâche guère son étreinte sur la Guyane où "la norme sociale est défavorable à la vaccination", selon l'Agence régionale de santé (ARS).

Dans une interview exclusive à l'AFP, Clara de Bort, directrice générale de l'ARS Guyane, explique les complexes perceptions des décisions venues de métropole, sans évacuer ses propres erreurs de communication.

QUESTION: Comment expliquer le faible taux de vaccination en Guyane ?

REPONSE: Les données brutes masquent des différences infra-régionales. Santé publique France en Guyane estime à entre 60 et 70% la population éligible (supérieure à 12 ans) de l'Est guyanais vaccinée. A l'Ouest, on vaccine beaucoup moins. Il y a aussi probablement - on ne peut pas le démontrer - des différences entre communautés. 

D'après des enquêtes de l'Institut Pasteur, il y a des gens qui voulaient se faire vacciner mais (...) soit voulaient attendre pour en savoir plus, soit avaient des doutes sur l'utilité du vaccin ou son innocuité. Nous avons aussi fait des recherches qui montrent que (...) pour des populations très précaires, qui cherchent d'abord à savoir ce qu'elles vont manger le soir et ont très peu de contact avec le système de santé, ce n'est pas évident de se dire: +je vais trouver une solution pour aller au vaccinodrome+.

Q: N'y a-t-il pas un problème de perception des décisions de la métropole ? 

R: Il y a probablement un sujet de conformisme. Tant qu'il y a une majorité de gens non vaccinés, être conforme à sa communauté, c'est de ne pas le faire. Il y a des gens vaccinés qui se cachent. La norme sociale, en ce moment encore en Guyane, est défavorable à la vaccination. 

On a toujours eu plus de stocks que de demande et en début de campagne, on a eu beaucoup de difficultés pour obtenir l'autorisation d'élargir les critères de vaccination plus vite qu'en métropole. Quand vous allez au fin fond de l'Amazonie et que vous avez deux Amérindiens de 51 et 49 ans, vous n'allez pas en vacciner qu'un... Si nous avions pu ne pas être coincés par des règles rigides - à juste titre pour la métropole - nous n'aurions pas mis de limite d'âge et nous aurions par exemple proposé tout de suite aux diabétiques de se vacciner.

Q: Avez-vous réclamé cette autonomie ?

R: Peut-être pas avec assez de force… mais on est dans un pays très à cheval sur l'égalité et on demande à être traités comme les autres. Comment intègre-t-on, dans des décisions d'arbitrage scientifiques, des fragilités individuelles et territoriales ? J'ai voulu moi aussi être solidaire, mais je pense qu'on a un peu raté notre démarrage.

Q: N'y a-t-il pas une forme de refus de décisions venus de Paris ?

R: Je veille à éviter tout relativisme culturel. La question de la défiance ou désintérêt vis-à-vis de décisions qui concernent le quotidien pèse probablement. Il y aussi des peurs qui ont été instrumentalisées. Comme il y a une forme d'incompréhension mutuelle entre l'Etat et cette région très éloignée, ce n'était pas rendre service au vaccin de l'associer exclusivement à un enjeu des autorités étatiques. 

Je suis très critiquée sur mon mode de communication et certaines critiques sont fondées. Mais qu'ont attendu les chefs coutumiers, religieux, associations, leaders d'opinions ? Ils ne sont pas sortis du bois, je les comprends… Mais je ne demande pas le monopole de la communication vaccinale.

Q: Comment envisagez-vous l'avenir ?

R: Cela fait six mois qu'on n'est pas descendu en dessous de 150/100.000: vous ne trouverez pas un territoire en France avec, pendant six mois, une incidence aussi élevée. La durée des restrictions est infiniment plus longue qu'en métropole. J'ai grand espoir que la situation s'améliore et qu'on puisse relancer la vaccination en ayant repris contact avec la population. Peut-être qu'une bascule va se produire, qu'on aura moins honte de dire qu'on est vacciné. 


Pécresse conteste l'indemnité inflation, une mesure «injuste»

Valérie Pécresse. (Photo, AFP)
Valérie Pécresse. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une «indemnité inflation» de 100 euros pour faire face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants sera versée à chaque Français qui gagne moins de 2 000 euros nets par mois
  • Elle sera versée automatiquement à 38 millions de personnes au total

PARIS: Valérie Pécresse trouve "injuste" le choix du gouvernement de compenser la hausse des prix de l'énergie et des carburants par une "indemnité inflation", a expliqué dimanche la candidate à l'investiture des Républicains pour la présidentielle.

"Sur l'essence, on voit bien que le chèque qui a été fait est un chèque qui est injuste, parce que si vous êtes une femme seule, comme on dit une famille monoparentale, avec des enfants, et que vous gagnez 2 100 euros, vous n'êtes pas riche, et en revanche un certain nombre d'étudiants qui vont la toucher n'ont pas de voiture", a-t-elle plaidé lors du Forum Radio J.

À la place, a défendu la présidente de la région Ile-de-France, "j'aurais mis le paquet sur les personnes qui travaillent et j'aurais permis aux entreprises de pouvoir défiscaliser des aides au plein d'essence des personnes qui travaillent et j'aurais aussi mis le paquet sur les personnels de santé, les infirmières, les médecins qui se déplacent à domicile pour là aussi leur donner des aides parce qu'ils se déplacent pour nous".

Une "indemnité inflation" de 100 euros pour faire face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants sera versée automatiquement à chaque Français qui gagne moins de 2 000 euros nets par mois à partir de décembre.

Elle sera versée automatiquement à 38 millions de personnes au total. Le président Emmanuel Macron a défendu vendredi cette mesure comme "plus juste et mieux ciblée" qu'une baisse des taxes.

"Le prix de l'essence et le prix de l'électricité, ce sont des taxes, et la TVA sur les taxes, c'est la taxe au carré. Il faut la remettre en question, il faut la supprimer", a encore assuré Mme Pécresse.

Et "pour baisser cette TVA sur l'essence, il faut faire des économies sur la sphère publique, sur la dépense publique. (...) Il n'y a pas de baisse d'impôts sans baisse des dépenses", a insisté l'ancienne ministre du Budget de Nicolas Sarkozy.