Suez-Veolia: accord attendu pour acter un douloureux rapprochement

Des syndicats membres de Suez manifestent contre l'offre publique d'achat de Veolia le 29 septembre 2020 à La Défense, à l'ouest de Paris, devant la société énergétique française Engie, maison mère de Suez (Photo, AFP)
Des syndicats membres de Suez manifestent contre l'offre publique d'achat de Veolia le 29 septembre 2020 à La Défense, à l'ouest de Paris, devant la société énergétique française Engie, maison mère de Suez (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 13 mai 2021

Suez-Veolia: accord attendu pour acter un douloureux rapprochement

  • Les deux groupes, engagés dans une bataille épique autour de l'OPA de l'un sur l'autre, ont signé un armistice le 11 avril, se donnant jusqu'au 14 mai, ce vendredi, pour formaliser leur accord
  • Les candidats à l'achat du «nouveau Suez» ont présenté mardi leur offre, «engageante et chiffrée», au conseil d'administration du groupe

PARIS: Après 150 ans de rivalité et huit mois de guerre, les deux géants français de l'eau et des déchets doivent formaliser leur mariage d'ici vendredi, pour donner naissance à un Veolia augmenté et un Suez ramené pour l'essentiel à ses activités hexagonales.  

Les deux groupes, engagés dans une bataille épique autour de l'OPA de l'un sur l'autre, ont signé un armistice le 11 avril, se donnant jusqu'au 14 mai, ce vendredi, pour formaliser leur accord.  

Au coeur du contrat, Veolia absorbera une bonne part de Suez, pour devenir un « champion » du secteur pesant 37 milliards d'euros.  

Le deal prévoit aussi qu'il cède assez d'actifs pour maintenir un Suez indépendant, représentant 6,9 milliards d'euros, soit moins de la moitié du groupe actuel, concentré sur la France, et qui sera repris par de nouveaux actionnaires.  

Depuis un mois les discussions se poursuivent donc pour consolider, préciser, mettre en forme. « Ça avance bien, on est dans le calendrier prévu », dit-on de part et d'autre.  

Etape nécessaire, les candidats à l'achat du « nouveau Suez » ont présenté mardi leur offre, « engageante et chiffrée », au conseil d'administration du groupe.  

Les fonds français Meridiam et américain GIP et la Caisse des dépôts se sont entendus sur 40% chacun pour les deux premiers, et 20% pour la CDC. La direction de Suez vise dans un deuxième temps 10% de salariés actionnaires.  

Selon Suez, leur offre inclut des éléments sur le prix d'achat et le financement. Ce prix n'a pas été dévoilé, mais devait être « en cohérence » avec le montant proposé par Veolia pour l'ensemble de Suez, rappelle-t-on.  

D'autres points restaient à graver, en particulier l'assurance que ces actionnaires gardent ce nouvel actif au moins dix ans, notamment un sujet délicat pour GIP. S'ajoute l'engagement sur l'emploi à quatre ans. Selon une source proche du dossier, ces points sont « conformes à l'accord du 11 avril ».  

« La réalité s'impose »   

Le périmètre des deux futurs groupes, lui, est globalement connu depuis l'accord trouvé à l'hôtel Bristol: Veolia acquiert des « actifs stratégiques » aux Etats-Unis, Amérique latine, Moyen Orient, Espagne, Australie, Royaume Uni; Suez garde, outre la France, des actifs en Italie, Maroc, Inde, Chine.  

Sauf surprise, le tout doit être approuvé d'ici vendredi par les conseils d'administration de Suez et de Veolia, a priori sans poignée de mains en public.  

« Nous nous sommes déjà serré la main le 11 avril au soir! » dit le PDG de Veolia, Antoine Frérot. « Au-delà des symboles (...) c'est l'accord des deux conseils d'administration qui permet de sceller concrètement l'accord ».  

Ce calme, apparent, tranche avec la tempête des derniers mois qui a vu Suez tout tenter pour échapper à l'OPA.  

Le groupe, pris de court par l'annonce fin août des intentions de son rival, n'aura pas réussi à obtenir une contre-offre avant que Veolia rachète 29,9% de ses parts auprès d'Engie, dès octobre. Depuis l'affaire s'était muée en guerre juridique, financière, médiatique...  

Jusqu'à ce que les deux rivaux en arrivent à cette négociation éclair, sous les auspices de l'ex-patron historique de Suez, Gérard Mestrallet, via le cabinet de médiation Equanim.  

Craignaient-ils de laisser des plumes dans un duel toujours plus féroce, à l'approche notamment de l'assemblée générale des actionnaires de Suez?  

« Nous nous sommes battus avec la claire détermination d'y échapper (au raid de Veolia, ndlr). A un moment, la réalité s'impose », a expliqué le directeur général de Suez, Bertrand Camus, saluant tout de même pour le futur Suez « un bon équilibre entre une base française forte et une projection à l'international ».  

L'affaire n'est pas finie pour autant.  

Veolia espère cet été l'aval des autorités de la concurrence, pour voir aboutir son OPA au troisième trimestre, avec cession simultanée des actifs du « nouveau Suez » à son actionnariat.  

Viendra le temps de « l'intégration équitable des équipes de Suez, qui compte tenu du projet industriel et de la culture commune et des métiers partagés, devrait parfaitement se dérouler », assure Antoine Frérot.  

Du côté de Suez, la direction devrait, entre autres, continuer à rencontrer clients et salariés, et les futurs actionnaires préciser leur stratégie.  

Au lendemain du 11 avril, l'intersyndicale avait exprimé un sentiment de « trahison ». Trois syndicats revendiquant la majorité ont réclamé 11% d'actionnariat salarié afin de protéger le nouveau Suez de futures OPA hostiles.


Ce que représente l'amélioration du classement mondial de l'Arabie saoudite en matière de résilience du travail

Une photo prise le 17 août 2017 montre un employé saoudien utilisant un ordinateur portable pour préparer un diaporama dans son bureau de Riyad (Fichier Photos/AFP)
Une photo prise le 17 août 2017 montre un employé saoudien utilisant un ordinateur portable pour préparer un diaporama dans son bureau de Riyad (Fichier Photos/AFP)
Short Url
  • Le Royaume a progressé de 13 places en 2021 dans l’index Global Labor Resilience (GLRI), grâce à «la numérisation, l'éducation et la flexibilité du marché du travail»
  • Le rapport GLRI 2021 exhorte les gouvernements à investir dans les secteurs créateurs d'emplois pour servir les intérêts de la population croissante des jeunes

DUBAÏ: La sécurité de l'emploi a été une source majeure d'inquiétude tout au long de la pandémie de Covid-19. Les mesures de confinement ont réduit les revenus des entreprises, contraignant un grand nombre d’entre elles à diminuer les heures de travail, ou à licencier du personnel. 

Dans les pays possédant une économie diversifiée, de fortes infrastructures numériques, et un système de sécurité sociale généreux, les dommages ont pu être atténués. Pour d'autres, la crise a révélé un sérieux manque de résilience du marché du travail. 

Le Global Labor Resilience Index (GLRI) 2021, conçu par le cabinet de conseil en politiques et stratégies publiques Whiteshield Partners, en collaboration avec la Saïd Business School de l'université d’Oxford, et l'Institute for the Future of Work, a dressé un état des lieux des pays les mieux placés pour faire face aux perturbations du marché du travail, voire transformer les défis en opportunités. 

L'indice classe 145 pays et économies en fonction de la résistance de leurs marchés du travail à divers chocs. S'appuyant sur 102 indicateurs provenant d'un large éventail de sources internationales, le GLRI prend en considération aussi bien des facteurs structurels à long terme – tels que la démographie, le niveau de développement économique et de stabilité macroéconomique, les capacités nationales, la vulnérabilité commerciale et les inégalités – que des facteurs conjoncturels de plus court terme, qui influent sur la résilience d'un pays en fonction de sa capacité d'absorption, d'adaptation, de transformation, et de sa capacité institutionnelle. 

L'étude, qui a révélé une amélioration radicale du classement général de l'Arabie saoudite, a été publiée en mars, environ un an après l’émergence de la pandémie de coronavirus.  

«Le GLRI est l’indicateur le plus complet qui permette aux décideurs politiques d'évaluer la préparation du marché du travail face aux chocs à court terme, tels que la Covid-19, et aux contraintes sur le long terme, comme les perturbations technologiques et les transitions vertes», affirme à Arab News Tom Flynn, cadre supérieur à Whiteshield Partners. 

«Les décideurs peuvent utiliser le GLRI pour appliquer les politiques que les leaders de la résilience utilisent pour mieux conserver et développer les bons emplois», explique-t-il. «À titre d’exemple, la Covid-19 a provoqué des ravages sur les marchés du travail et les emplois dans le monde, alors que les acteurs les plus performants du GLRI, comme les Pays-Bas – dont le taux de chômage se situe actuellement à environ 3% – s'en sont sortis relativement mieux que d'autres.» 

Les marchés du travail résilients sont plus importants que jamais, dans le cadre des efforts visant à préserver la stabilité et le niveau de vie, dans le contexte d'une pandémie mondiale qui a provoqué l'une des plus grandes crises de l'emploi depuis la Grande Dépression. 

Selon le GLRI, la Suisse reste le pays dont le marché du travail est le plus résistant au monde, suivi de l'Allemagne et des Pays-Bas. Cette année, un nouveau dispositif a été utilisé pour mesurer la résilience à toutes sortes de chocs, de sorte que les États-Unis (classés 14e) et le Royaume-Uni (12e) ne figurent plus dans les dix premiers. Dans l'indice 2020, ils se classaient respectivement troisième et neuvième. En revanche, l'Allemagne a gagné cinq places pour se hisser au deuxième rang. 

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l'indice révèle qu'un certain nombre de pays, dont le Royaume, ont fait des progrès pour améliorer la résilience de leurs marchés du travail, progressant dans les classements au cours des cinq dernières années. Cependant, pendant la pandémie, un grand nombre d'entre eux n'ont pas réussi à conserver ces avantages. 

Les Émirats arabes unis restent le pays du Golfe le mieux classé, bien qu'ils soient passés de la 21e à la 35e place cette année. Leur position relativement élevée reflète les efforts du gouvernement pour accroître la diversification économique, et le soutien à l'innovation. 

1
Une employée saoudienne vérifie la marchandise dans un hypermarché, récemment lancé par LuLu et géré par une équipe de femmes, dans la ville portuaire saoudienne de Djeddah, le 21 février 2021 (Photo d’Archives/AFP) 

Oman, qui se classe 75e, a amélioré sa position de 19 places dans l’index depuis 2016. Il a été classé 53e en 2020, et a donc perdu 22 places l'année dernière. 

L'Arabie saoudite, qui occupe la 62ᵉ place du classement cette année, a réussi à inverser cette tendance. Non seulement le Royaume a progressé de 27 places au classement depuis 2016, mais il a également réussi à améliorer sa position de 13 places en 2021, malgré les défis créés par la pandémie. 

«Le fait d’être la première économie du monde arabe, et de maintenir une stabilité économique a posé les bases de cette amélioration», affirme Flynn, en évoquant le succès du Royaume. «L'Arabie saoudite a également décidé d'investir dans la numérisation et l'éducation, et a adopté des réformes politiques bénéfiques, telles que l'amélioration de la flexibilité du marché du travail.» 

Cependant, de nombreux autres pays de la région ne sont pas assez résilients, confrontés aux défis du chômage des jeunes, et victimes de l’impréparation de leurs marchés du travail aux emplois numériques et verts. En conséquence, ils doivent étudier les programmes d'emploi pour les jeunes, les opportunités de croissance verte, et les politiques propices à l'entrepreneuriat et à l'innovation. 

1
Des employés de la compagnie pétrolière Aramco travaillant dans l'usine de traitement du pétrole de Khurais, en Arabie saoudite (Fichier Photos/AFP) 

«Le GLRI fournit aux décideurs politiques du Moyen-Orient un plan pour développer des emplois durables, un défi critique pour la région, qui possède des marchés du travail et des économies relativement fragiles», précise à Arab News Fadi Farra, cofondateur et partenaire de Whiteshield Partners. 

«L’une des leçons tirées cette année est que les leaders de la résilience ont souvent développé de solides marchés du travail en concentrant leurs efforts sur l'amélioration de bases ou de politiques économiques spécifiques visant à stimuler la résilience, plutôt que de tenter une réforme à grande échelle.» 

Dans le cas de l'Arabie saoudite, le GLRI indique qu'il y a matière à amélioration en matière de politique. Le Royaume se classe ainsi 76ᵉ sur le pilier cyclique, qui évalue le cycle de réponse politique d'un pays face à des crises. 

«Attirer et développer les compétences, améliorer l'environnement général des affaires, comme l'insolvabilité des entreprises et l'accès au crédit, pourrait aider l'Arabie saoudite à stimuler la croissance des PME et des start-up innovantes, et fournir de nouvelles sources d'emplois dans le secteur privé», soutient Farra. 

1
La Saoudienne Rodina Maamoun, qui employait 19 jeunes femmes remplaçant presque entièrement les hommes, vend des bijoux dans un magasin de détail du centre commercial Hayat à Riyad, le 19 février 2020 (Fichier Photos/AFP) 

Pour Flynn, la numérisation, l'économie verte et une population croissante de jeunes continueront de mettre le Royaume et ses voisins régionaux au défi de fournir davantage d'emplois de meilleure qualité, orientés vers les secteurs de l’avenir.    

«La crise de la Covid-19 a montré à quel point la dépendance à quelques secteurs et ressources naturelles pour la croissance économique rendait les marchés du travail du Moyen-Orient, en particulier dans le Golfe, vulnérables aux chocs. Les jeunes et les travailleurs peu qualifiés ont été particulièrement touchés», souligne Flynn. «Le Moyen-Orient, et en particulier l'Arabie saoudite, ont connu une nette amélioration dans la résilience du marché du travail, mais il existe un potentiel pour la renforcer encore davantage.» 

Il soutient que les gouvernements doivent d’abord adopter des politiques qui favorisent les économies numériques et vertes, ainsi que les secteurs traditionnellement créateurs d'emplois, tels que la logistique et l’industrie manufacturière. 

«De solides programmes de développement des compétences et d'apprentissage peuvent aider à préparer les travailleurs jeunes et expérimentés à ces nouveaux emplois», précise-t-il. 

«Par ailleurs, les leaders de la résilience tels que l'Allemagne et les Pays-Bas ont montré que des institutions fortes, capables de mettre en place des politiques de création d'emplois, et de réagir rapidement en cas de crise se sont avérées plus cruciales que jamais», ajoute-t-il.  

1
Des personnes marchant sur la plate-forme du réseau ferroviaire à grande vitesse Haramain. L'Arabie saoudite accroît ses dépenses dans les infrastructures, et étend ses réseaux ferroviaires, cherchant à diversifier son économie dépendante du pétrole (Fichier Photos/AFP) 

Le GLRI définit un marché du travail résilient comme un marché générant une demande durable pour un large éventail de professions, destinée à une grande partie de la main-d'œuvre, qui fournit un travail de qualité, et peut résister aux perturbations. Alors que les gouvernements peuvent anticiper la question du changement climatique et des perturbations technologiques, ils ne peuvent pas prévoir avec précision les chocs économiques, sociaux ou sanitaires, susceptibles de devenir plus fréquents. 

Les vulnérabilités de la main-d'œuvre mondiale liées à l'intégration, en particulier en ce qui concerne les jeunes, les femmes et les travailleurs occasionnels, ont été exacerbées par la pandémie. Les femmes et les jeunes ont été les plus durement touchés par les pertes d'emplois. Dans le même temps, de nombreux travailleurs non réguliers, ou de la gig economy («économie à la demande») se sont retrouvés sans couverture sociale. 

En se concentrant sur le long terme, le GLRI conseille aux gouvernements d'investir davantage dans le renforcement de la résilience du marché du travail, en priorisant la numérisation, en améliorant l'intégration liée à l'emploi, et en donnant la priorité à la durabilité environnementale. 

«Il est toujours important d'avoir un bon indice de résilience, à tout moment, car les marchés du travail changent tout le temps. Cet indicateur nous indique dans quelle direction vont les marchés du travail, et dans quelle mesure ils sont capables d'absorber les chocs et de créer de nouveaux emplois», explique Sir Christopher A. Pissarides, lauréat du prix Nobel d'économie, président du conseil consultatif du GLRI, et directeur de Whiteshield Partners. 

«Cette année est particulièrement importante car, comme nous le savons tous, nous avons vécu un nouveau choc majeur complètement inattendu. Il est très important d'en savoir plus sur les marchés du travail et leur résistance aux nouveaux chocs, tels que celui de la Covid-19.» 

Twitter: @CalineMalek 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Beyrouth est la troisième ville la plus chère du monde pour les expatriés

En plein effondrement économique au Liban, Beyrouth est devenue la ville la plus chère de la région pour les expatriés (Photo, AP)
En plein effondrement économique au Liban, Beyrouth est devenue la ville la plus chère de la région pour les expatriés (Photo, AP)
Short Url
  • Vivre dans la capitale libanaise comme expatrié est devenu plus coûteux que d’habiter à Tokyo, Zurich ou Shanghai
  • Riyad est devenue la ville la plus chère du Golfe, occupant la 29e place au niveau mondial. Djeddah, quant à elle, se classe 94e du classement, selon le rapport

DUBAÏ: Beyrouth est devenue la ville la plus chère pour les expatriés dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, et la troisième au niveau mondial, selon la dernière enquête sur le coût de la vie réalisée par le cabinet de conseil Mercer. 

Grimpant de 42 places dans le classement mondial, Beyrouth a été au centre de l’effondrement économique et politique du Liban, aggravé par la pandémie de Covid-19, et l’explosion du port l’année dernière. 

Vivre dans la capitale libanaise en tant qu’expatrié est devenu plus coûteux que d’habiter à Tokyo, Zurich ou Shanghai. La ville d’Achgabat, au Turkménistan arrive en tête du classement, suivie de Hong Kong. 

Mercer établit sa liste annuelle en comparant le coût de plus de 200 articles dans chaque ville, notamment le logement, le transport, la nourriture, les vêtements, les articles ménagers, et les loisirs. 

Riyad est devenue la ville la plus chère du Golfe, occupant la 29e place au niveau mondial. Djeddah, quant à elle, se classe 94e, selon le rapport. 

Dubaï est passé du 23e rang l’année dernière au 42e cette année, et Abu Dhabi est 56e au classement, alors qu’il était 39e en 2020. 

D’autres villes du Golfe sont également devenues moins chères cette année, selon le rapport. Bahreïn est passé de la 52e à la 71e place, tandis que Mascate est passée de la 96e à la 108e place. Koweït City a perdu deux rangs, se classant à la 115e place, et le Qatar a perdu 21 rangs, atteignant la 130e place. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le bitcoin plonge sous 30 000 dollars, coulé par les régulations chinoises

Le bitcoin renoue avec la volatilité qui l'avait rendu célèbre: en 2017, il avait commencé l'année à moins de 1 000 dollars avant de frôler les 20 000 dollars en décembre, pour mieux s'écraser en 2018 jusqu'à moins de 4 000 dollars (Photo, AFP)
Le bitcoin renoue avec la volatilité qui l'avait rendu célèbre: en 2017, il avait commencé l'année à moins de 1 000 dollars avant de frôler les 20 000 dollars en décembre, pour mieux s'écraser en 2018 jusqu'à moins de 4 000 dollars (Photo, AFP)
Short Url
  • Le gouvernement chinois mène un campagne active pour freiner l'industrie des mines de bitcoin
  • Depuis fin 2020, des plateformes de paiements comme Paypal aux banques de Wall Street, en passant par des groupes industriels comme le constructeur de véhicules électriques Tesla, tout le monde s'intéressait au bitcoin

LONDRES: Le cours du bitcoin est passé sous les 30 000 dollars mardi pour la première fois depuis fin janvier, la première cryptomonnaie souffrant des efforts chinois pour réguler ce marché décentralisé.  

Vers 13H20 GMT (15H20 à Paris), le bitcoin s'échangeait pour 29 662 dollars (-8,95%), après avoir touché son plus bas depuis cinq mois à 29 334 dollars vers 12H45 GMT.   

La très volatile cryptomonnaie reste en hausse de 2,2% depuis le début de l'année mais plonge de 54% par rapport à son plus haut historique, atteint mi-avril à 64 870 dollars.  

« Les inquiétudes sur le serrage de vis du gouvernement chinois et la peur que l'acceptation du bitcoin et des autres cryptomonnaies va être retardé par leur impact environnemental pèse sur le marché », a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.  

Le gouvernement chinois mène un campagne active pour freiner l'industrie des mines de bitcoin, comme ce marché appelle les ordinateurs qui font fonctionner la cryptomonnaie décentralisée en validant les transactions et en créant de nouveaux bitcoins.  

Selon d'anciens producteurs de cryptomonnaie, les fournisseurs d'énergie de la province du Sichuan ont reçu ordre de cesser de fournir de l'électricité à ces entreprises avant dimanche.  

« Cette position est un nouveau coup dur pour le marché », estime Timo Emden, analyste spécialisé dans les cryptomonnaies, qui juge que »l'importance de la Chine pour l'industrie est désormais susceptible de diminuer rapidement ».  

Wall Street séduite  

La première cryptomonnaie avait pourtant commencé l'année sur les chapeaux de roues: créée en 2008 par un anonyme caché derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto pour contrer les abus de la finance après la crise financière, le bitcoin a, entretemps, séduit de plus en plus d'investisseurs institutionnels.  

Depuis fin 2020, des plateformes de paiements comme Paypal aux banques de Wall Street, en passant par des groupes industriels comme le constructeur de véhicules électriques Tesla, tout le monde s'intéressait au bitcoin.  

Certains investisseurs individuels voyaient également dans la cryptomonnaie un bon moyen de placer une partie de leurs économies accumulées pendant la pandémie.  

Résultat, le marché des cryptomonnaies, où le bitcoin reste encore de loin le plus gros actif, avait gonflé jusqu'à atteindre près de 2 500 milliards de dollars mi-mai.  

Mais depuis, outre le durcissement du ton en Chine, le bitcoin souffre de critiques sur l'utilisation importante d'électricité de son réseau.  

Le fantasque multimilliardaire Elon Musk, qui chante régulièrement les louanges des cryptomonnaies et avait investi une partie de la trésorerie de son groupe Tesla en bitcoin, a annoncé que ses voitures électriques ne seraient plus achetables en cryptomonnaie tant que l'industrie ne se tournerait pas plus vers les énergies renouvelables, moins de deux mois après avoir dit les accepter comme moyen de paiement.  

Les régulateurs se méfient  

Le bitcoin renoue avec la volatilité qui l'avait rendu célèbre: en 2017, il avait commencé l'année à moins de 1 000 dollars avant de frôler les 20 000 dollars en décembre, pour mieux s'écraser en 2018 jusqu'à moins de 4 000 dollars.  

Cette volatilité, ainsi que sa décentralisation qui la rend difficile à réguler les échanges, poussent les régulateurs à s'inquiéter de l'intérêt du public pour les cryptomonnaies.  

Aux Etats-Unis comme en Europe, les régulateurs du marché appellent les investisseurs à la prudence, leur rappelant qu'ils risquent de perdre tout leur argent en investissant dans les cryptomonnaies.  

« Les banques centrales réfléchissent aussi à émettre leurs propres monnaies numériques, ce qui ferait rentrer les cryptomonnaies dans le rang », commente Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.  

D'autres pays se montrent cependant plus positifs vis-à-vis des cryptomonnaies: le Salvador a pris le monde par surprise en adoptant le bitcoin comme devise officielle, même si en pratique, de nombreuses questions restent ouvertes sur l'applicabilité de la mesure.