Port de Beyrouth: Politiques et responsables de haut rang dans la ligne de mire d’un juge libanais

L'explosion du port de Beyrouth l'année dernière a fait plus de 120 morts. (Photo, AP/ Archives)
L'explosion du port de Beyrouth l'année dernière a fait plus de 120 morts. (Photo, AP/ Archives)
Une vue du site de l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020. Le juge d'instruction Tarek Bitar commencera à interroger les principaux politiciens, dont le Premier ministre par intérim Hassan Diab et trois anciens ministres. (Photo, Reuters)
Une vue du site de l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020. Le juge d'instruction Tarek Bitar commencera à interroger les principaux politiciens, dont le Premier ministre par intérim Hassan Diab et trois anciens ministres. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Samedi 03 juillet 2021

Port de Beyrouth: Politiques et responsables de haut rang dans la ligne de mire d’un juge libanais

  • Le juge Tarek Bitar a écrit au Parlement pour demander la levée de l'immunité de trois anciens ministres
  • Le Premier ministre par intérim et les anciens responsables n'ont pas pu être immédiatement contactés pour faire des commentaires

BEYROUTH : Le juge libanais enquêtant sur la catastrophe du port de Beyrouth l'année dernière a déclaré vendredi qu'il allait poursuivre le Premier ministre sortant du pays, Hassan Diab, et qu'il avait pris des mesures pour inculper plusieurs autres anciens ministres, responsables de la sécurité et membres de l’autorité judiciaire.

Environ 3 000 tonnes d'engrais à base de nitrate d'ammonium ont explosé le 4 août 2020, tuant plus de 120 personnes, blessant plus de 6 000 et ravageant des zones entières de la capitale, au milieu de la pandémie du coronavirus et d'une crise financière paralysante, mettant en lumière la corruption systémique et la mauvaise gestion à tous les niveaux de la classe dirigeante libanaise.

Le juge Tarek Bitar a commencé à engager des poursuites vendredi, après avoir recueilli les dépositions des témoins pendant plusieurs mois.

De ce fait, Hassan Diab, qui a été convoqué pour un interrogatoire préliminaire par Bitar, l'ancien ministre des Finances Ali Hassan Khalil, l'ancien ministre de la Défense et des Travaux publics Ghazi Zeaiter, l'ancien ministre de l'Intérieur Nouhad Al-Mashnouk et Youssef Fenianos, l'ancien ministre des Transports et des Travaux publics sont également mis en examen, le juge a demandé officiellement, par l'intermédiaire du bureau du procureur spécial, la levée de leur immunité pour être poursuivis.

Une requête distincte sera aussi adressée au barreau de Beyrouth concernant Khalil et Zeaiter, et au barreau de Tripoli concernant Fenianos, à propos de leur immunité en tant que membres des organes juridiques respectifs.

Le prédécesseur de Bitar, Fadi Sawan, a été démis de ses fonctions l'année dernière à la suite de plaintes contre Khalil, Zeaiter et Fenianos.

Outre les ministres, Bitar demandera également l'autorisation d'interroger le directeur général de la Direction générale de la sécurité libanaise, le major général Abbas Ibrahim, et le chef de la sécurité de l'État, le major général Tony Saliba.

Bitar a de plus déposé des accusations contre le général à la retraite Jean Kahwaji, un ancien commandant de l'armée, et l'ancien chef du renseignement militaire, le major général Camille Daher, en plus de deux autres généraux du renseignement à la retraite, Ghassan Gharzeddine et Jawdat Oueidat, ainsi que plusieurs membres encore non identifiés de la justice libanaise.

Une source judiciaire a déclaré à Arab News qu'après les interrogatoires des politiciens, des chefs de la sécurité et des juges, le ministère public présentera son examen de l'affaire, accordant au barreau un mois pour donner son accord à la levée de l'immunité.

La source a ainsi exclu que des accusations formelles soient émises d'ici la fin de cette année, ajoutant que la plainte déposée par Bitar était basée sur l'article 189 du code pénal du pays, qui stipule «une intention criminelle possible».

Le ministre de l'Intérieur par intérim, Mohammed Fahmi a annoncé son intention «d’accorder l'autorisation de poursuivre le major général Abbas Ibrahim».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 

 


Egypte : Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d'accès au lieu de travail

Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d’accès à leur lieu de travail, déclare le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly. (Dossier/AFP)
Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d’accès à leur lieu de travail, déclare le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Le ministre de la Santé a annoncé l’arrivée d’une deuxième livraison de 1,6 million de doses du vaccin Pfizer à l'aéroport du Caire
  • Les doses ont été fournies par les États-Unis dans le cadre de l'initiative mondiale COVAX

LE CAIRE : Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d’accès à leur lieu de travail, a déclaré le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly, alors que le ministre de la Santé évoquait la quantité et la variété des vaccins disponibles et l'expansion des centres spécialisés qui les administrent. 

« Il faut s'assurer que tous les employés des autorités administratives des gouvernorats sont vaccinés, et bientôt tout employé qui n'a pas été vacciné ne sera pas autorisé à y accéder, surtout avec la grande disponibilité des vaccins » a-t-il déclaré lors d'une réunion. 

Il a appelé à des campagnes de sensibilisation dans les gouvernorats expliquant l'importance des vaccins, d'autant plus que le ministère de la Santé est prêt à fournir toute quantité nécessaire. 

« Nous avons 60,5 millions de doses de vaccins et, d'ici la fin de ce mois, le nombre de vaccins disponibles atteindra 70 millions », indique le Dr Hala Zayed, ministre de la Santé et de la Population. 

Elle reconnait l'importance des campagnes de sensibilisation et celle de prendre les mesures nécessaires pour encourager les citoyens à se faire piquer. 

Elle indique que le nombre de centres de vaccination a été augmenté et que, dans la période à venir, ils seront établis dans les zones fréquentées par les citoyens. Ces emplacements vont inclure les tribunaux, les services de la circulation, les stations de métro, les trains et les parvis des mosquées et églises les vendredis et dimanches. 

Les centres sont destinés à tout gouvernorat qui en ferait la demande et l'objectif est de vacciner rapidement les citoyens. 

Zayed précise que l'Égypte a commencé à fabriquer des vaccins et qu'à partir de la semaine prochaine, son partenaire chinois transférera la technologie de fabrication. 

Elle annonce également une deuxième livraison de 1,6 million de doses du vaccin Pfizer à l'aéroport international du Caire, fournies par les États-Unis dans le cadre de l'initiative mondiale COVAX. 

Khaled Megahed, du ministère, déclare que le vaccin Pfizer a été approuvé par l'Organisation mondiale de la santé et l'Autorité égyptienne des médicaments. 

Les vaccins livrés seront analysés dans les laboratoires de l'autorité avant d'être distribués aux 1 100 centres de vaccination. 

Le premier envoi de vaccins Pfizer, également 1,6 million de doses, est arrivé en septembre dernier dans le cadre d'une série d’expéditions fournies par les États-Unis à l'Égypte. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


La Commission des droits de l'homme de l'OCI déclare que la communauté internationale doit mobiliser ses efforts pour mettre fin à la pauvreté

Une Libanaise à côté de son réfrigérateur vide dans son appartement de la ville portuaire de Tripoli, au nord de Beyrouth. (Dossier/AFP)
Une Libanaise à côté de son réfrigérateur vide dans son appartement de la ville portuaire de Tripoli, au nord de Beyrouth. (Dossier/AFP)
Short Url
  • La CPIDH a souligné l'importance d'aborder la question de l'extrême pauvreté comme une priorité absolue
  • Le principe de « ne laisser personne de côté » doit guider les efforts visant à éradiquer la pauvreté, déclare la commission

LONDRES : Le monde devrait reconnaître la pauvreté abjecte comme une violation des droits humains, a déclaré dimanche la Commission permanente indépendante des droits humains de l'Organisation de la coopération islamique. 

Dans une déclaration publiée à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté 2021, la CPIDH indique que le monde a « la responsabilité partagée de mobiliser tous les efforts possibles pour mettre fin à la pauvreté ». 

Elle précise que le fait que 689 millions de personnes vivent encore dans l'extrême pauvreté avec moins de 1,90 dollar par jour (1,63 euro) est « moralement scandaleux ». 

La commission ajoute que les effets de la pandémie du coronavirus ont annulé de nombreuses années de progrès et qu'entre 88 et 115 millions de personnes sont tombées dans la misère. 

La majorité des nouveaux extrêmes pauvres vivent dans des pays d'Asie du Sud et d'Afrique subsaharienne où les taux de pauvreté étaient déjà élevés, ajoute la commission. 

 La CPIDH souligne l'importance d'aborder la question de l'extrême pauvreté comme une priorité absolue pour la communauté internationale. 

En dépit de la focalisation du monde sur la promotion du développement et l'éradication de la pauvreté, la pandémie a clairement prouvé que nous avons besoin de changements structurels pour remédier efficacement à la pauvreté au-delà des discours politiques ambitieux qui ne s’accompagnent pas d’une action réelle, ajoute -t-elle. 

La commission des droits de l'homme appelle la communauté internationale à traduire sa concentration sur la protection des droits de l'homme et les objectifs de développement durable en actions concrètes et mesurables sur le terrain pour traiter efficacement le problème central de la pauvreté. 

Le principe qui consiste à « ne pas faire de « laissés-pour-compte » doit guider les efforts visant à éradiquer la pauvreté aux niveaux national et mondial, indique la commission. 

Elle exhorte tous les gouvernements à renforcer leur cadre juridique des droits de l'homme qui place la dignité humaine au cœur de la politique et de l'action contre les inégalités et les désavantages structurels existants. 

Les personnes vivant dans la pauvreté doivent être impliquées de manière significative dans les décisions qui affectent directement leur vie, ajoute-t-elle. 

La commission invite les États membres de l'OCI à redoubler d'efforts pour mettre en place des politiques de développement social fondées sur les droits de l'homme et centrées sur les personnes. 

Elle souligne que l'éradication de la pauvreté est un impératif moral et spirituel de l'Islam et un objectif stratégiquement bénéfique pour le progrès politique, économique et social de tous les États membres. 

La CPIDH a également souligné la responsabilité collective de la communauté internationale qui consiste à créer un environnement socio-économique propice au respect des droits de l'homme dans le monde. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Mohammed ben Salmane met en place des bureaux stratégiques pour développer Al-Baha, Al-Jouf et Jazan

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane (Photo, AFP)
Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane (Photo, AFP)
Short Url
  • L'annonce des bureaux stratégiques s'inscrit dans la stratégie du gouvernement d'étendre le développement à toutes les régions et villes du Royaume
  • Ces bureaux stratégiques se concentreront sur l'investissement selon les caractéristiques et avantages distincts de chaque région pour les transformer en moteurs économiques durables et permanents

RIYAD : Le prince héritier d'Arabie saoudite a annoncé dimanche la mise en place de bureaux stratégiques pour développer les zones d'Al-Baha, Al-Jouf et Jazan. 

Les bureaux serviront de base à l'établissement d'autorités de développement dans les régions. Ils viseront à capitaliser sur les avantages que chacun des trois sites a à offrir, rapporte l'agence de presse saoudienne. 

Ils garantiront également le développement d'un environnement d'investissement solide qui puisse attirer le secteur privé. 

L'annonce des bureaux stratégiques s'inscrit dans la stratégie du gouvernement d'étendre le développement à toutes les régions et villes du Royaume. 

Le prince Mohammed déclare que d'autres bureaux stratégiques seront établis dans des zones où il n'y a pas encore d'agences de développement. 

Ces bureaux stratégiques se concentreront sur l'investissement selon les caractéristiques et avantages distincts de chaque région pour les transformer en moteurs économiques durables et permanents. 

Les bureaux incluront le secteur privé dans les plans de développement. 

Ils font partie de la vision du prince héritier d'apporter un développement global et durable dans toutes les régions du Royaume, en élargissant les opportunités d'emploi et en améliorant le niveau de vie grâce à des services modernes et des infrastructures de base. 

Al-Baha est considérée comme l'une des destinations touristiques les plus populaires du Royaume. La région comprend un grand nombre de forêts et abrite de nombreux villages et forts anciens. 

Al-Jouf est réputé « panier alimentaire du Royaume » car il recèle des terres fertiles avec d'abondantes ressources en eau. Il est responsable d'environ 67% de la production d'huile d'olive du Royaume. 

Jazan abrite les îles Farasan et le port de Jazan, considéré comme le troisième plus grand port de la côte de la mer Rouge. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com