Les Houthis ont lancé 55 missiles balistiques iraniens sur Marib depuis janvier

Cette photo prise le 5 juin 2021 montre un véhicule détruit sur les lieux d'une frappe de missile houthi dans une station-service de la ville de Marib, au Yémen. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 5 juin 2021 montre un véhicule détruit sur les lieux d'une frappe de missile houthi dans une station-service de la ville de Marib, au Yémen. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 13 juin 2021

Les Houthis ont lancé 55 missiles balistiques iraniens sur Marib depuis janvier

  • Al-Eryani affirme que les attaques des Houthis ont fait 344 victimes civiles à Marib depuis le début de l'année
  • L'ambassadeur saoudien au Yémen a déclaré que le Royaume et la coalition arabe travaillent constamment avec les deux parties du conflit dans le but d’achever la mise en œuvre de l'accord de Riyad

AMMAN : Le ministre yéménite de l'Information, Moammar Al-Eryani, a critiqué samedi les milices houthies qui ont pris pour cibles des quartiers résidentiels, des camps de déplacés et des civils à Marib avec plus de 55 missiles balistiques de fabrication iranienne depuis le début de l'année 2021.

Il a également souligné que les statistiques confirment que la milice, soutenue par l'Iran, a également lancé 12 drones, trois roquettes Katyusha, six projectiles et sept explosifs du 1er janvier au 10 juin.

Al-Eryani a en outre ajouté que les statistiques ont ainsi enregistré 344 victimes civiles au cours de la même période des attaques des Houthis contre le gouvernorat de Marib. 104 civils, trois femmes et 15 enfants ont été tués, tandis que 180 civils, 12 femmes et 30 enfants ont été blessés de gravité variable en raison des bombardements continus, a-t-il déclaré dans une série de tweets.

Les Houthis soutenus par l’Iran ont lancé une offensive majeure pour s’emparer de la province riche en pétrole et en gaz du gouvernement internationalement reconnu en février, provoquant une condamnation généralisée car la province sert de refuge à des dizaines de milliers de personnes déplacées à l'intérieur du pays qui ont fui les combats depuis le début du conflit.

«Le bombardement par la milice terroriste Houthi des quartiers résidentiels, des biens civils et des camps de personnes déplacées dans les zones du gouvernorat de Marib, depuis le début de l’offensif militaire massif, constitue un meurtre systématique et délibéré de civils, une violation des lois et conventions internationales, des crimes de guerre ainsi que des crimes contre l'humanité», a soutenu Al-Eryani.

Al-Eryani a ajouté que la communauté internationale, l'ONU et les membres permanents du Conseil de sécurité sont tenus d'assumer leurs responsabilités juridiques et morales et de faire pression sur les milices Houthies afin qu'elles cessent de tuer quotidiennement des civils à des fins de vengeance, dont les femmes et les enfants sont les premières victimes.

Samedi dernier, un missile balistique lancé par les Houthis a tué au moins 21 personnes, dont une fillette de 5 ans, et en a blessé des dizaines d'autres dans la ville sous le contrôle du gouvernement.

Le missile a heurté une station-service dans le quartier de Rawdha, au centre de Marib, et peu de temps après, la milice soutenue par l'Iran a lancé un drone chargé d'explosifs qui a détruit deux ambulances qui s'étaient précipitées dans la région pour transférer les blessés vers les hôpitaux.

Pendant ce temps-là, Mohammed Al-Jaber, ambassadeur d'Arabie saoudite au Yémen a affirmé que le Royaume et la coalition arabe travaillent constamment avec les deux parties du conflit afin d’achever la mise en œuvre de l'accord de Riyad.

«Nous comptons sur tout le monde pour faire passer les intérêts du peuple yéménite au-dessus de tout et accélérer le retour du gouvernement yéménite à Aden de manière à lui permettre de s'acquitter de sa mission d'alléger les souffrances du peuple et d'achever la mise en place de tous les aspects de l'accord de Riyad», a déclaré Al-Jaber.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Condamnations en cascade après des attaques houthies contre Abu Dhabi et Jazan

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Short Url
  • Le royaume de Bahreïn a dénoncé les attaques des Houthis contre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, au cours desquelles des civils ont été pris pour cible
  • De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice

DUBAÏ: Plusieurs pays et organisations ont condamné les attaques extrémistes menées par la milice houthie contre les Émirats arabes unis (EAU) et l’Arabie saoudite.

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays, rapporte l’agence de presse officielle WAM.

Un F-16 a détruit un lanceur de missiles balistiques dans la province d’Al-Jawf, au Yémen, immédiatement après l'attaque.

https://twitter.com/EKH_brk/status/1485576816861622275?s=20

En Arabie saoudite, deux habitants ont été légèrement blessés après que les Houthis ont tiré un missile balistique dimanche sur la zone industrielle d’Ahad al-Masarihah, à Jazan.

Le royaume de Bahreïn a dénoncé les attaques des Houthis contre l’Arabie saoudite et les EAU, au cours desquelles des civils ont été pris pour cible.

De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice.

Le ministère turc des Affaires étrangères a, quant à lui, déclaré que les attaques contre les deux pays constituent une violation flagrante du droit international.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a en outre indiqué que la poursuite des attaques des Houthis reflète le rejet par la milice de tous les efforts de paix au Yémen.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Zubala, point de rencontre des caravanes commerciales et des pèlerins du Hajj

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)
Short Url
  • Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman, alors que de nombreux poètes en ont également fait l’éloge
  • L’Autorité du patrimoine continue de fouiller plusieurs sites majeurs du village, après la découverte de vestiges historiques

L’Histoire du village de Zubala date d’avant l’ère abbasside. Il a été largement mentionné dans les sources historiques comme point de rencontre pour les caravanes commerciales et les pèlerins. Zubala a également été décrit comme l’une des étapes les plus importantes sur le chemin du Hajj et le village a conservé son nom jusqu’à ce jour.

Situé à 25 kilomètres au sud du gouvernorat de Rafha, dans la région de la frontière nord, Zubala est riche en monuments antiques. Il abrite le puits le plus profond du chemin du Hajj, de forme carrée et d’une profondeur de 250 mètres. Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman. De nombreux poètes en ont également fait l’éloge.

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)

Le président du club littéraire de la région de la frontière nord, Majid al-Mutlaq, souligne que Zubala abrite de nombreux vestiges, notamment son puits carré sculpté de manière unique. On y trouve encore un palais historique et une cité résidentielle voisine. Zubala est également célèbre pour ses trois étangs: Al-Shahouf, Umm al-Assafir et Al-Shihiyat.

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)

Le chercheur en Histoire Matar ben Ayed al-Anzi indique que le village porte le nom de Zubala ben al-Harith.

Zubala a fait l’objet de plusieurs fouilles archéologiques depuis 2015. L’Autorité du patrimoine continue d’explorer plusieurs sites majeurs du village, selon une nouvelle méthodologie en conformité avec les objectifs du programme Darb Zubaida. Ce programme a été initié après la découverte de vestiges historiques au nord-ouest du village.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nouvelle manifestation de milliers de Soudanais contre le pouvoir militaire

Comme à chaque fois, dans la nuit qui a précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à des rafles, arrêtant des membres des "Comités de résistance" dans différents quartiers de Khartoum. (AFP).
Comme à chaque fois, dans la nuit qui a précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à des rafles, arrêtant des membres des "Comités de résistance" dans différents quartiers de Khartoum. (AFP).
Short Url
  • Lundi, les manifestants sont de nouveau descendus par milliers à Khartoum et dans ses banlieues, mais aussi à Madani, à 200 kilomètres
  • Le parti Oumma, le plus ancien du pays, dont plusieurs responsables ont été arrêtés lors du putsch, a une nouvelle fois redit dans un communiqué qu'il faut "effacer toutes les traces du coup d'Etat"

KHARTOUM: Des milliers de manifestants hostiles au pouvoir militaire ont défilé lundi à Khartoum en direction du palais présidentiel ainsi que dans d'autres villes du Soudan.


Les militants avaient appelé à une nouvelle journée de mobilisation pour réclamer un pouvoir civil dans un pays quasiment toujours sous la férule de l'armée depuis son indépendance il y a 66 ans.


Ils dénoncent également la répression qui, depuis le coup d'Etat militaire du 25 octobre, a tué 73 manifestants, selon un syndicat de  médecins prodémocratie. Un haut-gradé a été poignardé à mort par des manifestants selon la police.


Lundi, les manifestants sont de nouveau descendus par milliers à Khartoum et dans ses banlieues, mais aussi à Madani, à 200 kilomètres plus au sud, à Gedaref et Port-Soudan dans l'est côtier du pays, au cri de "le pouvoir au peuple!".  


Avec son coup d'Etat le 25 octobre 2021, le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, a mis un coup d'arrêt à la transition vers un pouvoir entièrement civil promise il a plus de deux ans après la chute du dictateur Omar el-Béchir, sous la pression de l'armée et de la rue.


Le parti Oumma, le plus ancien du pays, dont plusieurs responsables ont été arrêtés lors du putsch, a une nouvelle fois redit dans un communiqué ce que les manifestants scandent régulièrement: il faut "effacer toutes les traces du coup d'Etat", revenir à un gouvernement civil et "écarter le chef des putschistes et son pouvoir immédiatement".


Comme à chaque fois, dans la nuit qui a précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à des rafles, arrêtant des membres des "Comités de résistance" dans différents quartiers de Khartoum, ont indiqué ces organisations locales, véritable colonne vertébrale de la mobilisation.


La communauté internationale, elle, multiplie les appels au dialogue et l'ONU continue à rencontrer les différents acteurs du pays sans pour autant avoir pu les amener jusqu'ici à discuter ensemble.


Le général Burhane, lui, a récemment annoncé un gouvernement "chargé des affaires courantes", composé de hauts fonctionnaires et des ministres issus des anciens groupes rebelles armés.