Un os gravé par Néandertal illustre son activité symbolique

C'est un petit morceau d'os qui ne paie pas de mine (Photo, AFP/NLD/VOLKER MINKUS).
C'est un petit morceau d'os qui ne paie pas de mine (Photo, AFP/NLD/VOLKER MINKUS).
Short Url
Publié le Lundi 05 juillet 2021

Un os gravé par Néandertal illustre son activité symbolique

  • Haut d'environ six centimètres, pour quatre de large, il porte sur une face dix traits gravés, dont six formant cinq chevrons
  • Ce motif «symbolise probablement quelque chose qui avait un sens pour Néandertal en tant que groupe»

PARIS: La découverte d'un os gravé par Néandertal il y a 51 000 ans renforce l'idée que cette espèce d'humain était capable d'une activité symbolique, longtemps considérée comme l'apanage du seul Homo sapiens, selon une étude lundi. 

C'est un petit morceau d'os qui ne paie pas de mine. Excavé dans le nord de l'Allemagne dans un site proche d'Einhornhöhle, -la Grotte de la licorne-, il n'a rien de l'animal fantastique dont des fouilleurs locaux ont cherché les restes depuis le Moyen-âge.

Haut d'environ six centimètres, pour quatre de large, il porte sur une face dix traits gravés, dont six formant cinq chevrons. Avec une précision qui exclut un geste accidentel. Ce motif « symbolise probablement quelque chose qui avait un sens pour Néandertal en tant que groupe », dit le Dr Dirk Leder, archéologue au Bureau du patrimoine de la Basse-Saxe.

Les découvertes liées à Néandertal, cette branche du genre Homo qui a disparu rapidement à partir d'il y a environ 40 000 ans, se multiplient depuis quelques années. Tout comme le regard sur ce « cousin » de l'homme moderne, longtemps considéré comme sa version plus grossière. 

Dans un article accompagnant l'étude, parue dans Nature, la paléoanthropologue britannique Silvia Bello rappelle que Néandertal savait fabriquer des outils d'os pour traiter les peaux de bête, ou pouvait pratiquer un rite funéraire. 

Mais aussi qu'on peut lui attribuer très peu de formes d'art. Dans le cas présent, « tout indique un savoir sophistiqué et une grande habileté du travail sur l'os ». 

Les auteurs de l'étude admettent volontiers ne pas en saisir la signification, « mais nous sommes convaincus qu'il communique une idée, une histoire, quelque chose qui avait un sens pour un groupe », remarque Leder.

Ils en veulent notamment pour preuve le choix du support, une phalange de Megaceros, une espèce de cerf géant, aujourd'hui disparu, et qui s'aventurait rarement à l'époque à une si haute latitude. Silvia Bello y voit là « le choix d'un animal assez spécial, avec un sens symbolique ».

Rareté

L'objet, quand on le pose sur sa base « fait une figure, avec les chevrons orientés vers le haut », constate Bruno Maureille, paléoanthropologue à l'Université de Bordeaux. 

Mais même s'il fait partie de ceux, encore un peu minoritaires, qui « considèrent que les Néandertaliens avaient les mêmes capacités cognitives que leurs contemporains », il se veut « très prudent » sur le caractère symbolique de l'objet.

« Comme ces objets sont très rares, il est difficile de savoir pourquoi ils ont été réalisés, ce qui ne veut pas dire qu'ils n'avaient pas de valeur symbolique », explique-t-il.

Plus tard, à partir de -40 000 ans, quand Néandertal aura cédé le terrain à Homo sapiens en Europe, ce dernier va laisser une foison de représentations picturales ou d'objets ne laissant aucun doute sur leur caractère symbolique.

La rareté des œuvres attribuées à Néandertal a peut-être une cause assez prosaïque, pour le Dr Leder. Sa population « vivait en groupes séparés, pas très bien inter-connectés » et ainsi, « leurs productions ont pu disparaître en tant qu'idée », faute d'être transmises.

Avec le Pr. Thomas Terberger, préhistorien à l'Université de Göttingen et principal co-auteur de l'étude, ils ont exclu que l'oeuvre du graveur d'os résulte d'une influence d'Homo sapiens. Simplement parce qu'elle a été réalisée quelques milliers d'années avant que ce dernier s'aventure aussi au nord. 

Le sujet reste sensible, note le Dr Leder, en rappelant qu'il n'y a pas si longtemps l'idée prédominante était que « le ‘grand’ Homo sapiens a fourni des idées intelligentes à d'autres espèces ». 

Mais dans le cas présent, selon Marylène Patou-Mathis, préhistorienne au Muséum national d'histoire naturelle, « il faut abandonner l'idée d'une influence d'Homo sapiens ».

Elle est tout aussi prudente que certains de ses collègues sur le sens à donner à l'os gravé, qui reste « énigmatique ». Mais elle ne doute pas « qu'avec les Néandertaliens, nous ne sommes pas au bout de nos surprises ».


L’académie Aysh vise à combler le manque de compétences des amateurs de cuisine

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Short Url
  • La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en 2020 et les étudiants de la première promotion de l’académie culinaire saoudienne ont obtenu leurs diplômes cette année
  • Aysh était l’une des premières académies de ce genre à ouvrir ses portes en Arabie saoudite, introduisant la boulangerie dans la vie de tous les jours

DJEDDAH: La nourriture est un élément important de toute culture, et l’Arabie saoudite cherche à créer un système d’éducation qui permettra d’acquérir les connaissances nécessaires pour exceller dans l’art culinaire.

Cette année, la première cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Académie culinaire saoudienne a eu lieu.

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire, créant ainsi une source de revenus pour de nombreuses personnes. 

Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte à Arab News qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire.

Elle a suivi des ateliers et des cours de boulangerie et de pâtisserie dans le monde entier. Après avoir accumulé suffisamment de connaissances, elle a décidé de les diffuser à Djeddah.

«Mon rêve (…) était  de rendre cette voie facile pour les gens de ma communauté et pour moi, ainsi que de les autonomiser en leur fournissant un ensemble de compétences et de connaissances», indique Mme Suhail.

L’académie a pour objectifs principaux de devenir une plaque tournante pour toutes les personnes intéressées par cet aspect de la cuisine en Arabie saoudite, de créer des recettes qui serviront de référence en boulangerie et en pâtisserie, et de définir un cadre pour les futures entreprises.

L’académie propose des cours de boulangerie et de pâtisserie et des masterclasses plus courtes, axées sur différents domaines et techniques.

Les cours s’adressent aux personnes de différents niveaux et leur apprennent à cuisiner à partir de rien. Ils portent sur les pâtisseries sucrées et salées, le pain, les gâteaux, les viennoiseries, les croissants, et bien plus encore.

L'académie propose également des cours relatifs à la création d'entreprises alimentaires, à la photographie culinaire, à la présentation des plats et au marketing.

«Le nom de l’académie est inspiré du mot aysh, qui signifie pain en arabe. Aysh a également une autre signification en arabe: la vie», explique Mme Suhail.

Devenir l’une des premières académies de boulangerie et de pâtisserie certifiées du Royaume n’a pas été facile. «J’avais l’impression que nous devions marcher et ouvrir la voie à tous ceux qui étaient derrière nous. Ce n’était pas facile, mais je ne peux pas dire que ce n’était pas agréable non plus», confie Mme Suhail. «L’académie Aysh a vraiment été créée par les gens d’ici.»

«Quand une personne vient nous voir et nous avoue qu’elle est très heureuse que nous existions, elle nous dit aussi qu’elle cherchait quelque chose de ce genre depuis très longtemps.»

La fondatrice se réjouit par ailleurs de voir les étudiants recevoir leur diplôme, car le bonheur se lit sur leur visage.

«Parfois, certains étudiants pleurent et une fois la cérémonie terminée, ils vont se faire des câlins. Ce sont ces choses-là qui me donnent envie de continuer sur cette voie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Ronaldo rappelé à l'ordre par la police après avoir tapé de la main le téléphone d'un fan

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Short Url
  • Accusé d'agression et de «dommages criminels», le Portugais de 37 ans a été entendu par des officiers de police
  • Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux avait permis d'identifier Ronaldo, qui a été «rappelé à l'ordre» mercredi par la police du comté de Merseyside

LONDRES: Cristiano Ronaldo, dont l'avenir à Manchester United fait l'objet d'intenses débats, a promis mercredi sur Instagram de bientôt dire sa "vérité", tout en s'en prenant aux "médias qui ne racontent que des mensonges".

Dans une réponse à la publication d'un fan, le Portugais a écrit dans sa langue natale que les supporteurs connaîtront "la vérité quand je donnerai une interview dans quelques semaines".

Sans fournir de précisions, "CR7" indique que "les médias ne racontent que des mensonges". J’ai un cahier et sur 100 actualités à mon sujet (ces derniers mois), seules cinq étaient vraies. Imaginez comment c'est. Gardez ce conseil".

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie.

"Il a eu des problèmes familiaux", avait alors indiqué Bruno Fernandes, son coéquipier portugais.

Cette absence avaient été vue par de nombreux médias britanniques comme une expression de la volonté de la star de quitter Manchester, sixième de Premier League et non qualifié pour la prestigieuse Ligue des champions.

Le week-end dernier, l'ancien attaquant du Real Madrid a joué les 90 minutes de la déroute 4-0 de ManU à Brentford. Après deux journées, le club mancunien entraîné par Erik ten Hag occupe la dernière place du championnat d'Angleterre avant de recevoir Liverpool lundi prochain.

Le groupe de supporters "The 1958" a annoncé à cette occasion une marche de protestation devant Old Trafford contre la famille Glazer, propriétaire du club qui, selon un communiqué de ces fans, "affame et tue par cupidité la plus grande institution du football mondial. Montrons à la famille Glazer que cette fois, ça ne passera pas".

L'actuelle stratégie de recrutement de ManU qualifiée d'"horreur" par l'ancien joueur Gary Neville est pointée du doigt par les supporteurs.


Le premier prix littéraire de la rentrée pour Blandine Rinkel

Dessin de Blandine Rinkel. (Photo : Instagram)
Dessin de Blandine Rinkel. (Photo : Instagram)
Short Url
  • C'est le troisième roman d'une autrice de 31 ans, également musicienne, comédienne et danseuse
  • La narratrice y évoque la figure d'un père aimé, «imposant, moqueur et viril», mais «un homme que je ne connais pas» parce que ce policier se livre peu et se montre brutal

PARIS : Le premier prix littéraire attribué aux livres de la rentrée 2022, le prix Méduse, a été attribué mercredi à la journaliste Blandine Rinkel pour "Vers la violence" (éditions Fayard), a annoncé le jury mercredi.

C'est le troisième roman d'une autrice de 31 ans, également musicienne, comédienne et danseuse.

La narratrice y évoque la figure d'un père aimé, "imposant, moqueur et viril", mais "un homme que je ne connais pas" parce que ce policier se livre peu et se montre brutal.

Le prix Méduse était remis pour la première fois. Il est doté de 5 000 euros.

Les prix les plus importants de l'automne publient leur première sélection en septembre, pour être remis entre fin octobre et novembre.