INTERVIEW : Bill Gates, les vaccins et la lutte contre la COVID-19

Illustration de Luis Grañena.
Illustration de Luis Grañena.
Short Url
Publié le Mercredi 01 juillet 2020

INTERVIEW : Bill Gates, les vaccins et la lutte contre la COVID-19

  • Hassan Damluji, directeur adjoint de la Fondation Bill & Melinda Gates, dresse un tableau inquiétant sur la pandémie de COVID-19.
  • La Fondation Bill & Melinda Gates est l'organisation philanthropique de plusieurs milliards de dollars créée par le fondateur de Microsoft et son épouse.

Hassan Damluji, le directeur adjoint de la Fondation Bill & Melinda Gates, expose un point de vue franc et peut-être pessimiste sur la pandémie de coronavirus qui a bouleversé la vie de tous.

« Certaines personnes pensent que tout est fini et que la maladie est peut-être en train de reculer dans leur pays. Mais en réalité, au niveau mondial, le tableau est très inquiétant », confie-t-il à Arab News. « Nous sommes au milieu de la troisième vague. »

La Fondation Bill & Melinda Gates est l'organisation philanthropique de plusieurs milliards de dollars créée par le fondateur de Microsoft et son épouse. Cette fondation est aujourd'hui l'un des protagonistes les plus importants dans la lutte contre le virus.

« La première vague a frappé la Chine, d'autres pays étaient alors relativement peu touchés. La Chine a eu de gros problèmes alors que d'autres pays sous-estimaient le risque », explique Damluji. « La deuxième vague a vraiment touché les pays les plus riches du monde, en Europe, en Amérique du Nord, mais aussi en Asie de l'Est. Cette vague est en train de diminuer, bien que le nombre de cas en Amérique soit encore assez élevé. La troisième vague touche maintenant les pays à revenus moyens et faibles, en particulier l'Amérique latine qui est au centre de la pandémie, mais aussi le Pakistan qui se trouve dans ma région et que je suis donc de près, et également toute l'Afrique, où on a constaté une augmentation des cas. »

Damluji est directement responsable des activités du fonds au Moyen-Orient, et est donc bien placé pour évaluer la réponse régionale à la crise. Il a récemment participé à un cycle de collecte de fonds de cinq ans pour GAVI, l'alliance mondiale pour les vaccins.

Lors de l'événement, l'Arabie Saoudite a joué un rôle de premier plan et a contribué avec 150 millions de dollars à un fonds qui a finalement atteint 8,8 milliards de dollars, soit environ 1,2 milliard de dollars de plus que ce qui était demandé. Le Royaume s'était précédemment engagé à verser un total de 500 millions de dollars pour des activités de lutte contre les virus lors d'une réunion du G20 à Riyad. Des efforts appréciés par Damluji.

"C'était très généreux, et cela a constitué un lancement vraiment puissant pour la collecte de fonds, dit-il. Les Saoudiens sont arrivés tôt. Ce n'était pas seulement le fait qu'ils investissaient de l'argent qui était puissant, mais le fait qu'ils envoyaient un signal que d'autres avaient l'obligation de suivre. Il s’agit d’un excellent exemple de leadership, étant donné que l'Arabie Saoudite est le président du G20 ».

Et d’ajouter : « Cette décision a dépassé les attentes, et nous aurons besoin de davantage de soutien avec ce qui se passe avec le virus. L'Arabie saoudite a vraiment fait un pas en avant en ce qui concerne l'achat de vaccins contre le coronavirus lorsqu'ils seront disponibles ; c'est très important. L'argent collecté par GAVI — dont la Fondation Gates est l'un des principaux contributeurs — sera utilisé pour acheter des vaccins contre le coronavirus lorsqu'ils seront prêts, et les distribuer équitablement dans le monde. »

Par ailleurs, Damluji présente une évaluation des progrès actuels dans la recherche d'un vaccin, une évaluation qui donne à réfléchir.

« En ce qui concerne la mise au point d'outils pour le combattre, nous en sommes encore à la phase de recherche et de développement », explique-t-il. « Les gens veulent savoir à quelle date un vaccin sera disponible, mais la vérité est qu'en matière d'innovation, parfois les choses n'arrivent jamais, parfois elles arrivent beaucoup plus vite qu'on ne le pensait, et parfois elles prennent un chemin détourné. »

« Par exemple, personne ne pensait que le meilleur des mondes serait l'iPhone dans votre poche, pense-t-il. Il est donc très difficile de prévoir comment la R&D va se dérouler. Mais en ce qui concerne des efforts pour créer un vaccin, il est clair qu'il s'agit de l'effort le plus rapide, le plus concerté et le mieux financé. Il existe quelques candidats-vaccin qui ont montré tôt des résultats prometteurs, il y a donc des raisons d'être optimiste. Les premiers que nous voyons, que ce soit celui d'Oxford-AstraZeneca ou d'autres, appartiennent généralement à la même plate-forme technologique, et c'est grâce à cette similitude qu'ils ont pu avancer rapidement. Mais si l'un d'entre eux échoue, ils échoueront probablement tous, parce qu’il s’agit de la même approche de base sur le plan scientifique. »

Pour Damluji, il y a toutefois une lueur d'espoir pour un résultat rapide. « Si nous avons de la chance, plusieurs d'entre eux fonctionneront assez rapidement et, d'ici le milieu de l'année prochaine, nous aurons beaucoup de vaccins sur le marché. » « Mais ce succès n'est pas garanti », prévient-il. « Si nous n'avons pas de chance, aucun d'entre eux ne fonctionnera et nous aurons alors des centaines (de vaccins possibles) sur le marché, selon des calendriers différents. Nous finirons par obtenir un vaccin, mais il est trop optimiste de penser que le milieu de l'année prochaine sera une date définitive. »

Toutefois, il existe un risque que l'attention soit détournée par d'autres maladies infectieuses graves qui affligent le monde, en particulier dans les pays les plus pauvres, pendant que les meilleurs cerveaux scientifiques se concentrent sur la recherche d'un vaccin contre le coronavirus.

Par exemple, la Fondation Gates a investi beaucoup de temps et d'efforts dans une campagne d'éradication de la polio, qui a frappé particulièrement les pays du Moyen-Orient et d'Asie. Elle avait presque gagné la bataille contre cette maladie, quand elle est réapparue comme une menace au Pakistan.

« Il y a un grand risque, affirme Damluji. Les campagnes de vaccination contre la polio au Pakistan, qui compte le plus grand nombre de cas de polio "sauvage", ont cessé depuis plusieurs mois. Nous avions espéré les relancer ce mois-ci, mais le cours de la pandémie au Pakistan — elle n'a pas encore atteint son point culminant — a fait que nous n'avons pas encore relancé ces campagnes. Nous espérons à présent le faire en août ».

« Ainsi, les vaccinations contre la polio au Pakistan viennent de s'arrêter. On pourrait également espérer que certaines des mesures de distanciation sociale contre la COVID-19 réduiraient la transmission d'autres maladies. Mais en réalité, pour la polio en particulier, le programme a été fortement touché, » déplore M. Damluji, ajoutant que les pays en développement avaient du mal à combattre plus d'une maladie grave à la fois. « Dans les pays pauvres, quand on fait plus d'une chose, on en fait moins d'une autre », dit-il. « Lorsque la crise d'Ebola a frappé l'Afrique de l'Ouest, beaucoup plus de personnes sont mortes à cause du manque de disponibilité des services de santé de base, qu’à cause d'Ebola. Il est très probable que l'on observe le même phénomène avec le coronavirus. »

Sur un autre plan, la Fondation Gates et en particulier son fondateur, ont été la cible de certaines théories de conspiration extravagantes depuis que la pandémie a éclaté. Malgré l'engagement de Bill Gates à utiliser les milliards qu'il a obtenus de Microsoft à des fins philanthropiques, et notamment pour lutter contre le coronavirus, certains médias sociaux l'accusent de vouloir dominer le monde.

Damluji, lui, n'a pas de temps à perdre avec les conspirateurs.

« Je pense que cette attitude montre l'importance du journalisme de qualité, déclare-t-il. Dans le monde en ligne, rien ne vous empêche d'écrire ce que vous voulez. Si les gens trouvent quelque chose qu'ils considèrent comme intéressant, ils le diffuseront. Nous avons constaté que généralement, si les sources journalistiques de qualité publient ce type de théories de conspiration, elles les présentent comme quelque chose de très étrange plutôt que comme une réalité, et elles les réfutent. Cela est vraiment rassurant. »

Et de poursuivre : « Toute personne soucieuse de savoir si ces choses sont vraies devrait consulter des sources fiables, et elle ne trouvera que très peu de preuves pour le prouver. Dans « l'ouest sauvage » de WhatsApp, on dit toutes sortes de choses. »

La Fondation Gates se concentre sur les normes éthiques, mais adopte une approche pragmatique du processus de financement. « Notre approche de base est que nous travaillons avec les gouvernements du monde entier, afin de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sauver des vies et atteindre les objectifs fixés. Beaucoup de gouvernements sont critiqués. Certaines critiquées sont méritées, d'autres non, et cela s'applique à tous les niveaux », confie Damluji.

Il est craint également que, compte tenu de la crise économique mondiale, les contributions aux organisations philanthropiques comme la Fondation Gates diminuent à mesure que les gouvernements et les individus perçoivent la nécessité d'une approche du type « la charité commence chez soi ».

« L'une des choses dont il faut se préoccuper est l'aide à long terme, avertit le directeur adjoint. Pas seulement la philanthropie, mais plus généralement l'aide gouvernementale pour des choses comme la GAVI ou d'autres programmes, qui sauvent des vies et améliorent les moyens de subsistance de la population. Si ceux-ci sont endommagés à long terme, alors il y a des raisons de s'inquiéter. »

« Si ces programmes sont affectés sur le long terme, c'est très préoccupant », poursuit Damluji. « Ce n'est pas à moi de dire si les gouvernements ont raison ou tort. Il y a des équilibres à trouver, et seule une société individuelle peut décider du difficile compromis entre la mort et les dommages économiques. »

Mais il est catégorique sur une chose : les gouvernements du monde entier doivent adopter des politiques pour prévenir une autre pandémie. « Si nous avions mis en place un système de préparation aux pandémies plus solide, nous ne serions pas dans la situation que nous traversons actuellement », affirme-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com le 21 juin 2020.


Le gouverneur de la SAMA insiste sur la vigilance face aux défis économiques

Le gouverneur de la Banque centrale d’Arabie saoudite, Ayman Alsayri, prend la parole à la session plénière du CMFI lors des réunions de printemps 2024 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington. Photo du FMI
Le gouverneur de la Banque centrale d’Arabie saoudite, Ayman Alsayri, prend la parole à la session plénière du CMFI lors des réunions de printemps 2024 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington. Photo du FMI
Short Url
  • le gouverneur de la Banque centrale saoudienne, Ayman Al-Sayari, a souligné l’importance de rester vigilant aux risques du secteur financier. 
  • Pour compenser les effets négatifs des menaces économiques, il a fortement soutenu le multilatéralisme tout en plaidant pour un système commercial international équitable et ouvert qui renforcerait la stabilité et l’inclusivité mondiales.

RIYADH : RIYAD : L’Arabie saoudite a exhorté le Fonds monétaire international à prioriser ses activités de base, soulignant la nécessité de soutenir des initiatives telles que la reconstruction des zones tampons et l’examen des politiques de dette et de prêt. 

S’exprimant lors de la session plénière du Comité monétaire et financier international aux réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du FMI 2024, le gouverneur de la Banque centrale saoudienne, Ayman Al-Sayari, a souligné l’importance de rester vigilant aux risques du secteur financier. 

Le gouverneur a souligné la nécessité d’une vigilance face aux défis persistants, citant l’élargissement de la divergence de la croissance, la faiblesse des perspectives de développement à moyen terme, les problèmes de sécurité alimentaire et la vulnérabilité accrue de la dette. 

« Dans ce monde en rapide évolution, le FMI devrait revoir ses politiques, au besoin, pour en assurer la pertinence et l’efficacité. Compte tenu de l’importante hétérogénéité des membres, on ne saurait trop insister sur l’importance de fournir des conseils stratégiques personnalisés dans le cadre de la surveillance et de la mobilisation des programmes », a-t-il dit.  

Al-Sayari a ajouté que les activités de surveillance du FMI devraient rester « adaptables aux besoins du paysage économique et financier en évolution ».  

« Il est essentiel de progresser davantage dans l’intégration de l’analyse macrofinancière dans la surveillance bilatérale, notamment en ce qui concerne les retombées financières et la volatilité des flux de capitaux et leurs effets sur la stabilité des pays émergents et des économies en développement », a déclaré le gouverneur. 

Il a salué le Programme de politique mondiale du Directeur général, un document présenté aux réunions de printemps du FMI. Le PAM identifie les défis politiques auxquels sont confrontés les pays membres et décrit les moyens par lesquels le FMI peut fournir une assistance. 

Al-Sayari a également souligné la résilience de l’économie mondiale dans un contexte de politiques monétaires serrées, de fragmentation croissante et de ralentissement du commerce international. 

Pour compenser les effets négatifs des menaces économiques, il a fortement soutenu le multilatéralisme tout en plaidant pour un système commercial international équitable et ouvert qui renforcerait la stabilité et l’inclusivité mondiales. 

Soulignant la force de l’économie saoudienne, le gouverneur a souligné l’engagement proactif du Royaume avec les organes compétents pour aider à stabiliser les systèmes financiers des nations régionales. 

Cela intervient alors que le ministre saoudien des Finances et président du CMFI, Mohammed Al-Jadaan, a pris sur son compte X pour noter que les membres du CMFI ont reconnu les impacts significatifs des crises sur l’économie mondiale. Cependant, il a ajouté que l’organe n’était pas la plate-forme appropriée pour aborder les questions géopolitiques et de sécurité, suggérant qu’elles devraient être discutées dans d’autres forums. 

« Le rôle du CMFI est de conseiller et de rendre compte de la supervision et de la gestion du système monétaire et financier international. Cela inclut les réponses aux événements qui peuvent perturber le système », a-t-il déclaré. 

Al-Jadaan a ajouté : « Bien sûr, le monde et le FMI eux-mêmes ont été confrontés à de multiples perturbations mondiales au cours des dernières années.

Les perspectives s’améliorent, ce qui est très positif, mais de nombreux défis demeurent, et nous devons être vigilants et prêts à les relever. L’ère d’aujourd’hui ne doit pas être de guerre et de conflit. » 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le président saoudien du CMFI reconnaît l'impact des crises mondiales, mais estime qu'elles devraient être discutées dans d'autres forums

Mohammed Al-Jadaan, président du CMFI, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la session plénière des réunions annuelles de printemps du FMI et de la Banque mondiale en 2024. (Reuters)
Mohammed Al-Jadaan, président du CMFI, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la session plénière des réunions annuelles de printemps du FMI et de la Banque mondiale en 2024. (Reuters)
Short Url
  • Les membres du CMFI se sont concentrés sur la guerre en Ukraine, la crise humanitaire à Gaza et les perturbations du transport maritime en mer Rouge, a déclaré Mohammed Al-Jadaan, ministre saoudien des Finances et président de l'organisme
  •  Al-Jadaan a déclaré que les membres du CMFI reconnaissaient que les crises avaient des répercussions importantes sur l'économie mondiale, mais que l'organisme n'était pas le lieu pour résoudre les questions géopolitiques et de sécurité

RIYAD : Le Comité monétaire et financier international (CMFI) a tenu vendredi sa réunion semestrielle à Washington DC pour discuter de l'impact macroéconomique et financier mondial des conflits actuels.

Les membres du CMFI se sont concentrés sur la guerre en Ukraine, la crise humanitaire à Gaza et les perturbations du transport maritime en mer Rouge, a déclaré Mohammed Al-Jadaan, ministre saoudien des Finances et président de l'organisme.

 Al-Jadaan a déclaré que les membres du CMFI reconnaissaient que les crises avaient des répercussions importantes sur l'économie mondiale, mais il a ajouté que l'organisme n'était pas le lieu pour résoudre les questions géopolitiques et de sécurité, et qu'elles devaient être discutées dans d'autres forums.

 Il a déclaré que « le rôle du CMFI était de conseiller et de faire des rapports sur la supervision et la gestion du système monétaire et financier international. Il s'agit notamment de réagir aux événements susceptibles de dérégler le système ».

« Bien sûr, le monde et le FMI (Fonds monétaire international) lui-même ont été confrontés à de multiples secousses mondiales au cours des dernières années ».

« Les perspectives s'améliorent, ce qui est très positif, mais de nombreux défis subsistent, et nous devons être vigilants et prêts à les relever. L'ère actuelle ne doit pas être celle de la guerre et des conflits ».

Le ministre saoudien préside le CMFI, l'organe consultatif du conseil des gouverneurs du FMI, et s'exprimait lors de la réunion du comité dans le cadre des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

Le CMFI a remercié la présidente sortante, Nadia Calvino, pour son leadership et a accueilli son remplaçant Al-Jadaan.

 Al-Jadaan a précisé que « l'atterrissage en douceur de l'économie mondiale semblait se rapprocher ».

« L'activité économique s'est avérée plus résistante que prévu dans de nombreuses régions du monde, même si elle continue de diverger d'un pays à l'autre ».

Toutefois, les conflits en cours continuent de peser sur l'économie mondiale, ce qui se traduit par des perspectives de croissance faibles à moyen terme.

 Al-Jadaan a ajouté : « Même si l'inflation a baissé dans la plupart des régions, avec la résorption des crises de l'offre et des effets d'une politique monétaire rigoureuse, sa persistance justifie la prudence ».

« Si les risques pesant sur les perspectives sont désormais globalement équilibrés, ceux de la dégradation subsistent, ils dépendent de l'évolution à court terme de l'inflation et des taux d'intérêt, des prix des actifs et de la stabilité financière, des mesures de politique budgétaire, ainsi que de l'évolution de la situation géopolitique ».

« D'autres défis urgents affectent également l'économie mondiale, tels que le changement climatique, la vulnérabilité accrue de la dette, l'augmentation des inégalités et le risque de fragmentation géoéconomique », a-t-il ajouté.

Le ministre saoudien a indiqué : « Dans ce contexte, nos priorités politiques sont de parvenir à la stabilité des prix, de renforcer la viabilité budgétaire et de préserver la stabilité financière, tout en promouvant une croissance inclusive et durable ».

« Nous allons procéder à la reconstitution des réserves budgétaires, en adaptant soigneusement les mesures aux circonstances propres à chaque pays, tout en protégeant les plus vulnérables et les investissements qui favorisent la croissance ».

 Al-Jadaan a déclaré que les banques centrales restaient fermement engagées à atteindre la stabilité des prix et qu'elles continueraient à communiquer leurs objectifs politiques afin de limiter les retombées négatives.

 Il a ajouté : « Nous continuons à travailler pour combler les lacunes en matière de données, de surveillance et de réglementation dans le secteur financier, en particulier dans les institutions financières non bancaires, le cas échéant, et nous sommes prêts à déployer des outils de politique macro prudentielle pour atténuer les risques systémiques ».

Il a affirmé que le FMI soulignait l'importance de la coopération internationale pour améliorer la résilience de l'économie mondiale et du système monétaire international, ajoutant que les membres « agiront collectivement, le cas échéant, pour soutenir les transitions climatiques et numériques, y compris l'intelligence artificielle, tout en tenant compte des circonstances propres à chaque pays. »

Au cours de la réunion, qui s'est tenue en présence de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, Al-Jadaan a réitéré les engagements du FMI en matière de taux de change, de lutte contre les déséquilibres mondiaux excessifs, de gouvernance et d'évitement des mesures protectionnistes.

Il a ajouté : « Nous continuerons également à travailler ensemble pour renforcer le filet de sécurité financier mondial, remédier aux vulnérabilités de la dette mondiale et soutenir les pays vulnérables lorsqu'ils entreprennent des réformes pour remédier à leurs vulnérabilités et répondre à leurs besoins de financement ».

 Al-Jadaan a également déclaré que le FMI poursuivrait son « rôle critique et catalyseur en fournissant une assistance financière pour aider les membres à résoudre leurs problèmes de balance des paiements et à parvenir à la stabilité économique et à une croissance inclusive ».

 Il a ajouté que l'institution envisageait d'accueillir un nouveau 25e président au conseil d'administration du FMI pour l'Afrique subsaharienne en novembre afin d'améliorer la représentation régionale et son équilibre.

« Nous appuyons les efforts accrus du FMI pour attirer et développer les talents afin de soutenir les domaines prioritaires existants et nouveaux, et pour améliorer encore la diversité et l'inclusion du personnel, en répondant aux défis spécifiques identifiés dans le rapport sur la diversité et l'inclusion pour les exercices 2022 et 2023. »

Il a également annoncé que la prochaine réunion des 24 membres du CMFI devrait se tenir en octobre. Les représentants se réunissent habituellement deux fois par an, lors des assemblées annuelles et de printemps de la Banque et du FMI, pour définir l'ordre du jour proposé pour le programme de travail du FMI.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le «halving» est là, les créations de bitcoins vont ralentir

Une femme s'entretient avec un employé d'une bourse de crypto-monnaies à Hong Kong le 15 avril 2024. (Photo Dale De La Rey AFP)
Une femme s'entretient avec un employé d'une bourse de crypto-monnaies à Hong Kong le 15 avril 2024. (Photo Dale De La Rey AFP)
Short Url
  • Depuis le lancement du jeton numérique en 2009, la récompense en bitcoins est réduite de moitié (half en anglais) une fois une certaine quantité de cette devise numérique créée
  • L'objectif du «halving» est de contrôler le rythme d'émission de bitcoins, dont la quantité totale a été définie à 21 millions d'unités par son mystérieux créateur (ou créateurs) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto

NEW YORK : Événement récurrent très attendu du secteur, le «halving», soit la réduction de moitié de la récompense perçue par les «mineurs» qui contribuent à la création de bitcoins, s'est produit vendredi.

«Le 4eme +halving+ du bitcoin est achevé!», a posté la première plateforme d'échange mondiale de cryptomonnaies, Binance, sur son compte officiel X (ex-Twitter). «Le compte à rebours a été réinitialisé. Rendez-vous en 2028.»

Plusieurs autres sites de conversion de cryptomonnaies tels Coinbase, Crypto.com ou HTX ont confirmé, également sur X, que le seuil avait été franchi.

La génération de bitcoin fonctionne par «blocs», qui contiennent chacun des informations sur les transactions réalisées dans cette monnaie.

Ces blocs sont «minés», c'est-à-dire créés par des acteurs privés qui réalisent des calculs très complexes et sont récompensés en bitcoins.

Depuis le lancement du jeton numérique en 2009, la récompense en bitcoins est réduite de moitié (half en anglais) une fois une certaine quantité de cette devise numérique créée.

Tous les 210.000 blocs «minés» ou créés, se produit le «halving».

Au rythme d'un bloc miné toutes les environ 10 minutes, le «halving» se produit environ tous les quatre ans.

Fixée depuis le précédent «halving» de mai 2020 à 6,25 bitcoins par bloc créé, la récompense octroyée à un «mineur» est tombée vendredi à 3,125 bitcoins.

L'objectif du «halving» est de contrôler le rythme d'émission de bitcoins, dont la quantité totale a été définie à 21 millions d'unités par son mystérieux créateur (ou créateurs) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

Ce niveau maximum devrait être atteint d'ici à 2040. Plus de 19 millions de bitcoins sont déjà en circulation.

«En ralentissant la vitesse à laquelle les nouveaux bitcoins sont créés, le halving contribue à maintenir la rareté et potentiellement à augmenter la valeur de cette cryptomonnaie, en supposant que la demande reste stable ou augmente», détaille Matthew Weller, analyste chez Forex.com, dans une note publiée en amont de l'événement.

- La rentabilité en question -

Depuis plusieurs mois, le cours du jeton numérique a bénéficié de cette perspective d'une offre réduite, ainsi que de l'arrivée sur le marché américain d'un nouveau produit d'investissement, un fonds indiciel (ETF) indexé sur le cours du bitcoin.

Ces ETF ont favorisé l'arrivée dans l'univers du bitcoin de nombreux investisseurs institutionnels et particuliers, car il leur permet de bénéficier de l'évolution de la monnaie numérique sans en acheter eux-mêmes.

Depuis le début de l'année, le bitcoin a ainsi pris plus de 50%, touchant le mois dernier un record absolu à 73.797 dollars.

Vendredi, le cours du bitcoin n'a pas réagi au «halving», ce que beaucoup d'analystes avaient anticipé, faisant valoir que le prix de la monnaie intégrait déjà l'événement depuis des semaines.

Vers 01H30 GMT samedi (21H30 heure de New York vendredi), le bitcoin gagnait 2,48%, à 63.626 dollars.

Pour les analystes de JPMorgan, la division par deux de la rémunération allouée aux «mineurs» devrait entraîner une consolidation du marché, avec la disparition des acteurs dont l'activité n'est plus rentable.

Ils voient les sociétés cotées tirer leur épingle du jeu, car elles peuvent se financer plus facilement pour «faire croître leur activité et investir dans des équipements plus efficients».

Le «minage» requiert, en effet, une infrastructure informatique très importante, capable de réaliser les calculs nécessaires.

La technique du minage entraîne une consommation d'énergie colossale, qui a valu au bitcoin des critiques, a fortiori dans la mesure où cette devise numérique est, pour l'instant en tout cas, un actif spéculatif davantage qu'un outil transactionnel.

Dans la perspective de marges réduites, de nombreuses entreprises spécialisées se sont ainsi déjà préparées en investissant dans du matériel plus performant ou en abaissant leurs coûts au maximum, notamment énergétiques.

Certaines devront «éteindre une partie de leurs machines pour réduire leurs coûts», récoltant donc moins de bitcoins, et si «le cours du bitcoin descend, leur profitabilité décroit» encore, spécule Manuel Valente, analyste chez Coinhouse, interrogé par l'AFP.