Attendre une « prise de conscience historique » serait une erreur

Le président libanais Michel Aoun et le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé lors d'une réunion le jeudi 3 juin 2021 au Palais présidentiel de Baabda. (Photo, AFP)
Le président libanais Michel Aoun et le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé lors d'une réunion le jeudi 3 juin 2021 au Palais présidentiel de Baabda. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 04 juin 2021

Attendre une « prise de conscience historique » serait une erreur

  • « Cette dure réalité n'a pas fourni une incitation suffisante pour contraindre la clique politique à prendre des mesures d’urgence »
  • « Les autorités ont consciemment et délibérément pris des mesures pour empêcher les remèdes à la crise dès ses débuts »

Le Liban souffre de l'une des trois pires crises économiques que le monde a connu depuis le milieu du XIXe siècle. Cette dure réalité n'a pas fourni une incitation suffisante pour contraindre la clique politique qui impose son contrôle sur le pays à prendre des mesures pour empêcher l’aggravation de la situation et l'effondrement global.

La Banque mondiale a publié deux rapports, « Lebanon Sinking (to the Top 3) » au printemps 2021 et « The Deliberate Depression » à l’automne 2020, qui expliquent, sans mâcher leurs mots, la réalité de la catastrophe politique et économique en cours. Le nouveau rapport, publié dans son intégralité le mardi 1er juin, en anglais, complète le travail que le précédent rapport avait commencé en recueillant davantage de données sur la situation dans le pays.

En 2019, l'économie s'est contractée de 6,9%. En 2020, le PIB a diminué de 20,3 %. Le tourisme a diminué de 71,5%. En 2020, le PIB du pays est tombé à 33 milliards de dollars, contre 55 milliards de dollars en 2018. Les taux de chômage et de pauvreté ont grimpé en flèche. Le crime s'aggrave. L'émigration de travailleurs instruits et qualifiés est devenue une « lueur d'espoir » pour les découragés qui restent et attendent des transferts de fonds de l'étranger pour pouvoir joindre les deux bouts. Le capital humain que le Liban a accumulé au fil des décennies – universitaires, médecins, ingénieurs et autres travailleurs qualifiés – s'évapore.

Le rapport « Deliberate Depression » explique comment les autorités ont consciemment et délibérément pris des mesures pour empêcher les remèdes à la crise dès ses débuts. Dans « Lebanon Sinking », les économistes qui ont supervisé le rapport, appliquant diverses approches et utilisant les rares sources à leur disposition (qui sont limitées par la réticence des autorités à fournir des données) retracent la situation tragique et les moyens de la surmonter.

 

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

 

 


Au-delà de 43 ou de 48

Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah (AFP PHOTO / HO / AL-MANAR).
Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah (AFP PHOTO / HO / AL-MANAR).
Short Url
  • Il est étrange qu'un pilier de la politique oublie la date de l'indépendance de son pays
  • Le secrétaire général du Hezbollah s’est ainsi trompé sur la date de l’autonomie du Liban

Les souvenirs des gens s'estompent avec le temps. C'est évident. Les chiffres, les dates et les noms témoignent de cette décoloration plus que toute autre chose. Ceci étant dit, il est pourtant étrange qu'un pilier de la politique oublie la date de l'indépendance de son pays. Se souvenir de ces occasions est considéré comme le minimum, faisant partie de la boîte à outils d'un politicien. Que dire alors quand l'homme politique évoqué s'engage, jour et nuit, à protéger ce pays et à sauvegarder sa dignité, sans dire qu'il a le dernier mot sur les affaires militaires et judiciaires, ainsi que sur les affaires économiques et étrangères décisions politiques...

Pour cette raison, ce qui s'est passé il y a quelques jours reste important et n'est pas un moment fugace. Il restera longtemps indicatif. Ses indications dépassent le superficiel, et c'était plus qu'un lapsus.

Ce que le secrétaire général du Hezbollah a fait dans son discours, deux fois de suite, avant de recevoir un petit papier disant que le Liban avait obtenu son indépendance en 1943, et non en 1948, montre que son pays ne fait pas partie de la boîte à outils de cet homme politique.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Women in Africa : huit Marocaines parmi les finalistes de WIA54-2021

La CGEM et WIA ont réuni les finalistes marocaines du programme WIA54 et leurs mentors afin de présenter les projets de ces jeunes femmes (Photo, Sradni).
La CGEM et WIA ont réuni les finalistes marocaines du programme WIA54 et leurs mentors afin de présenter les projets de ces jeunes femmes (Photo, Sradni).
Short Url
  • La liste des finalistes marocaines du programme WIA54 a été dévoilée le mardi 30 novembre au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc
  • Les idées novatrices portées par des entrepreneures et appuyées par des entrepreneurs sont un levier de développement du pays et du continent

La CGEM et WIA ont réuni les finalistes marocaines du programme WIA54 et leurs mentors afin de présenter les projets de ces jeunes femmes et le dispositif d’accompagnement dont elles vont bénéficier.

Huit Marocaines sont finalistes de WIA54 édition 2021, un projet panafricain porté par Women in Africa qui soutient les entrepreneuses africaines à haut potentiel. Pour cette 5e édition, WIA a choisi de les faire accompagner par un groupe de mentors de renom. Le programme de mentorat débutera en janvier pour prendre fin le mois de juin 2022

La liste des finalistes marocaines du programme WIA54 a été dévoilée le mardi 30 novembre au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), partenaire de Women In Africa (WIA), initiatrice du programme. Dans son mot d’ouverture, Aude de Thuin, fondatrice et présidente de WIA, a souligné : «Nous avons souhaité être présents au Maroc, car Women In Africa y a identifié cette année un plus grand nombre de candidates que les années précédentes. Des candidates que nous voulons mettre à l’honneur en mettant en lumière leurs potentiels et leurs réussites. Pour ce faire, WIA a choisi pour cette 5e édition de les faire accompagner par un groupe de mentors de renom qui comprend plus d’hommes que de femmes». À travers cette nouvelle expérience, WIA entend envoyer un message : les idées novatrices portées par des entrepreneures et appuyées par des entrepreneurs sont un levier de développement du pays et du continent, comme l’a précisé Thuin.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Pas de reconfiguration de la scène politique

Les formations politiques classiques sont sorties vainqueures des élections locales (Photo, AFP).
Les formations politiques classiques sont sorties vainqueures des élections locales (Photo, AFP).
Short Url
  • Le FLN et le RND sortent vainqueurs des élections locales
  • Ce sont finalement les formations politiques décriées par beaucoup d’Algériens, notamment lors des manifestations du hirak, qui ont raflé la majorité des sièges

Malgré une protestation populaire qui a poussé l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à renoncer au 5e mandat qu’il briguait, le FLN et le RND semblent s’en tirer à bon compte.

Le FLN et le RND sont sortis vainqueurs des élections locales du 27 novembre dernier. Le changement de la carte politique n’a donc pas eu lieu. Ce sont finalement les formations politiques décriées par beaucoup d’Algériens, notamment lors des manifestations du hirak, qui ont raflé la majorité des sièges des APC, avec respectivement 24,01 et 18,81% des sièges mis en jeu (24 891 au niveau national).

Pour les APW, le FLN arrive toujours en tête avec 471 sièges, sur 2350, et un taux de 20,04%, suivi des indépendants avec 443 sièges et du RND, en troisième position, avec 366 sièges (15,57%).

Une configuration qui n’a pas changé par rapport à celle qui a découlé de la précédente élection locale (2017) à l’issue de laquelle le FLN et le RND étaient aussi sortis vainqueurs, que ce soit pour les APC ou APW, même s’il y a eu un léger recul puisque le nombre des sièges que les deux partis avaient arraché à l’époque est supérieur (7603 sièges pour le FLN et 6521 pour le RND aux communales) à celui des élections locales anticipées du 27 novembre.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

Covid-19 : l’Algérie instaurera le pass sanitaire pour les voyageurs
Par Arab News en français -
Supervision bancaire : La Banque d’Algérie affine ses outils
Par Meziane Rabhi -