L’effondrement économique ancre la violence dans le quotidien des Libanais

En l'absence d'un système national de protection sociale, les personnes âgées du Liban sont livrées à elles-mêmes au milieu de la crise économique. (Photo AP/Hassan Ammar)
En l'absence d'un système national de protection sociale, les personnes âgées du Liban sont livrées à elles-mêmes au milieu de la crise économique. (Photo AP/Hassan Ammar)
Des véhicules font la queue sur une autoroute côtière devant une station-service dans la région de Balamand au nord de Beyrouth le 21 juin 2021, au milieu d'une grave pénurie de carburant due à l'effondrement économique en cours. (Photo, AFP/Joseph Eid)
Des véhicules font la queue sur une autoroute côtière devant une station-service dans la région de Balamand au nord de Beyrouth le 21 juin 2021, au milieu d'une grave pénurie de carburant due à l'effondrement économique en cours. (Photo, AFP/Joseph Eid)
Les propriétaires des générateurs privés au Liban ont mis en garde contre des ruptures de services en raison de la pénurie de carburant, au moment où la crise économique du pays ne cesse d’empirer. (Photo, AFP)
Les propriétaires des générateurs privés au Liban ont mis en garde contre des ruptures de services en raison de la pénurie de carburant, au moment où la crise économique du pays ne cesse d’empirer. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 24 juin 2021

L’effondrement économique ancre la violence dans le quotidien des Libanais

  • Le Liban se trouve dans l’œil d’un cyclone économique, classé par la Banque mondiale parmi les trois pires au monde depuis plus de 150 ans
  • Un résident de la banlieue Sud de Beyrouth confie que les forces de l’ordre ne sont plus en mesure de faire face au chaos et à la violence

BEYROUTH : La violence se cramponne au quotidien des Libanais au milieu de la crise économique inégalée et l'effondrement des balises sécuritaires, alors que les files d’attente devant les stations-service sont régulièrement ponctuées de bagarres et de fusillades.

Le Liban se trouve dans l’œil d’un cyclone économique, classé par la Banque mondiale parmi les trois pires au monde depuis plus de 150 ans.

Les pénuries touchent des produits essentiels tels que le carburant et les médicaments. Le pain a pour sa part vu son prix revu à la hausse par le Syndicat des propriétaires des boulangeries en raison de la fin des subventions sur le sucre et la levure.

Les gens font la file pendant des heures devant les stations-service, et certaines bagarres se transforment en fusillade dans un contexte de concurrence pour faire le plein.

Certains, découragés, se suicident. D’autres, désespérés détruisent leurs sources de revenus.

Un jeune homme de 25 ans du nom de Mathew s'est pendu dans son appartement dans la région de Keserwan, et un résident de Baalbek a tenté de s’ôter la vie dans son magasin, acculé par ses dettes. Un vendeur de haricots ambulant a mis le feu à sa charrette dans une rue de Beyrouth après avoir reçu l'ordre de la retirer. C’était son unique gagne-pain.

Les conditions de vie se sont considérablement détériorées dans un contexte d’impasse politique sur la formation d'un nouveau gouvernement. Le conflit oppose le Premier ministre désigné Saad Hariri et le président Michel Aoun au sujet des membres du nouvel exécutif et de la distribution des portefeuilles.

Hariri a été nommé pour former un nouveau gouvernement en octobre dernier, sans succès. Le gouvernement du Premier ministre Hassan Diab a démissionné quelques jours après une explosion massive au port de Beyrouth le 4 août qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés.

Dans un tweet, un militant a fustigé les autorités qui ont «transformé le Liban en une jungle et placé les gens à la merci des voyous dans les stations-service. Vous avez humilié des gens dans chaque recoin de leur vie. Nous remettons les scènes de fusillades dans les stations-service entre les mains de Dieu parce que nous n'avons personne au Liban à qui nous plaindre. Ils sont tous responsables, sans exception».

 

En Bref

Les pénuries touchent des produits essentiels tels que le carburant et les médicaments. Le pain a pour sa part vu son prix revu à la hausse par le Syndicat des propriétaires des boulangeries en raison de la fin des subventions sur le sucre et la levure

Un résident de la banlieue sud de Beyrouth confie que les forces de l’ordre ne sont plus en mesure de faire face au chaos et à la violence qui se frayent un chemin dans le quotidien des Libanais.

«Les forces de sécurité officielles, qui ont partagé la tâche de sécuriser les banlieues sud ces dernières années avec le Hezbollah et le mouvement Amal, ont demandé aux responsables de ces quartiers de participer à la protection de la sécurité des stations-service car eux-mêmes sont incapables de couvrir (tout le secteur)», souffle-t-il à Arab News, sous couvert d'anonymat.

Avoir recours à des groupes privés pour assurer la sécurité ne se limite pas à la banlieue sud, ajoute-t-il. Le phénomène s'étendrait à d'autres secteurs, dont notamment Ain El-Remmaneh et Furn El Chebbak.

Fadi Abou Chakra, porte-parole du syndicat des distributeurs de carburant et des stations-service au Liban, met en garde contre cette pratique.

«Certains responsables auto-proclamés de la sécurité dans les stations-service se livrent à des activités d’extorsions», déclare-t-il à Arab News. «Les émeutes et les attaques devant les stations-service ne sont plus tolérables. Les propriétaires de plus de 140 stations-service ont refusé de recevoir leur livraison d'essence car ils sont victimes d'extorsion et de passages à tabac, et ne peuvent pas assumer leur propre protection».

Il a exhorté les services de sécurité à protéger les stations-service qui, selon lui, «ne font que tenter de faire leur travail».

Mais le général de brigade Anwar Yahya, ancien chef de la police judiciaire, estime que les Forces de sécurité intérieure ne sont pas mandatées de «faire respecter l'ordre public» dans les stations-service. «C’est la responsabilité des municipalités, et il existe une loi qui gère ce genre de situations», a-t-il déclaré à Arab News. «Mais les municipalités souffrent aussi de faibles budgets. Des parties se sont impliquées dans certaines municipalités et peuvent les assister. Cependant, lorsque ces individus ont une plus grande influence que les forces de sécurité officielles, la stature de l'État diminue».

La crise économique a aussi affecté les forces armées libanaises, a-t-il ajouté, et la coopération de la communauté internationale pour les soutenir était «l'expression de sa crainte» de voir l'armée «s'effondrer» sous la pression des événements au Liban.

Les services de sécurité présentent des rapports quotidiens de personnes recherchées, accusées de trafiquer des produits subventionnés vers la Syrie, en plus d’arrestations pour atteinte à la sécurité sociale et alimentaire.

Yahya, qui a passé 39 ans dans le domaine de la sécurité, confie que les gens s'attendaient à ce que les agences de l'État fournissent une protection, et estime que le «sauvetage ultime» est dans les mains de l’armée.

«Le plus important est de faire bouger les choses et former un gouvernement car les gens ont faim», se désole-t-il.

Jusqu'à ce le nouveau gouvernement soit formé, selon lui, tout individu doit assurer sa propre protection. «Parmi les mesures préventives que les citoyens peuvent prendre figurent le verrouillage des portes et des fenêtres, l'application des principes de sécurité dans les quartiers, en plus de tenir la police informée de toute urgence».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 


L'Algérie annonce la réouverture des sa frontière avec la Tunisie

Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Short Url
  • Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021
  • Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020

ALGER: L'Algérie, grande pourvoyeuse de touristes à la Tunisie, va rouvrir à la mi-juillet la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 2020 en raison de la Covid-19, a annoncé le président algérien Abdelmadjid Tebboune mardi.

"Nous avons pris une décision conjointe de rouvrir les frontières terrestres à compter du 15 juillet", a déclaré M. Tebboune à l'aéroport d'Alger aux côtés de son homologue tunisien Kais Saied qui s'apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Jusque-là, le trafic routier entre les deux pays se limitait au transport de marchandises.

Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020 pour endiguer la propagation du coronavirus.

Le secteur du tourisme en Tunisie a sérieusement pâti de cette fermeture, l'Algérie étant une grande pourvoyeuse de touristes au pays voisin, particulièrement durant la saison estivale.

Avant la pandémie du coronavirus, plus de trois millions d'Algériens se rendaient chaque année en Tunisie, selon des médias locaux.

Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021.


Le Maroc redémarre des centrales à gaz grâce à l'Espagne

Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Short Url
  • Le GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar
  • L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne

RABAT: Le Maroc a annoncé mardi la remise en service de deux grandes centrales électriques grâce à du gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé depuis l'Espagne via le Gazoduc Maghreb Europe (GME), après la décision d'Alger de ne plus approvisionner le royaume en gaz.

"Le royaume du Maroc assure son approvisionnement en gaz naturel en concluant des contrats d’achat de GNL (gaz naturel liquéfié) sur le marché international et en utilisant les infrastructures gazières des opérateurs espagnols et le Gazoduc Maghreb-Europe", selon un communiqué de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) et de l’Office national des hydrocarbures et des Mines (ONHYM).

Ce GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar, dans le nord du Maroc, autrefois alimentées par le gaz algérien.

Désormais l'approvisionnement des deux centrales -- qui fournissent entre 10% et 17% de la production nationale d'électricité, selon des médias locaux -- est "assuré par le GME via l’interconnexion gazière Maroc-Espagne fonctionnant en mode flux inverse", précise le communiqué.

L'acheminement du gaz vers le Maroc a commencé le 28 juin "sur la base des relations commerciales et du bon voisinage", avaient indiqué à l'AFP des sources du ministère espagnol de la Transition écologique, assurant qu'il ne s'agissait pas de gaz algérien.

L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien "vers une destination tierce", une référence implicite au Maroc.

Fin octobre, Alger avait décidé de ne pas renouveler le contrat du GME sur fond d'escalade de tensions entre les deux voisins du Maghreb autour de l'épineux dossier du Sahara occidental.

Depuis, Rabat cherche à diversifier les pistes pour couvrir ses besoins.

Fin novembre, une société britannique Sound Energy et l'ONEE ont signé un accord de fourniture de gaz naturel de la concession de Tendrara (est).

Sound Energy s'engage à produire et à livrer à pays jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans.


Covid-19: Israël autorise la vaccination des tout-petits avec Pfizer et Moderna

Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs (Photo, AFP).
Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs (Photo, AFP).
Short Url
  • Israël devient ainsi le deuxième pays au monde après les États-Unis à autoriser les vaccins ARN
  • Plus de 6 millions d'Israéliens ont reçu au moins deux doses de vaccins contre la Covid-19

JÉRUSALEM: Le ministère israélien de la Santé a annoncé mardi avoir autorisé les bébés et enfants entre 6 mois et 4 ans à être vaccinés contre la Covid-19 avec les injections des laboratoires Pfizer et Moderna.

Israël devient ainsi le deuxième pays au monde après les États-Unis à autoriser les vaccins ARN messagers à l'ensemble de sa population, dont les tout-petits.

Les experts de deux comités consultatifs israéliens ont conclu que les effets secondaires étaient "bénins" et le taux d'efficacité de ces vaccins importants, selon une lettre du directeur de la Santé Nachman Ash adressée le 1er juillet au ministère et dont l'AFP a eu une copie mardi.

Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs et la plupart d'entre eux "ont recommandé de vacciner les bébés et les jeunes enfants à risque et de développer la vaccination de tous les enfants, même ceux qui ne sont pas à risque", selon la lettre.

L'accord des autorités israéliennes intervient après que l'agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé en juin l'injection du vaccin Moderna pour les enfants entre 6 mois et 5 ans et celui de Pfizer pour ceux entre 6 mois et 4 ans.

Plus de 6 millions d'Israéliens ont reçu au moins deux doses de vaccins contre la Covid-19, dont 17% des enfants dans la tranche d'âge de 5 à 11 ans.

Quelques pays dont l'Argentine, le Bahreïn, le Chili, la Chine, Cuba, le territoire d'Hong Kong et le Venezuela, proposaient auparavant des injections contre la Covid pour les tout-petits, mais pas des vaccins à ARNm (Pfizer, Moderna), considérés comme la technologie de pointe en la matière.