Téhéran dénonce le blocage de sites de médias iraniens ou proches par Washington

Le ministère américain de la Justice a déclaré avoir saisi 33 sites Web de médias contrôlés par le gouvernement iranien. (AFP)
Le ministère américain de la Justice a déclaré avoir saisi 33 sites Web de médias contrôlés par le gouvernement iranien. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 23 juin 2021

Téhéran dénonce le blocage de sites de médias iraniens ou proches par Washington

  • Le département américain de la Justice a annoncé plus tôt avoir bloqué 33 sites de médias contrôlés par Téhéran et trois sites irakiens des brigades du Hezbollah
  • Téhéran a aussitôt dénoncé ces blocages par la voix de Mahmoud Vaezi, directeur de cabinet du président iranien : "ce que les Etats-Unis ont fait est contre le principe de la liberté d'expression dont ils (les Américains) ont toujours été fiers

TEHERAN : Téhéran a dénoncé mercredi le blocage par Washington de l'accès à plusieurs sites internet de médias iraniens ou proches, y voyant une action contraire à la liberté d'expression et "non constructive" en plein pourparlers pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

Le département américain de la Justice a annoncé plus tôt avoir bloqué 33 sites de médias contrôlés par Téhéran et trois sites irakiens des brigades du Hezbollah (milice chiite pro-iranienne), qui étaient hébergés selon lui sur des domaines appartenant aux Etats-Unis.

"Conformément à des décisions de justice, les Etats-Unis ont pris le contrôle de 33 sites utilisés par l'Union iranienne de radio et de télévision islamique (IRTVU) et trois sites web exploités par le Hezbollah, en violation des sanctions américaines" contre l'Iran, a indiqué le département dans un communiqué.   

Il n'a cependant pas dévoilé l'identité des entreprises américaines propriétaires des domaines hébergeant ces sites, et n'a pas expliqué comment elles avaient pu procéder, en violation des sanctions.

Téhéran a aussitôt dénoncé ces blocages par la voix de Mahmoud Vaezi, directeur de cabinet du président iranien : "ce que les Etats-Unis ont fait est contre le principe de la liberté d'expression dont ils (les Américains) ont toujours été fiers. Cela signifie restreindre la liberté d'expression en utilisant des outils pour empêcher que des points de vue différents ne se reflètent dans l'opinion publique", a déclaré M. Vaezi à des journalistes.

"Nous utilisons tous les moyens juridiques et internationaux pour (...) condamner (...) cette politique erronée des Etats-Unis", a-t-il ajouté, estimant que cette décision de blocage était "non constructive au moment où négociations autour de l'accord sur le nucléaire (étaient) en cours".

Les sites des chaînes d'information en arabe Al-Alam et en anglais Press-TV, qui appartiennent au réseau de la télévision d'Etat Irib, affichaient dès mardi tous le même message indiquant que "le gouvernement américain (avait) pris le contrôle" du site. Le message était accompagné des sceaux de la police fédérale et du ministère du Commerce.

Sites à nouveau accessibles 

Cette action intervient dans le cadre de l'exercice de l'autorité présidentielle face à une menace extraordinaire, selon un des articles de loi cités dans le message.

Le site de la chaîne des rebelles yéménite Houthis (soutenus par Téhéran), al-Masirah, était aussi bloqué avec le même message. 

Sur le site de l'aile politique des Houthis, al-Masirah a condamné "un acte de piraterie et la confiscation des droits d'auteurs" par les Etats-Unis qui intervient "sans justification et sans avertissement".

La chaîne a toutefois créé un nouveau site internet qui était opérationnel mardi soir. 

Plusieurs sites internet irakiens, parmi lesquels celui des brigades du Hezbollah en Irak, n'étaient plus accessibles mardi et seul s'affichait un message du "ministère américain du Commerce". 

En octobre 2020 déjà, ce site ainsi que celui d'al-Ettejah, la télévision des brigades du Hezbollah, avaient subi le même sort. De même que le site d'al-Noujaba, l'autre grande faction pro-Iran d'Irak.

Ces deux factions, composées de combattants irakiens mais entraînés, financés et armés par l'Iran, opèrent à la fois en Irak mais aussi en Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad et du Hezbollah libanais.

Le site de la chaîne télévisée d'opposition du Bahreïn, LuaLua TV, était aussi bloqué. La chaîne, qui a des bureaux à Londres et à Beyrouth, a fustigé une "prise de contrôle illégale" de son site internet. 

Les autorités bahreïnies accusent les groupes contrôlant la chaîne d'être proches du régime iranien.

Après le blocage, Press TV et Al-Alam sont passées à des domaines ".IR" et leurs sites web étaient accessibles mercredi, selon l'agence officielle IRNA. Elles sont toujours présentes sur les médias sociaux, principalement sur Twitter, et leur diffusion est ininterrompue.

L'Iran est sous le coup d'une série de sanctions économiques américaines pour son programme d'enrichissement nucléaire soupçonné par Washington d'avoir des visées militaires. La République islamique est également accusée de violations des droits de l'Homme et de soutien au terrorisme.


Le roi Salmane nomme le prince héritier au poste de Premier ministre d'Arabie saoudite

Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite (Photo, AN).
Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite (Photo, AN).
Short Url
  • Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite
  • Le prince Khaled ben Salmane deviendra ministre de la Défense dans le cadre d'un remaniement ministériel

RIYAD: Mardi, le roi Salmane a nommé le prince héritier, Mohammed ben Salmane, comme Premier ministre d'Arabie saoudite.

Selon les décrets royaux émis par le roi, le prince Khaled ben Salmane, deviendra ministre de la Défense dans le cadre d'un remaniement ministériel, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

D’autres informations suivront...

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les forces yéménites chassent Al-Qaïda de sa place forte après d'âpres combats

Le STC s'est associé à plusieurs groupes rivaux pour combattre Al-Qaïda. (Reuters)
Le STC s'est associé à plusieurs groupes rivaux pour combattre Al-Qaïda. (Reuters)
Short Url
  • Les forces du Conseil de transition du Sud ont conquis la vallée d'Omaran dans la province d'Abyan
  • Elles se préparent désormais à attaquer les dernières caches d'Al-Qaïda autour de la ville d'Al-Mahfad

AL-MOUKALLA: Les forces yéménites affirment avoir chassé Al-Qaïda d'une importante place forte dans le sud du pays, après de violents combats au cours desquels 32 soldats et au moins 24 combattants ennemis ont été tués.

Mohammed al-Naqib, porte-parole du Conseil de transition du Sud (STC), mouvement pro-indépendance qui commande les opérations militaires, a déclaré à Arab News que la troisième phase d'une offensive appelée «Eastern Arrows» s'était terminée après que ses forces ont conquis la vallée d'Omaran dans la province d'Abyan.

Il a précisé que 32 soldats avaient été tués et 42 avaient été blessés lors de contre-attaques d'Al-Qaïda, ainsi qu’en raison des pièges et des bombes posées en bordure de route.

Les combattants adverses ont perdu 24 membres, morts au combat ou dans le bombardement des hauts plateaux rocheux d'Abyan.

Al-Naqib a affirmé que les forces du STC avaient récupéré des mines terrestres et des engins explosifs artisanaux dans les places fortes prises à Al-Qaïda, et qu’elles se préparaient maintenant à attaquer les dernières caches du groupe autour de la ville d'Al-Mahfad.

«Al-Qaïda a subi d’importantes pertes, et notamment l'un de ses principaux bastions à Omaran», a indiqué Al-Naqib. «Nos effectifs et notre préparation nous permettent de nettoyer toutes les provinces du sud. Cela fait huit ans que nous avons commencé à lutter contre le terrorisme. Nos forces ont acquis de l’expérience dans la lutte contre Al-Qaïda.»

L'armée et les services de sécurité yéménites ont lancé leur offensive au début du mois pour chasser Al-Qaïda d'Abyan et de la province voisine de Shabwa, d'où les combattants se sont entraînés et ont planifié des attaques contre des villes yéménites.

Al-Qaïda a également gardé des armes et des otages dans des cavernes à Omaran et dans les vallées adjacentes qui relient ces provinces à une troisième, Al-Bayda, selon des sources militaires yéménites.

Le groupe a déjà été chassé d'Al-Moussinah à Shabwa et d'Al-Wadhae, de la région rocheuse de Khaber al-Marakesha, de Lawder et de Moudia.

Al-Naqib a affirmé que certains combattants d'Al-Qaïda avaient fui vers Wadi Hadramout tandis que d'autres avaient trouvé refuge à Al-Bayda, contrôlée par les Houthis, et à Markha dans la province de Shabwa.

Les luttes intestines entre diverses factions militaires faisant face aux Houthis ont permis au groupe Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (Aqpa), la branche la plus meurtrière de ce groupe, de se déployer dans tout le sud du Yémen depuis sept ans.

Le STC s'est associé à plusieurs groupes rivaux pour lutter contre cette menace après avoir convenu d'un cessez-le-feu il y a deux ans.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Ligue arabe et l’Égypte condamnent les violations israéliennes répétées du caractère sacré d’Al-Aqsa

La police israélienne détient un Palestinien alors qu’elle escorte un groupe de colons juifs à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 27 septembre 2022. (Photo AP)
La police israélienne détient un Palestinien alors qu’elle escorte un groupe de colons juifs à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 27 septembre 2022. (Photo AP)
Short Url
  • La tension est montée lundi à Jérusalem avec les incursions de centaines de colons juifs dans la mosquée
  • Selon un communiqué de la Ligue arabe, les forces israéliennes et les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa et arrêté plusieurs Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur

LE CAIRE: La Ligue arabe et l’Égypte ont condamné la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa par les forces israéliennes et plusieurs colons, tenant le gouvernement israélien pour responsable  de la situation.

La tension est montée lundi avec les incursions de centaines de colons juifs dans la mosquée, sous la protection de la police israélienne, pour marquer le début de Roch Hachana.

Les groupes juifs extrémistes ont poursuivi leurs appels pour obtenir l’autorisation d’entrer dans l’enceinte lundi et mardi pour célébrer le nouvel an juif. Selon un communiqué de la Ligue arabe, les forces israéliennes et les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa et arrêté plusieurs Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur, afin d’imposer une partition temporelle et spatiale de la mosquée, «ce qui implique de modifier la situation historique et juridique existante». 

Le communiqué indique que la poursuite de cette politique de la part du gouvernement israélien constitue une «violation flagrante du droit international» et une provocation pour les Palestiniens et les musulmans en général. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a souligné que ce qui s’est passé est un «crime inacceptable» et a exhorté la communauté internationale à assumer ses responsabilités et à faire face à la «dangereuse escalade israélienne».

«Jérusalem-Est est une terre occupée conformément au droit international et aux résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité, et elle ne doit pas être traitée autrement», a-t-il tweeté.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères précise dans un communiqué que la poursuite des pratiques provocatrices à proximité des lieux saints islamiques dans la zone du mont du Temple aggraverait les tensions et alimenterait la violence. L’Égypte condamne les violations répétées et croissantes du caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa, «perpétrées par des éléments extrémistes juifs sous les yeux des forces d’occupation israéliennes». 

Elle a fait remarquer que les restrictions imposées à la circulation des fidèles palestiniens et à l’accomplissement de leurs rites religieux, ainsi que les tentatives incessantes de modifier le statut juridique et historique de Jérusalem, demeurent une violation du droit international et une escalade dangereuse qui compromet les chances de parvenir à un règlement global de la cause palestinienne et à la solution à deux États.

Adnan al-Hussayni, chef du département de Jérusalem de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a imputé au gouvernement israélien la responsabilité de toute répercussion causée par l’escalade. M. Al-Hussayni a appelé le monde arabe et islamique à prendre une position sérieuse pour soutenir le peuple palestinien face à l’agression de l’occupation israélienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.co