Vaincre Daech dans la région et le monde, une priorité américaine

Des enfants gesticulent alors que les soldats américains patrouillent à bord de leurs véhicules blindés les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah et rencontrent ses habitants, dans le nord-est de la province de Hasakah, près de la frontière avec la Turquie, le 17 décembre 2020. (Photo, AFP)
Des enfants gesticulent alors que les soldats américains patrouillent à bord de leurs véhicules blindés les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah et rencontrent ses habitants, dans le nord-est de la province de Hasakah, près de la frontière avec la Turquie, le 17 décembre 2020. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 juillet 2021

Vaincre Daech dans la région et le monde, une priorité américaine

  • Daech exploite les multiples no man’s land entre les zones forces fédérales irakiennes et celles des forces du gouvernement régional du Kurdistan
  • John Godfrey, émissaire US par intérim auprès de la Coalition mondiale pour vaincre Daech, signale que les menaces des milices pro-Iraniennes ont compliqué la situation sécuritaire en Irak

LONDRES : Daech s’active à reprendre le contrôle du territoire en Irak et en Syrie, a révélé jeudi John Godfrey, l’envoyé américain par intérim auprès de la Coalition mondiale pour vaincre Daech et coordinateur par intérim de la lutte contre le terrorisme.

Lors d'un point de presse auquel a assisté Arab News, Godfrey révèle que le nombre de branches et de réseaux de Daech à l’extérieur de ces deux pays est en pleine croissance.

Godfrey a effectué une tournée dans la région du Kurdistan irakien et dans le nord-est de la Syrie la semaine dernière. Il a ensuite rejoint le secrétaire d'État américain Antony Blinken dans une réunion ministérielle de la Coalition mondiale pour vaincre Daech dans la capitale italienne, Rome, lundi.

«Évaluer la situation sur le terrain était primordial préalablement à la réunion ministérielle à Rome, la première en deux ans en raison des défis que posent les restrictions relatives à la Covid-19», précise l’envoyé.

«La coalition anti-EI a remporté un succès extraordinaire dans la lutte contre l'État islamique, notamment en mettant fin au (système) de califat territorial frauduleux. Il est toutefois évident que nous avons encore du travail à faire», ajoute-t-il.

Godfrey explique que Daech est toujours actif dans le nord de l'Irak. Il exploite les multiples no man’s land entre les zones forces fédérales irakiennes et celles des forces du gouvernement régional du Kurdistan.

«Ces territoires offrent un espace limité où l’EI peut opérer. Alors que les attaques en Irak ont jusqu'à présent été moins meurtrières que l'année dernière, les terribles attentats suicides à Bagdad en janvier servent de rappel brutal que Daech continue d'aspirer à mener des attaques à grande échelle en Irak».

Le 22 janvier, Daech a revendiqué l'attaque qui a frappé un marché commercial très fréquenté, tuant au moins 32 personnes et en blessant environ 110 autres.

Godfrey affirme que les menaces des milices pro-Iraniennes compliquent la situation sécuritaire en Irak, et mettent en danger la vie des citoyens irakiens et des troupes ainsi que les installations de la coalition.

Il raconte avoir visité le camp d'Al-Hol, le plus grand camp de personnes déplacées en Syrie, ainsi qu'un centre de détention pour les combattants de Daech à Al-Hasaka. 

Godfrey a déclaré aux journalistes que la grande majorité de la population déplacée sont des enfants, et que les détenus dans le nord-est de la Syrie mettent à rude épreuve les ressources et les capacités locales. Selon lui, certains résidents de ces camps constituent une menace pour région et le monde. 

«Les États-Unis continuent d'exhorter les pays d'origine à rapatrier, réhabiliter, réintégrer et poursuivre comme il se doit les combattants terroristes étrangers ainsi que les membres de leurs familles. Nous continuons également d'exhorter les pays à contribuer aux efforts visant à héberger de manière responsable ces personnes dans le nord-est de la Syrie», a-t-il informé les journalistes. 

Godfrey estime que la pauvreté, les inégalités et l'injustice continuent de pousser de nombreux jeunes à rejoindre des groupes terroristes, dont Daech, en Irak et en Syrie.

«La grave sécheresse et les faibles récoltes, dont le rendement est divisé par deux, créent un ralentissement économique important qui aura un impact certain sur les revenus des partenaires locaux et haussera le taux de chômage. J'ai même entendu dire que Daech tente activement d’exploiter cette situation économique pour tenter de rétablir sa présence dans les zones les plus durement touchées par ce ralentissement économique».

Il a salué le succès de la réunion de Rome, et annoncé que la coalition prévoit d'atteindre son objectif de promesse de stabilisation pour 2021, qui est de $670 millions.

À ce jour, ils ont reçu des promesses de dons de plus de $500 millions.

Godfrey affirme que la réunion ministérielle a rassemblé le plus grand nombre de ministres des Affaires étrangères participants de l’histoire, ce qui «est une indication claire sur le sérieux avec lequel la communauté internationale prend la menace de l’EI et l'engagement continu à le vaincre».

Il a ajouté que la réunion a aussi discuté de l'élargissement de la concentration de la coalition sur Daech en Afrique, où la menace a considérablement amplifié.

Au sujet des frappes aériennes américaines visant des installations opérationnelles et de stockage d'armes des milices soutenues par l'Iran dans deux endroits en Syrie et un endroit en Irak, Godfrey assure que Washington les soutient car elles font partie du mandat de la coalition pour vaincre Daech. Mais aussi, selon lui, parce que les forces de la coalition sont présents à la demande du gouvernement irakien, les irakiens doivent aussi assumer une part de responsabilité pour garantir leur sécurité.

«Bien que nous ayons certainement vu une augmentation de l'activité des branches et des réseaux à travers le monde, l’EI reste très concentré en tant qu'organisation sur l'Irak et la Syrie, précisément parce que c'était là que se trouvait le prétendu califat. Il est très concentré sur la tentative de reprendre le contrôle du territoire physique dans cette région».

Néanmoins, Godfrey a confié que le nombre de branches et de réseaux de Daech en dehors de l'Irak et de la Syrie qui sont actifs et engagés pour mener des attaques a augmenté, et c'est quelque chose sur lequel la coalition s’adhère. Il a réitéré que la coalition anti-Daech a pour objectif affiché de parvenir à la défaite mondiale finale de ce groupe terroriste.

«La coalition continue de soutenir les forces alliées avec des conseils de haut niveau, un partage de renseignements, un soutien aérien et des équipements», a-t-il conclu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Pourquoi Israël mène une guerre de l'ombre contre le CGRI iranien en Syrie

Les frappes aériennes d'Israël en Syrie interviennent alors que Tel Aviv soupçonne Téhéran d’utiliser le pays pour déplacer des missiles guidés de haute précision. (Photo, AFP/Archives)
Les frappes aériennes d'Israël en Syrie interviennent alors que Tel Aviv soupçonne Téhéran d’utiliser le pays pour déplacer des missiles guidés de haute précision. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Les experts pensent qu'Israël essaie d’affaiblir la capacité de représailles du Hezbollah au cas où il devrait attaquer les sites nucléaires iraniens
  • Israël a lancé des frappes aériennes à travers la Syrie au milieu des soupçons que l'Iran utilise le pays pour déplacer des missiles guidés de haute précision

WASHINGTON D.C.: Les frappes aériennes israéliennes contre des cibles iraniennes et du Hezbollah en Syrie ont gagné en ampleur et en fréquence ces derniers mois, alors que Téhéran cherche à consolider son emprise sur les ports maritimes, les aéroports et les routes de contrebande terrestres de la Syrie.

Du point de vue israélien, la capacité de l’Iran à livrer des technologies de missiles guidés de haute précision sur le territoire syrien via ces routes constitue une menace stratégique sérieuse, permettant à l’Iran et à ses mandataires du Hezbollah d’attaquer à courte portée dans un bref délai en cas de guerre régionale.

Israël ne revendique pas toujours la responsabilité de ses frappes sur des installations syriennes sensibles contrôlées par le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, ce qui lui donne une mesure de déni plausible afin d’éviter un conflit ouvert ou une riposte syrienne.

On pense néanmoins que le pays est à l'origine d’un grand nombre de frappes récentes dans les territoires du régime syrien, de la capitale Damas et de la province côtière de Lattaquié, au nord-ouest, à Deir el-Zour, à l'est.

Lattaquié a été frappée à deux reprises en décembre, parce qu'on soupçonnait que le CGRI d’utiliser le port pour transporter des armes guidées de haute précision. La boule de feu qui a suivi l’une de ces frappes a révélé la quantité de matériel dangereux que Téhéran tentait de transférer à son réseau terroriste régional.

Benny Gantz, le ministre israélien de la Défense, a lancé un avertissement sévère à l'Iran à la suite des frappes de Lattaquié, affirmant que les armes «qui changent la donne» constituent une ligne rouge et qu'Israël ne permettrait pas leur propagation.

Cependant, les frappes ne semblent pas avoir dissuadé l'Iran.

«Empêcher l'enracinement iranien en Syrie est probablement impossible. La question est le rythme et la quantité de l'enracinement iranien et la qualité de cet enracinement», a déclaré Tal Beeri, chef du département de recherche au Centre de recherche et d'éducation d'Alma en Israël, à Arab News.

«Israël y parvient sans plonger la région dans la guerre en n'attaquant que les armements et en s'abstenant presque complètement d'attaquer les commandants. Les attaques sont menées de manière ciblée sur la base de renseignements précis et uniquement contre des objectifs qui n'auront certainement pas de dommages collatéraux ou, à défaut, seulement des dommages collatéraux mineurs.»

Selon Beeri, Israël cible principalement les livraisons de composants destinés aux systèmes de défense aérienne, aux missiles de croisière, aux missiles à longue portée, aux drones et aux systèmes de combat électronique.

photo
Une photo prise le 9 septembre 2016 depuis les hauteurs du Golan annexées par Israël montre de la fumée s'élevant du village syrien de Jubata al-Khachab après qu'un incendie aurait frappé la zone contrôlée par Israël. (Photo, AFP/Archives)

«On estime qu'environ 70% du temps, les routes de contrebande d'armes aériennes, maritimes et terrestres sont fermées à cause de l'activité israélienne», a-t-il indiqué.

«Toutefois, bien que la contrebande d'armes ait diminué par rapport à 2020, nous ne savons pas ce qui a réussi à échapper aux services de renseignement israéliens et à atteint la Syrie et le Liban.»

Une pression constante sur le CGRI et ses itinéraires de contrebande est considérée par les responsables israéliens comme le meilleur moyen d'empêcher, ou du moins de ralentir, un renforcement militaire iranien à ses portes.

«À la lumière de cela, nous assistons depuis longtemps à un volume croissant de frappes aériennes sur le sol syrien. C'est le seul moyen que la stratégie de ‘la tondeuse à gazon’ puisse réussir», a expliqué Beeri.

«Ce n'est pas seulement dans l'intérêt d'Israël. C'est dans l'intérêt de tous les acteurs concernés au Moyen-Orient qui sont menacés par l'Iran et dans l’intérêt de la communauté internationale, notamment les États-Unis, la Russie et l'Europe.»

photo
Des Syriens tiennent des photos du président syrien, Bachar Assad, lors d'une manifestation devant le bureau de l'ONU à Damas, le 30 juillet 2006, condamnant une frappe aérienne israélienne sur le village de Cana, au sud du Liban. (Photo, AFP/Archives)

Beeri a averti que les missiles balistiques présents sur les sols syrien et libanais pourraient être facilement dirigés vers l'Europe.

«Aujourd'hui, les Saoudiens le comprennent bien compte tenu des combats au Yémen et de la menace physique que représente pour eux un front géographique direct sous les auspices de l’Iran», a-t-il signalé.

En effet, dans son discours le plus récent, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a longuement parlé des intentions de son groupe de prendre pour cible l'Arabie saoudite et les intérêts arabes plus larges non alignés sur les objectifs hégémoniques régionaux de l'Iran.

Jason Brodsky, directeur des politiques chez United Against Nuclear Iran (Unis contre un Iran nucléaire), a témoigné que les frappes israéliennes sur des cibles en Syrie ont déjà un impact.

photo
Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) à bord d'un char dans le cadre d'exercices militaires de cinq jours dans trois provinces. (Photo, AFP)

«Israël a obtenu des résultats impressionnants dans sa campagne en Syrie pour empêcher les armes de pointe d'atteindre les mandataires et les partenaires de l'Iran», a affirmé Brodsky à Arab News.

«Selon de récentes estimations israéliennes, Téhéran n'a pas été en mesure d'effectuer de tels déplacements d’armes dans la région, par voie aérienne, terrestre et maritime, environ 70% du temps. Israël vise à augmenter le coût pour Bachar Assad de permettre une telle activité iranienne illicite sur le sol syrien.»

Cependant, Brodsky soupçonne que ce n'est qu'une question de temps avant que l'Iran ne trouve d’autres voies et méthodes pour transporter ses armes.

«En ce qui concerne les calculs de l'Iran, je ne vois pas Téhéran renoncer à son projet d'utiliser le Liban et la Syrie comme rampe de lancement pour mener des attaques contre Israël à l'avenir. Mais de telles frappes israéliennes amèneront les Iraniens à improviser leurs itinéraires de contrebande», a-t-il clarifié.

«Selon des rapports publics citant des sources syriennes, l'Iran a intensifié les transferts d'armes par voie maritime pour tenter d'éviter les frappes israéliennes dans l'est de la Syrie. Cela explique la recrudescence des frappes israéliennes visant le port de Lattaquié, avec deux frappes en décembre seulement.»

L'approche rapide d'Israël pour contenir l'activité iranienne coïncide avec des négociations internationales dans la capitale autrichienne Vienne visant à relancer le Plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, ou accord sur le nucléaire iranien.

Donald Trump, l'ancien président américain, s'est retiré de l'accord en 2018, sous prétexte que l'accord conclu par l'administration de Barack Obama n'allait pas assez loin pour réduire le programme de missiles balistiques de l'Iran ou de sa politique d'armement et de financement de milices mandataires dans tout le Moyen-Orient.

Les responsables israéliens de la défense craignent que l'histoire ne se répète si l'équipe du président américain, Joe Biden, signe un nouvel accord nucléaire qui ne résout pas les problèmes soulevés par Trump. Ces divergences stratégiques croissantes entre les États-Unis et Israël pourraient conduire à une action israélienne plus unilatérale.

photo
Des soldats israéliens patrouillent près d'un système de défense Iron Dome (Dôme de fer), conçu pour intercepter et détruire les roquettes à courte portée et les obus d'artillerie, dans les hauteurs du Golan annexées par Israël, le 20 janvier 2015, deux jours après qu'une frappe aérienne israélienne a tué six membres du Hezbollah dans la partie sous contrôle syrien de la zone. (Photo, AFP/Archives)

Brodsky estime que les frappes israéliennes contre des cibles du CGRI en Syrie peuvent également être destinées à montrer à l'Iran qu'Israël ne plaisante pas, quelle que soit la décision des États-Unis à Vienne.

«Bien que le moment de ces frappes soit déterminé par les besoins opérationnels du moment, elles ont un avantage secondaire pour Israël, qui cherche à démontrer à Téhéran qu'il est prêt à le tenir militairement responsable, alors que les pourparlers nucléaires se déroulent à Vienne», a-t-il précisé.

Farhad Rezaei, chercheur principal au projet Philos, pense également que Tel Aviv envoie un message sans ambiguïté à Téhéran, montrant qu'elle est prête à tout scénario, surtout si elle conclut que le programme nucléaire iranien ne peut être arrêté que par des moyens militaires.

photo
Un hôtel endommagé près du port syrien de Lattaquié après qu'une frappe aérienne israélienne a ciblé le port tôt le 28 décembre 2021. (Photo, AFP)

«Je crois comprendre qu'Israël essaie de minimiser une attaque de missiles du Hezbollah au cas où il devrait bombarder les installations nucléaires iraniennes, donc il bombarde les convois qui amènent des missiles à guidage de précision au Liban via la Syrie, ainsi que les ateliers en Syrie et les installations de stockage où des missiles et des roquettes guidés de haute précision sont construits et stockés», a déclaré Rezaei à Arab News.

«Les journaux israéliens parlent d'une opération multi-domaines pour se préparer à une frappe, comme la formation de pilotes, l'obtention d'avions de ravitaillement aériens, et la tentative de limiter les dommages potentiels d'un tir de barrage du Hezbollah une fois l'opération lancée.»

Pour l'instant, selon la plupart des experts, ni Israël ni l'Iran ne semblent intéressés par le déclenchement d’un conflit ouvert. Mais avec une technologie de missiles iraniens de plus en plus avancée qui se retrouve entre les mains du Hezbollah et un régime syrien isolé et de plus en plus dépendant de l'Iran, les enjeux sont toujours élevés.

Si un nouvel accord nucléaire est signé à Vienne, sans restrictions supplémentaires sur l'activité du CGRI et la prolifération des missiles iraniens, les risques d'une escalade militaire augmenteront de façon spectaculaire.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Biden envisage de réintégrer les Houthis dans la liste des organisations terroristes

Biden s'est concentré sur ses efforts domestiques et la lutte contre la Covid-19, mais il a également abordé des questions de politique étrangère. (Photo, AFP)
Biden s'est concentré sur ses efforts domestiques et la lutte contre la Covid-19, mais il a également abordé des questions de politique étrangère. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président américain fait face à des critiques pour son incapacité à lutter contre la violence terroriste, disant que ce n'est «pas le moment d'abandonner» les pourparlers nucléaires avec l'Iran
  • Lenderking abordera «le besoin urgent d'atténuer les graves crises humanitaires et économiques auxquelles les Yéménites sont confrontés»

CHICAGO: Le président américain Joe Biden a déclaré mercredi qu'il envisageait de redésigner la milice houthie du Yémen comme organisation terroriste internationale, quelques jours après que le groupe soutenu par l'Iran a tué trois personnes lors d'une frappe de drone aux Émirats arabes unis.

Marquant sa première année complète au pouvoir avec une conférence de presse de deux heures, Biden s'est concentré sur ses efforts nationaux et sur la lutte contre la Covid-19, mais a également abordé des questions de politique étrangère, notamment la menace d’une invasion russe de l'Ukraine, et a aussi répondu à des questions sur l'Iran et le Yémen.

Quelques semaines après son entrée en fonction en 2021, Biden a officiellement retiré la milice houthie de la liste américaine des «organisations terroristes étrangères», une désignation mise en place par son prédécesseur, Donald Trump.

Le dirigeant américain a de plus œuvré pour ramener l'Iran à la table des négociations sur son programme d'armes nucléaires.

Lorsqu'on lui a demandé s'il désignera de nouveau les Houthis comme un groupe terroriste, Biden a répondu: «C'est à l'étude».

Les rebelles houthis ont revendiqué une frappe transfrontalière de drones lundi qui a tué trois travailleurs migrants aux Émirats arabes unis.

L'envoyé spécial de Biden au Yémen, Tim Lenderking, a été envoyé mercredi dans le Golfe et à Londres «dans le but de redynamiser les efforts de paix en coordination avec l'ONU, les hauts responsables des gouvernements régionaux et d'autres partenaires internationaux», selon un communiqué du porte-parole du département d'État américain, Ned Price.

«L'envoyé spécial et son équipe feront pression sur les parties pour qu’elles désamorcent le conflit militairement et participeront pleinement à un processus de paix inclusif dirigé par l'ONU», a révélé Price.

Lenderking abordera en outre «le besoin urgent d'atténuer les graves crises humanitaires et économiques auxquelles les Yéménites sont confrontés».

Price a mentionné des données de l'ONU publiées la semaine dernière qui montrent que 16 millions de personnes au Yémen ont besoin d'une aide d'un montant total d'environ 3,9 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,88 euro).

«Il est impératif que les donateurs, en particulier les donateurs régionaux, fournissent des fonds supplémentaires, et que toutes les parties au conflit prennent des mesures pour améliorer l'accès humanitaire et résoudre la crise du carburant au Yémen», a avisé l'ONU.

Biden a également été interrogé s'il faisait des progrès avec l'Iran dans ses efforts pour forcer le régime à adhérer au plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, ou accord nucléaire.

«Ce n'est pas le moment de baisser les bras. Il y a des progrès à faire», a-t-il répondu.

Cependant, la longue conférence de presse visait clairement à mettre en évidence les réalisations de Biden depuis qu'il a prêté serment en tant que président il y a un an, le 20 janvier 2021.

L'analyste politique Dalia al-Aqidi a déclaré que la conférence de presse de Biden ressemblait davantage à un discours de campagne et semblait avoir été orchestrée pour lui permettre d'aborder ses points de discussion politiques, alors que les démocrates et les républicains se préparent à une bataille électorale de mi-mandat pour le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat cette année.

«Fondamentalement, nous venons de voir la première ébauche de son discours de campagne présidentielle, et je m'attends à ce que l'Amérique entende le même discours encore et encore, alors que le pays souffre d'une économie au point mort et d'une inflation colossale», a déclaré Al-Aqidi, chargée de recherche au Center for Security Policy (Centre de politique de sécurité).

Elle a critiqué l'incapacité de Biden à lutter contre la violence terroriste qui a refait surface à Colleyville, au Texas, cette semaine, lorsque quatre membres d'une synagogue ont été pris en otage jusqu'à ce que le tireur soit tué par la police.

Le président américain a confirmé qu'il comptait se représenter aux élections et qu’il gardera Kamala Harris comme colistière à la vice-présidence. Il a également défendu son rôle dans le retrait soudain des États-Unis d'Afghanistan.

Biden a d'abord répondu aux questions de 11 journalistes, inscrits sur une liste qu'il tenait sur le podium. Les questions portaient sur l'économie, la montée des tensions avec la Russie au sujet de l'Ukraine et la polarisation croissante aux États-Unis. Il a reconnu la nécessité de sortir de la Maison Blanche et de «parler directement» au peuple américain.

À mi-chemin de la conférence de presse, Biden a accepté les questions d'autres journalistes qui ont parfois ouvertement critiqué sa performance.

Biden a insisté sur le fait qu'il avait fait des progrès considérables afin d’alléger le fardeau économique causé par la pandémie mondiale, notamment en créant 6 millions d'emplois, en réduisant le chômage à 3,9% et en faisant vacciner 210 millions d'Américains.

Le président américain a encore affirmé qu'il s'efforçait de rassembler le pays en imputant l'échec à combler le fossé croissant de la nation sur Trump, évoquant des discussions privées qu'il a eues avec plusieurs sénateurs républicains qui montrent leur crainte que Trump ne compromette leur réélection s'ils soutiennent le programme de Biden.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les présidents égyptien et sud-coréen discutent de questions d'intérêt commun

Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Short Url
  • Moon a exprimé l'intérêt de Séoul à augmenter ses investissements dans des projets de développement et d'infrastructure
  • Les dirigeants ont discuté de la coopération dans le développement ferroviaire, une priorité importante pour l'État égyptien

LE CAIRE: Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi et son homologue sud-coréen Moon Jae-in ont discuté jeudi de questions d'intérêt commun, une première du genre pour un président sud-coréen en Égypte depuis 16 ans.

El-Sissi a salué la profondeur des relations entre les deux pays, soulignant l'importance d’œuvrer à l’activation du partenariat global de coopération entre eux, à la mesure de leurs capacités.

Moon a exprimé sa joie de visiter l'Égypte pour la première fois, remerciant El-Sissi pour son accueil chaleureux et son hospitalité, et exprimant son désir de poursuivre la coordination et la consultation entre les deux pays dans divers domaines, ainsi que l'attente de développer et de renforcer les relations entre la Corée du Sud et l'Égypte, compte tenu de son rôle central dans la stabilité et la sécurité au Moyen-Orient et en Afrique.

Il a également exprimé l'intérêt de Séoul à augmenter ses investissements dans les grands projets de développement et d'infrastructure et ailleurs en Égypte.

Les deux hommes ont discuté de la coopération dans le développement ferroviaire, une priorité importante pour l'État égyptien. I

ls ont également discuté de la localisation de l'industrie de la voiture électrique en Égypte et de la manière dont la Corée du Sud pourrait contribuer à l'initiative «Decent Life» (Vie digne), lancée par El-Sissi pour développer les villages et les gouvernorats les plus pauvres d'Égypte, en plus de la coopération dans la production d'énergie, à la lumière de la volonté des deux pays de diversifier et de sécuriser leurs sources d'énergie.

Moon et El-Sissi ont également discuté des moyens de renforcer la coopération militaire, notamment dans la fabrication conjointe et le transfert et la localisation de la technologie, compte tenu du rôle stratégique de l'Égypte dans la région et des capacités technologiques et industries militaires avancées de la Corée du Sud.

Lors d'une conférence de presse, El-Sissi a exprimé le désir de l'Égypte d'attirer les entreprises et les investissements coréens, le Caire étant prêt à fournir toutes les installations nécessaires pour créer un environnement prometteur, et à encourager une augmentation des investissements coréens dans les grands projets de développement et d'infrastructure, ainsi que dans l'énergie, les mines, les transports, les communications et les technologies de l'information.

El-Sissi a indiqué qu'il était d'accord avec Moon sur l'importance de renforcer la coopération conjointe pour soutenir la vision égyptienne de la quatrième révolution industrielle, que ce soit par la création d'une branche de l'Université coréenne des sciences et technologies avancées, ou par la coopération entre les ministères des Communications et des Technologies de l'information dans l'utilisation de l'intelligence artificielle.

Il a expliqué que ses entretiens avec le président sud-coréen ont permis de passer en revue les opportunités de partenariat entre les entreprises égyptiennes opérant en Afrique et les entreprises coréennes, et de promouvoir les investissements en Afrique, en soulignant les opportunités offertes par la zone de libre-échange continentale pour accroître les investissements et les flux commerciaux entre les pays africains et la communauté internationale.

La présidence égyptienne a déclaré dans un communiqué que les entretiens ont également permis d’examiner l'évolution d'un certain nombre de questions régionales et internationales d'intérêt commun, notamment la crise libyenne.

El-Sissi a souligné que la stabilité en Libye était une priorité et que l'Égypte poursuivra ses inlassables efforts avec les partis libyens pour organiser des élections nationales. Le président a également exprimé le soutien permanent de l'Égypte à tous les mécanismes qui garantissent la sécurité et la stabilité de la péninsule coréenne.

Moon a salué les efforts politiques égyptiens pour maintenir la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient et en Afrique, en particulier en ce qui concerne les mesures égyptiennes pour parvenir à un règlement politique des crises dans la région.

Il a mentionné les efforts inlassables, menés par El-Sissi, pour combattre le terrorisme et l'idéologie extrémiste, ainsi que pour diffuser les valeurs de coexistence et de tolérance dans la région, en renforçant les ponts de dialogue entre les pays africains et arabes avec le reste du monde.

Les deux présidents ont assisté à la cérémonie de signature d'un certain nombre de protocoles d'accord entre leurs pays en matière de partenariat commercial et économique, de coopération au développement et de chemins de fer.

La visite du président coréen en Égypte conclut sa tournée au Moyen-Orient, qui comprenait également les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com