La fermeture de la chaîne Pizza Hut accentue le sentiment de déclin des Libanais

La fermeture de la chaîne Pizza Hut accentue le sentiment de déclin des Libanais Nouvelle perte pour les Libanais avec l’annonce de la fermeture de Pizza Hut au Liban plus tôt ce mois-ci. (AFP / Fourni / Photos de fichiers)
La fermeture de la chaîne Pizza Hut accentue le sentiment de déclin des Libanais Nouvelle perte pour les Libanais avec l’annonce de la fermeture de Pizza Hut au Liban plus tôt ce mois-ci. (AFP / Fourni / Photos de fichiers)
Short Url
Publié le Mardi 08 juin 2021

La fermeture de la chaîne Pizza Hut accentue le sentiment de déclin des Libanais

  • La franchise internationale dernière victime de la crise économique aggravée par la pandémie
  • Pour de nombreux Libanais, une pizza dans n'importe quel point de vente symbolisait une occasion de se retrouver en famille et entre amis

BEYROUTH: C'était la Saint-Valentin et le rendez-vous parfait pour une jeune femme de Beyrouth. Malheureusement, un voyage professionnel de dernière minute a forcé le report de la soirée romantique. Pour consoler leur amie au cœur brisé, Haya et Melissa ont choisi le repas parfait pour la réconforter.

«Nous avons fini par aller chez elle et je l'ai surprise avec une pizza de Pizza Hut», déclare Haya à Arab News. «Le restaurant était vide quand je suis allée chercher la pizza. Le chef m'a laissé la décorer avec du pepperoni en forme de cœur.

Ce n'était peut-être pas le grand geste romantique qu'Haya et Melissa avaient espéré organiser pour leur amie après le départ de son petit-ami, mais elles ont toutes apprécié la soirée et y repensent avec tendresse.

Elles ont donc été profondément attristées d’apprendre que la chaîne de pizzas préférée du Liban fermait ses portes, dernière victime en date de la restauration du pays.

Dans un message publié sur Facebook le 23 mai, Pizza Hut Lebanon dit: «Nous n'oublierons jamais l'excitation sur votre visage chaque fois que vous êtes devant une pizza à croûte farcie au fromage ... Vous offrir la meilleure qualité et l'expérience a toujours été notre priorité absolue. Jusqu'à ce que nous puissions le refaire, le cœur lourd, nous disons au revoir.

Pour certains, cela peut sembler idiot ou trivial dans un pays où les gens ont fait face à tant d'adversité ces dernières années d'être bouleversés par la fermeture d'un établissement de restauration rapide, en particulier une marque internationale aussi omniprésente que Pizza Hut.

Mais pour d'autres, une pizza à déguster sur la table représente une occasion conviviale en famille et entre amis, au restaurant ou à la maison, que les tacos ou les hamburgers et les frites ne peuvent tout simplement pas égaler.

Il est donc compréhensible que le sentiment dépasse le simple regret que les pizzas de la chaîne ne soient plus disponibles, et soit peut-être plus le reflet de souvenirs perdus du temps passé en bonne compagnie autour d’une ou deux parts de pizza.

CHUTE LIBRE DE LA RESTAURATION DU LIBAN

  • 4200 – Fermetures de restaurants et cafés depuis l'été 2019
  • 2000 - Établissements endommagés lors de l'explosion du 4 août 2020
  • 896 - Entreprises d'alimentation et de divertissement fermées en 2021

«Mon souvenir préféré est quand ils ont introduit PHD (Pizza Hut Delivery)», déclare Farah Tabsh, une consultante à Dubaï, à Arab News. «Ma mère finissait son doctorat à l'époque. Mon frère, qui était jeune, nous a entendues dire que nous allions commander un PHD et l'air confus a dit: «Je pensais que c'était le travail de maman.»

«Je pense qu'en général, nous assimilons Pizza Hut à une récompense après l'école, comme lorsqu’on réussit une épreuve. C'était motivant d’entendre les parents dire : «Si tu finis tes devoirs, nous commanderons chez Pizza Hut.» »

D'autres clients nostalgiques déclarent que l'expérience du restaurant leur manquerait le plus.

«C’est un endroit où vous vous connectez avec les gens - c’est ce que Pizza Hut était pour nous», raconte Sarah Siblini, une ingénieure qui prépare sa maîtrise en administration des affaires.

«Ce n’était pas seulement la livraison et les plats à emporter. Quand je pense à Pizza Hut, je pense au fait d’être sur place avec les gens, profiter de mon temps avec eux et déguster de bonnes pizzas.

La chaîne de pizzas - qui a été fondée en 1958 à Wichita, Kansas, et est la plus grande au monde en termes de nombre de succursales - est la dernière marque internationale à se retirer du Liban ou à y réduire ses activités.

D'autres incluent le fabricant de boissons gazeuses Coca-Cola et ses filiales Fanta et Sprite, et la société de vêtements de sport Adidas, qui a fermé ses magasins dans la capitale et se concentre sur la vente via des distributeurs tiers.

Les enseignes réagissent aux crises qui se chevauchent au Liban, qui se manifestent par une dépréciation de la monnaie, une inflation en flèche et des troubles sociaux croissants. La situation a été exacerbée par la pandémie du Covid-19, l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth en août de l’année dernière et la paralysie politique persistante.

De nombreuses entreprises locales et régionales ont également été contraintes de fermer, telles que Cafe Em Nazih et Grand Cafe, tout comme Couqley French Bistro.

«La séquence des crises depuis l'été 2019 a réduit le nombre de restaurants et de cafés de 8 500 établissements à 4 300 », précise Tony Ramy, président du Syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, discothèques et pâtisseries. Cette année seulement, 896 sites ont fermé jusqu'à présent, dit-il à Arab News.

Plus de 2000 établissements ont été partiellement ou complètement détruits par l'explosion de Beyrouth l'année dernière, qui a tué au moins 200 personnes, blessé environ 6000 autres et détruit une grande partie de la ville, y compris certains de ses restaurants les plus branchés.

De nombreuses entreprises qui ont survécu à la dévastation luttent pour survivre à la crise financière et aux effets de la pandémie. Même le célèbre hôtel cinq étoiles Le Bristol - qui autrefois accueillait d'illustres invités tels que le dernier Shah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi, le prince Albert de Monaco et l'ancien président français Jacques Chirac - a succombé aux pressions financières, fermant ses portes l’année dernière, après presque 70 ans d’activité.

Dans un geste généreux pour soulager la souffrance de la communauté qui les a hébergés pendant si longtemps, les propriétaires de l'hôtel ont fait don de tous les meubles à l'association caritative Beit El Baraka, qui soutient les habitants de la ville qui ont perdu leur maison ou leur pain quotidien dans l'explosion du port.

L'explosion, causée par près de 2750 tonnes de nitrate d'ammonium mal entreposées, a été le coup de massue pour de nombreux propriétaires d'entreprises qui luttent pour survivre aux pressions de la crise financière et des mesures liées au coronavirus.

«Après plusieurs confinements totaux et partiels en 2020 et 2021, et malgré la reprise desactivités, le secteur de la restauration se méfie de la réouverture car les coûts opérationnels dépassent désormais les bénéfices», explique Ramy. La raison en est que les achats auprès des fournisseurs sont basés sur le taux de change du dollar du marché parallèle, dit-il, qui est beaucoup plus élevé que le taux officiel et provoque une flambée des prix.

Avant même que la pandémie ne mette un terme à la vie quotidienne normale, le Liban vivait une catastrophe économique d'une ampleur sans précédent, sa monnaie perdant 80% de sa valeur.

Selon la Banque mondiale, la croissance du produit intérieur brut réel s'est contractée de 20,3% l'an dernier et le taux d'inflation a atteint trois chiffres. La crise financière, la pire du pays depuis la guerre civile de 1975-1990, a déclenché des troubles sociaux dans tout le pays.Des rixes ont éclaté dans les supermarchés pour des produits de base tels que l'huile de cuisson et le lait en poudre, tandis que la flambée du chômage et de l'inflation a plongé la moitié de la population dans la pauvreté.

Pendant ce temps, le gouvernement intérimaire, qui a pris le relais lorsque le cabinet en place a démissionné suite à l'explosion de Beyrouth, reste toujours en place 10 mois plus tard alors que les politiciens continuent de se disputer la composition d'un nouveau cabinet.

Le peuple libanais, qui a enduré tant de difficultés au cours des dernières décennies, a l'habitude de trouver des solutions de rechange à la pire des morosités. Certains, par exemple, considèrent la disparition de marques occidentales telles que Pizza Hut comme une opportunité pour les entreprises locales de combler le vide - un vide, qui pourrait peut-être, laisser place à une renaissance sociale et culturelle.

"Il y a beaucoup d'espoir chez les entreprises locales, donc je ne suis pas attristé que Pizza Hut ferme, car je vois le contraire: le local en plein essor", déclare Siblini.

«Même si nous avons eu de bons souvenirs, ce ne sont que des souvenirs - et les souvenirs appartiennent au passé.»

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Covid19: Redressement des dividendes des dix principales entreprises saoudiennes

Une vue du "Boulevard Entertainment City" à Riyad. (AFP).
Une vue du "Boulevard Entertainment City" à Riyad. (AFP).
Short Url
  • En 2021, les sociétés cotées en Arabie saoudite ont versé des dividendes plus importants aux investisseurs
  • Les entreprises qui figurent dans le top 10 de l’Arabie saoudite sont relativement stables et le total de leur capitalisation boursière est supérieur à 16 milliards de dollars

RIYAD: En 2021, les sociétés cotées en Arabie saoudite ont versé des dividendes plus importants aux investisseurs grâce à la reprise économique qui a suivi la flambée de la Covid-19 au mois de mars dernier.
Il reste encore à voir comment le variant Omicron influencera le rebond que les entreprises ont connu au début de l'année dernière, notamment après le déploiement des vaccins et l'assouplissement des restrictions.
Cependant, les dix premières entreprises saoudiennes cotées à la bourse – dont les actifs dépassent 2 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,88 euro), soit 7 500 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien, ou SAR = 0,24 euro) – ont maintenu ou augmenté leurs dividendes en 2021. Elles ont ainsi pu attirer les investisseurs désireux d'obtenir un revenu fiable dans le contexte incertain que suscite la pandémie dans le monde.
Les entreprises qui figurent dans le top 10 de l’Arabie saoudite comprennent quatre géants du secteur de l'énergie et des matériaux, quatre banques, un fournisseur de services publics et une société de télécommunications. Ces entreprises sont relativement stables et le total de leur capitalisation boursière est supérieur à 16 milliards de dollars.


L’Arabie saoudite appelle le CCG à accélérer la mise en place de l’union douanière et du marché commun

Le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan, a présidé la 115e session extraordinaire du Comité de coopération financière et économique à Riyad. (Ministère des Finances)
Le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan, a présidé la 115e session extraordinaire du Comité de coopération financière et économique à Riyad. (Ministère des Finances)
Short Url
  • Le ministre a rappelé combien il était important de surmonter les obstacles en faisant un saut qualitatif au niveau de la coopération
  • La réunion du comité se tient sur une base régulière pour évoquer l’évolution des lois et des mesures économiques adoptées par les membres du CCG

RIYAD: Le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan, a appelé les pays du Golfe à finaliser la mise en place d’une union douanière et à établir le marché commun du Golfe afin de parvenir à l’unité économique d’ici à 2025.
Il a pris la parole à l’occasion de la 115e session extraordinaire du Comité de coopération financière et économique à Riyad, en présence d’autres États membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG).
La réunion était présidée par le ministre Al-Jadaan et le secrétaire général du CCG, Nayef al-Hajraf, y participait, ainsi qu’un certain nombre de responsables et d’experts.
M. Al-Jadaan a fait part de l’intention du Royaume de redoubler d’efforts afin de mettre en œuvre la Vision 2030 du roi Salmane, qui consiste à promouvoir une action conjointe du Golfe, selon un communiqué publié par l’Agence de presse saoudienne (SPA).
Il a rappelé combien il était important de surmonter les obstacles en faisant un saut qualitatif au niveau de la coopération et de garantir un consensus entre les États du CCG à tous les niveaux. Il a également salué le rôle du secrétariat général dans le développement des relations, conformément aux évolutions mondiales et aux stratégies à long terme des membres du CCG.
M. Al-Jadaan a ajouté que des mesures vigoureuses étaient prises afin de parvenir à la coordination, à l’intégration et à l’interdépendance entre les États membres du CCG dans tous les domaines.
Lors de cette réunion, les ministres présents ont passé en revue les progrès réalisés dans le renforcement de la coopération financière et économique entre les États du CCG.
Ils ont été informés des décisions économiques prises par le Conseil suprême lors de sa 42e session, d’une feuille de route destinée à finaliser l’union douanière avant la fin de l’année 2024 ainsi que des recommandations faites par l’Autorité de l’union douanière et le Comité du marché commun du Golfe.
La réunion du comité se tient sur une base régulière pour évoquer les progrès économiques ainsi que l’évolution des lois et des mesures économiques adoptées par les membres du CCG afin de réaliser les intérêts stratégiques communs à long terme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Transport aérien: réclamé à cor et à cri, le «ciel unique européen» reste nébuleux

Une photo prise le 15 janvier 2022 depuis un avion montre une vue aérienne des montagnes des Alpes françaises. Valéry HACHE / AFP
Une photo prise le 15 janvier 2022 depuis un avion montre une vue aérienne des montagnes des Alpes françaises. Valéry HACHE / AFP
Short Url
  • Un accord sur la rationalisation de la navigation aérienne en Europe semble toujours aussi difficile à atteindre
  • Cela fait 18 ans qu'a été lancé le projet de «Ciel unique européen» pour passer d'un système d'organisation du trafic épousant les frontières nationales à une zone cohérente où les trajectoires des avions se rapprocheraient de la ligne droite

PARIS: Un accord sur la rationalisation de la navigation aérienne en Europe semble toujours aussi difficile à atteindre, suscitant l'exaspération des compagnies qui le réclament "à cor et à cri" en particulier pour tenir leurs engagements environnementaux.
Cela fait 18 ans qu'a été lancé le projet de "Ciel unique européen" pour passer d'un système d'organisation du trafic épousant les frontières nationales à une zone cohérente où les trajectoires des avions se rapprocheraient de la ligne droite, gain de temps et d'argent à la clé.
Dans un espace par lequel transitaient, avant la crise sanitaire, plus de 11 millions de vols par an, cette mise en œuvre s'avère complexe, touchant à des aspects techniques, de sécurité, mais aussi de souveraineté nationale et de revenus.
Elle pourrait également s'avérer explosive sur le plan social si elle s'accompagnait d'une réduction des effectifs des contrôleurs aériens.
"Un fournisseur de service de contrôle aérien n'aura pas toujours intérêt à optimiser un flux, si cela implique moins de trafic dans ses espaces, donc moins de redevances pour lui; un projet trop transformateur pourra être abandonné si le risque de grève prolongée est trop important", remarquait en 2021 le groupe de réflexion sur la décarbonation "The Shift Project".
Les sessions du "trilogue" sur le dossier entre Commission, Conseil et Parlement européens patinent.
Le Conseil et le Parlement ont chacun adopté en 2021 des orientations générales divergeant notamment sur "le système de régulation, la mise en place d’un régulateur central européen ou encore le niveau de libéralisation des services de contrôle aérien", explique la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) française à l'AFP.
Mais, "à ce stade, il n’a pas encore été possible de dégager des compromis sur des chapitres du texte", ajoute-t-on de même source.
Malgré ce blocage politique, la modernisation des systèmes de contrôle aériens européens se poursuit, via le programme "Sesar".
La crise sanitaire a torpillé le secteur aérien en Europe: il n'a transporté en 2020 que 32,4% des passagers de 2019 et 44,3% en 2021, mettant au second plan le problème de la saturation des cieux.
Un autre aspect s'est invité: l'urgence climatique, la Commission européenne visant une réduction des émissions de CO2 de 55% d'ici à 2030.