Droits humains: Chine et Canada s'affrontent à l'ONU

La Chine avait déjà été épinglée dans une précédente déclaration par des dizaines de pays pour la situation des Ouïghours et d'autres minorités dans le Xinjiang. (Photo, AFP)
La Chine avait déjà été épinglée dans une précédente déclaration par des dizaines de pays pour la situation des Ouïghours et d'autres minorités dans le Xinjiang. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 23 juin 2021

Droits humains: Chine et Canada s'affrontent à l'ONU

  • La déclaration conjointe «envoie un message important aux autorités chinoises, à savoir qu'elles ne peuvent pas échapper au contrôle international», a réagi Agnès Callamard
  • La Chine a également lu une déclaration conjointe au nom de la Russie, du Bélarus, de la Corée du Nord, du Venezuela, de l'Iran, de la Syrie et du Sri Lanka

GENÈVE: Le Canada, soutenu par une quarantaine de pays, a dénoncé mardi à l'ONU la situation des droits humains dans la région chinoise du Xinjiang tandis que Pékin a répliqué en demandant une enquête sur les violations des droits des autochtones canadiens.

La déclaration conjointe sur la Chine, lue par le Canada devant le Conseil des droits de l'Homme, au nom d'une quarantaine de pays, était attendue depuis quelques jours par de nombreux diplomates et ONG à Genève, laissant le temps à Pékin de préparer sa défense.

"Nous sommes gravement préoccupés par la situation des droits humains dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang", a déclaré l'ambassadrice du Canada auprès de l'ONU, Leslie Norton.

"Des rapports crédibles indiquent que plus d'un million de personnes ont été arbitrairement détenues au Xinjiang et qu'il existe une surveillance généralisée visant de manière disproportionnée les Ouïghours et les membres d'autres minorités, ainsi que des restrictions aux libertés fondamentales et à la culture ouïghoure."

Pékin dément ce chiffre et parle de "centres de formation professionnelle" pour soutenir l'emploi et combattre l'extrémisme religieux.

"Il existe également des rapports faisant état de torture ou de peines ou de traitements cruels, inhumains et dégradants, de stérilisation forcée, de violence sexuelle et sexiste, et de séparation forcée des enfants de leurs parents par les autorités", a dit Mme Norton.

Cette déclaration "envoie un message important aux autorités chinoises, à savoir qu'elles ne peuvent pas échapper au contrôle international", a réagi Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty international, appelant les membres du Conseil à mettre en place un mécanisme d'enquête international indépendant.

«Accès sans entrave au Xinjiang»

La déclaration, signée par une quarantaine de pays, dont les États-Unis et la France, demande à la Chine de donner "un accès immédiat, significatif et sans entrave au Xinjiang aux observateurs indépendants, y compris la Haute-Commissaire", et de "mettre fin à la détention arbitraire des Ouïghours et des membres d'autres minorités musulmanes".

"Enfin, nous restons profondément préoccupés par la détérioration des libertés fondamentales à Hong Kong dans le cadre de la loi sur la sécurité nationale et par la situation des droits humains au Tibet", a indiqué Mme Norton.

La Chine avait déjà été épinglée dans une précédente déclaration par des dizaines de pays pour la situation des Ouïghours et d'autres minorités dans le Xinjiang. 

Répliquant d'avance au Canada, un représentant chinois a lu, juste avant l'ambassadrice canadienne, une déclaration conjointe - au nom de la Russie, du Bélarus, de la Corée du Nord, du Venezuela, de l'Iran, de la Syrie et du Sri Lanka selon l'ONU - portant sur les "graves violations des droits humains dont sont victimes les populations autochtones au Canada".

La déclaration évoque la récente découverte des restes de 215 enfants près d'un ancien pensionnat autochtone géré par l'Église catholique l'Ouest canadien. Et demande une enquête sur tous les cas "où des crimes ont été commis contre les populations autochtones", en indiquant qu'"entre les années 1830 et 1990, plus de 150 000 enfants autochtones du Canada auraient été arrachés de force à leurs parents".

"Au Canada, nous avons eu une 'commission Vérité et réconciliation'. Où est la commission de vérité et réconciliation de la Chine ? Où est leur vérité ?", a fustigé le Premier ministre canadien Justin Trudeau, en référence à cette commission nationale d'enquête, qui avait conclu à un véritable "génocide culturel" de la part du Canada envers les autochtones

"Le chemin de la réconciliation est long, mais nous le suivons. La Chine ne reconnaît même pas qu'il y a un problème" au Xinjiang, a-t-il tancé, lors d'un point presse.

Le représentant du Bélarus a pour sa part lu une autre déclaration conjointe, "au nom de 64 pays", apportant son soutien à la Chine et soulignant qu'Hong Kong, le Xinjiang et le Tibet sont des "affaires internes chinoises".


Ukraine: 959 militaires ukrainiens d'Azovstal se sont rendus depuis lundi

Cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo publiée par le ministère russe de la Défense le 17 mai 2022 montre des membres des services ukrainiens fouillés par des militaires pro-russes après avoir quitté l'aciérie Azovstal assiégée dans la ville portuaire ukrainienne de Mariupol. (PHOTO AFP / MINISTÈRE RUSSE DE LA DÉFENSE)
Cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo publiée par le ministère russe de la Défense le 17 mai 2022 montre des membres des services ukrainiens fouillés par des militaires pro-russes après avoir quitté l'aciérie Azovstal assiégée dans la ville portuaire ukrainienne de Mariupol. (PHOTO AFP / MINISTÈRE RUSSE DE LA DÉFENSE)
Short Url
  • «Depuis le 16 mai, 959 combattants dont 80 blessés se sont constitués prisonniers», selon le ministère russe de la Défense
  • Selon la même source, 51 d'entre eux ont été hospitalisés à Novoazovsk, localité sous contrôle des Russes et de leurs alliés séparatistes

MOSCOU : Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi que 959 militaires ukrainiens, retranchés sur le site sidérurgique d'Azovstal de Marioupol, se sont rendus depuis lundi.

"Au cours des dernières 24 heures 694 combattants, dont 29 blessés, se sont constitués prisonniers. Depuis le 16 mai, 959 combattants dont 80 blessés se sont constitués prisonniers", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Selon la même source, 51 d'entre eux ont été hospitalisés à Novoazovsk, localité sous contrôle des Russes et de leurs alliés séparatistes.

Le ministère n'a donné aucune indication quant au sort qu'il réservait à ces prisonniers, alors que les autorités russes ont indiqué à maintes reprises qu'elles ne considéraient pas au moins une partie d'entre eux comme des soldats mais comme des combattants néonazis.

Les autorités ukrainiennes veulent elles organiser un échange de prisonniers de guerre. 

Ces militaires ukrainiens étaient retranchés dans les galeries souterraines de l'immense aciérie d’aciérie Azovstal, devenant un symbole international de la résistance à l'offensive russe lancée le 24 février.

Le port stratégique de Marioupol ou se situe le site industriel a été complètement ravagé par les combats.


Le Bélarus introduit la peine de mort pour tentative de «terrorisme»

Le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, participe à une réunion des dirigeants des États membres de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) au Kremlin, à Moscou, le 16 mai 2022. (AFP).
Le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, participe à une réunion des dirigeants des États membres de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) au Kremlin, à Moscou, le 16 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • «Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a signé la loi prévoyant la possibilité de la peine de mort pour une tentative d'acte de terrorisme», selon l'agence Ria Novosti
  • Selon l'agence Interfax, le texte relève qu'aucune «préparation ou tentative» de crime n'est passible de peine de mort à l'exception de ceux qualifiés de «terroristes»

MOSCOU : Le Bélarus a introduit la peine de mort pour préparation d'attentat ou "tentative d'acte de terrorisme", selon un décret publié mercredi et cité par les agences russes, des accusations qui visent de nombreux militants de l'opposition, dont sa cheffe exilée.

"Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a signé la loi prévoyant la possibilité de la peine de mort pour une tentative d'acte de terrorisme", selon l'agence Ria Novosti, alors que jusqu'à présent seuls ceux ayant commis un tel acte étaient passibles d'exécution.

Selon l'agence Interfax, le texte relève qu'aucune "préparation ou tentative" de crime n'est passible de peine de mort à l'exception de ceux qualifiés de "terroristes".

Depuis le vaste mouvement de contestation de 2020 contre la réélection de l'autoritaire Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, de nombreux opposants ont été inculpés et arrêtés pour tentative ou préparation d'acte de terrorisme.

En mars 2021, le parquet bélarusse avait annoncé que la cheffe de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, contrainte à l'exil en 2020 par la répression de la contestation, faisait elle même l'objet d'une enquête pour "préparation d'acte de terrorisme en bande organisée", selon l'agence d'Etat bélarusse Belta.  

Le Bélarus, une ex-république soviétique alliée à la Russie, est le dernier pays d'Europe a encore appliquer la peine de mort. Le pays, qui procède à plusieurs exécutions chaque année, fusille ses condamnés.

Depuis la présidentielle de 2020, lors de laquelle Mme Tikhanovskaïa a amassé un soutien populaire surprise mobilisant des foules immenses pour dénoncer un scrutin truqué par M. Loukachenko, les autorités ont donné un tour de vis considérable, arrêtant des centaines de personnes et forçant à l'exil foule de dirigeants de l'opposition ou simple manifestants. 

De nombreuses figures du mouvement ont été condamnées à de lourdes peines de prison, les ONG et médias indépendants ont été bannis et taxés d’extrémisme.

Un nouveau procès de 12 militants de l'opposition s'est ouvert d'ailleurs mercredi dans la ville de Grodno et leur dirigeant présumé, Nikolaï Avtoukhovitch, est notamment accusé d'acte de "terrorisme" et de préparation d'un acte de "terrorisme" en bande organisée, selon l'ONG de défense des droits humains Viasna, dont plusieurs membres et son chef sont également en prison. 

Selon cette source, les enquêteurs accusent le groupe d'avoir incendié une voiture et la maison d'un policier, puis d'avoir fait exploser la voiture d'un autre.

 


Des marqueurs clés du changement climatique ont battu de nouveaux records en 2021, selon l'ONU

Une vue du bâtiment de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) qui accueille la 50e session du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) le 8 août 2019 à Genève. (AFP).
Une vue du bâtiment de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) qui accueille la 50e session du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) le 8 août 2019 à Genève. (AFP).
Short Url
  • Les concentrations de gaz à effet de serre, l'élévation du niveau de la mer, la température et l'acidification des océans ont tous établi de nouveaux records l'année dernière, a déclaré l'Organisation météorologique mondiale (OMM)
  • Le rapport «Etat du climat mondial en 2021» est «une litanie lamentable de l'échec de l'humanité à lutter contre le dérèglement climatique», a dénoncé le chef de l'ONU, Antonio Guterres

GENEVE : Quatre marqueurs clés du changement climatique ont battu de nouveaux records en 2021, a indiqué mercredi l'ONU, prévenant que le système énergétique mondial conduit l'humanité à la catastrophe.

Les concentrations de gaz à effet de serre, l'élévation du niveau de la mer, la température et l'acidification des océans ont tous établi de nouveaux records l'année dernière, a déclaré l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans son "Etat du climat mondial en 2021". 

Ce rapport est "une litanie lamentable de l'échec de l'humanité à lutter contre le dérèglement climatique", a dénoncé le chef de l'ONU, Antonio Guterres. 

"Le système énergétique mondial est brisé et nous rapproche de plus en plus de la catastrophe climatique", a mis en garde M. Guterres, exhortant à "mettre fin à la pollution par les combustibles fossiles et accélérer la transition vers les énergies renouvelables avant d'incinérer notre seule maison." 

L'OMM a déclaré que l'activité humaine provoquait des changements à l'échelle planétaire: sur terre, dans l'océan et dans l'atmosphère, avec des ramifications néfastes et durables pour les écosystèmes. 

Le rapport a confirmé que les sept dernières années étaient les sept années les plus chaudes jamais enregistrées. Les phénomènes météorologiques liés à La Nina au début et à la fin de 2021 ont eu un effet refroidissant sur les températures mondiales l'année dernière. Mais malgré cela, 2021 reste l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées, avec une température mondiale moyenne d'environ 1,11 degrés Celsius au-dessus du niveau préindustriel. L'Accord de Paris de 2015 sur le climat vise à limiter le réchauffement de la planète à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle.

"Notre climat change sous nos yeux", a déclaré le chef de l'OMM, Petteri Taalas. "La chaleur piégée par les gaz à effet de serre d'origine humaine réchauffera la planète pendant de nombreuses générations à venir. L'élévation du niveau de la mer, la chaleur et l'acidification des océans se poursuivront pendant des centaines d'années à moins que des moyens d'éliminer le carbone de l'atmosphère ne soient inventés."

Réchauffement

Quatre indicateurs clés du changement climatique "construisent une image cohérente d'un monde en réchauffement qui touche toutes les parties de la planète", indique le rapport. 

Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau sommet mondial en 2020, lorsque la concentration de dioxyde de carbone (CO2) a atteint 413,2 parties par million (ppm) dans le monde, soit 149% du niveau préindustriel. 

Les données indiquent qu'ils ont continué d'augmenter en 2021 et au début de 2022, la concentration mensuelle moyenne en CO2 à Mona Loa à Hawaï atteignant 416,45 ppm en avril 2020, 419,05 ppm en avril 2021 et 420,23 ppm en avril 2022, selon le rapport. 

Le niveau moyen mondial de la mer a atteint un nouveau record en 2021, après avoir augmenté en moyenne de 4,5 millimètres par an de 2013 à 2021, selon le rapport. 

Il avait affiché une hausse moyenne de 2,1 mm par an entre 1993 et 2002, l'augmentation entre les deux périodes étant "principalement due à la perte accélérée de masse de glace des calottes glaciaires", souligne le document. 

La température de l'océan a aussi atteint un niveau record l'année dernière, dépassant la valeur de 2020, selon le rapport. On s'attend à ce que les 2.000 premiers mètres de profondeur de l'océan continuent de se réchauffer à l'avenir - "un changement irréversible sur des échelles de temps centenaires à millénaires", a déclaré l'OMM, ajoutant que la chaleur pénétrait toujours plus profond. 

L'océan absorbe environ 23% des émissions annuelles de CO2 d'origine humaine dans l'atmosphère. Bien que cela ralentisse l'augmentation des concentrations atmosphériques de CO2, ce dernier réagit avec l'eau de mer et conduit à l'acidification des océans.  

Pendant ce temps, le rapport indique que le trou dans la couche d'ozone de l'Antarctique est "exceptionnellement profond et étendu" de 24,8 millions de kilomètres carrés en 2021, entraîné par un vortex polaire fort et stable. 

António Guterres a proposé cinq actions pour relancer la transition vers les énergies renouvelables "avant qu'il ne soit trop tard": mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles, tripler les investissements dans les énergies renouvelables, supprimer les formalités administratives, sécuriser l'approvisionnement en matières premières pour les technologies d'énergies renouvelables et faire de ces technologies - telles que le stockage sur batterie - des biens publics mondiaux librement disponibles. 

"Si nous agissons ensemble, la transformation des énergies renouvelables peut être le projet de paix du 21e siècle", a déclaré M. Guterres.