L'image de Gates ternie par des révélations de relation extraconjugale

Dans cette photo d'archive prise le 21 avril 2018, le coprésident de la Fondation Bill & Melinda Gates, Bill Gates, prend part à la discussion «Construire le capital humain: un projet pour le monde», organisée à Washington dans le cadre de réunions FMI/Banque mondiale. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 21 avril 2018, le coprésident de la Fondation Bill & Melinda Gates, Bill Gates, prend part à la discussion «Construire le capital humain: un projet pour le monde», organisée à Washington dans le cadre de réunions FMI/Banque mondiale. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 18 mai 2021

L'image de Gates ternie par des révélations de relation extraconjugale

  • En vingt ans, la Fondation qu'il a créée avec sa femme est devenue l'organisation caritative privée la plus puissante au monde
  • Mais depuis 15 jours, les langues se délient et les révélations dépeignent un homme d'affaires avec des zones d'ombre

WASHINGTON: Liaisons extraconjugales et accusations de comportement inapproprié, l'ex-patron de Microsoft Bill Gates voit son image ternie par des révélations consécutives à son divorce.

Lorsqu'il annonce la fin de son mariage le 3 mai après 27 ans de vie commune avec Melinda, Bill Gates est une légende de l'informatique et un philanthrope de tout premier plan.

En vingt ans, la Fondation qu'il a créée avec sa femme est devenue l'organisation caritative privée la plus puissante au monde, ayant financé divers projets pour un total de 53,8 milliards de dollars.

À 65 ans, Bill Gates, à l'allure réservée, apparaît alors comme un homme très respecté.

Mais depuis 15 jours, les langues se délient et les révélations dépeignent un homme d'affaires avec des zones d'ombre.

Dimanche, le quotidien d'affaires Wall Street Journal a ainsi dévoilé que le départ définitif de Bill Gates de Microsoft, en mars 2020, serait en fait lié à une relation jugée «inappropriée» avec une employée au début des années 2000.

Dans une version officielle, Bill Gates, qui avait fondé Microsoft en 1975, avait quitté le conseil d'administration du groupe en 2020 pour se consacrer pleinement à sa fondation. Il n'était déjà plus directeur général depuis 2000.

Un porte-parole de Microsoft a confirmé à l'AFP que le groupe avait été saisi fin 2019 du fait que «Bill Gates a cherché à établir une relation intime avec une employée de l'entreprise en 2000», une ingénieure. 

«Un comité du conseil d'administration a examiné le problème, aidé par un cabinet d'avocats externe, pour mener une enquête approfondie», a-t-il ajouté.

L'ingénieure avait affirmé, dans une lettre, avoir entretenu une relation à caractère sexuel avec Bill Gates «pendant des années», détaille le WSJ, précisant que l'abandon des fonctions d'administrateur et le départ définitif du groupe avait eu lieu avant la fin de cette enquête.

Une autre porte-parole a toutefois maintenu auprès du WSJ que Bill Gates avait quitté Microsoft pour s'investir «à plein temps» dans sa Fondation.

Le quotidien financier affirme que les membres du conseil d'administration s'étaient par ailleurs enquis des liens entre M. Gates et le financier Jeffrey Epstein, inculpé d'abus sexuels sur des dizaines de mineures dans ses luxueuses résidences avant d'être retrouvé pendu dans sa cellule en août 2019.

 

«Comportement douteux»

La défense de Bill Gates a assuré qu'il s'agissait alors de relations dans le cadre de ses affaires philanthropiques qu'il avait «regrettées», souligne le quotidien.

Au-delà de cette affaire extra-conjugale et des soirées passées avec M. Epstein, le New York Times a publié lundi un long article reposant sur des témoignages de personnes sous couvert d'anonymat qui laissent entendre que «bien avant le divorce, Bill Gates était réputé pour son comportement douteux».

Le quotidien américain affirme que Bill Gates a contribué à étouffer une affaire de harcèlement sexuel dont son gestionnaire de portefeuilles Michael Larson se serait rendu coupable.

Selon deux personnes informées de ce dossier, Melinda Gates aurait d'ailleurs exprimé son désaccord en 2018 sur la manière dont ce dossier avait été géré par son mari, qui avait permis à M. Larson de rester en poste moyennant une transaction financière avec la victime présumée.

Le New York Times affirme aussi que «M. Gates poursuivait à l'occasion des femmes au bureau».

En 2006, par exemple, il aurait assisté à une présentation d'une employée de Microsoft. «M. Gates, qui était à l'époque président de la société, a quitté la réunion et a immédiatement envoyé un e-mail à la femme pour l'inviter à dîner, selon deux personnes proches de l'échange», indique le NYT.

Selon six employés actuels et anciens de Microsoft, la fondation et la société gérant la fortune des Gates ont déclaré que ces incidents, et d'autres plus récents, «ont parfois créé un environnement de travail inconfortable». 

Le NYT souligne néanmoins que «s'ils désapprouvaient le comportement de M. Gates, certains employés ne le considéraient pas comme un prédateur».

Pour Alicia Walker, professeur en sociologie à l'Université du Missouri, ces révélations ne devraient pas avoir un impact durable sur l'image de Bill Gates. 

Car si les Américains désapprouvent l'infidélité, «les gens ont tendance à négliger l'infidélité des hommes. C'est particulièrement le cas pour les hommes riches et puissants», a-t-elle commenté, renvoyant à l'infidélité de Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon. 


Le Portugal en campagne face au défi de l'extrême droite

Le Parlement portugais est photographié avec un drapeau au premier plan, à Lisbonne le 20 février 2024 (Photo, AFP).
Le Parlement portugais est photographié avec un drapeau au premier plan, à Lisbonne le 20 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Le thème de la corruption, dans cette conjoncture européenne, favorise la droite radicale», note le politologue Antonio Costa Pinto
  • Plusieurs pays de l'Union européenne, dont l'Italie, la Slovaquie, la Hongrie ou la Finlande, sont dirigés par des coalitions comptant un parti d'extrême droite dans leurs rangs

LISBONNE: Le Portugal, entré officiellement dimanche en campagne pour les élections législatives du 10 mars, pourrait basculer à droite grâce à une poussée des populistes anti-système après huit années de gouvernement socialiste interrompues par une affaire de trafic d'influence.

Devenu central en raison des circonstances de la démission surprise du Premier ministre Antonio Costa, qui n'est pas candidat à sa réélection, "le thème de la corruption, dans cette conjoncture européenne, favorise la droite radicale", note le politologue Antonio Costa Pinto, de l'Institut des sciences sociales de l'Université de Lisbonne (ICS).

Plusieurs pays de l'Union européenne, dont l'Italie, la Slovaquie, la Hongrie ou la Finlande, sont dirigés par des coalitions comptant un parti d'extrême droite dans leurs rangs. Les Pays-Bas pourraient rejoindre cette liste après la victoire de Geert Wilders aux législatives de novembre.

Au Portugal, qui fêtera en avril les 50 ans de la Révolution des Œillets et la fin d'une dictature fasciste presque aussi longue, l'extrême droite a mis plus longtemps qu'ailleurs à chambouler le paysage politique, mais la théorie d'une exception lusitanienne est désormais écartée.

Le jeune parti Chega ("Assez" en portugais) fondé en 2019 par un ancien commentateur de football devenu le pourfendeur des élites politico-économiques est crédité de 15 à 20% des intentions de vote.

«Non, c'est non»

Aux législatives de janvier 2022, cette formation anti-immigration mais pas anti-européenne avait déjà été propulsée au rang de troisième force politique en obtenant 7,2% des voix et douze élus dans un Parlement de 230 sièges.

Son président André Ventura, membre du groupe Identité et démocratie avec le Rassemblement national français ou l'Alternative pour l'Allemagne, espère à présent contester l'hégémonie du Parti social démocrate (PSD, centre droit) au sein de la droite portugaise qui, dans son ensemble, devrait devenir majoritaire.

Emmenée par Luis Montenegro, la principale formation d'opposition reste toutefois mieux placée que Chega dans les sondages, où elle apparaît avec des scores avoisinant les 30% et un léger avantage sur le Parti socialiste (PS).

A l'approche du scrutin, les principales interrogations sont de savoir si le centre droit arrive effectivement en tête et dans quelle mesure il dépendra du soutien de Chega pour gouverner.

M. Montenegro, qui se présente au nom de l'Alliance démocratique (AD) forgée avec deux petits partis conservateurs, a d'ores-et-déjà écarté tout accord avec l'extrême droite, espérant former une majorité stable avec l'aide de l'Initiative libérale (IL).

"Non, c'est non", a-t-il répété à chaque fois que la question lui a été posée.

Série de scandales

Le successeur de M. Costa à la tête des socialistes, Pedro Nuno Santos, a pour sa part déjà envisagé de ne pas faire obstacle à la formation d'un gouvernement minoritaire de centre droit.

Mais, selon l'analyste Antonio Costa Pinto, "le cordon sanitaire face à la droite radicale ne fonctionne pas dans les démocraties européennes, et le Portugal en sera un autre exemple".

"Cette crise a été provoquée par une charge du système judiciaire contre l'élite politique, qui présente des problèmes éthiques très importants", explique-t-il.

Au pouvoir depuis fin 2015, Antonio Costa avait remporté une victoire historique aux législatives de janvier 2022, mais sa première majorité absolue s'est révélée très instable.

Malgré un bilan marqué par l'assainissement des finances publiques et une relative bonne santé économique, son exécutif a succombé à une série de scandales et de démissions.

Le coup de grâce a été porté par une enquête pour trafic d'influence visant un de ses ministres et son propre chef de cabinet, qui avait 75.800 euros en liquide cachés dans les étagères de son bureau.

Lui-même mis en cause par le Parquet, M. Costa a démissionné début novembre en précisant qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat.


Brésil: Bolsonaro dans la rue avec ses partisans en pleine tempête judiciaire

Des partisans de l'ancien président Jair Bolsonaro se rassemblent devant l'entrée du siège de la police fédérale brésilienne à Brasilia, où il est interrogé sur les allégations selon lesquelles lui et ses alliés ont fomenté un coup d'État pour le maintenir au pouvoir dans les mois qui ont suivi sa tentative ratée de réélection en 2022. (Photo Evaristo Sa  AFP)
Des partisans de l'ancien président Jair Bolsonaro se rassemblent devant l'entrée du siège de la police fédérale brésilienne à Brasilia, où il est interrogé sur les allégations selon lesquelles lui et ses alliés ont fomenté un coup d'État pour le maintenir au pouvoir dans les mois qui ont suivi sa tentative ratée de réélection en 2022. (Photo Evaristo Sa AFP)
Short Url
  • L'ancien président brésilien Jair Bolsonaro est visé par une enquête retentissante sur une supposée «tentative de coup d'Etat» pour conjurer sa défaire électorale en 2022, face au président actuel de gauche Luiz Inacio Lula da Silva
  • De nombreux internautes ont fait part de leur intention de se rendre à l'avenue Paulista avec des drapeaux d'Israël, pour montrer leur désaccord avec les propos du président Lula, qui a comparé l'offensive israélienne à Gaza à la Shoah

SAO PAULO, Brésil : L'ancien président brésilien Jair Bolsonaro doit participer dimanche à une grande manifestation organisée en son soutien à Sao Paulo, de quoi tester sa popularité en plein scandale sur des soupçons de «tentative de coup d'Etat».

Les organisateurs espèrent rassembler au moins 500.000 personnes à partir de 15h00 (18h00 GMT) sur l'avenue Paulista, artère emblématique de la plus grande métropole d'Amérique Latine.

Dans plusieurs vidéos publiées ces derniers jours sur les réseaux sociaux, l'ex-président d'extrême droite (2019-2022) a appelé ses partisans à un «rassemblement pacifique en défense de l'Etat de droit démocratique».

Or il est justement visé par une enquête retentissante sur une supposée «tentative de coup d'Etat» pour conjurer sa défaire électorale en 2022, face au président actuel de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

Le 8 février, il s'est vu interdire de quitter le territoire brésilien à l'issue d'une opération policière de grande ampleur qui a visé plusieurs d'anciens proches collaborateurs, dont des ex-ministres et des militaires haut gradés, avec des dizaines de perquisitions et des arrestations.

Jair Bolsonaro, qui se dit victime de «persécution», a gardé le silence jeudi face aux enquêteurs de la Police fédérale qui l'avaient convoqué dans le cadre de cette affaire. Il a suivi le conseil de ses avocats, qui disent ne pas avoir eu accès à certaines pièces du dossier.

Mais l'ancien capitaine de l'armée a affirmé haut et fort qu'il comptait «se défendre des accusations» dont il fait l'objet lors de la manifestation à Sao Paulo.

Il est également visé par d'autres enquêtes, notamment pour des soupçons de falsification de certificats de vaccination contre le Covid-19 ou le détournement présumé de cadeaux reçus de pays étrangers, dont des bijoux offerts par l'Arabie saoudite.

- Pasteur et parlementaires -

Malgré ces scandales, Jair Bolsonaro est toujours considéré comme le leader de l'opposition, et reste adulé par ses partisans les plus fervents.

Même s'il a été déclaré inéligible jusqu'en 2030 l'an dernier pour désinformation, l'ex-président compte jouer de son influence pour faire élire des alliés lors du scrutin municipal d'octobre prochain, dans un pays encore très polarisé.

Sur l'avenue Paulista, au delà de l'affluence de ses partisans, la présence de personnalités politiques de l'opposition devrait permettre de jauger l'ampleur de ses soutiens.

«S'il y a une grande adhésion, il pourra dire que le peuple est avec lui. Dans le cas contraire, il perdra toute légitimité», dit à l'AFP André Rosa, politologue de l'Université de Brasilia (UDF).

L'un des avocats de M. Bolsonaro, Fábio Wajngarten, a indiqué jeudi qu'il espérait voir «500.000 à 700.000» manifestants, dont plus de cent parlementaires.

Le gouverneur de Sao Paulo, Tarcisio de Freitas, ancien ministre du gouvernement Bolsonaro, ainsi que le maire de la ville, Ricardo Nunes, sont également attendus.

«Le 25, j'y vais, pour le Brésil. Ce sera gigantesque!», a publié sur le réseau social X la députée Bia Kicis, du Parti Libéral (PL, droite) de Jair Bolsonaro.

La manifestation est organisée entre autres par le pasteur Silas Malafaia, très influent parmi les millions de Brésiliens de confession évangélique, une des bases de l'électoral bolsonariste.

- «En jaune et vert» -

Pour la manifestation de dimanche, Jair Bolsonaro a demandé à ses partisans de venir «en jaune et vert», les couleurs du Brésil, mais «sans apporter de pancartes ni banderoles contre quiconque».

Durant son mandat, de nombreuses manifestations en son soutien étaient marquées par des slogans contre les institutions brésiliennes, notamment la Cour suprême.

C'est un juge de cette haute cour, Alexandre de Moraes, qui a autorisé l'opération policière dans le cadre de l'enquête sur la «tentative de coup d'Etat».

Le 8 janvier 2023, une semaine après l'investiture de Lula, des milliers de partisans de Jair Bolsonaro avaient saccagé les lieux de pouvoir à Brasilia, dont la Cour suprême.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes, notamment des évangéliques, ont fait part de leur intention de se rendre à l'avenue Paulista avec des drapeaux d'Israël.

Une façon de montrer leur désaccord avec les propos du président Lula, qui a comparé dimanche dernier l'offensive israélienne à Gaza à la Shoah, provoquant une crise diplomatique avec Israël.


Trump écrase Haley lors des primaires républicaines de Caroline du Sud

Nikki Haley, candidate républicaine à l'élection présidentielle américaine et ancienne ambassadrice de l'ONU, quitte la scène après s'être exprimée lors de sa soirée de veille électorale à Charleston, en Caroline du Sud, le 24 février 2024. (Photo Julia Nikhinson AFP)
Nikki Haley, candidate républicaine à l'élection présidentielle américaine et ancienne ambassadrice de l'ONU, quitte la scène après s'être exprimée lors de sa soirée de veille électorale à Charleston, en Caroline du Sud, le 24 février 2024. (Photo Julia Nikhinson AFP)
Short Url
  • Le revers est d'autant plus cruel pour la quinquagénaire, incarnant une aile plus modérée du Parti républicain, qu'il a lieu dans l'Etat dont elle a été gouverneure pendant six ans
  • Avec plus de 85% des bulletins dépouillés, Donald Trump était largement en tête, avec environ 60% des voix

CHARLESTON, États-Unis : Pressé de se projeter dans un duel avec Biden, Donald Trump a infligé samedi une défaite cinglante à sa dernière rivale républicaine, Nikki Haley, lors de la primaire de Caroline du Sud.

Le revers est d'autant plus cruel pour la quinquagénaire, incarnant une aile plus modérée du Parti républicain, qu'il a lieu dans l'Etat dont elle a été gouverneure pendant six ans. Elle a toutefois refusé de jeter l'éponge.

Signe que l'ex-président ne considère même plus Mme Haley comme une menace, Donald Trump a ciblé dans ses premières déclarations victorieuses l'actuel maître de la Maison Blanche.

«Joe (Biden), tu es viré !», a-t-il lancé depuis Columbia, la capitale de l'Etat, en reprenant son slogan fétiche de l'époque des plateaux de télé-réalité.

Face à lui se trouvait une assemblée de ses partisans d'où fusaient des vivats et applaudissements.

Comme lors des quatre autres scrutins précédents, dont le but est de désigner le candidat républicain à la présidentielle de novembre, l'ancien président américain a été sans pitié.

La victoire de Donald Trump a été projetée par les médias américains une poignée de secondes seulement après la fermeture des bureaux de vote.

Avec plus de 85% des bulletins dépouillés, l'ancien magnat de l'immobilier était largement en tête, avec environ 60% des voix.

«Chaque jour nous confronte à la menace que Donald Trump fait peser sur notre avenir», a alerté Joe Biden, en réaction aux résultats.

En dépit de ses ennuis judiciaires, dont certains lui font risquer la prison, le tempétueux septuagénaire est le candidat ultra-favori de la droite, selon tous les sondages.

- «Vaincre Joe-la-Crapule» -

Le résultat de la primaire est clair, a analysé pour l'AFP David Darmofal, politologue à l'Université de Caroline du Sud:

«Cela illustre qu'il est désormais effectivement le nominé républicain à la présidentielle. La rapidité de ce résultat augmente probablement la pression sur elle pour qu'elle se retire de la course».

Donald Trump espère en effet forcer son ex-ambassadrice à l'ONU à jeter l'éponge afin de pouvoir concentrer ses attaques sur le démocrate Joe Biden, qui brigue un second mandat en novembre.

Mais Nikki Haley, 52 ans, s'accroche, refusant pour l'instant de quitter la course à l'investiture républicaine.

«Je n'abandonne pas ce combat», a-t-elle déclaré à ses partisans, lors d'un meeting à Charleston, promettant de continuer à «se battre pour l'Amérique».

Le plaidoyer de cette femme, la seule en lice chez les républicains, est simple: «Nous ne survivrons pas à quatre ans de plus du chaos de Trump.»

Profitant de nouveaux propos polémiques de son rival, Nikki Haley l'a vivement critiqué samedi. Embourbé dans les affaires, il a suggéré que ses inculpations faisaient de lui un candidat sympathique aux yeux des électeurs noirs.

«Voilà le chaos qui accompagne Donald Trump, et ce genre de propos offensants va continuer chaque jour jusqu'à l'élection», a affirmé Nikki Haley.

L'équipe de Donald Trump balaie son argumentaire.

- Procès le 25 mars -

Après samedi, les deux rivaux devraient donc s'affronter mardi dans le Michigan.

Les républicains de l'Idaho, du Missouri, du Dakota du Nord voteront ensuite chacun leur tour, un ballet bien orchestré qui mènera les candidats jusqu'à l'un des plus grands rendez-vous politique de l'année, le Super Tuesday.

Le 5 mars, une quinzaine d'Etats, dont le Texas, la Californie, le Colorado et la Virginie organiseront simultanément leurs scrutins lors d'une grande journée électorale.

Les primaires peuvent en théorie s'étirer jusqu'en juillet. Mais selon les sondages, Nikki Haley n'est favorite dans aucun de ses Etats et l'équipe Trump prévoit déjà une victoire «le 19 mars» au plus tard.

Alors pourquoi reste-t-elle dans la course?

«Elle attend de voir si Trump est mis hors jeu par une décision de justice ou un pépin de santé», explique à l'AFP le politologue Larry Sabato.

Le premier procès pénal de Donald Trump débutera le 25 mars.