Le trafic de drogue au Liban doit son essor au Captagon du Hezbollah

Short Url
Publié le Mardi 06 juillet 2021

Le trafic de drogue au Liban doit son essor au Captagon du Hezbollah

  • Le Hezbollah dément avec vigueur être impliqué dans le trafic de drogue, mais l’enquête du Washington Post s’appuie sur les rapports d’analystes des États-Unis et du Moyen-Orient
  • En 2018, le département d'État américain a classé le Hezbollah parmi les cinq premières organisations criminelles dans le monde

BEYROUTH : Les autorités libanaises affirment avoir lancé des dizaines d'opérations dans les derniers mois à la recherche de laboratoires qui produisent des pilules de Captagon, en plus de surveiller de près les frontières côtières et terrestres avec la Syrie pour repérer les itinéraires de contrebande.

La lutte du pays contre la drogue s’annonce toutefois difficile, freinée par les nombreuses crises qui se succèdent et s’enchevêtrent, particulièrement l’effondrement économique et la paralysie politique.

Mais il ne faudrait pas oublier l'éléphant dans la salle, en l’occurrence le Hezbollah.

Nombreux sont qui soupçonnent que le parti libanais soutenu par l'Iran facilite le trafic de drogue pour financer ses opérations, tout en maintenant un environnement de déni plausible.
1

Le Captagon, une amphétamine, est l'une des drogues les plus couramment utilisées dans les champs de bataille du Moyen-Orient.

Les combattants qui en sont dépendants confient que cette substance les aide à rester éveillés des jours durant. De plus, elle engourdit leurs sens, leur donne assez d’énergie pour endurer de longues batailles, et leur permet de tuer sans réfléchir.

L’énergie et le bien-être que procure le Captagon en fait une drogue récréative populaire dans la région.

Les autorités douanières saoudiennes ont déjoué en avril une tentative de trafiquer plus de cinq millions de pilules du Liban vers le Royaume, dissimulées dans une cargaison de grenades. Depuis, les trafiquants se sont «enhardis», disent-elles.

Après cette prise, l'Arabie saoudite a suspendu l’entrée des cargaisons de fruits et légumes libanais dans son territoire, même à des fins de transit.

1
Les autorités douanières saoudiennes ont déjoué en avril une tentative de trafiquer plus de cinq millions de pilules du Liban vers le Royaume, dissimulées dans une cargaison de grenades. (Photo, SPA)

Les autorités libanaises avaient alors déclaré que «la cargaison truffée de drogue provenait de la Syrie». Elle aurait ensuite été réemballée dans la vallée de la Bekaa «avant d'être expédiée au port de Djeddah».

Peu de temps après, deux frères syriens ont été arrêtés au Liban et accusés d'avoir reconditionné la cargaison dans un entrepôt abandonné de la région frontalière. 

Mais cette saisie considérable n'a pas suffi à dissuader les contrebandiers.

Le 15 juin, les Forces de sécurité intérieure (FSI) libanaises ont déjoué une autre tentative de faire passer 37,2 kg de comprimés de Captagon en Arabie saoudite. La cargaison a été appréhendée à l'aéroport international Rafic Hariri de Beyrouth, dissimulée dans un lot de pompes à eau électriques.

Trois individus ont été arrêtées. Le chef de bande présumé serait un homme apatride aux antécédents de trafic de drogue, et ses acolytes un Syrien et un Libanais.

Le trio aurait avoué avoir établi un réseau de contrebande. Ils affirment avoir reçu la cargaison de la Syrie, et l’auraient ensuite transporté à Beyrouth.

Mais les efforts des FSI ne suffisent pas. 

Les autorités saoudiennes du port de Djeddah annoncent une nouvelle saisie le 26 juin. Près de 14 millions de pilules de Captagon, cachées parmi des feuilles de tôle en provenance du Liban.

1
Les responsables saoudiens affirment que les trafiquants de drogue se sont «enhardis». (Photo, SPA/Archives)

Mohammed Al-Noujaidi, porte-parole de la Direction générale du contrôle des stupéfiants du Royaume, a confirmé l'arrestation d'un citoyen saoudien dans la région de Riyad en lien avec la cargaison.

Le 29 juin, les autorités libanaises saisissent à leur tour un autre lot de comprimés de Captagon, également destinés à l'Arabie saoudite. Dans un communiqué, les FSI indiquent que 17,4 kg, soit l'équivalent de 100 000 comprimés, ont été confisqués. Les pilules «étaient habilement cachées à l'intérieur de machines de stérilisation médicale», ajoute le communiqué. 

Deux Libanais et un Syrien ont été arrêtés.

En juillet 2020, la police italienne et les agents des douanes du port de Salerne découvrent 84 millions de comprimés de Captagon, dans des remorques maritimes qui ne contenaient a priori que des rouleaux de papier.

Des responsables des services de renseignement concluent dans leur rapport que la drogue, dont la valeur est chiffrée à 1,1 milliard de dollars, provient de laboratoires syriens, situés dans des régions contrôlées par le régime du président Bachar Assad.

«Les amphétamines ont quitté la Syrie à partir de Lattaquié, une ville côtière dotée d'installations portuaires iraniennes dédiées, et une plaque tournante connue des opérations de contrebande menées par l'allié de Téhéran, le Hezbollah», selon le Washington Post.

1
En juillet 2020, la police italienne et les agents des douanes du port de Salerne découvrent 84 millions de comprimés de Captagon, dans des remorques maritimes qui ne contenaient a priori que des rouleaux de papier. (Photo, AFP/Guardia di Finanza /Archives)

Le Hezbollah dément avec vigueur d'être impliqué dans le trafic de drogue, mais l’enquête du Post s’appuie sur les rapports d’analystes des États-Unis et du Moyen-Orient. «Face aux pressions financières extrêmes causées par les sanctions américaines, la pandémie du coronavirus et l'effondrement économique du Liban, le Hezbollah dépend de plus en plus d'entreprises criminelles, dont le trafic de drogue, pour financer ses opérations», estiment ces derniers.

Hatem Madi, un ancien procureur libanais, affirme à Arab News que le «trafic de Captagon a pris son essor parce que cette substance est plus facile et plus rapide de passer en contrebande».

«Il dépend de l'offre et de la demande, mais il ne fait aucun doute que la guerre en Syrie a ouvert la voie aux passeurs et aux trafiquants de drogue», ajoute-t-il.

En effet, le Liban est devenu un important vecteur de contrebande des pilules fabriquées en Syrie. Avant même qu’elle ne sombre dans la guerre civile en 2011, son territoire était déjà utilisé par des milices libanaises pour cultiver la marijuana et la faire passer en contrebande de la, ce qui génère des recettes de millions de dollars.

«Le Captagon est fabriqué en Syrie, surtout dans les régions de Homs et d'Alep», précise le brigadier général Anwar Yahya, ancien chef de la police judiciaire libanaise, dans un entretien avec Arab News.

«À la lumière des événements qui se déroulent en Syrie, certaines des usines ont déménagé dans les villages entre le Liban et la Syrie, dans les montagnes de l’Anti-Liban et dans les régions de Qousseir et Toufail».

1
La drogue du Hezbollah, dont la valeur est chiffrée à 1,1 milliard de dollars, provient de laboratoires syriens, situés dans des régions contrôlées par le régime du président Bachar Assad. (Photo, AFP/Guardia di Finanza/Archives)

Des analystes de services de renseignement occidentaux affirment que les agents du Hezbollah ont commencé à produire du Captagon il y a plus de dix ans. Mais la drogue a commencé à prendre de l'importance parallèlement aux engagements croissants de la milice dans les conflits au Moyen-Orient.

«Le Hezbollah est-il impliqué dans la fabrication de pilules de Captagon? Seule une source des milieux judiciaires ou sécuritaires pourrait répondre à cette question», déclare Yahya.

«Cependant, la justice au Liban reste enfermée dans son mutisme. Est-ce par peur, ou cache-t-elle quelque chose? Je n'en ai aucune idée, mais nous sommes au courant des détails des enquêtes, et nous connaissons l’identité de ceux qui sont impliqués», ajoute-t-il.

Ce qui ne fait aucun doute, c'est que la vallée de la Bekaa, frontalière de la Syrie, est un foyer du Hezbollah. Ses camps d'entraînement sont éparpillés dans les hauts plateaux de la région, et il détient ses propres postes frontaliers avec la Syrie, où il intervient pour soutenir le régime d'Assad.

Hassan Dekko est l’individu le plus notable arrêté par les autorités libanaises dans la Bekaa dans ce dossier. Surnommé «roi du Captagon», Dekko détient des actifs à Toufail, une ville contrôlée par la milice pro-iranienne qui chevauche la frontière avec la Syrie.

Cependant, à la suite d'un conflit local au sujet de propriétés immobilières, Dekko est remis à l'armée libanaise. Il est accusé d'avoir établi un laboratoire de Captagon dans la région et de superviser un réseau de contrebande envoyant des pilules en Grèce et en Arabie saoudite.

«Dekko a des liens avec le Hezbollah et la quatrième division, dirigée par Maher Assad, le frère du président syrien», explique Mohammed Al-Houjairi, un député du Mouvement du futur, à Arab News.

Dès le début de 2020, des cargaisons de Captagon et d'autres drogues illicites sont saisies en Égypte, en Grèce et en Jordanie, en plus de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de l'Italie. Les forces de l'ordre occidentales lient spécifiquement le Hezbollah aux saisies de drogue sur la frontière syro-jordanienne, destinées à l'Europe centrale et méridionale.

Mais quel intérêt le Hezbollah pourrait-il avoir dans la production et le trafic de drogue?

«Certains passeurs ont une formation politique ou idéologique», explique à Arab News Achraf Rifi, ancien directeur général des FSI puis ministre de la Justice du Liban dans une administration précédente. «Leurs calculs ne se font pas en termes de profit ou de perte. Ils ont plutôt des objectifs politiques, à savoir cibler la société de l'adversaire».

Les agences antidrogue américaines et européennes sont convaincues que le Hezbollah profite de ce trafic. Europol a publié un rapport en 2020 qui maintient que les membres du Hezbollah utilisent les villes européennes comme tremplin pour le commerce de «drogue et de diamants», et pour blanchir de l’argent. En 2018, le département d'État américain a classé le Hezbollah parmi les cinq premières organisations criminelles dans le monde.

1
Des pilules de Captagon et un verre qui contient de la cocaïne dans un bureau de la Division anti-narcotiques des Forces de sécurité intérieure libanaises à Beyrouth. (Photo, AFP/Archives)

Que le commerce de la drogue soit une arme ou non, il consomme certainement beaucoup de temps et des ressources du gouvernement libanais. Selon une source informée, les mesures prises par les forces de sécurité ces dernières années ont conduit à l'arrestation de plus de 15 000 personnes.

Rifi confie que certaines saisies sont «inégalées dans l'histoire d'Interpol, en termes de quantité de stupéfiants trafiqués et d'aplomb».

«Un partenariat lie le Hezbollah et la partie syrienne dans la production et la contrebande, mais le trafic peut également être entrepris unilatéralement par l'une des parties», précise-t-il.

«Les efforts pour contrer le trafic de drogue en provenance du Liban nécessitent une administration avisée. Une administration corrompue, tributaire du Hezbollah, va feindre de s'attaquer au problème, mais elle ne défend pas réellement le peuple, ni les intérêts du pays», poursuit Rifi.

Yahya est d’avis que l'unité de lutte contre les stupéfiants du Liban, une force gravement sous-financée et mal utilisée, se bat avec une main attachée dans le dos.

1
D'importantes saisies de drogue en Syrie et au Liban ont renouvelé l’attention sur le trafic de Captagon, et qui prospère à l’ombre du chaos de la guerre en Syrie. (Photo, AFP/Archives)

«Malheureusement, l'office anti-drogue de la police judiciaire est mis à l'écart. Pourtant ses dossiers remontent à des dizaines d'années, et comprennent des photos et des empreintes digitales des personnes et des réseaux impliqués» , dit-il à Arab News.

«Ce sont plutôt la Division de l'information des FSI, les douanes, l'armée ou des individus qui n'ont aucune compétence sur ces questions qui traitent ces dossiers».

Yahya souhaite que les autorités libanaises renforcent le contrôle le long des frontières, à l'aéroport et dans les ports maritimes. Selon lui, il faudrait équiper les postes frontaliers de scanners, en plus d’habiliter le bureau anti-drogue et lui fournir les outils et le personnel nécessaires.

Mais surtout, le Liban doit faire face à son effondrement économique et à sa capacité à soutenir le personnel des forces de sécurité, qui eux doivent subvenir aux besoins de leurs familles.

«Le retard dans la formation du gouvernement », affirme-t-il, «est un obstacle majeur, sinon l’obstacle principal, à l'activation de l'appareil de sécurité et au rôle de l'armée».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


En Arabie saoudite, une nouvelle loi destinée à la famille et au renforcement des liens familiaux

Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Short Url
  • Plusieurs articles de la Vision 2030 du Royaume préconisent la consolidation de la famille et la lutte contre les obstacles qui se dressent sur son chemin
  • L’objectif de la transformation numérique menée actuellement au sein du ministère de la Justice consiste non seulement à faciliter les services, mais à améliorer les procédures

RIYAD: Le ministère saoudien de la Justice s'apprête à introduire un projet de loi relatif au statut personnel, dans lequel il accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux.

Lors du Saudi Family Forum 2021 (Forum des familles saoudiennes 2021), le ministre de la Justice de l’Arabie saoudite, Walid al-Samaani, a mis en lumière les objectifs qui sous-tendent le projet de loi sur le statut personnel annoncé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane. Le plus important de ces objectifs porte sur la situation familiale, la consolidation des liens familiaux – dans la mesure du possible – et la lutte contre les répercussions d’une séparation.

D'après M. Al-Samaani, ce projet se concentre avant tout sur la volonté la femme de se marier, sur la protection de son droit et de celui de ses enfants à une pension alimentaire, et sur d'autres aspects en lien avec le divorce.

Lors de son intervention dans ce forum, le ministre a rappelé qu’un grand nombre de mesures publiques, parmi lesquelles la loi sur la gouvernance, ont pour objectif de conférer une autonomie financière aux familles afin de leur permettre de se développer durablement sur le plan social et de surmonter les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Il a également rappelé que plusieurs articles de la Vision 2030 du Royaume préconisent la consolidation de la famille et la lutte contre les obstacles qui se dressent sur son chemin.

Selon le ministre de la Justice, parmi les décisions qui ont permis de consolider la stabilité et la continuité des familles figure la réforme des codes exécutifs qui régissent les procédures judiciaires. Il est notamment prévu que soit ajouté un texte de loi qui renvoie tous les litiges en matière de statut personnel au bureau de réconciliation chargé de rapprocher les conjoints.

Selon M. Al-Samaani, cet amendement a permis de faire baisser de plus de 20% le nombre de litiges relatifs au divorce, à la pension alimentaire et à d’autres questions; on s’attend à ce que ce chiffre continue à baisser. Au sujet de l’amélioration des procédures liées aux litiges portant sur le statut personnel, le ministre estime que la mise en place du centre chargé de réviser les plaintes a permis de réduire de plus de 30% la durée des procédures judiciaires.

L’objectif de la transformation numérique menée actuellement au sein du ministère de la Justice consiste non seulement à faciliter les services, mais à améliorer les procédures, notamment en matière de qualité et de diversité des litiges, tels que les différends relatifs au statut personnel. Le fait de déposer des plaintes à distance, du domicile ou d’ailleurs, permet également aux instances judiciaires et aux autorités compétentes – telles que la Commission des droits de l’homme – de remplir leur rôle et d’évaluer la situation sociétale.

M. Al-Samaani a indiqué que le ministère de la Justice avait lancé cent vingt services électroniques. Il a rappelé que la pandémie de Covid-19 n’avait pas interrompu les procès. Ainsi, plus d’un million et demi de séances ont été tenues, plus d’un million de décisions ont été rendues au moyen de procédures électroniques et plus de trois millions de plaintes ont pu être déposées par voie électronique.

M. Al-Samaani précise que le ministère de la Justice avait adopté des techniques qui relèvent de l’intelligence artificielle. Cette technologie a été employée pour la première fois dans des affaires relatives au statut personnel, ce qui a permis aux instances judiciaires de déterminer à l’avance 80% des verdicts rendus.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Israël: huit milliards d'euros pour réduire les inégalités au sein de la minorité arabe

Manifestation de Palestiniens devant la Cour suprême israélienne pour protester contre les expulsions de logements à Jérusalem-est (Photo, AFP).
Manifestation de Palestiniens devant la Cour suprême israélienne pour protester contre les expulsions de logements à Jérusalem-est (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour la première fois de l'histoire d'Israël, un parti arabe -- les islamistes modérés Raam de Mansour Abbas -- soutient une coalition au pouvoir
  • La minorité arabe est frappée par un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et se dit victime de discriminations en tous genres

JERUSALEM: Le gouvernement israélien a approuvé lundi l'octroi d'environ huit milliards d'euros sur cinq ans dans le but d'améliorer les conditions socio-économiques de la minorité arabe du pays, qui se plaint de discriminations et fait face à une vague de criminalité sans précédent.

Ce plan, approuvé dimanche soir par le gouvernement, intervient alors que la coalition menée par le Premier ministre, Naftali Bennett, qui a succédé en juin au gouvernement de Benjamin Netanyahu, a jusqu'au 14 novembre pour faire adopter le budget d'Etat et éviter ainsi la tenue de nouvelles élections.

Pour la première fois de l'histoire d'Israël, un parti arabe -- les islamistes modérés Raam de Mansour Abbas -- soutient une coalition au pouvoir. 

Le plan quinquennal du gouvernement israélien prévoit des investissements de 30 milliards de shekels (8,02 milliards d'euros) sur cinq ans pour financer différentes initiatives dans le but de "réduire l'écart" entre la minorité arabe et la majorité juive du pays.

Représentant environ un cinquième de la population, les citoyens arabes d'Israël sont les descendants des Palestiniens qui sont restés sur leurs terres après la création de l'Etat hébreu en 1948.

Ils détiennent des passeports israéliens et ont le droit de vote, mais la minorité arabe est frappée par un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et se dit victime de discriminations en tous genres, notamment en matière de logement et d'application de la loi.

Le gouvernement israélien a aussi donné son feu vert dans la nuit de dimanche à lundi, à un investissement supplémentaire de 2,5 milliards de shekels (670 millions d'euros) sur cinq ans, afin de lutter contre les crimes et la violence dans les villes arabes israéliennes, où le taux d'homicide et les cas d'extorsion ont atteint un niveau sans précédent. 

Vendredi, des milliers de citoyens arabes ont manifesté à Umm al-Fahm pour demander l'intervention de l'Etat pour juguler ces violences.

Depuis le début de l'année, 102 homicides volontaires ont été commis dans la communauté arabe israélienne, suscitant une inquiétude croissante quant à la spirale de la violence au sein de cette minorité.


Initiative pour un Moyen-Orient vert: élaborer une feuille de route régionale pour un mode de vie durable

L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie». (SPA)
L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie». (SPA)
Le prince saoudien Mohammed ben Abdelrahman ben Abdelaziz, gouverneur par intérim de la province de Riyad, reçoit la Première ministre tunisienne, Najla Bouden, lors du sommet de l’Initiative pour un Moyen-Orient vert à Riyad, le 24 octobre 2021. (SPA)
Le prince saoudien Mohammed ben Abdelrahman ben Abdelaziz, gouverneur par intérim de la province de Riyad, reçoit la Première ministre tunisienne, Najla Bouden, lors du sommet de l’Initiative pour un Moyen-Orient vert à Riyad, le 24 octobre 2021. (SPA)
Short Url
  • La neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie»
  • Le Royaume s’engage à doubler la quantité de carbone qu’il réduira dans son économie nationale en éliminant 278 millions de tonnes de polluants par an d’ici à 2030

DJEDDAH: L’Initiative pour un Moyen-Orient vert – dernier événement de l’Initiative verte saoudienne – commence aujourd’hui. Elle vise à établir une feuille de route durable pour la région et à mettre l’accent sur la transition verte, les solutions politiques vertes et la contribution du secteur financier aux objectifs de l’Initiative verte saoudienne, en plus de proposer un éclairage au niveau international.

Plusieurs chefs d’État participeront à cet événement, avec des intervenants clés comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, la vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, le PDG de BlackRock, Larry Fink, le directeur général du groupe HSBC, Noel Quinn; et André Esteves, associé principal de la banque BTG Pactual, au Brésil.

Plus tôt cette année, le prince héritier a déclaré que l’Initiative verte saoudienne et l’Initiative pour un Moyen-Orient vert s’inscrivaient dans le cadre des efforts environnementaux déployés par le Royaume au cours des dernières années, conformément au projet Vision 2030.

Ces deux initiatives témoignent de la volonté ferme du Royaume de relever les défis environnementaux auxquels il fait face, de la hausse des températures et des vagues de poussière aux faibles niveaux de précipitations et à la désertification.

Elles ont également pour objectif commun de planter cinquante milliards d’arbres et de faire en sorte que la région du Moyen-Orient contribue à 10% de la réduction des émissions de carbone prévue à l’échelle mondiale.

L’Initiative verte saoudienne a pour ambition d’atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre, principalement produits par la combustion des carburants fossiles d’ici à 2060.

L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie».

En annonçant ce projet qui vise à atteindre l’objectif «zéro émission nette» d’ici à 2060, le prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré samedi dernier que cette décision était conforme aux plans de développement du Royaume, «tout en préservant et en renforçant son rôle de premier plan dans la sécurité et la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie».

Le Royaume s’engage à doubler la quantité de carbone qu’il réduira dans son économie nationale en éliminant 278 millions de tonnes de polluants par an d’ici à 2030.

«En tant que région, nous avons toujours dû vivre dans des conditions climatiques difficiles et nous devrons continuer à innover en matière d’atténuation et d’adaptation», a déclaré le Dr Sultan ben Ahmed al-Jaber lors d’un forum sur la COP26 qui se déroulait à Riyad.

«Les Émirats arabes unis félicitent vivement les dirigeants et le peuple d’Arabie saoudite, en particulier les jeunes, d’avoir pris cette initiative stratégique historique, audacieuse et à long terme. Cela représente un changement radical dans les aspirations de cette région», ajoute le ministre.

L’Initiative verte saoudienne a pour but de renforcer le couvert végétal, de réduire les émissions de carbone, de lutter contre la pollution et la dégradation des terres ainsi que de préserver les écosystèmes marins.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com