Pourquoi Twitter ne bannit pas Khamenei alors qu’il a suspendu le compte de Trump ?

Short Url
Publié le Lundi 22 mars 2021

Pourquoi Twitter ne bannit pas Khamenei alors qu’il a suspendu le compte de Trump ?

  • Les comptes d’Ali Khameini publient régulièrement du contenu qui pourrait – et devrait – enfreindre les politiques de Twitter
  • «Propager la haine, glorifier le terrorisme et encourager la négation de l’Holocauste devraient vous faire bannir définitivement de Twitter»

DUBAÏ: Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, est connu pour avoir utilisé ses comptes Twitter afin d’inciter à la haine, à la violence et à la désinformation. Pourtant, ses nombreux comptes en plusieurs langues existent toujours sur la plate-forme.

Ces comptes, dans des langues comme le persan, l’anglais et l’espagnol, publient régulièrement du contenu qui pourrait – et devrait – enfreindre les politiques de Twitter.

En janvier, un compte lié au bureau personnel d’Ali Khamenei a publié un dessin menaçant de «vengeance» et semblant représenter l'ancien président Trump sous la menace d'une frappe aérienne imminente, retweeté par l'un des comptes personnels d’Ali Khamenei. À la suite des réactions négatives du public, Twitter a suspendu le compte qui a publié le tweet mais pas le compte personnel.

Twitter déclare avoir suspendu le compte en raison d'une violation de sa politique contre les faux comptes.

«La justification apportée par Twitter pour expliquer la raison de la fermeture de ce compte en particulier, mais pas d'autres, n’est pas seulement peu convaincante, mais absurde», a déclaré à Arab News David Weinberg, directeur des affaires internationales à Washington de l'organisation américaine contre la haine Anti-Defamation League (ADL).

«D'une part, ce compte a été suivi et fréquemment retweeté par d'autres comptes centraux de Khamenei (qui n'ont pas été suspendus). Il a également été autorisé à promouvoir toutes sortes de contenus problématiques pendant six mois. Pourquoi a-t-il été soudainement supprimé – juste un jour ou deux après avoir publié du contenu incitant à la violence?», demande-t-il.

À la suite de cet incident, ADL a écrit une lettre au PDG de Twitter, Jack Dorsey, appelant à démanteler sans délai tous les comptes liés à Ali Khamenei pour violations répétées des règles de Twitter interdisant l'incitation à la haine et à la violence.

La lettre donne des exemples de la façon dont les tweets d’Ali Khamenei ont continuellement violé trois politiques spécifiques – glorification de la violence, conduite haineuse et informations trompeuses concernant la Covid-19 – et a exhorté Twitter à suspendre les comptes associés.

Signée par Jonathan Greenblatt, PDG et directeur national d'ADL, la lettre se termine ainsi: «Mais étant donné que vous avez déjà suspendu un président américain de votre plate-forme au début du mois et que vous venez de supprimer l'un des nombreux comptes Twitter de Khamenei pour ses violations flagrantes et menaçantes des politiques de Twitter, cette norme doit de toute urgence être appliquée à la panoplie d'autres comptes Twitter de Khamenei, qui constituent si clairement un danger pour la sécurité publique et enfreignent régulièrement les conditions d'utilisation de Twitter.»

Twitter a pris des mesures l'année dernière contre l'ancien président, Donald Trump, en ajoutant des messages de vérification des faits et de violence à ses tweets, avant de suspendre définitivement son compte @realDonaldTrump le 8 janvier.

«Après un examen attentif des récents Tweets du compte @realDonaldTrump et du contexte qui les entoure – en particulier la manière dont ils sont reçus et interprétés sur et hors de Twitter – nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque d'incitation à la violence supplémentaire», a déclaré la plate-forme.

Lorsque le président du du Sénat américain chargé du commerce, Roger Wicker, a interrogé Jack Dorsey lors d'une audience l'année dernière sur les tweets d’Ali Khamenei qui «glorifiait la violence», Jack Dorsey a toutefois défendu la décision de ne pas les signaler sur la plate-forme.

Il a déclaré: «Nous n’avons pas constaté que ceux-ci enfreignaient nos conditions de service car nous les avons considérés comme des “bruits de sabre”, ce qui fait partie du discours des dirigeants mondiaux de concert avec d’autres pays.»

David Weinberg a commenté: «La leçon, à maintes reprises, tirée de l'histoire de l’humanité moderne, telle que je la lis, est que lorsqu'un dictateur fanatique responsable du massacre de milliers de ses propres citoyens, ainsi que d'horribles violences, appelle au génocide contre l'autre , annonce ce qu'il va faire, la communauté internationale doit prendre cela au sérieux; pas simplement le rejeter comme un discours difficile, une posture ou un jeu devant un public national.»

 

Il ajoute que parfois, lorsque des «fanatiques meurtriers» disent qu’ils vont commettre un génocide, éliminer des pays ou «diaboliser des religions et des nations entières», ils sont sincères. «C'est une expression de leur véritable vision du monde et de leur véritable intention.»

À peu près au même moment, Twitter a émis des avertissements sur les tweets de Trump au sujet de la fraude généralisée dans le vote par courrier et d'autres tweets qui, selon la plate-forme, violaient sa politique «concernant la glorification de la violence basée sur le contexte historique, son lien avec la violence, et le risque que cela pourrait inspirer des actions similaires aujourd'hui.»

Répondant au sénateur sur le «deux poids deux mesures» consistant à signaler des tweets de Trump mais pas ceux des autres dirigeants mondiaux, Jack Dorsey a déclaré: «Nous avons vu la confusion que cela pourrait engendrer et nous l'avons signalé en conséquence. L'objectif de nos messages d’avertissement est de fournir plus de contexte, de relier les points pour que les gens puissent avoir plus d'informations afin de pouvoir prendre des décisions par eux-mêmes.»

Le 18 mars, Twitter a écrit dans un article de blog qu'il «sollicitait l'avis du public» sur son approche des dirigeants mondiaux.

«Les politiciens et les représentants du gouvernement évoluent constamment dans la manière dont ils utilisent notre service, et nous voulons que nos politiques restent pertinentes par rapport à la nature en constante évolution du discours politique sur Twitter et protègent la santé de la conversation publique».

La plate-forme indique également qu’elle consulte des experts des droits de l'homme, des organisations de la société civile et des universitaires et a publié une enquête publique en 14 langues, dont l'arabe, l'anglais, l'espagnol et le farsi.

«En fin de compte, notre objectif est d'avoir une politique qui équilibre de manière appropriée les droits humains fondamentaux et tient compte du contexte mondial dans lequel nous opérons», annonce l’article.

Les critiques se demandent pourquoi Twitter n'applique pas les mêmes politiques à tous les utilisateurs, qu'ils soient de simples citoyens ou des leaders mondiaux.

«Twitter devrait appliquer ses conditions d'utilisation à tous les utilisateurs, qu'ils soient simples citoyens, élus ou tyran non élus. Propager la haine, glorifier le terrorisme et encourager la négation de l’Holocauste devraient vous faire bannir définitivement de Twitter», écrit David Weinberg dans un article de blog de l’ADL intitulé «Twitter doit bannir le guide suprême de l’Iran.»

S'il y a certainement un intérêt public à accéder librement à un large éventail d'informations, «il n'est pas dans l'intérêt du public que des entreprises fournissent une plate-forme d'incitation à la haine et à la violence», a-t-il déclaré à Arab News.

En outre, l’argument de l'intérêt public ignore le fait que «les chefs d'État disposent de leurs propres moyens pour faire passer leur message», qu’il s’agisse de leurs sites Web ou organes de presse.

«Suggérer qu’Ali Khamenei a besoin d'un compte Twitter pour que les gens puissent connaître ses messages haineux et meurtriers, non seulement ne sert pas l'intérêt public, mais ignore le fait qu'il dispose de nombreux autres moyens pour diffuser sa propagande», souligne David Weinberg.

Cet argument passe également à côté du fait qu'il existe une forte censure sur Twitter en Iran. «L'essentiel en termes d'informations d'intérêt public, en ce qui concerne le peuple iranien, c'est qu'il devrait avoir un accès libre à Internet, ce que son gouvernement ne lui permet pas.»

Une audition intitulée «Nation de la désinformation: le rôle des réseaux sociaux dans la promotion de l’extrémisme et de la désinformation» par le Comité de l’énergie et du commerce, prévue le 25 mars, marque le début d’une nouvelle enquête sur la désinformation qui sévit sur les plates-formes en ligne.

Les PDG de Twitter, Jack Dorsey, de Facebook, Mark Zuckerberg, et de Google, Sundar Pichai, témoigneront.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com


Brésil: suspension de la vaccination avec l'AstraZeneca des femmes enceintes

Ces suspensions interviennent alors que l'utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l'UE en raison des très rares cas de thromboses qu'il peut provoquer, entretenant une défiance importante dans le grand public.(AFP)
Short Url
  • Selon le journal Folha De S.Paulo, le ministère de la Santé enquête sur la mort à Rio de Janeiro d'une femme enceinte ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, une information encore non confirmée à l'AFP par les autorités
  • On ignorait si cette femme avait reçu une ou deux doses du vaccin

RIO DE JANEIRO: De nombreux Etats brésiliens, dont ceux de Sao Paulo et Rio de Janeiro, ont annoncé avoir suspendu mardi la vaccination des femmes enceintes avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca, suivant la recommandation de l'agence régulatrice Anvisa, après un "incident".

Selon le journal Folha De S.Paulo, le ministère de la Santé enquête sur la mort à Rio de Janeiro d'une femme enceinte ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, une information encore non confirmée à l'AFP par les autorités. On ignorait si cette femme avait reçu une ou deux doses du vaccin.

Selon le site d'information G1, ce sont plus de la moitié des Etats brésiliens (17 sur 27) qui ont suspendu les vaccinations des futures mères.

Ces suspensions interviennent alors que l'utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l'UE en raison des très rares cas de thromboses qu'il peut provoquer, entretenant une défiance importante dans le grand public.

Lundi soir, l'Anvisa avait recommandé "la suspension immédiate" de la vaccination avec AstraZeneca pour les femmes enceintes. L'agence régulatrice avait argué dans un communiqué que son utilisation pour des femmes enceintes ne figurait pas parmi les indications formulées par le laboratoire.

"Cette recommandation résulte de la vigilance constante d'incidents lors de la vaccination anticovid dans tout le pays", a seulement précisé l'Anvisa, sans mentionner de décès suspect à Rio.

Le secrétariat à la Santé de la mairie de Rio de Janeiro a de son côté annoncé la suspension de la vaccination de femmes enceintes "par précaution, jusqu'à ce que l'enquête du ministère sur un incident soit conclue". 

Le vaccin d'Oxford/AstraZeneca est l'un des trois utilisés au Brésil actuellement, avec le CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac, et plus récemment celui de Pfizer/BioNTech. Celui d'AstraZeneca représente 26% des doses injectées. 

La vaccination, qui a débuté tardivement, à la mi-janvier, se poursuit à un rythme encore lent dans ce pays de 212 millions d'habitants où plus de 420 000 personnes sont mortes de Covid-19.

À ce jour, quelque 32 millions de Brésiliens ont reçu une première dose, soit 15% de la population, et 15 millions la deuxième (7%).


L'Allemagne interdit temporairement à Facebook d'utiliser les données de WhatsApp

Cette photo prise le 5 octobre 2020 montre le logo du réseau social américain Facebook et du service de messagerie mobile WhatsApp sur les écrans d'un smartphone et d'une tablette à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le régulateur indique dans un communiqué avoir «émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins»
  • «Les critiques formulées dans le monde entier à l'encontre des nouvelles conditions d'utilisation devraient inciter à repenser fondamentalement le mécanisme de consentement, une fois de plus», a estimé le régulateur allemand

BERLIN: Une autorité allemande de protection des données personnelles a ordonné mardi à Facebook de suspendre durant trois mois l'utilisation des données que mettrait à sa disposition le service de messagerie WhatsApp dans le cadre de la modification controversée de ses conditions de confidentialité.

Le régulateur indique dans un communiqué avoir «émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins».

Johannes Caspar, chef de l'Autorité de protection des données de Hambourg, où est basé le siège de la filiale allemande du réseau social américain, estime que cette décision «vise à préserver les droits et libertés des millions d'utilisateurs qui donnent leur consentement aux conditions d'utilisation dans toute l'Allemagne».

Dans une réaction transmise à l'AFP, WhatsApp assure que cette ordonnance «est basée sur une incompréhension fondamentale» des nouvelles règles et qu'elle n'aura donc «aucun impact sur la poursuite du déploiement de la mise à jour».

Résultant d'une procédure d'urgence, la demande de suspension est valable trois mois et le régulateur de Hambourg annonce soumettre l'affaire au Comité européen de la protection des données, organe compétent au sein de l'UE pour faire respecter les règles parmi les Vingt-sept.

WhatsApp, le service de messagerie de Facebook, a présenté il y a plusieurs mois de nouvelles règles de confidentialité accusées par ses détracteurs d'élargir la collecte des données des deux milliards d'utilisateurs.

Après avoir déjà décalé de plusieurs mois leur entrée en vigueur, WhatsApp a annoncé début mai qu'il retardait de nouveau leur application stricte.

L'annonce des changements avait provoqué la colère de nombreux utilisateurs, inquiets à l'idée que la messagerie ne partage davantage de données avec sa maison mère Facebook.

«Les critiques formulées dans le monde entier à l'encontre des nouvelles conditions d'utilisation devraient inciter à repenser fondamentalement le mécanisme de consentement, une fois de plus», écrit encore le régulateur allemand.

Il souligne qu'il ne s'agit pas seulement de protéger la vie privée des utilisateurs mais aussi d'éviter l'utilisation des données «pour influencer les décisions des électeurs afin de manipuler les choix démocratiques», citant la proximité des élections législatives du 26 septembre en Allemagne où WhatsApp compte près de 60 millions d'utilisateurs.

WhatsApp avait défendu ces nouvelles règles, assurant qu'elles n'affectaient pas la confidentialité des messages échangés avec amis et famille, mais étaient avant tout destinées à aider les entreprises à mieux communiquer avec leurs clients via la plateforme, notamment pour leur permettre d'y vendre directement leurs produits.

Dans sa réaction mardi au jugement, le service explique que les allégations du régulateur allemand sur le partage des données avec Facebook sont «erronées»: «votre acceptation des nouvelles conditions de service n'étend pas la capacité de WhatsApp à partager les données des utilisateurs avec sa société mère Facebook», assure un porte-parole.


Opération antijihadiste au Burkina: une vingtaine de «terroristes» tués, des bases détruites

Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 5 mai, «les forces armées nationales ont lancé une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel afin de déloger les groupes armés terroristes qui y sévissent»
  • Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes

OUAGADOUGOU: Au moins une vingtaine de jihadistes ont été tués et quatre bases « terroristes » détruites depuis le lancement le 5 mai d'une opération antijihadiste dans les régions du Nord et du Sahel du Burkina Faso, a annoncé mardi l'armée burkinabè. 

Le 5 mai, « les forces armées nationales ont lancé une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel afin de déloger les groupes armés terroristes qui y sévissent », a indiqué l'état-major dans un communiqué, ajoutant que cette opération vise également « à rassurer les populations ».

Dénommée Houné - Dignité en langue peule - cette opération, toujours en cours, « mobilise les unités conventionnelles et spéciales de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la gendarmerie nationale ».

Elle va « s'étaler sur plus d'un mois » et a déjà « permis de neutraliser plus d'une vingtaine de terroristes » et de détruire « quatre bases ou positions des groupes armés », a expliqué une source sécuritaire de haut rang.

« Des moyens de communication, de l'armement, des munitions et des moyens roulants ont été récupérés par les forces armées », a précisé cette source.

Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes.

Samedi, trois civils ont été tués à Tin-akoff, dans la région du Nord du Burkina Faso, où le même jour, un engin improvisé a explosé au passage d'une unité du détachement militaire de Mansila, qui effectuait une mission d'escorte. Bilan : trois soldats blessés.

Le Burkina Faso est confronté depuis plus de cinq ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

D'abord concentrées dans le nord du pays, elles ont ensuite visé la capitale et d'autres régions, notamment l'Est, faisant depuis 2015 quelque 1 300 morts et contraignant plus d'un million de personnes à fuir leurs foyers.