Contre la grippe aviaire, un «nouveau mode d'emploi» pour les éleveurs de volailles             

Entre novembre et mai, la France a recensé près de 500 foyers d'influenza aviaire dans des élevages de volailles, principalement dans le Sud-Ouest réputé pour sa production de foie gras. (AFP).
Entre novembre et mai, la France a recensé près de 500 foyers d'influenza aviaire dans des élevages de volailles, principalement dans le Sud-Ouest réputé pour sa production de foie gras. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 09 juillet 2021

Contre la grippe aviaire, un «nouveau mode d'emploi» pour les éleveurs de volailles             

  • Comment éviter l'abattage de millions de volailles lors de la prochaine apparition d'un virus d'influenza aviaire?
  • La densité des élevages et le maintien en plein air d'un grand nombre de canards, malgré la consigne nationale de mise à l'abri, a favorisé la diffusion du virus, présent à l'origine parmi des oiseaux migrateurs

PARIS: Comment éviter l'abattage de millions de volailles lors de la prochaine apparition d'un virus d'influenza aviaire? Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté jeudi un "nouveau mode d'emploi" pour prévenir et gérer ce type de crise, qui menace de se répéter régulièrement.


Entre novembre et mai, la France a recensé près de 500 foyers d'influenza aviaire dans des élevages de volailles, principalement dans le Sud-Ouest réputé pour sa production de foie gras. Conséquence de l'emballement de la propagation du virus, la crise n'a pu être enrayée qu'au prix de l'abattage de plus de 3,5 millions de volailles, essentiellement des canards.


Selon un premier "retour d'expérience" des experts de l'agence sanitaire Anses, publié fin mai, la densité des élevages et le maintien en plein air d'un grand nombre de canards, malgré la consigne nationale de mise à l'abri, a favorisé la diffusion du virus, présent à l'origine parmi des oiseaux migrateurs.


Jeudi, le ministre et les professionnels ont acté de supprimer la dérogation permettant aux exploitations de moins de 3.200 palmipèdes de laisser les canards dehors, conformément à la recommandation de l'Anses.


En cas d'"évolution du niveau de risque influenza sur notre territoire (...) les animaux devront être mis à l'abri obligatoirement dans les exploitations", indique-t-on au ministère.


Mais cette mise à l'abri se fera selon "des contraintes différenciées en fonction de l'espèce, en fonction de la typologie des élevages et en fonction du mode d'élevage", afin de ne "jamais interdire quelque élevage que ce soit".


Doivent également être créées des "zones à risque de diffusion" qui présentent "une densité élevée de palmipèdes gras".


"Dans ces zones là, seront appliquées des diminutions de densité sur site en période à risque selon un accord interprofessionnel", explique-t-on au ministère.

Des filets pour les canards ? 

La nouvelle feuille de route prévoit également de rendre obligatoire la télédéclaration des données sur les élevages et les mouvements d'animaux, afin de disposer d'éléments en temps réel, "sinon on perd la bataille contre la maladie", qui s'apparente souvent à une "course contre la montre".


Autre principe, conditionner les indemnisations conséquentes à un abattage sanitaire au respect des mesures qui seront prescrites: "Il n'y aura pas d'aides pour les éleveurs qui n'auraient pas respecté toutes les règles qu'on est en train de mettre en place", a-t-on assuré jeudi au ministère. 


"La profession a entre les mains un bon outil pour éviter une nouvelle crise, tous les opérateurs doivent aujourd'hui s'en emparer", affirment dans un communiqué le syndicat majoritaire FNSEA, ses sections spécialisées volailles et les Jeunes agriculteurs. 


Ils regrettent toutefois qu'il soit prévu de laisser "la possibilité de mettre à l'abri les palmipèdes sous des filets quand l'élevage est autarcique ou en circuit court et compte moins de 1.500 animaux". Ces organisations demandaient "de généraliser les constructions en dur, bien plus protectrices". 


De leur côté, le Modef et la Confédération paysanne, attachés à l'élevage de plein air, ont signé la feuille de route en émettant des "réserves".


Ils demandent notamment des "mesures fortes et contraignantes" pour réduire la densité et les transports de canards, fréquents dans les filières industrielles. C'est, selon eux, "la seule condition pour que l'aviculture française ne revive plus ces crises".


France: Reprise d'un incendie dans le Sud-Ouest, 6.200 hectares brûlés et des milliers d'évacués

Un avion de lutte contre les incendies pulvérise un produit ignifuge sur des arbres lors d'un incendie de forêt près de Belin-Beliet (Photo, AFP).
Un avion de lutte contre les incendies pulvérise un produit ignifuge sur des arbres lors d'un incendie de forêt près de Belin-Beliet (Photo, AFP).
Short Url
  • La France est actuellement touchée par un nouvel épisode de canicule aggravant chaque jour une sécheresse historique
  • La dynamique du feu, très mobile, a nécessité l'évacuation depuis mardi soir de 10000 personnes dont 2000 dans les Landes

LANDIRAS: Un mois après le début d'un gigantesque incendie dans le sud-ouest de la France, le feu a repris avec vigueur et avait déjà dévoré mercredi 6.200 hectares de forêt, provoquant l'évacuation de 10.000 personnes.

La France est actuellement touchée par un nouvel épisode de canicule aggravant chaque jour une sécheresse historique. Il fait néanmoins globalement moins chaud que durant la canicule de mi-juillet, quand nombre de records avaient été battus avec des thermomètres dépassant 40°Celsius dans plusieurs régions.

En 24 heures, à un rythme galopant, le feu, qui s'est déclaré mardi après-midi à Saint-Magne, dans le département de la Gironde, a consumé 6.200 hectares de forêts sur ce secteur ainsi qu'à Hostens et Belin-Béliet, non loin du département voisin des Landes également rattrapé par les flammes.

La Première ministre Elisabeth Borne doit se rendre en Gironde jeudi avec le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

En déplacement dans le département de l'Aveyron (sud), sur un autre front d'incendies, M. Darmanin a fait part mercredi "de grandes suspicions que le feu qui a repris soit le fait d'incendiaires".

"Ce matin, il y a eu huit feux, entre 08H00 et 09H00, qui ont démarré à quelques centaines de mètres d'intervalle, alors que c'est tout à fait inhabituel", a précisé le ministre, rappelant que "neuf feux sur dix sont d'origine (humaine) criminelle ou involontaire".

Face à la reprise "violente" de ces feux, le ministre a annoncé le renforcement des moyens qui comprennent désormais "plus de 1.000 sapeurs-pompiers, 9 avions et de deux hélicoptères bombardiers d’eau".

Ras-le-bol

De son côté, la gendarmerie a annoncé renforcer "la lutte contre les incendiaires". Pour la seule journée de mardi, "il y a eu 40 départs de feu en Gironde", dont une partie sont d'"origine criminelle", a indiqué Martin Guespereau, le préfet délégué pour la défense et la sécurité dans ce département.

Les épaisses fumées ont obscurci le ciel jusqu'à nuire à la visibilité de l'autoroute A63 qui relie Bordeaux à Bayonne, à la frontière avec l'Espagne, poussant les autorités à la couper localement dans les deux sens.

la dynamique du feu, très mobile, a nécessité l'évacuation depuis mardi soir de 10.000 personnes dont 2.000 dans les Landes.

"La population est inquiète mais disciplinée. Il y a toutefois un ras-le-bol, trop c'est trop", confie Vincent Ichard, maire de Moustey (Landes), dont 250 des 680 habitants ont été évacués. "Etre encerclé par les flammes, on n'avait jamais vu ça, ça nous dépasse".

Le préfet délégué de la Gironde a également évoqué "des situations très difficiles pour des personnes" déja évacuées en juillet "qui retrouvent cette situation angoissante".

Feu tapi dans la tourbe

Le feu de Landiras, qui avait ravagé en juillet quelque 14.000 hectares de forêt, sans faire de victime, n'avait "jamais été déclaré éteint" et était toujours sous étroite surveillance.

Mais selon la préfecture, il a repris mardi à la faveur d'une "météo extrêmement défavorable, par la canicule, par la sécheresse de l'air, par le record historique de la sécheresse de la végétation et par le fait que nous avons ici beaucoup de tourbe (dans le sol), ce qui fait que le feu de juillet ne s'était pas arrêté, (...) Il s'était enterré".

"Dans ce type de forêt qui n'est pas encore éclaircie", avec des "pins d'entre 5 à 10 ans, très nombreux et tous collés", "le feu va très vite et il a un très fort potentiel calorifique", a expliqué le lieutenant-colonel des pompiers Arnaud Mendousse.

Seize maisons ont jusqu'ici été détruites, selon les pompiers qui ont pu sauver "un certain nombre" d'autres habitations.

La Gironde avait été frappée mi-juillet par deux incendies "hors normes", celui de Landiras (40 km au sud de Bordeaux), et un second à la Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon, qui avaient dévoré 20.800 hectares de forêt, entraînant l'évacuation de plus de 36.000 personnes.


Pourquoi certains animaux marins se retrouvent coincés dans la Seine

Une photo prise le 9 août 2022 montre le béluga qui a remonté la Seine dans l'ouest de la France avant son opération de sauvetage à Notre-Dame-de-la-Garenne. (Photo, AFP)
Une photo prise le 9 août 2022 montre le béluga qui a remonté la Seine dans l'ouest de la France avant son opération de sauvetage à Notre-Dame-de-la-Garenne. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces histoires n’ont pas manqué d'émouvoir l’opinion publique, mais ce sont surtout les scientifiques qui se posent des questions
  • Le comportement de certains cétacés, comme le béluga, est encore mal compris par la communauté scientifique

PARIS: La tendance semble se transformer en une malheureuse habitude. De plus en plus d’animaux vivant dans les fonds marins se retrouvent coincés dans des cours d’eau, loin de leurs habitats naturels.

Le dernier exemple en date est celui d’un béluga, cétacé de quatre mètres de long, vivant habituellement dans des eaux froides, qui s’est retrouvé dans l'eau chaude et stagnante d'une écluse de la Seine, à environ 160 kilomètres de l'embouchure du fleuve dans la mer de la Manche.

Après une mobilisation sans précédent et une opération de sauvetage risqué, le béluga n’a pas pu tenir le coup. Il a dû être euthanasié ce mercredi.

Avant lui, en mai, un autre mammifère marin, un orque cette fois, fut retrouvé en difficulté dans la Seine entre Rouen et Le Havre. Affaibli, l’animal a été retrouvé mort le 30 mai. Des autopsies sur les dépouilles des deux animaux sont toujours en cours.

Ces histoires n’ont pas manqué d'émouvoir l’opinion publique, mais ce sont surtout les scientifiques qui se posent des questions. Pourquoi ces mammifères marins se retrouvent-ils coincés du jour au lendemain dans un cours d’eau?

Pollution sonore et chimique

Pour répondre à cette question, les autopsies sont déterminantes. Par ailleurs, le comportement de certains cétacés, comme le béluga, est encore mal compris par la communauté scientifique, notamment en ce qui concerne le fonctionnement des sociétés de ces mammifères marins.

Selon le média en ligne Le HuffPost, trois pistes sont pour l’instant privilégiées par les associations de protection du milieu marin. La première est que le béluga serait un jeune mâle dont le goût pour l’exploration l’aurait poussé à s’éloigner de son groupe. La deuxième évoque plutôt son état de santé dégradé (maladie, isolement social…) qui expliquerait son égarement. Enfin, la troisième hypothèse penche plutôt pour la pollution sonore due à un chantier à l’embouchure du Havre qui aurait désorienté l’animal.

Selon Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, qui exprime son inquiétude dans Le Journal du dimanche: «​​Les cétacés sont très sensibles au bruit et l’estuaire du Havre est une zone où le trafic maritime est très intense, ce qui a toujours été le cas. Récemment, le nouvel élément qui pourrait être en partie en cause est le chantier d’éoliennes au large de Courseulles-sur-Mer (...). »

Interrogé par Le HuffPost, Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l’association Bloom qui œuvre pour la conservation marine, abonde dans le même sens: «Leurs sonars peuvent être perturbés par les transports maritimes et les bateaux militaires qui utilisent aussi des sonars. On a régulièrement des cas dans le monde de cétacés qui échouent, qui se perdent ou qui deviennent sourds à cause des sonars liés aux activités humaines», explique-t-il. Ces mammifères marins possèdent en effet des systèmes acoustiques et des sonars internes très sensibles pour se repérer dans leur environnement.

Interrogé par Le HuffPost, Jean-Luc Jung, enseignant chercheur au Muséum national d’histoire naturelle, souligne: «Les pollutions sonores et chimiques, les modifications des habitats, le trafic maritime et les collisions sont autant d’exemples de ces impacts.»

 


Un migrant se noie dans un canal dans le nord de la France

Sur le littoral du nord de la France, majoritairement à Calais et Loon-Plage, près de Dunkerque, des centaines de migrants, Érythréens, Soudanais, Irakiens ou encore Iraniens, vivent dans des campements précaires. (Photo, AFP)
Sur le littoral du nord de la France, majoritairement à Calais et Loon-Plage, près de Dunkerque, des centaines de migrants, Érythréens, Soudanais, Irakiens ou encore Iraniens, vivent dans des campements précaires. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon l'association Utopia 56 à Grande-Synthe, il s'agit d'un Sud-Soudanais âgé de 22 ans
  • La préfecture du Nord a confirmé le décès d'un migrant « dû à une chute accidentelle»

LILLE: Un migrant s'est noyé mardi dans un canal près du vaste campement d'exilés de Loon-Plage (Nord), a-t-on appris mercredi auprès d'une association et de la préfecture.

Cet homme "se rendait dans le canal pour se laver, d'après d'autres exilés, qui ont appelé les secours. Mais les secours n'ont rien pu faire", a rapporté à l'AFP Anna Richel, coordinatrice de l'association Utopia 56 à Grande-Synthe.

Selon elle, il s'agit d'un Sud-Soudanais âgé de 22 ans.

La préfecture du Nord a confirmé le décès d'un migrant "dû à une chute accidentelle".

Dans le campement situé à proximité de ce canal, où vivent actuellement 300 à 400 personnes d'après l'association, "les conditions sont terribles, il y a un manque d'eau cruel, énormément de gens souffrent de la chaleur, de la poussière", dénonce Anna Richel.

L'association Roots fournit de l'eau chaque jour dans des cuves mais "il n'y a pas de point d'eau courante" dans ce campement, pointe-t-elle. "Ces conditions de non-accueil font que les gens continuent à prendre des risque pour partir" vers l'Angleterre.

Sur le littoral du nord de la France, majoritairement à Calais et Loon-Plage, près de Dunkerque, des centaines de migrants, Érythréens, Soudanais, Irakiens ou encore Iraniens, vivent dans des campements précaires, régulièrement expulsés, dans l'espoir de gagner l'Angleterre.