AlUla pourrait devenir un aspect important de la vie locale et une source de fierté pour les Saoudiens, selon les experts

Les intervenants ont discuté des moyens de faire en sorte que le musée vivant favorise les changements souhaités par le Royaume (Capture d’écran).
Les intervenants ont discuté des moyens de faire en sorte que le musée vivant favorise les changements souhaités par le Royaume (Capture d’écran).
Short Url
Publié le Mardi 15 juin 2021

AlUla pourrait devenir un aspect important de la vie locale et une source de fierté pour les Saoudiens, selon les experts

  • AlUla s’inscrit dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume qui vise à diversifier l’économie du pays, à développer le tourisme et à renforcer son envergure internationale
  • Nous devons parler d’AlUla, nous devons la replacer sur la carte de l’histoire du monde», a affirmé le directeur scientifique de l’Agence française pour le développement d’Alula

LONDRES: AlUla, en Arabie saoudite, pourrait jouer un rôle crucial dans la vie locale et régionale. Elle pourrait devenir un lieu dont tous les Saoudiens peuvent être fiers, selon un groupe d’experts qui s’est penché sur la manière dont cette ancienne vallée peut favoriser le changement dans le pays.

«Pour moi, Alula a la possibilité de devenir l’un des aspects les plus importants de la vie locale et régionale, et un lieu dont tous les Saoudiens peuvent être fiers», a déclaré la présidente émérite de la Fondation Guggenheim, Jennifer Stockman, lors de la table ronde intitulée : «À la croisée des chemins: le musée vivant comme baromètre du changement social.»

«Le changement se produira de manière spectaculaire, lorsque le monde réalisera qu’il s’agit d’une toute nouvelle découverte et remplira cette tâche vierge sur la carte. Un intérêt pour le tourisme suivra nécessairement», a estimé Stockman.

AlUla s’inscrit dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume, qui vise à diversifier l’économie du pays, à développer le tourisme, et à renforcer son envergure internationale. Cette ville, située dans la région saoudienne de Médine, abrite deux-cents mille ans d’histoire humaine encore largement inexplorée, et joue un rôle central dans sa stratégie touristique.

Les intervenants ont discuté des moyens de faire en sorte que le musée vivant favorise les changements souhaités par le Royaume.

Le directeur de la galerie des Offices à Florence, Eike Schmidt, a convenu que c’était une occasion pour découvrir l’ancienne ville et ses merveilles, que beaucoup de personnes ne connaissaient pas encore.

«Si nous regardons AlUla, je pense qu’il existe une énorme opportunité ici, parce qu’elle constitue encore, pour beaucoup de gens, un point relativement vierge sur la carte qui doit être rempli», a souligné Schmidt.

Le directeur a salué les efforts du Royaume pour faire du site culturel un centre d’érudition, et placer les habitants d’AlUla au cœur de la ville.

«Je suis déjà au courant de ce merveilleux projet visant à en faire un centre d’érudition et de communication des arts, et pas seulement de l’époque, mais bien au-delà. Je pense donc que je ne peux que féliciter le royaume saoudien pour avoir entrepris ce merveilleux projet, et l’avoir mené à bien», a affirmé Schmidt.

Le directeur scientifique de l’Agence française pour le développement d’Alula, Jean François Charnier, a également souhaité que le monde apprenne à connaître ce «pôle d’influence régional et international», afin de le replacer sur la carte du monde.

«Cette petite ville d’AlUla était une porte, un carrefour de la civilisation culturelle du monde entier. Nous devons en parler, nous devons replacer AlUla sur la carte de l’histoire du monde», a insisté Charnier.

«Le musée vivant est un merveilleux rassemblement de richesses exceptionnelles. AlUla est déjà un musée vivant, un musée vivant à ciel ouvert», selon le directeur scientifique. «Actuellement, plus de 100 archéologues travaillent sur le site, qui constitue désormais le plus grand pôle archéologique du Moyen-Orient.»

Charnier a détaillé l’expertise qui était nécessaire pour faire revivre l’histoire de cette ville culturelle. «Il n’y a pas que des archéologues, il y a des anthropologues, des biologistes, des archéozoologues, des archéobotanistes. Nous sommes ici en train d’écrire les récits, d’écrire l’histoire du lieu, et ce récit sera aussi celui des racines et de la richesse du musée.»

La directrice d’EPFL Pavilions, le professeur Sarah Kenderdine, a souligné l’importance des programmes archéologiques d’AlUla et de l’Institut des Royaumes.

L’Institut des Royaumes est consacré à l’étude de l’histoire et de la préhistoire de la péninsule Arabique, et s’engage à devenir un centre scientifique de classe mondiale pour la recherche archéologique et la conservation.

«Les programmes archéologiques d’AlUla et de l’Institut des Royaumes sont extrêmement importants. En effet, les fouilles archéologiques sont vastes et complexes, et elles couvrent 22 000 km2 de matériaux archéologiques, dont le plus vieux chien du monde. Les chercheurs ont trouvé les ossements de ce chien dans le cimetière, et c’est l’une des plus anciennes tombes monumentales identifiées en Arabie», a expliqué Mme Kenderdine.

«AlUla joue donc un rôle central dans le développement de l’humanité au Moyen-Orient, et une équipe mondiale travaille avec l’Institut des Royaumes pour nous fournir le pont qui nous permet de remonter dans le temps. L’essence de la conscience historique consiste non seulement à se souvenir de ce que nous voyons du passé, mais aussi de ce que nous voyons dans le présent. Ce lien avec le présent est vital à AlUla, et il est incarné dans cette riche vision du musée vivant», a-t-elle conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Turquie critique le projet américain d'accueillir des Afghans dans des pays tiers

Le département d'État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. (Photo, AFP)
Le département d'État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le département d'État a annoncé lundi un nouveau programme d'admission des réfugiés aux États-Unis pour les Afghans
  • Mais la Turquie, qui héberge déjà plus de quatre millions de réfugiés, la plupart venus de la Syrie en guerre, a affirmé ne jamais avoir été consultée

ISTANBUL: Ankara a critiqué le projet américain de recourir à des pays tiers tels que la Turquie pour relocaliser des milliers d'Afghans dont les liens avec les États-Unis leur font courir le risque de représailles des talibans.

Le département d'État a annoncé lundi un nouveau programme d'admission des réfugiés aux États-Unis pour les Afghans, moins d'un mois avant la date butoir, le 31 août, pour le retrait total des forces américaines d'Afghanistan.

Ce programme concerne les interprètes qui ont travaillé avec les forces américaines, les Afghans impliqués dans des projets financés par les États-Unis et le personnel afghan employé par des ONG ou organisations médiatiques basées aux États-Unis.

En outre, il implique une installation des Afghans dans des pays tiers de la région pour environ un an, le temps que le processus administratif arrive à son terme.

Mais la Turquie, qui héberge déjà plus de quatre millions de réfugiés, la plupart venus de la Syrie en guerre, a affirmé ne jamais avoir été consultée. Elle craint un nouvel afflux de réfugiés d'Afghanistan avec la fin imminente du retrait des troupes américaines.

"Il est inacceptable de chercher une solution au problème dans notre pays sans le consentement de notre pays", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué tard mardi soir.

Le département d'État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a toutefois assuré jeudi que Washington n'avait "dirigé personne vers un pays spécifique".

"Nous regrettons que nos déclarations aient soulevé des inquiétudes", a-t-il ajouté, exprimant la "gratitude" des États-Unis envers la Turquie pour son accueil de millions de réfugiés.

Le ministère turc des Affaires étrangères a également estimé que le projet américain entraînerait "une grosse crise migratoire dans notre région".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué que des responsables turcs menaient des discussions de haut rang avec leurs homologues afghans sur ce dossier.

Ce dossier devrait aussi être abordé lors de discussions entre Ankara et Bruxelles concernant la révision d'un accord noué en 2016 en vertu duquel la Turquie recevait une aide pour l'accueil de migrants voulant se rendre en Union européenne.

Interrogé sur le nombre d'Afghans arrivés en Turquie, un haut responsable du département d'État a indiqué lundi: "Je n'ai pas les chiffres sur la Turquie. Je dirais que nous n'avons pas vu de flux importants mais nous avons vu un certain nombre de personnes" s'y rendre.

Le ministère turc des Affaires étrangères a indiqué que si les États-Unis voulaient prendre en charge des Afghans, ils pouvaient le faire via "des vols directs".


Un an après l’explosion du 4 août 2020, Beyrouth commémore ses victimes

Un an après, les Libanais ont commémoré les 220 victimes de l’explosion, ainsi que les milliers de blessés, en cette journée du 4 août 2021 où se mêlent les sentiments de deuil, de révolte et d’indignation. (Photo, AFP)
Un an après, les Libanais ont commémoré les 220 victimes de l’explosion, ainsi que les milliers de blessés, en cette journée du 4 août 2021 où se mêlent les sentiments de deuil, de révolte et d’indignation. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ayant déjà vécu les années de guerre, Mona constate que même aux pires moments de son histoire, le pays n’a jamais été aussi détérioré
  • Tous les Libanais «devraient être dans la rue en une journée comme celle-ci, affirme Samia, parce que chacun de nous a perdu une part de lui» le 4 août précédent

BEYROUTH: Le temps d’une journée, l’activité s’est figée au Liban et les Libanais se sont réapproprié le cœur de leur capitale, Beyrouth, qui a été visée il y a un an par une énorme déflagration meurtrière.

Plusieurs centaines de tonnes de nitrate d’ammonium, entreposées dans un hangar du port de Beyrouth, ont explosé le 4 août 2020, plongeant la ville et ses habitants dans un tourbillon d’effroi, de terreur et de démolition.

Le monde entier avait suivi avec stupeur et émotion les nouvelles de cette explosion d’une ampleur inégalée, dans un pays qui a déjà connu de longues années de guerre et plusieurs invasions.

Un an après, les Libanais ont commémoré les 220 victimes de l’explosion, ainsi que les milliers de blessés, en cette journée du 4 août 2021 où se mêlent les sentiments de deuil, de révolte et d’indignation.   

Dès le début de l’après-midi, ils ont commencé à affluer en groupe épars, en dehors de tout cadre organisé, par les différentes artères menant au centre-ville.

La plupart d’entre eux sont des jeunes, mais nombreux aussi étaient les moins jeunes; d’autres ont fait le choix de venir en famille, accompagnés de leurs jeunes enfants, arborant des drapeaux libanais ou de petites pancartes qu’ils ont préparées pour l’occasion.

Malgré la chaleur et l’humidité accablantes, ils tenaient à être là, rassemblés en petits ou grands groupes, silencieux ou acclamant des slogans et lançant des cris de bienvenue à l’adresse de ceux qui ont fait le déplacement de loin, de villes telles que Tripoli dans le nord ou Saïda dans le sud.

Pourquoi sont-ils là et qu’est-ce qui les pousse à se mobiliser, en dépit des multiples difficultés du quotidien?

Mona, une quinquagénaire, est animée par un but et des principes bien précis: «Nous ne pouvons plus continuer de la sorte; celui qui ne réclame pas ses droits est un démon muet.» Elle confie ne plus reconnaître son pays: «Ce n’est plus le Liban que j’ai connu», souligne-t-elle. Ayant déjà vécu les années de guerre, elle constate que même aux pires moments de son histoire, le pays n’a jamais été aussi détérioré.

La détérioration n’épargne aucun aspect de la vie; la monnaie locale a perdu environ 90% de sa valeur depuis 2019, les salaires ont fondu comme neige au soleil et plus de la moitié des Libanais vit sous le seuil de pauvreté. Alors «bien sûr, affirme Mona, je devais être là car j’ai un but à réaliser, et ce but est d’en finir avec cette bande de voleurs qui nous gouverne».

Même son de cloche de la part de Samir, un sexagénaire installé au Liban après des années passées à Dubaï: «Nous n’avons plus le droit de nous taire», assure-t-il. Même si les choses ne semblent pas s’arranger, «nous devons passer le relai d’une génération à l’autre. Le changement arrivera bien un jour», ajoute-t-il.

Âgée de 24 ans, Samia, la fille de Samir, est née aux États-Unis. Elle estime que cette journée de manifestation et de colère «n’est pas une option, mais une obligation». Tous les Libanais «devraient être dans la rue en une journée comme celle-ci, poursuit-elle, parce que chacun de nous a perdu une part de lui» le 4 août précédent.

Samia ne regrette pas du tout le retour de sa famille au Liban: «Il est vrai que la situation est excessivement difficile, mais je ne m’imagine pas quitter ce pays», affirme-t-elle. «Oui, assure Samia, je sens que j’ai une place au Liban», en dépit de l’avenir incertain pour les jeunes de son âge. «C’est mon pays, il est à moi et non aux politiciens pourris qui partiront un jour ou l’autre.»

Assis par terre avec un groupe d’amis, Hassane, un trentenaire, affirme quant à lui qu’il est là «parce qu’il faut qu’on en finisse avec ces incapables qui nous gouvernent et qui ont détruit le pays et les rêves de sa jeunesse». Hassane soutient qu’aucun désespoir n’est permis: «Ils nous ont démolis, ils doivent partir eux-mêmes. Nous, on reste.» Malgré sa détermination, Hassan avoue que l’idée de quitter le Liban lui vient à l’esprit.

Son ami Michel intervient dans l’échange, affirmant que «lorsqu’on vit comme nous en enfer, on rêve du paradis, mais nous devons poursuivre notre tâche et nettoyer le pays de ceux qui nous oppriment». Les Libanais, affirme Michel, «sont un peuple dont la liberté est l’oxygène, et ce peuple finira par triompher».

Hassane et son groupe d’amis sont bien sûr au courant de la conférence de soutien au peuple libanais organisée par la France, mais ils réclament beaucoup plus que des aides. Ils demandent des mesures fermes qui puissent mener à des réformes et souhaitent que l’Europe toute entière se mobilise pour sortir les Libanais de leur calvaire et parvenir à une justice sociale.

La détermination est là, affichée sur tous les visages des personnes présentes au centre de Beyrouth, mais c’est une détermination individuelle en l’absence de toute structure ou programme d’action.

Soha, une jeune maman venue en compagnie de son mari, Imad, et leurs deux petits enfants, rêve d’un Liban à l’abri «des conflits régionaux qui minent le quotidien de la population». Elle souhaite que le Liban et sa population ne «soient plus pris en otages par ces conflits» et avoue sa crainte de voir grandir ses enfants dans un pays aussi délabré.

Sabah, une sexagénaire, a tenu quant à elle à être présente parce que, souligne-t-elle, «les victimes de l’explosion sont tous nous parents et nos bien-aimés». Même si elle est consciente que cette journée ne changera rien à l’attitude de la classe politique qui obstrue toute action pouvant lui porter atteinte, Sabah estime qu’il est de son devoir d’exprimer sa désapprobation, par respect pour les victimes.

Sa fille Rima, actuellement au chômage, rêve d’un Liban débarrassé du confessionalisme politique et d’un État laïque «pour pouvoir continuer à vivre dans ce pays auquel nous sommes attachés et où nous voulons rester».

Jusqu’à la tombée de la nuit, une ambiance bon enfant régnait sur le centre de Beyrouth où des échauffourées ont plus tard éclaté entre des groupes de manifestants antagonistes, puis entre des manifestants et les forces chargées de la sécurité du Parlement libanais. Et comme une fois n’est pas coutume, ces incidents caractérisent désormais les manifestations dans le monde entier.

À Beyrouth, elles sont teintées de désespoir et de frustration.    




 


Commémoration du 4 août 2020: Deuil, colère et heurts à Beyrouth

Des manifestants rassemblés par milliers aux alentours du port de Beyrouth pour commémorer le premier anniversaire de la gigantesque explosion qui a fait plus de 218 morts et 6.500 blessés, et réclamer justice. AFP
Des manifestants rassemblés par milliers aux alentours du port de Beyrouth pour commémorer le premier anniversaire de la gigantesque explosion qui a fait plus de 218 morts et 6.500 blessés, et réclamer justice. AFP
Short Url
  • Des milliers de Libanais ont afflué vers le secteur du port pour commémorer le premier anniversaire de l'explosion du port de Beyrouth, mais aussi réclamer que justice soit faite alors qu'aucun coupable n'a encore été jugé
  • Les manifestations en hommage aux victimes de la tragédie étaient émaillées de heurts à différents points de la capitale, faisant plusieurs blessés, sur fond de répression violente des forces de l'ordre

BEYROUTH : Des milliers de Libanais ont afflué vers le secteur du port pour commémorer le premier anniversaire de l'explosion du port de Beyrouth, mais aussi réclamer que justice soit faite alors qu'aucun coupable n'a encore été jugé et que les responsables continuent de faire barrage à l'enquête. Les manifestations en hommage aux victimes de la tragédie étaient émaillées de heurts à différents points de la capitale, faisant plusieurs blessés, sur fond de répression violente des forces de l'ordre.

Une messe était célébrée près du port en hommage aux victimes de l'explosion qui a ravagé des quartiers entiers de Beyrouth le 4 août 2020. A quelques centaines de mètres de la messe et des prières islamiques, au moins six personnes ont été hospitalisées et des dizaines prises en charge près du Parlement dans des heurts qui avaient lieu entre les forces de sécurité et des centaines de manifestants, a indiqué la Croix-Rouge, qui soignaient plusieurs d’entre eux sur place.

Canons à eaux, lacrymogènes et balles en caoutchouc

Tandis que des milliers de Libanais se rassemblaient près du port, des centaines d'autres se sont dirigés vers le Parlement, certains tentant de franchir les barbelés et les blocs de béton érigés en mur et bloquant les différentes entrées menant vers le bâtiment. Les forces de sécurité ont violemment réprimé les manifestants aux abords du Parlement. Des manifestants ont alors lancé des pierres sur les forces de sécurité, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de balles en caoutchouc pour les disperser. Des policiers ont aussi roué de coups de matraque certains manifestants.

Des manifestants tentant de franchir l'entrée du Parlement libanais dans le centre-ville de Beyrouth le 4 août 2021. AFP

Peu avant, de violentes échauffourées ont également éclaté lors du passage d’un convoi de membres du Parti Communiste près de partisans des Forces Libanaises à Gemmayzeh. Des cocktails molotov ont été lancés, obligeant l’armée libanaise à tirer en l’air pour séparer les protestataires. « Nous avons été surpris par le passage d’un convoi des partisans du Parti Communiste, vêtus de Keffieh provocateurs, et proférant des insultes à notre encontre, et à l’encontre de nos femmes et enfants. Pourtant nous n’avions que nos drapeaux libanais », s’étonne, au micro de la chaîne locale LBC, Tony, partisan des FL venu manifester au port comme des dizaines de milliers de Libanais.

En marge des manifestations, plusieurs groupes de jeunes, vraisemblablement des fauteurs de trouble, ont lancé des pierres en direction du ministère de l’Economie, alors que la police tentait de les disperser par des canons à eaux, rapportent les média locaux. On ignore pour l’heure l’identité de ses groupes.

L'explosion --qui a fait 214 morts et plus de 6.500 blessés-- a été causée par des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium, stockées depuis des années dans un entrepôt délabré et "sans mesure de précaution" de l'aveu même du gouvernement. 

Les proches des victimes et des militants réclament notamment la levée de l'immunité parlementaire derrière laquelle s'abritent certains députés et ex-ministres dans le collimateur de la justice. 

(Avec AFP)