Dans les ruines de palais afghans, les réfugiés ont remplacé les sultans

«Il n’y a aucun endroit dans le monde islamique où on ait quelque chose de ce genre-là, un ensemble aussi cohérent, aussi élaboré, et malgré tout pour l’instant encore relativement bien conservé». (Photo, AFP)
«Il n’y a aucun endroit dans le monde islamique où on ait quelque chose de ce genre-là, un ensemble aussi cohérent, aussi élaboré, et malgré tout pour l’instant encore relativement bien conservé». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 24 mai 2021

Dans les ruines de palais afghans, les réfugiés ont remplacé les sultans

  • «Nous avons vraiment peur que notre histoire ne soit détruite»
  • Ces deux dynasties ont régné entre le Xe et le XIIIe siècles sur une région qui incluait l'Afghanistan actuel, diffusant l'art islamique jusque dans le nord de l'Inde

LASHKAR GAH: Sur les flancs de la rivière Helmand, dans le sud de l’Afghanistan, reposent les ruines d’une cité royale millénaire. Mais les archéologues s’inquiètent pour l’avenir de cet ensemble exceptionnel, aujourd’hui occupé par des centaines de personnes déplacées par les combats alentour.

En surplomb du cours d'eau presque asséché, dans les faubourgs de Lashkar Gah, la capitale de la province du Helmand, apparaît un étonnant complexe de palais d'argile ocre, aux contours adoucis par le temps, appelé par les locaux Qala-e-Kohna et datant du XIe siècle.

photo
Dénommé Lashkari Bazar par les archéologues, il forme le seul exemple connu d'une résidence d'hiver des sultans Ghaznévides puis Ghorides. (Photo, AFP)

Dénommé Lashkari Bazar par les archéologues, il forme le seul exemple connu d'une résidence d'hiver des sultans Ghaznévides puis Ghorides. Ces deux dynasties ont régné entre le Xe et le XIIIe siècles sur une région qui incluait l'Afghanistan actuel, diffusant l'art islamique jusque dans le nord de l'Inde.

D'autres constructions éparses s'étendent sur une dizaine de kilomètres vers le sud, jusqu'à la citadelle de Bost, connue pour son arche. Le tout a suscité l'intérêt pour son ampleur, sa remarquable architecture et ses peintures murales.

«Il n’y a aucun endroit dans le monde islamique où on ait quelque chose de ce genre-là, un ensemble aussi cohérent, aussi élaboré, et malgré tout pour l’instant encore relativement bien conservé», déclare Philippe Marquis, le directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa).

photo
Il «est important de le préserver parce qu'on est sûr que ça nous apprendrait beaucoup sur cette période-là». (Photo, AFP)

«On en connaît finalement peu de choses», souligne-t-il, ajoutant qu'il «est important de le préserver parce qu'on est sûr que ça nous apprendrait beaucoup sur cette période-là».

Mais ces monuments, faits de briques et de pisé, sont menacés par les habitations modernes de la ville en expansion, et par la présence dans leurs murs de familles chassées de zones rurales dont les talibans ont pris le contrôle.

Celles-ci ont pris place au milieu des arches ornées, des tours en partie écroulées, des niches ayant un temps abrité peintures et sculptures. Les nouveaux occupants ont ajouté des fenêtres, portes et barbelés, recouvrant les murs d'un mélange d'argile et de paille pour éviter qu'ils ne s'écroulent.

Un endroit pour les fantômes

Une porte de fer forgé bleue ouvre sur la «maison» d'Agha Mohammad, composée de deux petites salles aux très hauts murs qu'il a enduits de cette mixture. Dans l'une des pièces, il a rajouté une toiture en bambou, à laquelle pend un berceau de fortune.

«Quand le district de Nad Ali (près de Lashkar Gah) est tombé, je suis venu ici» il y a quelques mois, raconte Agha, un policier de 33 ans.

«Je veux que le gouvernement me donne un endroit où vivre. Regardez les fissures dans le toit. J'ai peur que ça ne tombe une nuit», ajoute-t-il. Quelques centaines de personnes vivraient ici, pour beaucoup des familles de policiers trop démunies pour louer de vrais logements.

Ils ne reçoivent aucune aide et n'ont accès ni à l'électricité ni à l'eau courante. «Je devrais avoir le soutien du gouvernement, car j'ai perdu trois fils qui le servaient», soupire Bibi Halima, 48 ans, qui a fui le district proche de Grishk, où les combats font rage.

photo
A Lashkar Gah, il se murmure que des officiels ont saisi la majeure partie des ruines pour les louer aux réfugiés, mais le silence sur le sujet reste de mise. (Photo, AFP)

C'est «un endroit pour les fantômes, pas pour les humains», déplore Khudai Nazar, 54 ans, un autre déplacé. «Chaque maison est pleine de veuves (...) Si nos enfants meurent, personne ne s'y intéresse», ajoute Sayed Agha, 55 ans, qui se dit prêt à partir à tout moment si on le lui propose.

A Lashkar Gah, il se murmure que des officiels ont saisi la majeure partie des ruines pour les louer aux réfugiés, mais le silence sur le sujet reste de mise.

«Le site a été accaparé par des gens qui louent des maisons à ceux qui ont fui les zones dangereuses», admet toutefois à Kaboul Farid Haidari, un responsable du département d'archéologie de la capitale.

Conserver le site 

photo
La Dafa avait exploré le site dans les années 1950 et il n'y a pas eu de travaux archéologiques depuis lors. (Photo, AFP)

La Dafa avait exploré le site dans les années 1950 et il n'y a pas eu de travaux archéologiques depuis lors. Elle avait identifié les palais, la mosquée et les autres bâtiments annexes, comme les ateliers de poterie et d'artisanat, ou les glacières qui permettaient des conserver des aliments frais. 

Elle avait aussi excavé les fameuses peintures composées de scènes de cour, rares pour une époque à laquelle la représentation d'images figuratives d'êtres vivants était déjà mal vue dans l'islam.

Ces peintures, qui avaient été placées au musée de Kaboul, y ont ensuite été détruites ou dérobées lors de la guerre civile des années 1990. Mais des photos subsistent.

Philippe Marquis s'inquiète des destructions causées par les «squatteurs» et pilleurs. Il craint aussi les effets du réchauffement climatique, qui pourraient provoquer une crue de la rivière susceptible de ravager le site.

Il aimerait le transformer en «parc archéologique», en impliquant les déplacés dans sa conservation pour qu'ils gagnent ainsi leur vie et puissent quitter les lieux. «Le paradoxe c'est qu'à leur manière les gens protègent l'endroit, parce que c'est leur maison», admet-il.

Shah Mahmud Haseat, 74 ans, qui a écrit un livre sur la citadelle de Bost, laquelle est restée inoccupée car située plus loin de Lashkar Gah, est cependant plus circonspect sur l'avenir du lieu. 

«J'ai tenté de convaincre (le gouvernement) de protéger le site, mais ils n'ont rien fait», regrette-t-il. «Nous avons vraiment peur que notre histoire ne soit détruite.»


En Arabie saoudite, une nouvelle loi destinée à la famille et au renforcement des liens familiaux

Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Short Url
  • Plusieurs articles de la Vision 2030 du Royaume préconisent la consolidation de la famille et la lutte contre les obstacles qui se dressent sur son chemin
  • L’objectif de la transformation numérique menée actuellement au sein du ministère de la Justice consiste non seulement à faciliter les services, mais à améliorer les procédures

RIYAD: Le ministère saoudien de la Justice s'apprête à introduire un projet de loi relatif au statut personnel, dans lequel il accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux.

Lors du Saudi Family Forum 2021 (Forum des familles saoudiennes 2021), le ministre de la Justice de l’Arabie saoudite, Walid al-Samaani, a mis en lumière les objectifs qui sous-tendent le projet de loi sur le statut personnel annoncé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane. Le plus important de ces objectifs porte sur la situation familiale, la consolidation des liens familiaux – dans la mesure du possible – et la lutte contre les répercussions d’une séparation.

D'après M. Al-Samaani, ce projet se concentre avant tout sur la volonté la femme de se marier, sur la protection de son droit et de celui de ses enfants à une pension alimentaire, et sur d'autres aspects en lien avec le divorce.

Lors de son intervention dans ce forum, le ministre a rappelé qu’un grand nombre de mesures publiques, parmi lesquelles la loi sur la gouvernance, ont pour objectif de conférer une autonomie financière aux familles afin de leur permettre de se développer durablement sur le plan social et de surmonter les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Il a également rappelé que plusieurs articles de la Vision 2030 du Royaume préconisent la consolidation de la famille et la lutte contre les obstacles qui se dressent sur son chemin.

Selon le ministre de la Justice, parmi les décisions qui ont permis de consolider la stabilité et la continuité des familles figure la réforme des codes exécutifs qui régissent les procédures judiciaires. Il est notamment prévu que soit ajouté un texte de loi qui renvoie tous les litiges en matière de statut personnel au bureau de réconciliation chargé de rapprocher les conjoints.

Selon M. Al-Samaani, cet amendement a permis de faire baisser de plus de 20% le nombre de litiges relatifs au divorce, à la pension alimentaire et à d’autres questions; on s’attend à ce que ce chiffre continue à baisser. Au sujet de l’amélioration des procédures liées aux litiges portant sur le statut personnel, le ministre estime que la mise en place du centre chargé de réviser les plaintes a permis de réduire de plus de 30% la durée des procédures judiciaires.

L’objectif de la transformation numérique menée actuellement au sein du ministère de la Justice consiste non seulement à faciliter les services, mais à améliorer les procédures, notamment en matière de qualité et de diversité des litiges, tels que les différends relatifs au statut personnel. Le fait de déposer des plaintes à distance, du domicile ou d’ailleurs, permet également aux instances judiciaires et aux autorités compétentes – telles que la Commission des droits de l’homme – de remplir leur rôle et d’évaluer la situation sociétale.

M. Al-Samaani a indiqué que le ministère de la Justice avait lancé cent vingt services électroniques. Il a rappelé que la pandémie de Covid-19 n’avait pas interrompu les procès. Ainsi, plus d’un million et demi de séances ont été tenues, plus d’un million de décisions ont été rendues au moyen de procédures électroniques et plus de trois millions de plaintes ont pu être déposées par voie électronique.

M. Al-Samaani précise que le ministère de la Justice avait adopté des techniques qui relèvent de l’intelligence artificielle. Cette technologie a été employée pour la première fois dans des affaires relatives au statut personnel, ce qui a permis aux instances judiciaires de déterminer à l’avance 80% des verdicts rendus.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Israël: huit milliards d'euros pour réduire les inégalités au sein de la minorité arabe

Manifestation de Palestiniens devant la Cour suprême israélienne pour protester contre les expulsions de logements à Jérusalem-est (Photo, AFP).
Manifestation de Palestiniens devant la Cour suprême israélienne pour protester contre les expulsions de logements à Jérusalem-est (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour la première fois de l'histoire d'Israël, un parti arabe -- les islamistes modérés Raam de Mansour Abbas -- soutient une coalition au pouvoir
  • La minorité arabe est frappée par un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et se dit victime de discriminations en tous genres

JERUSALEM: Le gouvernement israélien a approuvé lundi l'octroi d'environ huit milliards d'euros sur cinq ans dans le but d'améliorer les conditions socio-économiques de la minorité arabe du pays, qui se plaint de discriminations et fait face à une vague de criminalité sans précédent.

Ce plan, approuvé dimanche soir par le gouvernement, intervient alors que la coalition menée par le Premier ministre, Naftali Bennett, qui a succédé en juin au gouvernement de Benjamin Netanyahu, a jusqu'au 14 novembre pour faire adopter le budget d'Etat et éviter ainsi la tenue de nouvelles élections.

Pour la première fois de l'histoire d'Israël, un parti arabe -- les islamistes modérés Raam de Mansour Abbas -- soutient une coalition au pouvoir. 

Le plan quinquennal du gouvernement israélien prévoit des investissements de 30 milliards de shekels (8,02 milliards d'euros) sur cinq ans pour financer différentes initiatives dans le but de "réduire l'écart" entre la minorité arabe et la majorité juive du pays.

Représentant environ un cinquième de la population, les citoyens arabes d'Israël sont les descendants des Palestiniens qui sont restés sur leurs terres après la création de l'Etat hébreu en 1948.

Ils détiennent des passeports israéliens et ont le droit de vote, mais la minorité arabe est frappée par un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et se dit victime de discriminations en tous genres, notamment en matière de logement et d'application de la loi.

Le gouvernement israélien a aussi donné son feu vert dans la nuit de dimanche à lundi, à un investissement supplémentaire de 2,5 milliards de shekels (670 millions d'euros) sur cinq ans, afin de lutter contre les crimes et la violence dans les villes arabes israéliennes, où le taux d'homicide et les cas d'extorsion ont atteint un niveau sans précédent. 

Vendredi, des milliers de citoyens arabes ont manifesté à Umm al-Fahm pour demander l'intervention de l'Etat pour juguler ces violences.

Depuis le début de l'année, 102 homicides volontaires ont été commis dans la communauté arabe israélienne, suscitant une inquiétude croissante quant à la spirale de la violence au sein de cette minorité.


Initiative pour un Moyen-Orient vert: élaborer une feuille de route régionale pour un mode de vie durable

L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie». (SPA)
L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie». (SPA)
Le prince saoudien Mohammed ben Abdelrahman ben Abdelaziz, gouverneur par intérim de la province de Riyad, reçoit la Première ministre tunisienne, Najla Bouden, lors du sommet de l’Initiative pour un Moyen-Orient vert à Riyad, le 24 octobre 2021. (SPA)
Le prince saoudien Mohammed ben Abdelrahman ben Abdelaziz, gouverneur par intérim de la province de Riyad, reçoit la Première ministre tunisienne, Najla Bouden, lors du sommet de l’Initiative pour un Moyen-Orient vert à Riyad, le 24 octobre 2021. (SPA)
Short Url
  • La neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie»
  • Le Royaume s’engage à doubler la quantité de carbone qu’il réduira dans son économie nationale en éliminant 278 millions de tonnes de polluants par an d’ici à 2030

DJEDDAH: L’Initiative pour un Moyen-Orient vert – dernier événement de l’Initiative verte saoudienne – commence aujourd’hui. Elle vise à établir une feuille de route durable pour la région et à mettre l’accent sur la transition verte, les solutions politiques vertes et la contribution du secteur financier aux objectifs de l’Initiative verte saoudienne, en plus de proposer un éclairage au niveau international.

Plusieurs chefs d’État participeront à cet événement, avec des intervenants clés comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, la vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, le PDG de BlackRock, Larry Fink, le directeur général du groupe HSBC, Noel Quinn; et André Esteves, associé principal de la banque BTG Pactual, au Brésil.

Plus tôt cette année, le prince héritier a déclaré que l’Initiative verte saoudienne et l’Initiative pour un Moyen-Orient vert s’inscrivaient dans le cadre des efforts environnementaux déployés par le Royaume au cours des dernières années, conformément au projet Vision 2030.

Ces deux initiatives témoignent de la volonté ferme du Royaume de relever les défis environnementaux auxquels il fait face, de la hausse des températures et des vagues de poussière aux faibles niveaux de précipitations et à la désertification.

Elles ont également pour objectif commun de planter cinquante milliards d’arbres et de faire en sorte que la région du Moyen-Orient contribue à 10% de la réduction des émissions de carbone prévue à l’échelle mondiale.

L’Initiative verte saoudienne a pour ambition d’atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre, principalement produits par la combustion des carburants fossiles d’ici à 2060.

L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie».

En annonçant ce projet qui vise à atteindre l’objectif «zéro émission nette» d’ici à 2060, le prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré samedi dernier que cette décision était conforme aux plans de développement du Royaume, «tout en préservant et en renforçant son rôle de premier plan dans la sécurité et la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie».

Le Royaume s’engage à doubler la quantité de carbone qu’il réduira dans son économie nationale en éliminant 278 millions de tonnes de polluants par an d’ici à 2030.

«En tant que région, nous avons toujours dû vivre dans des conditions climatiques difficiles et nous devrons continuer à innover en matière d’atténuation et d’adaptation», a déclaré le Dr Sultan ben Ahmed al-Jaber lors d’un forum sur la COP26 qui se déroulait à Riyad.

«Les Émirats arabes unis félicitent vivement les dirigeants et le peuple d’Arabie saoudite, en particulier les jeunes, d’avoir pris cette initiative stratégique historique, audacieuse et à long terme. Cela représente un changement radical dans les aspirations de cette région», ajoute le ministre.

L’Initiative verte saoudienne a pour but de renforcer le couvert végétal, de réduire les émissions de carbone, de lutter contre la pollution et la dégradation des terres ainsi que de préserver les écosystèmes marins.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com