Bloqué par Biden, le projet controversé d'oléoduc Keystone XL abandonné

Ce projet, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008. (Photo, AFP)
Ce projet, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 10 juin 2021

Bloqué par Biden, le projet controversé d'oléoduc Keystone XL abandonné

  • Le groupe canadien avait annoncé la suspension des travaux quelques heures avant la signature du décret par Biden, le 20 janvier, dès son entrée en fonction
  • Les provinces riches en pétrole de l'Alberta et de la Saskatchewan, déjà touchées par la chute des cours du pétrole, devraient payer le prix fort de cet abandon du projet

MONTRÉAL: Première pomme de discorde entre Justin Trudeau et Joe Biden il y a près de cinq mois, le projet controversé d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les États-Unis, dénoncé par les défenseurs de l'environnement, a été officiellement enterré mercredi.

"TC Energy a confirmé aujourd'hui après un examen complet de ses options et en consultation avec son partenaire, le gouvernement de l'Alberta, avoir mis fin au projet d'oléoduc Keystone XL", a annoncé l'opérateur canadien dans un communiqué. 

Le groupe canadien avait annoncé la suspension des travaux quelques heures avant la signature du décret par M. Biden, le 20 janvier, dès son entrée en fonction.

Le groupe basé à Calgary, dans l'Ouest canadien, avait fait part de sa déception, annonçant prévoir en conséquence "le licenciement de milliers de travailleurs syndiqués".

De son côté, le gouvernement de l'Alberta a indiqué avoir également quitté le projet et dit "explorer toutes les options" pour récupérer son investissement, selon un communiqué. La province estime que l'abandon du projet devrait lui coûter 1,3 milliard de dollars canadiens (881 millions d'euros).

«Déçus et frustrés»

"Nous restons déçus et frustrés par les circonstances entourant Keystone XL, y compris l'annulation du permis présidentiel permettant au pipeline de traverser la frontière", a regretté le Premier ministre de la province Jason Kenney. L'Alberta concentre l'essentiel des réserves de pétrole du pays, principal produit d'exportation du Canada. 

Ce projet, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008. Annulé une première fois par Barack Obama car jugé trop polluant, il avait été remis sur les rails par Donald Trump pour des raisons économiques.

La révocation du décret de son prédécesseur était une des promesses de campagne de Joe Biden, dans le cadre de son plan de lutte contre le changement climatique. 

Elle avait également suscité la déception du Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui s'était engagé à mener à terme Keystone XL ainsi que d'autres oléoducs afin d'acheminer le pétrole canadien vers d'autres marchés et d'en obtenir un meilleur prix.  

Le Canada possède les troisièmes réserves prouvées du monde, principalement contenues dans des sables bitumineux de l'ouest dont l'exploitation est critiquée pour son impact environnemental. 

Les provinces riches en pétrole de l'Alberta et de la Saskatchewan (centre), déjà touchées par la chute des cours du pétrole, devraient payer le prix fort de cet abandon du projet, selon les experts.

Ce dernier devait permettre d'acheminer dès 2023 plus de 800 000 barils de pétrole par jour entre la province canadienne d'Alberta et les raffineries américaines du Golfe du Mexique. Mais, selon les écologistes, il aurait entraîné trop d'émissions de gaz à effet de serre.

TC Energy avait repris l'an dernier les travaux de construction sur la portion nord de l'oléoduc, longue de 1 947 km, entre la frontière canadienne et l'État du Nebraska, ceux sur la portion sud vers le Texas étant déjà terminés.

TC Energy estimait les coûts de ces travaux à 9,1 milliards de dollars américains (7,5 milliards d'euros).

Keystone n'est pas le seul sujet de désaccord dans ce secteur entre le Canada et les États-Unis. 

Le mois dernier, Ottawa a annoncé avoir saisi la justice américaine pour bloquer une décision du Michigan ordonnant la fermeture d'un oléoduc transfrontalier du canadien Enbridge, jugée "préoccupante" par Justin Trudeau. 

Cette intervention d'Ottawa fait suite à une ordonnance prise par la gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer sommant Enbridge de fermer la ligne 5 de l'oléoduc à compter du 12 mai, également pour des raisons environnementales.

Cette canalisation transfrontalière transporte chaque jour jusqu'à 540.000 barils de pétrole et de gaz naturel de l'Ouest canadien vers l'Ontario, le Québec et plusieurs États américains.


La Chine propose un accord régional de libre-échange et de sécurité dans le Pacifique sud

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi est assis à côté du président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa (non vu) alors qu'ils assistent à un événement de voile à l'occasion du 65e anniversaire des relations diplomatiques entre le Sri Lanka et la Chine lors de sa visite du projet de ville portuaire de Colombo, à Colombo, le 9 janvier 2022. (AFP).
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi est assis à côté du président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa (non vu) alors qu'ils assistent à un événement de voile à l'occasion du 65e anniversaire des relations diplomatiques entre le Sri Lanka et la Chine lors de sa visite du projet de ville portuaire de Colombo, à Colombo, le 9 janvier 2022. (AFP).
Short Url
  • Dans le cadre de cette initiative, la Chine proposerait des millions de dollars d'assistance à dix Etats insulaires de la région, la perspective d'un accord de libre-échange ainsi que la possibilité d'accéder au vaste marché chinois avec ses 1,4 milliard
  • En retour, la Chine se chargerait de former les forces de police et s'impliquerait dans la cybersécurité locales

HONIARA : La Chine a lancé une vaste initiative visant à renforcer considérablement ses relations de libre-échange et de coopération en matière de sécurité avec les pays du Pacifique sud, selon des documents obtenu mercredi par l'AFP.

Ces documents — un projet d'accord ainsi qu'un plan de mise en œuvre sur cinq ans – feront l'objet de discussions à l'occasion d'une visite du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi dans plusieurs pays de la zone à partir de jeudi.

Dans le cadre de cette initiative, la Chine proposerait des millions de dollars d'assistance à dix Etats insulaires de la région, la perspective d'un accord de libre-échange ainsi que la possibilité d'accéder au vaste marché chinois avec ses 1,4 milliard de consommateurs.

En retour, la Chine se chargerait de former les forces de police et s'impliquerait dans la cybersécurité locales. Elle pourrait par ailleurs réaliser des opérations sensibles de cartographie marine et obtiendrait un meilleur accès aux ressources naturelles locales.

L'adoption de cette "vision commune de développement", nom donné au projet d'accord, pourrait avoir lieu le 30 mai à l'occasion d'une rencontre entre M. Wang et les ministres des Affaires étrangères de la région, devant se tenir aux Îles Fidji.

Mais déjà certaines capitales ont commencé à tirer la sonnette d'alarme.

Dans une lettre adressée à ses collègues du Pacifique sud, le président des Etats fédérés de Micronésie, David Panuelo, a mis en garde contre un accord "attrayant" à première vue, mais susceptible de permettre à la Chine "d'acquérir accès et contrôle sur notre région".

Qualifiant les propositions d'"insincères", M. Panuelo y estime qu'elles "garantiraient une influence chinoise au sein du gouvernement", un "contrôle économique" chinois sur certaines industries clé ainsi qu'une "surveillance de masse" des appels téléphoniques et messages électroniques locaux.

Le Pacifique sud est de plus en plus un théâtre de forte concurrence entre la Chine et les États-Unis, première puissance de la région depuis des décennies.

Pékin a cherché ces derniers mois à accroître sa présence militaire, politique et économique dans le Pacifique sud, mais n'a fait jusqu'à présent que des progrès limités et inégaux.

Le plan de coopération, s'il était accepté, pourrait représenter en revanche un tournant majeur, facilitant notamment un certain nombre d'opérations de police ou militaires.

En outre, les vols entre la Chine et les îles du Pacifique seraient multipliés, Pékin nommerait un émissaire régional, assurerait la formation des jeunes diplomates du Pacifique et fournirait 2 500 "bourses" gouvernementales.


Inde: un ministre relativise l'impact de l'arrêt des exportations de blé

Le ministre indien du Commerce Piyush Goyal. (Photo, AFP)
Le ministre indien du Commerce Piyush Goyal. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'Inde n'a jamais été un fournisseur de grains pour le monde», a indiqué Piyush Goyal lors de la réunion du Forum économique mondial à Davos. 
  • Le pays est le deuxième producteur mondial de la céréales (110 millions de tonnes l'an dernier) mais l'essentiel de sa production est destinée à sa consommation domestique

DAVOS: Le ministre indien du Commerce Piyush Goyal, également en charge de l'Alimentation, a relativisé mercredi l'impact de l'arrêt des exportations de blé de son pays, dont l'annonce surprise mi-mai avait fait flamber les cours mondiaux de cette céréale. 

« L'Inde n'a jamais été un fournisseur de grains pour le monde », a-t-il indiqué lors de la réunion du Forum économique mondial à Davos. 

Le pays est le deuxième producteur mondial de la céréales (110 millions de tonnes l'an dernier) mais l'essentiel de sa production est destinée à sa consommation domestique. 

Le pays n'exportait pas du tout de blé jusqu'à il y a deux ans, où il y a eu « un modeste surplus, et nous avons exporté deux millions de tonnes », a rappelé le ministre. 

« L'année dernière, nous avons vu un pic soudain des exportations » indiennes, avec 7 millions de tonnes au total sur les douze mois allant d'avril 2021 à mars 2022, a poursuivi le ministre. 

Il a précisé que l'envol s'est concentré essentiellement sur la période janvier-mars 2022 du fait de l'éclatement de la guerre en Ukraine, et « rien qu'en avril (2022), les exportations de blé étaient 6 fois plus élevées qu'en avril 2021 » (elles sont passées de 240 000 tonnes à 1,4 millions de tonnes). 

L'Inde estimait initialement produire suffisamment cette année pour exporter 10 millions de tonnes, et s'était donc dit disposée à aider à compenser sur les marchés mondiaux les grains qui ne pouvaient plus sortir d'Ukraine. 

« Mais malheureusement il y a eu la vague de chaleur en Inde », a dit le ministre, « le blé s'est racorni » et les estimations de production ont dû être révisées à la baisse. 

Dans ce contexte, « nous devons faire attention à notre sécurité alimentaire nationale », s'est justifié le ministre, disant aussi « ne pas vouloir que des gens profitent de la misère des pauvres » en achetant et stockant de grandes quantités, en vue de les remettre sur le marché plus tard à des prix beaucoup plus élevés.  

Une réflexion similaire a poussé le pays à annoncer cette semaine un plafonnement de ses exportations de sucre, afin de protéger ses réserves et réduire l'inflation. 

Les cours du blé ont flambé d'environ 40% depuis le début de la guerre en Ukraine sur le marché européen (Euronext). 

Les plus gros exportateurs mondiaux de la céréale sont la Russie, l'Australie, les Etats-Unis, le Canada et jusqu'à récemment l'Ukraine. Au total, la planète produit annuellement 780 millions de tonnes de blé, dont 200 millions pour l'exportation. 


La technologie financière gagne en importance, le gouvernement approuve la stratégie nationale du secteur

(Agence de presse saoudienne)
(Agence de presse saoudienne)
Short Url
  • La programmation de l’open banking en Arabie saoudite en 2022 devrait accélérer le rythme de développement des technologies financières
  • Les experts s’attendent à ce que cette mesure offre davantage de possibilités aux investisseurs fintech existants, en plus d’attirer des fonds pour financer le secteur

RIYAD: Le gouvernement saoudien a approuvé mardi la stratégie du Royaume en matière de technologie financière; il s’agit de développer un secteur financier diversifié et efficace capable de soutenir l’économie nationale. 

La programmation de l’open banking en Arabie saoudite en 2022, qui permet aux entreprises de partager les données des comptes courants des consommateurs une fois l’autorisation accordée, devrait également accélérer le rythme de développement des technologies financières. 

Les experts s’attendent à ce que cette mesure offre davantage de possibilités aux investisseurs fintech existants, en plus d’attirer des fonds pour financer le secteur. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com