La «démocratie» de Khamenei et Assad

On pourrait dire que Khamenei et Assad se moquent dans une certaine mesure du concept de démocratie en en présentant une version très en lambeaux. (Photo, AFP)
On pourrait dire que Khamenei et Assad se moquent dans une certaine mesure du concept de démocratie en en présentant une version très en lambeaux. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 30 juin 2021

La «démocratie» de Khamenei et Assad

  • Ali Khamenei a supervisé la «désinfection» de la liste des candidats pour éviter les surprises et a ouvert la voie à une victoire de Raïssi
  • Raïssi a été nommé président sur la base d'une vision presque explicite de la prochaine phase de la vie du régime révolutionnaire iranien

Pourquoi l'Iran insiste-t-il pour organiser des élections présidentielles alors que le monde regarde ces élections être truquées quotidiennement pendant les semaines qui précèdent le jour du vote ? Les résultats des élections ont été déterminés des semaines avant leur tenue, non pas en raison d'un soutien populaire écrasant au candidat de l'époque, Ebrahim Raïssi, qui a été élu lors d'élections qui ont enregistré le plus faible taux de participation en quatre décennies (48 %), mais parce que le chef suprême avait travaillé systématiquement pour prédéterminer leurs résultats.

Au début, Ali Khamenei a supervisé la « désinfection » de la liste des candidats pour éviter les surprises et a ouvert la voie à une victoire de Raïssi avec le retrait de nombreux candidats de la course, et finalement, Raïssi a été nommé président sur la base d'une vision presque explicite de la prochaine phase de la vie du régime révolutionnaire iranien.

Cette vision englobe la formation d'un gouvernement islamiste composé de loyalistes endoctrinés du Guide suprême qui sont plus proches des factions islamistes du régime que de ses factions républicaines. La vision comprend également une feuille de route pour l'Iran post-Khamenei.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


La technologie est plus fidèle aux journalistes que l'encre

Un homme lit un article du journal libanais An-Nahar (Photo, AFP).
Un homme lit un article du journal libanais An-Nahar (Photo, AFP).
Short Url
  • J'ai commencé à écrire sur l'Irak, où des changements peuvent être déclenchés par des tweets passionnés
  • Soudain, un lecteur d'Asharq Al-Awsat s'est approché de moi et m'a demandé si j'avais quelques minutes à perdre

J'ai choisi un coin de café pour écrire mon article. Les coupures d'électricité à Beyrouth m'empêchent d'écrire chez moi. Ça ne me pose pas de problème; Je ne suis pas attaché aux superstitions quand il s'agit d'écrire. La profession ne permet pas de tels luxes. Il faut écrire chez soi, à l'hôtel, à l'aéroport ou dans le train.

J'ai commencé à écrire sur l'Irak, où des changements peuvent être déclenchés par des tweets passionnés même si ses institutions publiques restent obstruées. Soudain, un lecteur d'Asharq Al-Awsat s'est approché de moi et m'a demandé si j'avais quelques minutes à perdre. J'ai toujours plus de minutes parce que c'est le seul métier que j'ai et dans lequel je suis bon.

Je m'attendais à ce que le lecteur signale une erreur de langage ou dans le traitement d'une question ou d'un développement épineux. La vérité est que je crois que le jugement du lecteur est plus sévère que n'importe quel juge. Je ne trouve aucune faute à admettre une erreur ou une lacune. L'expérience a prouvé que rien ne tue le journalisme autant que l'arrogance qui fait obstacle à la réparation d'un tort.

Je me suis trompé en prédisant quelles questions il allait me poser.

Il m'a demandé si je croyais que le journalisme était en train de mourir, notant que les lecteurs sont submergés de sites Web, dont beaucoup manquent de crédibilité et de professionnalisme strict.

J'ai répondu que le journalisme, tout comme les chansons, ne meurt jamais, mais qu'il change. J'ai dit que ceux qui restent en vie sont ceux qui le méritent, c'est-à-dire ceux qui ne deviennent pas les otages du caractère sacré du passé et acceptent les changements d'esprit et de mode introduits par l'époque. J'ai noté qu'il ne fait pas confiance à ce qu'il lit sur les réseaux sociaux, où l'intolérance et la haine circulent librement.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Paradigmes du passé

Le mouvement associatif a largement montré sa capacité à organiser les célébrations et les festivités en relation avec la mémoire et le patrimoine (Photo, El Watan).
Le mouvement associatif a largement montré sa capacité à organiser les célébrations et les festivités en relation avec la mémoire et le patrimoine (Photo, El Watan).
Short Url
  • Que peut faire un ministre du Commerce pour achalander les rayons des magasins quand la spéculation s’est démocratisée
  • On valide presque la thèse d’opérateurs trop pressés qui promettent des véhicules neufs pour moins d’un million de dinars

Un consensus semble se dégager sur la nécessité de rompre avec les paradigmes du passé. Une évolution dans le débat public qui apporte comme une bouffée d’oxygène dans l’océan des certitudes qui ont plombé toute réflexion et toute démarche ces dernières années. Si l’échec est patent dans nombre de secteurs de la vie nationale, il doit être perçu comme étant collectif et non imputable à un cercle réduit qui détiendrait tous les centres de décision.

En chargeant régulièrement, d’une façon monocorde, les autorités centrales à propos de l’inertie prévalant dans le pays, on occulte allègrement les capacités à rompre le statu quo au niveau local, à engager une dynamique de développement et à inverser les courbes fatidiques qui accablent les citoyens. L’incompétence et le laxisme sont pratiquement légitimés à la base, quand on demande aux dirigeants de créer la prospérité à partir du néant, par un simple décret ou texte de loi.

Que peut faire un ministre du Commerce pour achalander les rayons des magasins quand la spéculation s’est démocratisée et la course au gain facile en lieu et place de la production est un sport national. Des ministres de l’Industrie ont été usés par l’invraisemblable question de l’importation de voitures de tourisme avec l’argent public quand le pays ne fabrique pas le moindre accessoire pour automobile.

Et l’on valide presque la thèse d’opérateurs trop pressés qui promettent des véhicules neufs pour moins d’un million de dinars, soit le prix de quelques pièces de rechange chez les grands constructeurs garantissant les normes de sécurité. La mystification ne sera finalement pas l’apanage du «pouvoir» et l’attachement aux illusions perdues a imprégné de larges pans de la société.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Le 20e anniversaire du Musée de Bank Al-Maghrib célébré par un timbre-poste

Timbre émis au 20ee anniversaire du Musée de Bank Al-Maghrib (Photo, Le Matin).
Timbre émis au 20ee anniversaire du Musée de Bank Al-Maghrib (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Ledit timbre a été imprimé au sein de l’unité industrielle de Dar As-Sikkah
  • La présentation de ce nouveau timbre-poste commémoratif s’est déroulée lors d’une cérémonie officielle

Une émission spéciale de timbre-poste vient d’être lancée, récemment, par Barid Al-Maghrib pour fêter le 20e anniversaire du Musée de Bank Al-Maghrib. La présentation de ce nouveau timbre-poste commémoratif s’est déroulée, le vendredi 1er juillet, lors d’une cérémonie officielle.

Selon le communiqué de Barid Al-Maghrib, ledit timbre a été imprimé au sein de l’unité industrielle de Dar As-Sikkah, organe national chargé de l’impression des billets de banque et de la frappe des pièces de monnaie. «Ce timbre-poste traduit l’image d’un Musée ouvert, moderne et ancré dans son époque, pont entre le passé et le présent». Comme le précise Bank Al-Maghrib, ce timbre-poste comprend un dessin au trait stylisé et aux couleurs vives et dynamiques, notamment la coupole monumentale octogonale en bois naturel de cèdre sculpté d’entrelacs géométriques ornait le premier musée de la Banque inauguré en 2002 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Cette coupole, témoin de la civilisation musulmane, incarnant l’intransigeance et les subtilités des savoirs être et faire ancestraux du Maroc, symbolise à la fois le patrimoine, la mémoire et l’Histoire de notre Royaume.

Ainsi, cette émission spéciale vient pour renforcer davantage la relation de partenariat qui lie les deux institutions, Barid Al-Maghrib et Bank Al-Maghrib, portant sur l’impression des timbres-poste de la série courante et des émissions spéciales, puis consolide leur complémentarité dans deux symboles de souveraineté de notre pays, respectivement l’émission de timbre et de monnaie. Sans oublier que «cette émission spéciale vient enrichir la collection de timbres-poste réalisée à travers un partenariat entre les deux institutions». Il s’agit, entre autres, des émissions spéciales commémoratives de «L’exposition rétrospective dédiée au peintre feu Saladi», organisée par le Musée de Bank Al Maghrib en 2021, «Les monnaies marocaines» en 2011 et «Le 50e anniversaire de Bank Al-Maghrib» en 2009.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.