L'économie US a encore «un long chemin à parcourir», avertit Biden

Joe Biden relève que le pays comptait toujours «8 millions d'emplois de moins qu'avant la pandémie». (Photo, AFP)
Joe Biden relève que le pays comptait toujours «8 millions d'emplois de moins qu'avant la pandémie». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 08 mai 2021

L'économie US a encore «un long chemin à parcourir», avertit Biden

  • Seulement 266 000 emplois ont été créés en avril, très loin du million attendu
  • «Nous sommes encore en train de sortir d'un effondrement économique», a souligné Joe Biden

WASHINGTON: Joe Biden a de nouveau plaidé vendredi en faveur de ses gigantesques plans d'investissements pour relancer l'emploi aux Etats-Unis, l'euphorie attendue n'ayant pas eu lieu en avril, malgré la reprise de l'économie.

Seulement 266 000 emplois ont été créés en avril, très loin du million attendu. Le taux de chômage est même remonté pour la première fois en près d'un an, à 6,1% (+0,1 point), a annoncé le département du Travail.

«Nous sommes encore en train de sortir d'un effondrement économique», a souligné Joe Biden depuis la Maison Blanche, en relevant que le pays comptait toujours «8 millions d'emplois de moins qu'avant la pandémie».

Cela conforte le président américain dans l'idée qu'il faut absolument investir au cours de la prochaine décennie près de 4 000 milliards de dollars --dont plus de 2 000 milliards dans les infrastructures-- pour créer des emplois, notamment pour les travailleurs les moins qualifiés.

«Les actions que nous prenons sont vitales (...) Nos efforts commencent à porter. Mais la pente est raide», a-t-il averti.

L'opposition républicaine a, elle, immédiatement vu dans ces chiffres de l'emploi «un message clair pour dire que les mesures politiques de Joe Biden ne fonctionnent pas», selon le compte Twitter du groupe des sénateurs républicains.

Pour eux, la raison est à chercher du côté des allocations chômage, dont la durée a été étendue jusqu'à fin août et le montant relevé de 300 dollars par semaine, ce qui «pousse plus les gens à rester chez eux qu'à travailler», ont-ils vilipendé.

Cela «montre clairement que payer les gens pour qu'ils ne travaillent pas freine ce qui devrait être un marché de l'emploi plus solide», a également vilipendé la puissante Chambre de commerce américaine.

Répit inhabituel

Faux, rétorque l'administration Biden. «Je ne pense pas que les allocations chômage soient vraiment le facteur», a ainsi souligné la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Cependant, «les entreprises nous disent qu'elles ont de la difficulté à embaucher», et «il est évident qu'il y a des gens qui ne sont pas prêts ou pas en mesure de retourner travailler», a-t-elle reconnu.

Beaucoup de chômeurs utilisent en effet le répit inhabituel offert par ces allocations pour prendre leur temps et trouver un emploi plus satisfaisant, comme un poste permettant le télétravail, selon des économistes.

Janet Yellen a elle pointé du doigt les «obstacles à la participation au marché du travail», notamment le problème de garde d'enfants, avec des écoles pas entièrement rouvertes, ou de garde de membres de la famille plus âgés. Et la peur de contracter la Covid reste présente.

Les employeurs tentent d'attirer des recrues avec des salaires plus élevés. La hausse, dans le secteur privé, a été de 3% au premier trimestre sur un an, selon le département du Travail.

L'Etat du Montana (nord-ouest) offre lui 1 200 dollars aux chômeurs qui acceptent un emploi.

Les allocations chômage étendues «devraient expirer en septembre, mais peut-être que les gens pensent que les emplois seront tout aussi faciles à trouver que maintenant, alors pourquoi prendre un emploi aujourd'hui?», note Ian Shepherdson, économiste pour Pantheon Macroeconomics.

«Je pense que nous pourrons atteindre le plein emploi l'année prochaine», a répété Janet Yellen.

Les loisirs reprennent vie

L'activité économique américaine reprend en effet de la vigueur à mesure que la population est vaccinée.

Près d'un Américain sur trois l'est désormais entièrement, et les portes-monnaie de nombreux ménages sont bien remplis grâce aux aides versées par le gouvernement et après une année sans abonnement en salle de sport, ni voyages à l'étranger.

Les entreprises des secteurs de l'hôtellerie, des loisirs, des services, qui avaient été terrassées par la pandémie, reprennent vie, créant 375 000 emplois à elles seules en avril.

Mais ces gains ont été partiellement effacés par les pertes enregistrées dans les services aux entreprises, alors que le retour au bureau n'est pas encore d'actualité pour de nombreux cols blancs, ainsi que dans l'automobile, qui souffre de la pénurie mondiale de puces électroniques

Cela faisait également chuter le dollar, qui perdait 0,80% face à l'euro à 1,2162 dollar vers 18H50 GMT.

En mars et avril 2020, plus de 22 millions d'emplois avaient été détruits, sous l'effet des premières mesures de confinement.

Le taux de chômage était, lui, passé en deux mois de son plus bas niveau en 50 ans (3,5% en février) à un plus haut depuis la Grande dépression des années 30 (14,8% en avril).


La Chine donne 100 millions de dollars à Cuba

Le vice-premier ministre cubain, Alejandro Gil (Photo, AFP).
Le vice-premier ministre cubain, Alejandro Gil (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président cubain a conclu vendredi une visite officielle en Chine
  • La Chine est le second partenaire commercial de l'île, après le Venezuela, et un important allié politique

LA HAVANE: La Chine a fait un don de quelque 100 millions de dollars à Cuba, au cours d'une visite officielle du président cubain Miguel Díaz-Canel qui vient de s'achever dans ce pays, a annoncé samedi son vice-premier ministre cubain, Alejandro Gil.

Durant les discussions officielles que Díaz-Canel a menées vendredi avec son homologue chinois Xi Jinping, "la partie chinoise a fait un don à notre pays de l'ordre de 100 millions de dollars", a affirmé M. Gil, dans des déclarations rendues publiques par la télévision cubaine.

Celui qui est également ministre de l'Economie a souligné que cette donation était destinée en "priorité" à l'économie de l'île, qui est confrontée à sa pire crise économique depuis trois décennies, et causée par le renforcement de l'embargo des Etats-Unis, en vigueur depuis 1962, et les conséquences de la pandémie mondiale du Covid-19.

Le président cubain a conclu vendredi une visite officielle en Chine, une étape de la tournée internationale qui l'a mené en Algérie, Russie et Turquie avec l'ambition de renforcer le secteur critique de l'énergie électrique, qui souffre depuis mai d'une forte crise de production se traduisant par des pannes de courant et des pénuries de carburant.

Alejandro Gil a annoncé qu'au cours de la visite, les deux pays ont signé "douze instruments juridiques", dont certains sont "liés à la réouverture de nouveaux financements" pour les investissements chinois à Cuba.

Les parties ont également abordé le "thème de la dette" que l'île a accumulée durant "ces (dernières) années" avec la Chine, et dont le montant n'a pas été révélé.

"Notre président a expliqué la situation à laquelle nous faisons face, la partie chinoise s'est montrée compréhensive et nous allons voir ensemble les positions de chacun pour trouver des formules acceptables par chacun des pays, pour assurer l'ordre et la restructuration des dettes", a ajouté M. Gil.

La Chine est le second partenaire commercial de l'île, après le Venezuela, et un important allié politique.

Durant la visite de Miguel Díaz-Canel en Algérie mi-novembre, le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé la reprise de l'approvisionnement en carburant de Cuba, le don d'une centrale solaire et l'annulation des intérêts de la dette cubaine, dont le montant n'a pas davantage été révélé.


Brexit: Meta plaide pour le maintien de règles européennes au Royaume-Uni

Logo de Meta (fourni)
Logo de Meta (fourni)
Short Url
  • Le gouvernement britannique a déposé en septembre un projet de loi pour abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l'UE après le Brexit qui n'aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national
  • Meta fait référence à la transposition dans le droit britannique en 2002 d'une directive européenne qui limite la responsabilité des plateformes sur le contenu qu'elles véhiculent

LONDRES : Meta, la maison mère de Facebook, plaide pour le maintien dans la législation britannique d'une partie des règles européennes qui limitent la responsabilité des plateformes internet, à l'heure où Londres envisage l'abandon de toute législation héritée de l'UE.

Le géant américain dit vouloir «attirer l'attention sur un domaine clé de la législation européenne qui, selon (l'entreprise), pourrait être affecté» par une proposition de loi actuellement étudiée par les députés britanniques, d'après une lettre à la commission parlementaire en charge du dossier et publiée vendredi sur le site du Parlement.

L'entreprise fait référence à la transposition dans le droit britannique en 2002 d'une directive européenne qui limite la responsabilité des plateformes sur le contenu qu'elles véhiculent, notamment «lorsqu'elles agissent comme un simple conduit», précise Meta dans ce document.

«En pratique, cela garantit que les plateformes en ligne ne sont pas principales responsables des contenus, informations et/ou activités illicites de tiers effectués sur la plateforme dont ils n'ont pas connaissance», précise Meta.

Le gouvernement britannique a déposé en septembre un projet de loi pour abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l'UE après le Brexit qui n'aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national. Il est en cours d'examen au Parlement.

Meta appelle donc les députés à maintenir explicitement la législation dont il est question, ou à l'exclure du champ d'application de la nouvelle loi, faute de quoi «les plateformes et les sites web seront moins susceptibles de vouloir opérer au Royaume-Uni».

Le projet de loi a suscité une très large levée de boucliers au Royaume-Uni, de nombreux groupes d'intérêts ou organismes publics comme privés accusant notamment le gouvernement de vouloir aller beaucoup trop vite.

«Le projet de loi propose de balayer automatiquement des milliers d'actes législatifs et de bouleverser des décennies de jurisprudence», a par exemple dénoncé la fédération syndicale britannique TUC dans une autre contribution écrite.

«Il est frappant que les ministres n'aient pas encore expliqué quelles lois ils ont l'intention de conserver, de modifier ou de laisser expirer», a poursuivi la TUC, jugeant que «le but ultime est la déréglementation».

TheCityUK, l'un des principaux lobbies financiers londoniens, n'est pas en reste et s'interroge sur «la pertinence de ce projet de loi dans les circonstances actuelles», notamment en raison «de risque d'aggravation des relations avec l'UE» mais aussi «d'augmentation potentielle des charges pesant sur les entreprises».

«Au minimum, le projet de loi devrait être modifié pour permettre une période beaucoup plus longue de mise en oeuvre, sans gaspiller les moyens limités» du gouvernement, préconise TheCityUK.


Aux Etats-Unis comme en Europe, l'ombre de l'inflation pèse sur le Black Friday

Les ventes de jouets du Black Friday sont présentées dans un magasin Walmart à Wilmington, Delaware, le 25 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les ventes de jouets du Black Friday sont présentées dans un magasin Walmart à Wilmington, Delaware, le 25 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La première économie mondiale fait face depuis plusieurs mois à une envolée des prix, qui jette un voile sur l'ensemble de la période des fêtes de fin d'année
  • Au Royaume-Uni, GlobalData anticipe un recul du volume de ventes pour les journées commerciales de Black Friday malgré une progression du chiffre d'affaires

NEW YORK: Traditionnel coup d'envoi de la saison des achats de Noël, le Black Friday, journée de promotions en magasins et sur internet, risque d'être marqué par l'inflation. Aux Etats-Unis et en Europe, les commerçants espèrent malgré tout que les consommateurs seront au rendez-vous vendredi.

La première économie mondiale fait face depuis plusieurs mois à une envolée des prix, qui jette un voile sur l'ensemble de la période des fêtes de fin d'année.

Pour l'heure, le cabinet Deloitte et la Fédération nationale de la vente de détail s'attendent à une hausse des revenus à un chiffre, inférieure à l'inflation.

L'indice des prix à la consommation ralentit peu à peu aux Etats-Unis mais s'élevait encore à 7,7% sur un an le 10 novembre, ce qui signifie qu'une hausse de cette ampleur durant les soldes d'hiver conduira à une baisse du volume de ventes.

Ces inquiétudes existent aussi outre-Atlantique, où le Black Friday s'est popularisé depuis environ une décennie.

Au Royaume-Uni, GlobalData anticipe un recul du volume de ventes pour les journées commerciales de Black Friday malgré une progression du chiffre d'affaires.

En Espagne, les dépenses des internautes devraient atteindre en moyenne 183 euros, contre 200 euros l'an dernier, selon le cabinet spécialisé Tandem up.

Risques de surstocks

L'an dernier, les préoccupations étaient différentes, le secteur devant faire face à des difficultés d'approvisionnement à cause de la désorganisation du transport mondial et des fermetures d'usines provoquées par la pandémie.

Pour éviter pareille mésaventure, les industriels ont anticipé leurs commandes, avec cette fois un risque de surstocks, alors que les consommateurs réduisent leurs dépenses.

«Hier, le problème c'était les pénuries d'approvisionnement, aujourd'hui c'est d'avoir trop de choses», résume Neil Saunders, directeur général du cabinet spécialisé GlobalData Retail.

Selon lui, le trop-plein de commandes pourrait profiter aux chasseurs de bonnes affaires dans de nombreux secteurs, comme l'électronique ou l'habillement.

Pour de nombreux Américains, la hausse du coût de l'essence et de l'alimentaire représente un défi, mais tous ne sont pas égaux face à l'inflation. «Les bas revenus sont clairement plus touchés», rappelle Claire Li, analyste pour Moody's, «car ils dépensent proportionnellement plus dans les produits essentiels».

Jusqu'ici, les consommateurs américains se sont montrés peu sensibles aux diverses crises traversées depuis le début de la pandémie, dépensant plus qu'attendu, même quand les indicateurs de confiance soulignaient leurs inquiétudes.

«Pression continue» -

Une partie de l'explication est à chercher du côté d'une épargne inhabituellement élevée chez de nombreux foyers ayant profité d'aides gouvernementales durant la pandémie, alors que la consommation était au plus bas.

Mais le coussin commence à s'affaisser: après un pic de 2.500 milliards de dollars mi-2021, l'épargne américaine est retombée à 1.700 milliards de dollars un an plus tard, selon Moody's.

Les consommateurs avec un revenu annuel inférieur à 35.000 dollars sont les premiers concernés, leur épargne ayant baissé de 39% au premier semestre. Conséquence: les crédits à la consommation sont en hausse, selon les données de la Réserve fédérale.

«On voit une pression continue», explique Michael Witynski, directeur général de la chaîne à bas prix Dollar Tree, qui observe une «évolution» des consommateurs «bien plus concentrés sur leurs besoins et qui tentent de s'assurer d'avoir suffisamment d'argent pour finir le mois».

Les résultats du secteur de la vente au détail offrent un tableau contrasté de la santé des consommateurs.

La chaîne Target a accusé le coup face à la forte baisse des achats en octobre, présage d'une mauvaise saison de Noël. Le groupe table sur de fortes promotions pendant les fêtes, selon son directeur général Brian Cornell.

«Les consommateurs font face à une inflation persistante trimestre après trimestre», a-t-il expliqué lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, «ils se montrent très prudents, sont très attentifs et se disent +d'accord, si je dois acheter, je veux faire une très bonne affaire+».

Chez Lowe's, spécialiste du bricolage et de la décoration, l'ambiance est toute autre, avec un troisième trimestre «solide» et aucun signe d'essoufflement attendu. «Nous n'observons rien qui ressemble à un repli des achats», a estimé son directeur