Ethiopie: Etats-Unis et UE appellent à mettre fin au «cauchemar» du Tigré, menacé de famine

Des réfugiés éthiopiens qui ont fui les combats dans la région du Tigré regardent les travailleurs décharger l'aide alimentaire du Programme alimentaire mondial au centre d'accueil frontalier Village 8 dans l'État soudanais de Gedaref, le 20 novembre 2020 (Photo, AFP)
Des réfugiés éthiopiens qui ont fui les combats dans la région du Tigré regardent les travailleurs décharger l'aide alimentaire du Programme alimentaire mondial au centre d'accueil frontalier Village 8 dans l'État soudanais de Gedaref, le 20 novembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 10 juin 2021

Ethiopie: Etats-Unis et UE appellent à mettre fin au «cauchemar» du Tigré, menacé de famine

Des réfugiés éthiopiens qui ont fui les combats dans la région du Tigré regardent les travailleurs décharger l'aide alimentaire du Programme alimentaire mondial au centre d'accueil frontalier Village 8 dans l'État soudanais de Gedaref, le 20 novembre 2020 (Photo, AFP)
  • «La famine est peut-être déjà en cours dans certaines zones, menaçant la vie de centaines de milliers de personnes. C'est inadmissible», a affirmé l'ambassadrice américaine aux Nations unies
  • L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Unicef appellent au cessez-le-feu, réclament l'accès libre à toutes les zones et demandent de nouveaux financements

BRUXELLES/ ROME: Les Etats-Unis et l'Union européenne (UE) ont lancé jeudi un appel pressant à l'action pour lutter contre une famine naissante dans le Tigré éthiopien et mettre fin au conflit qui secoue la région. 

« La famine est peut-être déjà en cours dans certaines zones, menaçant la vie de centaines de milliers de personnes. C'est inadmissible », a affirmé l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, lors d'une visioconférence internationale organisée par les Etats-Unis et l'UE. 

La diplomate américaine a déploré l'incapacité du Conseil de sécurité de l'ONU à organiser une réunion publique pour mettre fin à la crise. Une réunion à huis clos est prévue mardi prochain. 

« Nous assistons à un cauchemar humanitaire (...). Nous ne pouvons pas laisser l'Ethiopie mourir de faim. Nous devons agir maintenant », a intimé Mme Thomas-Greenfield. 

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2019, a envoyé l'armée fédérale au Tigré en novembre 2020 pour arrêter et désarmer les dirigeants du TPLF (Front de libération du peuple du Tigré), parti qui était au pouvoir dans la région et défiait l'autorité du gouvernement central. 

Il avait alors promis une opération militaire courte, mais elle se poursuit aujourd'hui et de nombreux rapports font état d'atrocités, notamment le recours généralisé au viol. 

Les Nations unies ont déclaré que plus de 90% des quelque cinq millions de personnes vivant dans la région du Tigré ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence. Un appel urgent a été lancé pour obtenir plus de 200 millions de dollars afin d'intensifier leur réponse. 

« La famine sévit maintenant dans le Tigré », a déclaré Mark Lowcock, chef des opérations humanitaires des Nations unies. « Nous avons vraiment besoin que tout le monde se mobilise », a-t-il insisté. 

Les Etats-Unis ont annoncé un financement supplémentaire de 181 millions de dollars pour « fournir des denrées alimentaires vitales, des produits agricoles, de l'eau potable, des abris, des soins de santé et des services essentiels » aux personnes dans le besoin au Tigré.  

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a pour sa part annoncé mercredi une aide de 250 millions d'euros « pour lutter contre la faim », dont 50 millions spécialement alloués au Sahel et à l'Afrique de l'Est. 

Mais l'acheminement de l'aide est bloqué par les belligérants. 

« Pour éviter une catastrophe humanitaire, l'ensemble de la communauté internationale doit agir (...) rapidement et avec vigueur », a soutenu Janez Lenarcic, commissaire européen chargé de la gestion des crises. 

La directrice de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), Samantha Power, a accusé les alliés militaires de l'Ethiopie d'avoir « brûlé et pillé des semences et du matériel agricole et abattu des bœufs pour s'assurer que les champs restent en jachère, tant ils sont déterminés à éliminer les moyens de subsistance ». 

« Ces mêmes forces ont menacé, intimidé, détenu et même tué des travailleurs humanitaires qui tentaient de nourrir les affamés », a-t-elle affirmé. 

L'ONU dénonce le blocage de l'aide par les groupes armés au Tigré

Les agences humanitaires de l'ONU ont dénoncé jeudi le blocage de l'aide par des « groupes armés » dans la région du Tigré en Ethiopie, où des millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire, dont 350 000 sont menacées de famine.  

Le Programme alimentaire mondial (PAM) « a rapidement monté une opération d'aide alimentaire d'urgence en déployant plus de 180 employés et en augmentant ses distributions de denrées pour porter assistance à 1,4 million de personnes, mais c'est à peine la moitié de ceux que nous devrions aider », constate le directeur exécutif de l'agence, David Beasley, dans un communiqué.  

« Nous avons demandé un accès humanitaire mais nous sommes toujours bloqués par des groupes armés », dénonce-t-il, se refusant « à identifier individuellement » ces groupes.  

Le conflit au Tigré met aux prises les forces des anciennes autorités régionales - issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) - à l'armée fédérale éthiopienne, épaulée par des troupes des autorités régionales voisines de l'Amhara, ainsi que par l'armée érythréenne.  

« Nos équipes me disent que dans 53 villages qu'ils ont visités, 50% des mères et presque un quart des enfants qu'ils ont examinés souffrent de malnutrition. Des millions de personnes ont un besoin urgent de nourriture. Sinon, beaucoup mourront », a-t-il prévenu.  

Dans un communiqué séparé, le PAM, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Unicef appellent au cessez-le-feu, réclament l'accès libre à toutes les zones et demandent de nouveaux financements.  

Les agences onusiennes s'appuient sur les dernières données du « Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire » (IPC), qui est la norme la plus utilisée pour classifier la sécurité alimentaire.  

L'échelle IPC distingue cinq phases possibles dans la situation alimentaire d'un pays, la cinquième étant celle de « catastrophe/famine » (Phase 5) dans laquelle tombent les 350 000 personnes menacées par la famine au Tigré.  

« C'est le nombre le plus élevé en Phase 5 depuis la famine de 2011 en Somalie », selon l'IPC.  


Une tornade fait un mort près de Montréal

Des travaux de sauvetage d'animaux sont entrepris au milieu des inondations dans une banlieue de  Montréal, Québec(photo d'archives)(AFP)
Des travaux de sauvetage d'animaux sont entrepris au milieu des inondations dans une banlieue de Montréal, Québec(photo d'archives)(AFP)
Short Url
  • La tornade aurait également fait plusieurs blessés et touché plusieurs dizaines de bâtiments, selon les médias locaux
  • Le passage de la tornade, survenue en fin de journée, a été immortalisé par plusieurs vidéos, qui ont circulé sur les réseaux sociaux

MONTREAL : Une tornade a fait un mort à Mascouche, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Montréal, a annoncé lundi soir la vice-Première ministre et ministre de la Sécurité publique du Québec.

"Phénomène météo extrême à Mascouche. On nous confirme malheureusement le décès d'un homme. Nos pensées accompagnent sa famille et ses proches", a annoncé sur Twitter Geneviève Guilbault.

"Nos équipes gouvernementales sont mobilisées sur le terrain pour venir en aide aux sinistrés et soutenir les autorités municipales", a-t-elle ajouté.

La tornade aurait également fait plusieurs blessés et touché plusieurs dizaines de bâtiments, selon les médias locaux. Contacté dans la soirée par l'AFP, le service de police de Mascouche n'était pas joignable pour un bilan précis.

Le passage de la tornade, survenue en fin de journée, a été immortalisé par plusieurs vidéos, qui ont circulé sur les réseaux sociaux.

"La veille d'orages violents demeure en vigueur jusqu'à nouvel ordre alors nous vous invitons à la prudence et à éviter les déplacements", a prié le maire de cette ville de près de 50000 habitants, Guillaume Tremblay, sur Facebook.

Les prévisions météo avaient alerté sur cette "veille d'orages violents", selon un bulletin diffusé vers 17h par Environnement Canada.

"Les conditions sont propices à la formation d'orages violents pouvant produire des rafales fortes, de la grêle de grosse taille et de la pluie forte cet après-midi et ce soir", selon cette même source. "N'oubliez pas que les orages violents peuvent produire des tornades", ajoutait le message.


New York: scrutin incertain pour désigner le prochain maire, l'ex-policier Adams favori

Le candidat Eric Adams prend des photos avec un partisan lors d'un rassemblement le 21 juin 2021 (AFP)
Le candidat Eric Adams prend des photos avec un partisan lors d'un rassemblement le 21 juin 2021 (AFP)
Short Url
  • Né et élevé à New York, Adams est un self-made man, policier durant 22 ans qui a oeuvré contre les discriminations qui minaient la police de New York
  • Dans un pays historiquement dominé par deux partis, le vote préférentiel «ouvre le système politique d'une manière favorable à la démocratie»

NEW YORK: C'est un scrutin historiquement incertain qui s'annonce mardi lors de la primaire municipale démocrate à New York, d'où sortira le prochain maire, l'ancien policier Eric Adams tenant la corde dans une ville préoccupée par l'insécurité.

Avec 86% de démocrates parmi les New-Yorkais affiliés à un parti, le vainqueur de la primaire de mardi est quasiment assuré de l'emporter le 2 novembre, jour de l'élection générale, et succéder à Bill de Blasio, en poste depuis 2014 et extrêmement impopulaire.

Après 16 mois de pandémie qui ont fragilisé l'économie de la ville, il appartiendra au nouvel édile de relancer New York, qui s'interroge sur son avenir.

Incarnation d'un renouveau, l'entrepreneur Andrew Yang a longtemps fait la course en tête, avant d'être devancé par l'ancien policier Eric Adams, 60 ans, aujourd'hui président du quartier de Brooklyn et Afro-Américain.

"Les New-Yorkais sont préoccupés par la délinquance", relève Doug Muzzio, professeur à l'université Baruch, "et s'ils votent en fonction de leur perception, Adams est avantagé."

Même si les chiffres restent à des niveaux historiquement bas, les fusillades sont en hausse de 73% depuis le début de l'année, et une série d'incidents dans le métro a récemment fait monter la pression, avec l'appui des chaînes locales et des tabloïds.

Né et élevé à New York, Eric Adams est un self-made man, policier durant 22 ans qui a oeuvré, durant sa carrière de représentant de l'ordre, contre les discriminations qui minaient la police de New York.

Derrière le sexagénaire (28% des intentions de vote dans un sondage Ipsos publié lundi), Andrew Yang (20%) reste en embuscade, de même que l'ancienne responsable municipale de la propreté Kathryn Garcia (15%), qui fait figure de synthèse entre l'aile modérée et la branche progressiste du parti.

Une élection «unique»

Mais rien n'est joué, car New York a adopté cette année, pour ses primaires seulement, le vote dit préférentiel ("ranked-choice"), qui permet de faire figurer jusqu'à cinq noms sur un même bulletin, classés par ordre de préférence.

Lors du comptage, le candidat le moins bien classé sur le total des bulletins est éliminé et le deuxième choix des électeurs qui l'avaient placé en premier est désormais comptabilisé. La mécanique se répète ensuite jusqu'à ce qu'un candidat atteigne 50% des suffrages.

Ce système par élimination, ajouté aux délais déjà traditionnellement significatifs à New York pour le dépouillement des bulletins par correspondance, pourrait repousser à mi-juillet l'annonce du lauréat de la primaire.

Dans un pays historiquement dominé par deux partis, le vote préférentiel "ouvre le système politique d'une manière favorable à la démocratie", considère John Krinsky, professeur de sciences politiques au City College de New York.

L'incertitude sur le taux de participation, traditionnellement très faible (14% des démocrates avaient voté lors de la dernière primaire de 2017) complique encore davantage l'équation.

L'absence de candidat à plus de 30% dans les sondages et le lancement de cette nouvelle méthode de scrutin rendent cette primaire "unique" dans l"histoire de la ville", selon Doug Muzzio.

Encore loin dans les sondages il y a quelques semaines seulement, la candidate progressiste Maya Wiley, avocate noire soutenue par l'élue star au Congrès Alexandria Ocasio-Cortez, talonne désormais Kathryn Garcia (13% contre 15) et reste en course.

Après le virage à gauche des législatives locales de 2018 et les avancées de 2020, le courant plus radical, plus jeune et plus mélangé que représente "AOC" espère encore une victoire.

"Je ne pense pas que les progressistes ont l'approche adéquate pour des élections à l'échelle d'une ville ou d'un Etat", explique John Krinsky.

Ils ne peuvent pas compter, notamment, sur le soutien massif des syndicats, très influents à New York et qui se sont majoritairement ralliés à Eric Adams, dit-il, en partie pour miser sur le favori.

La préoccupation actuelle de nombre de New-Yorkais quant à l'insécurité supposée pourrait aussi jouer contre Maya Wiley, qui a proposé de couper une partie du budget de la police, comme l'ont réclamé nombre d'activistes du mouvement né après la mort de George Floyd.

 

 


Australie: des détenus évacués en raison d'une invasion de souris

Ces rongeurs sont apparus dès le mois d'octobre, à la faveur d'une récolte exceptionnelle, après la pire sécheresse jamais enregistrée. (Photo, AFP)
Ces rongeurs sont apparus dès le mois d'octobre, à la faveur d'une récolte exceptionnelle, après la pire sécheresse jamais enregistrée. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les souris se sont attaquées aux plafonds et ont rongé les câbles du centre correctionnel de Wellington, situé dans une région rurale
  • Jusqu'à 420 détenus et 200 membres du personnel seront transférés dans d'autres établissements d'ici la fin du mois de juin

SYDNEY: Une invasion de souris dévastatrice a contraint mardi les autorités australiennes à commencer à déplacer des centaines de détenus d'une prison de Nouvelle-Galles du Sud, le temps de réparer les dégâts causés par ces minuscules rongeurs.

Les souris se sont notamment attaquées aux plafonds et ont rongé les câbles du centre correctionnel de Wellington, situé dans une région rurale.

"La santé, la sécurité et le bien-être du personnel et des détenus sont notre priorité absolue, il est donc important d'agir au plus vite afin de réaliser les travaux de remise en état", a affirmé dans un communiqué Peter Severin, le commissaire en charge des services correctionnels de Nouvelle-Galles du Sud.

Jusqu'à 420 détenus et 200 membres du personnel seront transférés dans d'autres établissements d'ici la fin du mois de juin. 

"Nous voulons réaliser ces travaux en une seule fois (...) afin de ne plus être victimes de ce fléau", a expliqué Kevin Corcoran,  commissaire adjoint au sein de l'administration pénitentiaire.

L'est de l'Australie est depuis quelques mois victime d'une invasion de souris qui s'attaquent aux habitations et dévorent les récoltes. 

Il s'agit de la dernière catastrophe à frapper les fermiers australiens, après plusieurs années de sécheresse, de mois de feux de forêt dévastateurs à la fin 2019 et des inondations qui ont suivi.

Ces rongeurs sont apparus dès le mois d'octobre, à la faveur d'une récolte exceptionnelle, après la pire sécheresse jamais enregistrée