À Beyrouth, une «énorme explosion» secoue le cabinet d'un avocat de renom

Sakhr el-Hachem examine les dégâts dans son bureau à la suite de l'explosion. (Fourni)
Sakhr el-Hachem examine les dégâts dans son bureau à la suite de l'explosion. (Fourni)
Short Url
Publié le Mardi 29 juin 2021

À Beyrouth, une «énorme explosion» secoue le cabinet d'un avocat de renom

  • L’explosion s’est produite au centre Nakhle, dans le quartier de Forn El Chebbak
  • Parmi les clients défendus par Me El-Hachem se trouvent des personnes qui ont été arrêtées dans le cadre du dossier sur l'explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août dernier

BEYROUTH: Lundi après-midi, une explosion s'est produite dans le bâtiment qui abrite le cabinet de l'avocat Sakhr el-Hachem au centre Nakhle, dans le quartier de Forn El Chebbak, à Beyrouth.

Ni Me El-Hachem ni ses deux fils, Chahid et Nahi, avocats également, qui se trouvaient avec lui au moment de l'explosion, n'ont été blessés, mais le bâtiment a subi des dégâts. Les motifs de l’explosion restent à déterminer.

Sakhr el-Hachem a assuré la défense de nombreux accusés illustres au cours de sa carrière; le constructeur automobile Nissan compte parmi ses clients les plus célèbres, dans l’affaire Carlos Ghosn, cet homme d'affaires qui fait l'objet d'une enquête au Liban pour corruption.

Parmi les clients défendus par Me El-Hachem se trouvent par ailleurs des personnes qui ont été arrêtées dans le cadre du dossier sur l'explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août dernier: le directeur par intérim du port de Beyrouth, Hassan Koraytem, le chef de la sécurité et de la sûreté du port, Mohammed Ziad al-Awf, ainsi que le responsable maritime du navire Rhosus, qui a transporté le nitrate d'ammonium à Beyrouth, Moustafa Baghdadi.

Les attentats à la bombe ont été moins fréquents ces dernières années. Cependant, de nombreux responsables de la scène politique et de la sécurité, parmi lesquels le ministre sortant de l'Intérieur, Mohammed Fahmi, ont fait part de leurs craintes que de nouvelles tentatives criminelles entraînent une détérioration de la sécurité en raison des crises qui secouent le Liban.

L'épouse d'El-Hachem confie à Arab News que son mari et ses deux fils ne sont pas blessés, mais que l'explosion a été impressionnante. Une enquête se poursuit actuellement pour obtenir de plus amples informations, ajoute-t-elle.

Mme El-Hachem explique que cette enquête s'appuie notamment sur les caméras de surveillance installées dans le quartier.

Elle indique que les fenêtres du bureau ont été brisées, mais que «[s]es fils et [s]on mari ont survécu».

Selon elle, son mari «avait affirmé que l'explosion du port de Beyrouth était probablement due à la négligence, et nous ignorons si cette déclaration est à l'origine de l'explosion, ce qui constituerait un message très clair».

Elle ajoute: «Il convient de noter que mon mari ne se mêle pas de la vie politique, il ne fait que respecter la loi.»

Me El-Hachem fait savoir que «les services de sécurité ainsi que la police scientifique font leur travail et ont ouvert une enquête».

En effet, l'ordre des avocats de Beyrouth et celui de Tripoli poursuivent la grève qu’ils ont initiée il y a plus de vingt jours.

Cette grève a pour objectif de «défendre l'indépendance et le prestige du pouvoir judiciaire» et de «protester contre le fait que les personnes impliquées dans le système judiciaire n'ont pas corrigé leur relation avec le barreau, ce qui constitue une violation des lois du barreau».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le prince héritier saoudien et Macron discutent de Gaza et de la guerre entre la Russie et l'Ukraine

Les deux hommes ont également passé en revue les relations et la coopération bilatérales, ainsi que les derniers développements régionaux et internationaux. (SPA/AFP)
Les deux hommes ont également passé en revue les relations et la coopération bilatérales, ainsi que les derniers développements régionaux et internationaux. (SPA/AFP)
Short Url

RIYADH : Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu mercredi un appel du président français Emmanuel Macron, a indiqué l'agence de presse saoudienne.

Au cours de cet appel, ils ont discuté de la situation à Gaza et de la guerre entre la Russie et l'Ukraine, ainsi que des efforts visant à assurer la sécurité et la stabilité.

Les deux hommes ont également passé en revue les relations et la coopération bilatérales, ainsi que les derniers développements régionaux et internationaux.


Liban: un groupe allié du Hamas annonce la mort d'un de ses cadres dans une frappe israélienne

Des personnes et des soldats de l'armée vérifient l'épave d'une voiture dans laquelle un dirigeant d'un groupe islamiste proche du mouvement palestinien Hamas aurait été tué par une frappe israélienne dans le village de Ghazze, dans la région de la Bekaa, à l'est du Liban, le 18 juillet 2024. (AFP)
Des personnes et des soldats de l'armée vérifient l'épave d'une voiture dans laquelle un dirigeant d'un groupe islamiste proche du mouvement palestinien Hamas aurait été tué par une frappe israélienne dans le village de Ghazze, dans la région de la Bekaa, à l'est du Liban, le 18 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • L'agence de presse officielle ANI a précisé que "le responsable de Jamaa Islamiya, Mohamad Hamed Jabbara", a été tué dans une frappe de "drone ennemi" ayant visé son pick-up à 06H30 (03H30 GMT) dans la Békaa, dans l'est du Liban
  • Les violences qui ont éclaté à la frontière israélo-libanaise en marge de la guerre à Gaza ont fait 512 morts au Liban

BEYROUTH : Le groupe islamiste Jamaa Islamiya, proche du Hamas palestinien, a annoncé la mort d'un de ses cadres jeudi dans une frappe israélienne qui a visé son véhicule dans l'est du Liban.

Depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, le Hezbollah libanais et des groupes alliés, qui soutiennent le mouvement islamiste palestinien, échangent quotidiennement des tirs à la frontière entre le Liban et Israël.

Dans un communiqué, la Jamaa Islamiya a annoncé la mort de son "commandant", Mohamad Hamed Jabbara, dans un "raid sioniste (israélien) odieux".

L'agence de presse officielle ANI a précisé que "le responsable de Jamaa Islamiya, Mohamad Hamed Jabbara", a été tué dans une frappe de "drone ennemi" ayant visé son pick-up à 06H30 (03H30 GMT) dans la Békaa, dans l'est du Liban.

Formée en 1960, la Jamaa islamiya est étroitement liée au Hamas avec lequel elle affirme mener des attaques contre Israël depuis le sud du Liban.

Les violences qui ont éclaté à la frontière israélo-libanaise en marge de la guerre à Gaza ont fait 512 morts au Liban, en majorité des combattants, dont neuf de la Jamaa Islamiya, mais incluent au moins 104 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, 17 soldats et 13 civils ont été tués, selon les autorités.


L'Arabie saoudite demande au Conseil de sécurité de l'ONU d’obliger Israël à mettre fin à la guerre et à la "famine" à Gaza

Le représentant permanent de l'Arabie saoudite auprès de l'ONU, Abdulaziz Alwasil, a déclaré que Tel-Aviv devait se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, qui appellent à un cessez-le-feu immédiat et à l'acheminement de l'aide à Gaza. (Photo: AFP)
Le représentant permanent de l'Arabie saoudite auprès de l'ONU, Abdulaziz Alwasil, a déclaré que Tel-Aviv devait se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, qui appellent à un cessez-le-feu immédiat et à l'acheminement de l'aide à Gaza. (Photo: AFP)
Short Url
  • Tel-Aviv doit mettre fin à son "agression" et permettre l'acheminement urgent de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza assiégée
  • L'échec de l'ONU à stopper Israël est motivé par des "intérêts politiques égoïstes et à courte vue", déclare l'envoyé saoudien Abdulaziz Alwasil

NEW YORK : Le représentant permanent de l'Arabie saoudite auprès de l'ONU, Abdulaziz Alwasil, a appelé mercredi le Conseil de sécurité de l'ONU à adopter une résolution qui obligerait Israël à mettre fin à sa guerre contre Gaza.

Alwasil a déclaré que Tel-Aviv devait se conformer aux propres résolutions du Conseil de sécurité, qui appellent à un cessez-le-feu immédiat et à l'acheminement de l'aide à Gaza.

Il a ajouté qu'Israël, en tant que puissance occupante, devait être contraint de respecter le droit international. Cela inclut la mise en œuvre des mesures provisoires de la Cour internationale de justice pour mettre fin au génocide perpétré contre le peuple palestinien.

Alwasil a déclaré que le Conseil de sécurité des Nations unies, depuis le début de l'assaut sur Gaza il y a 10 mois, a tenu "réunion après réunion en vain".

Pendant ce temps, le monde continue d'être témoin de la "machine de guerre israélienne qui cible délibérément les civils et impose les formes les plus dures de punition collective en tuant, déplaçant, affamant et en imposant un blocus aux civils".

Alwasil a ajouté : "Toutes ces violations flagrantes se produisent sous les yeux du monde entier et la communauté internationale continue de fermer les yeux.”

“Cette inaction a poussé la puissance occupante, qui se cache derrière un mur solide, à profiter de cette faiblesse et du silence international pour imposer sans relâche ses pratiques inhumaines et violentes".

L'envoyé de l'Arabie saoudite s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies convoquée par la Russie, qui assure la présidence tournante de l'organe pour le mois de juillet. Cette réunion était présidée par le ministre des affaires étrangères de Moscou, Sergueï Lavrov.

Alwasil a déploré l'incapacité du Conseil de sécurité à mettre fin à la guerre, qu'il a imputée au fait que les membres de l'organe sont limités par "des intérêts politiques égoïstes et à courte vue qui ont entravé sa capacité à prendre les mesures fermes nécessaires pour mettre fin à l'agression israélienne".

"L'incapacité de la communauté internationale et du Conseil de sécurité à protéger les civils innocents a conduit jusqu'à présent à la mort de 38 000 personnes et à la blessure et la mutilation de dizaines de milliers d'autres, dont la plupart sont des femmes et des enfants", a déclaré Alwasil.

Il ajoute : "Comment peut-on justifier un tel déplacement forcé, qui est récurrent à Gaza ? Comment pouvons-nous rester silencieux face à cette famine systématique et à ce blocus délibéré ? Comment la communauté internationale peut-elle rester inactive alors qu'une catastrophe humanitaire majeure se déroule sous nos yeux ?"

Alwasil a promis que son pays continuerait à soutenir le droit des Palestiniens à l'autodétermination et à la création d'un État sur les lignes de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Cela "garantirait une justice globale (et) une paix conforme à l'initiative de paix arabe et aux résolutions pertinentes de la légitimité internationale".

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com