Xi Jinping célèbre l'essor «irréversible» de la Chine lors des 100 ans du Parti

Le président chinois Xi Jinping prononce un discours lors des célébrations du 100e anniversaire du Parti communiste chinois sur la place Tiananmen à Pékin le 1er juillet 2021. (Photo, AFP)
Le président chinois Xi Jinping prononce un discours lors des célébrations du 100e anniversaire du Parti communiste chinois sur la place Tiananmen à Pékin le 1er juillet 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 01 juillet 2021

Xi Jinping célèbre l'essor «irréversible» de la Chine lors des 100 ans du Parti

  • À l'international, entre Covid-19, traitement des Ouïghours au Xinjiang et menaces contre Taïwan, l'image de la Chine est tombée au plus bas
  • Le centenaire du PCC fait l'objet depuis des mois d'une intense campagne de propagande

PÉKIN: Le président Xi Jinping a triomphalement vanté jeudi l'essor "irréversible" de la Chine, jadis colonisée et désormais puissance mondiale, lors d'un discours célébrant les 100 ans du Parti communiste et adressé en creux à l'Occident.

"Le temps où le peuple chinois pouvait être foulé aux pieds, où il souffrait et était opprimé est à jamais révolu", a-t-il lancé depuis la porte Tiananmen, d'où son lointain prédécesseur Mao Tsé-toung proclama la République populaire en 1949.

Après des références aux guerres de l'Opium, au colonialisme occidental et à l'invasion japonaise, Xi Jinping a loué le Parti communiste chinois (PCC) pour avoir permis l'augmentation du niveau de vie et restauré la fierté nationale.

"Le PCC et le peuple chinois déclarent solennellement au monde ceci: le peuple chinois s'est levé", a-t-il lancé, célébrant la sortie de centaines de millions de Chinois de l'extrême pauvreté en l'espace de quelques décennies.

"La grande renaissance de la nation chinoise est entrée dans un processus historique irréversible", s'est-il félicité, adressant ainsi un signal à Washington, qui décrit régulièrement Pékin comme un rival politique et économique.

Fondé par une poignée de militants en juillet 1921 à Shanghai, encore divisée en concessions étrangères, le PCC dirige sans partage la deuxième puissance mondiale et entend bien continuer à s'imposer sur la scène internationale.

Jeudi matin, 100 coups de canon ont résonné à Pékin pour marquer le centenaire. La patrouille acrobatique de l'armée de l'air, composée d'avions de chasse, a survolé la place Tiananmen, traçant dans le ciel des gerbes colorées rouges, jaunes et bleues.

Faucille et marteau

Des hélicoptères ont également formé le chiffre "100", tandis que d'autres portaient un drapeau du Parti – faucille et marteau jaunes sur fond rouge.

Plusieurs heures avant le début de la cérémonie, des milliers de jeunes ont convergé à pied vers la place Tiananmen. Les participants ont indiqué qu'ils n'étaient pas autorisés à apporter un téléphone portable, alors que le lieu des festivités faisait l'objet de mesures draconiennes de sécurité.

"C'est grâce au parti qu'on a une telle société et que (le pays) a pu se développer rapidement. On doit le remercier", a affirmé un étudiant de 19 ans, Li Luhao. 

Le centenaire du PCC fait l'objet depuis des mois d'une intense campagne de propagande. Lundi, un grand spectacle à la nord-coréenne a été organisée au stade olympique de Pékin, relatant la révolution chinoise ou encore la maîtrise de la Covid-19.

Les médias de Pékin ne se privent pas de mettre cette victoire contre l'épidémie sur le compte du système autoritaire en vigueur, par contraste avec le chaos épidémique des démocraties occidentales.

"Cette grande réussite de la lutte contre la pandémie, qui éclipse bon nombre de pays dont les Etats-Unis, vaut au PCC un soutien au zénith de la part des Chinois", croit savoir le quotidien nationaliste Global Times, dans un commentaire publié dimanche.

Rares sont les voix qui s'élèvent pour contester le bilan du régime, qui a accru sa répression de la dissidence sous l'égide de Xi Jinping, arrivé à la tête du Parti – et donc du pays – à la fin de 2012.

«Survie»

"En grande partie, l'anniversaire est une façon de célébrer le fait que la Chine a échappé au sort des partis communistes d'Europe de l'Est et d'Union soviétique, qui se sont effondrés après la Guerre froide", observe Wu Qiang, ancien professeur de science politique à la prestigieuse Université Tsinghua de Pékin, démis en 2015 après avoir soutenu la contestation à Hong Kong.

Le PCC "cherche à lier sa survie à celle de la Chine et du peuple chinois, afin d'établir sa légitimité historique au profit des futurs dirigeants" du pays, estime-t-il.

Sans surprise, les dizaines de millions de morts des campagnes économiques et politiques hasardeuses de Mao, du Grand bond en avant (1958) à la Révolution culturelle (1966), ne figurent pas dans les thèmes abordés à l'occasion du centenaire du Parti.

Fort d'une croissance phénoménale au cours des 40 dernières années, le PCC peut s'enorgueillir d'avoir tiré le pays du sous-développement.

Pour autant, les dirigeants chinois doivent faire face au ralentissement économique mondial, aux défis climatiques et au vieillissement de leur population.

À l'international, entre Covid-19, traitement des Ouïghours au Xinjiang (nord-ouest) et menaces contre Taïwan, l'image de la Chine est tombée au plus bas dans la plupart des pays occidentaux, selon une étude publiée mercredi par le centre de recherche américain Pew.


Royaume-Uni : Nadhim Zahawi nommé nouveau ministre des Finances

Le nouveau ministre britannique Nadhim Zahawi à Downing Street (Photo, AFP).
Le nouveau ministre britannique Nadhim Zahawi à Downing Street (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Zahawi, 55 ans, a cofondé le réputé institut de sondage YouGov
  • Il a gagné en popularité en assurant la gestion de la vaccination des Britanniques pendant la pandémie

LONDRES: Le Premier ministre britannique Boris Johnson a nommé mardi soir son ministre de l'Éducation, Nadhim Zahawi, au poste de ministre des Finances, dont Rishi Sunak a démissionné avec fracas quelques heures plus tôt.

Les services de M. Johnson ont indiqué que la reine Elizabeth II avait approuvé la nomination de M. Zahawi. Ce Kurde né en Irak est arrivé au Royaume-Uni avec sa famille sans parler un mot d'anglais et a ensuite mené une carrière lucrative dans les affaires.

M. Zahawi, 55 ans, a cofondé le réputé institut de sondage YouGov et a commencé sa carrière politique dans les milieux conservateurs à Londres, avant de devenir député en 2010.

Il a gagné en popularité en assurant la gestion de la vaccination des Britanniques pendant la pandémie.

Sa nomination intervient après la démission choc de son prédécesseur Rishi Sunak et de celle du ministre de la Santé Sajid Javid, qui ont annoncé à quelques minutes d'intervalle quitter le gouvernement, lassés des scandales à répétition.

M. Javid a été remplacé à la Santé par Steve Barclay, jusque-là chargé de la coordination gouvernementale.


Ukraine: l'ONU dénonce un «bilan intolérable» pour les civils

La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet prononce un discours lors d'un débat d'urgence sur le conflit en Ukraine au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève le 3 mars 2022 (Photo, AFP).
La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet prononce un discours lors d'un débat d'urgence sur le conflit en Ukraine au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève le 3 mars 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a fustigé mardi à Genève le bilan civil «intolérable» du conflit ukrainien
  • La Haute-commissaire a également critiqué les nombreuses violations de droits humains visant les populations civiles

GENEVE: La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a fustigé mardi à Genève le bilan civil "intolérable" du conflit ukrainien, avec près de 5 000 victimes civiles confirmées depuis le début de l'offensive russe il y a cinq mois.

"Les civils font les frais d'hostilités qui ne semblent pas avoir de fin", a déploré la Haute-commissaire devant le conseil des droits de l'Homme, en marge de la présentation d'un rapport sur la situation des droits humains en Ukraine.

Selon le dernier bilan de l'organe onusien, daté du 3 juillet, 4 889 civils, dont 335 enfants, ont été tués depuis le début du conflit - un chiffre probablement sous-évalué.

La Haute-commissaire a également critiqué les nombreuses violations de droits humains visant les populations civiles.

"Au nom de chaque victime de cette guerre absurde, les exécutions, la torture et les détentions arbitraires doivent cesser", a-t-elle lancé.

Son bureau, qui a recensé plus de 1 200 corps de victimes civiles dans la seule région de Kiev à la mi-mai, tente de corroborer plus de 300 allégations de meurtres commis par les forces russes en dehors des combats.

"Des inquiétudes persistent à propos d'assassinats illégaux (de civils), y compris des exécutions sommaires", commises par l'armée russe, contre laquelle les preuves de "sérieuses infractions" au droit international continuent de s'accumuler, a chargé la Haute-commissaire.

Elle a notamment reçu le soutien des Etats-Unis.

"Les actions de la Russie constituent un affront à l'humanité. Nous ne pouvons pas rester silencieux" a déclaré Michèle Taylor, ambassadrice américaine auprès du conseil des droits de l'Homme, dont la 50ème session se termine vendredi.

Le représentant russe Evgeny Ustinov a lui dénoncé "une campagne de désinformation contre la Russie" orchestrée par l'organe onusien, devenu selon lui un "instrument servant les intérêts d'un groupe de pays."

Dans un message vidéo, la vice-ministre des Affaires étrangères ukrainienne, Emine Dzhaparova, a souligné la "souffrance et la douleur" de son peuple.

"La justice ne peut être rendue qu'en demandant des comptes aux auteurs de ces crimes, et en restaurant entièrement l'intégrité territoriale de mon pays", a-t-elle déclaré.

La Haute-commissaire, qui a appelé les deux camps à "s'engager à protéger tout civil et personne hors de combat", a rappelé la nécessité d'enquêter de manière "rapide et efficace" sur les violations supposées des droits humains.

Mme Bachelet a déploré à plusieurs reprises depuis le début de la guerre l'accès restreint de ses équipes aux zones de conflit sur le territoire ukrainien.

Le conflit en Ukraine a causé l'un des plus importants déplacements de population en Europe depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, faisant plus de 8 millions de déplacés.


Un vol d'Easyjet escorté par un F18 après un canular d'un passager

Après avoir été intercepté, l'avion EasyJet a finalement pu se poser à Minorque avec quarante-cinq minutes de retard. (Photo, AFP)
Après avoir été intercepté, l'avion EasyJet a finalement pu se poser à Minorque avec quarante-cinq minutes de retard. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Airbus d’EasyJet a été escorté par un chasseur F-18 de l'armée de l'air espagnole
  • L’adolescent avait lancé une fausse alerte à la bombe sur les réseaux sociaux, et a passé une nuit en prison

MONTRÉAL: Dimanche 3 juillet, une fausse alerte à la bombe sur le vol EZY8303 de la compagnie EasyJet en direction de Minorque, l’une des îles des Baléares, a causé bien des tracas. Alors que les passagers avaient embarqué à Londres sans problème particulier, ils ont eu la surprise d'être escortés en plein vol par un avion de chasse de l'armée de l'air espagnole.

Sur des vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir un chasseur F-18 effectuer des mouvements de haut en bas avec ses ailes, signifiant au pilote de l’Airbus A-319 de le suivre.

 

Une mauvaise blague

À l’origine de cet incident, un canular postée sur les réseaux sociaux par un jeune homme de 18 ans, accompagné par cinq amis à bord du vol. 

Après avoir été intercepté, l'avion EasyJet a finalement pu se poser à Minorque avec quarante-cinq minutes de retard. L'avion, les bagages, ainsi que les passagers ont été fouillés par les forces de l'ordre, en présence de chiens et de démineurs.

Le jeune homme a passé la nuit en prison et sera prochainement jugé devant un tribunal pour cette fausse alerte qui risque de lui coûter bien cher.