Le patriarche maronite à Hariri: «Formez un gouvernement ou le Liban mourra»

Le patriarche maronite libanais, Béchara Boutros al-Raï, a exhorté mercredi le Premier ministre désigné, Saad Hariri, à former d'urgence un gouvernement. (Reuters/Fichier Photos)
Le patriarche maronite libanais, Béchara Boutros al-Raï, a exhorté mercredi le Premier ministre désigné, Saad Hariri, à former d'urgence un gouvernement. (Reuters/Fichier Photos)
Short Url
Publié le Jeudi 08 juillet 2021

Le patriarche maronite à Hariri: «Formez un gouvernement ou le Liban mourra»

  • La déclaration d'Al-Raï fait suite à son retour du Vatican, où il a pris part à une prière et un rassemblement pour le Liban organisés par le pape François
  • Mercredi, Arab News a appris que des efforts étaient déployés pour trouver un remplaçant à Hariri, afin d'éviter un vide gouvernemental

BEYROUTH: Le patriarche maronite du Liban, Béchara Boutros al-Raï, a exhorté mercredi le Premier ministre désigné Saad Hariri à former d'urgence un gouvernement, en collaboration avec le président Michel Aoun, «conformément à l'esprit de la constitution».

La déclaration d'Al-Raï fait suite à son retour du Vatican, où il a pris part à une prière et un rassemblement pour le Liban organisés par le pape François.

Après avoir rencontré Aoun, Al-Raï a imputé l'aggravation de la crise au Liban à «l'absence d'un gouvernement, ce qui engendre la ruine de l'économie, l’augmentation du taux de chômage et la fermeture d’entreprises».

Sans autorité exécutive, le pays mourra, a-t-il prévenu.

La semaine dernière, au Vatican, Al-Raï a déclaré que «tout le monde est responsable de la situation actuelle au Liban, y compris le président».

Mercredi, au palais présidentiel, il a réitéré le fait que «tout le monde a violé la Constitution».

Il y a deux jours, Hariri a rendu visite au président du Parlement, Nabih Berri, dont l'initiative de former un gouvernement de 24 ministres a été entravée par l'insistance de Michel Aoun sur le tiers de blocage, en l’occurrence un tiers de tous les sièges du Cabinet, donnant effectivement à son équipe un droit de veto sur les décisions du gouvernement.

Cela coïncide avec des informations diffusées mercredi, selon lesquelles Hariri aurait l'intention de renoncer à la formation d’un gouvernement, mission qui lui a été confiée il y a neuf mois par Aoun et le Parlement.

Hariri avait alors accepté de former un gouvernement de 18 ministres, composé de technocrates, pour mettre en œuvre des réformes économiques, financières et administratives, en accord avec l'initiative française.

Mercredi, Arab News a appris que des efforts étaient déployés pour trouver un remplaçant à Hariri, afin d'éviter un vide gouvernemental.

Cependant, les personnalités envisagées, y compris d’anciens Premiers ministres, ont refusé d'assumer ce rôle, en raison des échecs répétés pour parvenir à un accord.

Le député Bilal Abdallah, membre du bloc du Rassemblement démocratique, a déclaré à Arab News: «Renouveler le discours sur l'intention de Saad Hariri de mettre fin à sa mission serait fatal pour les Libanais et l'économie. Cela ne fait qu’augmenter l'humiliation des citoyens qui tentent d’assurer leurs médicaments, leur transport et leur nourriture. Contrairement à ce que font actuellement le président et le Premier ministre désigné, nous avons besoin de mesures sérieuses pour former un gouvernement, sans obstacles ni grandes exigences.»

Il a précisé que l'appel d'Al-Rahi à former un gouvernement ferait pression sur Hariri pour qu'il démissionne.

«Le patriarche est celui qui a le plus travaillé à la réconciliation entre les deux parties, mais a échoué. Il ne représente pas un parti et devrait travailler à éliminer les obstacles. Il ne devrait pas appeler l’une des parties à se précipiter pour former un gouvernement», a soutenu Abdallah.

«Si Hariri démissionne, il y aura des répercussions, surtout s'il choisit de rejoindre l'opposition.»

Abdallah a déclaré que tout remplacement de Hariri était voué à l'échec, ajoutant: «Nous devrions nous concentrer sur la réconciliation.»

Al-Raï a appelé les Libanais à faire preuve de résilience et à être patients, affirmant qu'«après la tombée de la nuit, il y aura la lumière du jour».

Cependant, l'aube de mercredi a présenté un autre sombre tableau du Liban.

Cheikh Hassan Merheb, imam d'une mosquée à Tariq el-Jdideh, a posté la photo d'un homme priant avec son appareil à oxygène à côté de lui.

Merheb a écrit: «Cet homme n'a pas d'électricité chez lui. Il est donc venu à la mosquée à l'aube pour utiliser l'électricité produite par le générateur de la mosquée. Maudits soient tous ceux qui nous ont amenés à cette situation.»

Les pénuries de carburant et de médicaments, alors que les subventions sont progressivement supprimées pour de nombreux produits et denrées, ajoutent aux problèmes auxquels est confrontée la population durement touchée du Liban.

Le Dr Charaf Abou Charaf, président de l'Ordre des médecins du Liban, a précisé: «Les enfants libanais ont commencé à souffrir de la non disponibilité des vaccins. Cela représente une menace sérieuse pour les nouvelles générations.»

Des manifestants à Tripoli ont pris d'assaut un entrepôt de médicaments et ont affirmé avoir trouvé «des centaines de médicaments qui ne sont pas disponibles dans les pharmacies.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com     

 


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.