En poursuivant leurs attaques anti-US, des milices irakiennes défient leurs maîtres iraniens

Les milices chiites en Irak font preuve d'un certain mépris envers leur protecteur, l'Iran, en multipliant les attaques à la roquette et aux drones contre la présence américaine dans le pays. Le régime iranien compte désormais sur le Hezbollah libanais pour le soutenir et il est possible que le nouveau président iranien joue un rôle en faisant de même. (Photo, AP/Khalid Mohammed)
Les milices chiites en Irak font preuve d'un certain mépris envers leur protecteur, l'Iran, en multipliant les attaques à la roquette et aux drones contre la présence américaine dans le pays. Le régime iranien compte désormais sur le Hezbollah libanais pour le soutenir et il est possible que le nouveau président iranien joue un rôle en faisant de même. (Photo, AP/Khalid Mohammed)
Les milices chiites en Irak font preuve d'un certain mépris envers leur protecteur, l'Iran, en multipliant les attaques à la roquette et aux drones contre la présence américaine dans le pays. Le régime iranien compte désormais sur le Hezbollah libanais pour le soutenir et il est possible que le nouveau président iranien joue un rôle en faisant de même. (Photo, AP/Khalid Mohammed)
Les milices chiites en Irak font preuve d'un certain mépris envers leur protecteur, l'Iran, en multipliant les attaques à la roquette et aux drones contre la présence américaine dans le pays. Le régime iranien compte désormais sur le Hezbollah libanais pour le soutenir et il est possible que le nouveau président iranien joue un rôle en faisant de même. (Photo, AP/Khalid Mohammed)
Short Url
Publié le Samedi 10 juillet 2021

En poursuivant leurs attaques anti-US, des milices irakiennes défient leurs maîtres iraniens

  • Le commandant de la Force Al-Qods a demandé le mois dernier aux chefs des milices irakiennes de rester calmes en attendant la fin des pourparlers de Vienne
  • Un commandant de milice a juré qu'il ne pouvait pas rester calme tant que la mort de Soleimani et d'Abou Mahdi Al-Mouhandis n'est pas vengée

BAGDAD : Le commandant de la Force expéditionnaire iranienne Al-Qods a apporté une directive principale aux chefs de faction des milices irakiennes longtemps redevable à Téhéran, lorsqu'il s'est réuni avec eux à Bagdad le mois dernier : garder le calme, jusqu'à la fin des pourparlers nucléaires entre l'Iran et les États-Unis.

Mais il a été accueilli avec défiance. L'un des six chefs de faction s'est exprimé lors de leur réunion : ils ne peuvent pas rester calmes tant que la mort de son prédécesseur Qassem Soleimani et du commandant de la milice irakienne Abou Mahdi Al-Mouhandis lors d'une frappe de drones américains n'était pas vengée.                                                    

Les attaques de ces milices n'ont fait qu'augmenter contre les États-Unis dans des bases militaires en Irak et en Syrie. Trois attaques de missiles au cours de la semaine dernière ont fait des dégâts mineurs, attisant les craintes d'une escalade.

Les détails de la visite d'Esmail Ghaani, confirmés à l'Associated Press par trois responsables politiques chiites et deux hauts responsables de la milice, montrent comment les milices irakiennes pro-iraniennes revendiquent une certaine indépendance, bafouant parfois même les ordres de Téhéran. Le régime iranien compte désormais sur le Hezbollah libanais pour le soutenir et il est possible que le nouveau président iranien joue un rôle en faisant de même.

Les responsables ont parlé sous couvert d'anonymat pour discuter des réunions privées.

L'influence de l'Iran, soutenue par des liens idéologiques et un soutien militaire, s'est mise à rude épreuve à cause du meurtre de Soleimani et d'Al-Mouhandis l'année dernière par les Américains, à cause des intérêts divergents et des tensions financières à Téhéran. Avec la reprise des pourparlers nucléaires après l'investiture du président américain Joe Biden cette année, ces différences sont devenues évidentes.

«L’Iran n’est plus comme avant, lorsque Téhéran avait un contrôle absolu sur les commandants des milices», a révélé un leader politique chiite.

L’intensification des attaques de roquettes et de drones ciblant les troupes américaines en Irak et en Syrie a alarmé les responsables occidentaux et ceux de la coalition. Il y a eu au moins huit attaques de drones visant la présence américaine depuis que Biden a pris ses fonctions en janvier, ainsi que 17 attaques à la roquette, selon des responsables de la coalition.

Les attaques sont imputées aux milices soutenues par l'Iran qui constituent la majeure partie des Forces de mobilisation populaire irakiennes appuyer par l'État irakien. L'administration Biden a riposté en ciblant à deux reprises des milices irakiennes opérant à l'intérieur de la Syrie, notamment près de la frontière irakienne.

«Ce qui se passe maintenant, c'est que lorsque Ghaani exige le calme, les chefs de brigade sont d'accord avec lui. Mais dès qu'il quitte la réunion, ils ignorent ses suggestions», a indiqué un autre responsable politique chiite.

La voix la plus forte des milices rebelles a été Qais Al-Khazali, chef de la faction Asaeb Ahl Al-Haq, qui maintient également un parti politique. Le 17 juin, quelques jours seulement après les réunions de Ghaani avec les milices, Al-Khazali a déclaré dans une allocution télévisée que les milices continueraient de cibler «l'occupant» américain et qu'elles ne prendraient pas en considération les pourparlers nucléaires.

«Et que cette décision est purement irakienne», a-t-il ajouté.

La coalition a officiellement mis fin aux opérations de combat et réduit considérablement les effectifs de ses troupes au cours de la dernière année. Seuls 2 500 soldats américains restent en Irak et des discussions sont en cours avec l'OTAN pour transférer cette opération à une mission consultative. L'Irak a encore besoin du soutien de la coalition pour la surveillance, la collecte de renseignements et les frappes aériennes contre les cibles de Daech.

Certains analystes soutiennent que les attaques en cours profitent à l'Iran en maintenant la pression sur les États-Unis.

Lors de discussions avec des responsables politiques chiites durant sa visite, Ghaani a affirmé que l'Iran n'interférait pas dans leur travail politique, mais que les questions militaires étaient différentes. «Celles-ci doivent être approuvés par les Gardiens de la révolution», a clarifié un responsable politique.

Pourtant, Ghaani n'a pas blâmé les groupes de milices lors de la réunion. Au lieu de cela, il leur a dit qu'il comprenait leurs préoccupations.

L'Iran a eu du mal à combler le vide laissé par l’absence de Soleimani et d'Al-Mouhandis, qui avaient le contrôle sur des personnalités capables de mettre les factions en rang et de résoudre les différends entre elles.

«Ghaani a un style et des capacités différents», a expliqué Michael Knights, membre du Washington Institute. Il a un caractère plus souple, établissant de grandes lignes rouges sur certaines questions, tandis que «d'autres choses sont "ne rien demander, ne rien dire" », a-t-il soutenu.

En plus de demander moins, l'Iran à court d'argent a également donné moins. L'aide aux groupes a été considérablement réduite depuis que les sanctions américaines ont commencé à paralyser l'économie iranienne l'année dernière.

Les divisions entre les factions se sont intensifiées, avec une concurrence croissante entre les milices et les politiciens chiites.

Ghaani est venu rencontrer les chefs de milice pour apaiser les tensions qui avaient été déclenchées des semaines plus tôt lorsque les autorités irakiennes ont arrêté un commandant paramilitaire, Qassem Mousleh, provoquant une impasse entre les combattants des forces de mobilisation populaire (PMF)  et les forces de sécurité de l’État Irakien. Ghaani a apporté une lettre du guide suprême iranien, Ali Khamenei, critiquant les forces de mobilisation populaire (PMF) pour leur réaction, affirmant que cela ne fait qu’affaiblir leur position.     

Pour faire pression sur les factions, l'Iran en est venu à s'appuyer sur le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah au Liban, une figure que les milices respectent énormément. Presque chaque semaine, divers chefs de faction tiennent des réunions face à face avec lui au Liban, ont témoigné des leaders politiques chiites.

Élu en juin, le président iranien Ebrahim Raïssi, pourrait également être une figure fédératrice pour les milices, qui le tiennent en haute estime, ont déclaré des responsables politiques et miliciens. Lorsque Raïssi s'est rendu à Bagdad en février, il a rencontré les commandants des PMF et leur a dit, dans un arabe courant : «Notre chair est votre chair, et notre sang est votre sang. Ghaani communique avec les commandants des factions par l'intermédiaire d'un interprète.

«La résistance gagnera en puissance et connaîtra son meilleur grâce à la victoire électorale de Raïssi», a déclaré Abou Alaa Al-Walae, commandant des Kataeb Sayyed Al-Shouhada’, dans une récente interview.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les États-Unis ciblent un réseau commercial pétrolier et de pétrochimique iranien

Une image montrant une installation pétrolière sur l’île de Khark, sur la côte du Golfe (Photo, STR/AFP).
Une image montrant une installation pétrolière sur l’île de Khark, sur la côte du Golfe (Photo, STR/AFP).
Short Url
  • Le département du Trésor américain a déclaré que le réseau utilisait un ensemble de sociétés écrans basées dans le Golfe
  • Le département d’État américain a annoncé qu’il imposait des sanctions parallèles à 15 personnes et entreprises

WASHINGTON: Le département du Trésor américain a indiqué mercredi qu’il a sanctionné un groupe d’entreprises écrans et d’individus liés à la vente et à l’expédition de produits pétroliers et pétrochimiques iraniens vers l’Asie de l’Est.

Le Bureau du contrôle des actifs étrangers du Trésor a imposé des sanctions à plusieurs entreprises, dont Jam Petrochemical Co., basée en Iran, qui a exporté des produits d’une valeur de centaines de millions de dollars vers des pays d’Asie, notamment la Chine.

L’administration utilise un décret datant d’août 2018, signé par le président de l’époque Donald Trump, comme autorité pour imposer les sanctions.

Ce décret porte sur «les menaces posées par l’Iran, y compris la prolifération et le développement par l’Iran de missiles et d’autres capacités d’armes asymétriques et conventionnelles, son réseau et sa campagne d’agression régionale», et d’autres questions.

Brian E. Nelson, le sous-secrétaire du Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier, a annoncé dans une déclaration que «si les États-Unis sont déterminés à parvenir à un accord avec l’Iran qui vise un retour mutuel au respect du Plan d’action global conjoint, nous continuerons à utiliser toutes nos autorités pour appliquer les sanctions sur la vente de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens».

Washington avait auparavant imposé des sanctions aux producteurs iraniens de produits pétrochimiques à la mi-juin, ainsi qu’aux courtiers chinois et indiens, accentuant la pression dans un contexte d’impasse dans les négociations sur le rétablissement d’un accord de 2015 visant à limiter le programme nucléaire de l’Iran.

L’Iran soigne une économie malmenée, sa monnaie ayant atteint sa valeur la plus faible jamais enregistrée, après que les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire en 2018.

L’administration du président, Joe Biden, travaille afin de renouveler l’accord, qui imposait des restrictions au programme nucléaire iranien en échange de milliards de dollars en allègement des sanctions, que l’Iran assure n’avoir jamais reçus.

En juin, l’Iran a annoncé qu’il était prêt à entamer de nouveaux pourparlers indirects afin de surmonter les derniers obstacles à la relance de l’accord nucléaire de 2015, en lambeaux, dans un contexte de crise croissante concernant le programme atomique du pays.

Le Trésor a également désigné des ressortissants iraniens basés aux Émirats arabes unis, Morteza Rajabieslami et Mahdieh Sanchuli, pour qu’ils fassent l’objet de sanctions.

Mercredi également, le département d’État a imposé des sanctions à cinq entités et 15 personnes situées en Iran, au Vietnam, à Singapour, à Hong Kong et aux Émirats arabes unis.

«Les États-Unis ont été sincères et inébranlables dans la poursuite d’une voie diplomatique significative pour parvenir à un retour mutuel à la mise en œuvre complète du Plan d’action global conjoint», a déclaré le secrétaire d’État, Antony Blinken, dans un communiqué.

«C’est l’Iran qui, jusqu’à présent, n’a pas fait preuve d’un engagement similaire sur cette voie.»

«En l’absence d’un engagement de l’Iran à revenir au JCPOA, un résultat que nous recherchons toujours, nous continuerons à utiliser nos autorités pour cibler les exportations de produits énergétiques de l’Iran», a-t-il ajouté.

L’annonce de mercredi a été faite avant la visite très anticipée du président, Joe Biden, en Israël et en Arabie saoudite la semaine prochaine, au cours de laquelle les efforts visant à contenir la menace nucléaire de l’Iran seront en tête de l’ordre du jour.

(Avec AP et AFP)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des diplomates étrangers arrêtés en Iran pour espionnage

Le drapeau iranien devant le bâtiment du ministère iranien des Affaires étrangères à Téhéran (Photo, Reuters).
Le drapeau iranien devant le bâtiment du ministère iranien des Affaires étrangères à Téhéran (Photo, Reuters).
Short Url
  • Selon l’agence Fars, les personnes arrêtées ont notamment prélevé des échantillons de roche dans le désert à des fins d’espionnage
  • Une vidéo de la télévision montre des images d'un homme, présenté comme Giles Whitaker, en train de parler dans une pièce

TEHERAN: Les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ont arrêté des diplomates étrangers accusés "d'espionnage", ont indiqué mercredi l'agence de presse iranienne Fars et la télévision d'Etat.

"Le service de renseignement des Gardiens de la Révolution a identifié et arrêté des diplomates d'ambassades étrangères qui espionnaient en Iran", a indiqué l'agence Fars.

L'agence a précisé que l'un d'eux, un Britannique, avait été ensuite "expulsé du pays après qu'il a présenté ses excuses".

Mais la télévision d'Etat a affirmé que le diplomate britannique, présenté comme Giles Whitaker, avait été expulsé de "la zone" où les diplomates ont été interpellés dans le centre de l'Iran.

On ignorait dans l'immédiat la nationalité des autres diplomates interpellés, leur nombre et la date de leur arrestation.

La télévision d'Etat a accusé le diplomate britannique de s'être "livré à des opérations de renseignement" dans les "zones où se déroulaient" des manoeuvres militaires avec des tests de missiles.

Une vidéo de la télévision montre des images d'un homme, présenté comme Giles Whitaker, en train de parler dans une pièce.

Selon la télévision, le diplomate britannique "fait partie des personnes qui se sont rendues dans le désert de Shahdad (...) en tant que touristes. Comme le montrent les images, cette personne prenait des photos (...) dans une zone interdite, où se déroulait au même moment un exercice militaire".

Giles Whitaker a pris ses fonctions d'adjoint à l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Téhéran en 2018.

Selon l’agence Fars, les personnes arrêtées ont notamment prélevé des échantillons de roche dans le désert à des fins "d’espionnage".


Taïz : Le gouvernement yéménite critique la nouvelle proposition «unilatérale» de l’ONU

Un manifestant lève une pancarte indiquant «fin du siège de Taïz», demandant la levée du blocus de la région imposé par la milice houthie du Yémen (Photo, AFP).
Un manifestant lève une pancarte indiquant «fin du siège de Taïz», demandant la levée du blocus de la région imposé par la milice houthie du Yémen (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement yéménite a déclaré ne pas avoir été consulté au préalable sur la proposition
  • Grundberg s’est engagé de manière intensive auprès des deux parties pour faire pression en faveur de la mise en œuvre complète des éléments de la trêve

AL-MUKALLA, Yémen: Hans Grundberg, l’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, a présenté une nouvelle proposition sur l’ouverture des routes dans la ville assiégée de Taïz, afin de tenter de sortir de l’impasse après que les Houthis ont rejeté sa première proposition.

Le gouvernement du Yémen a déclaré qu’il n’avait pas été consulté au préalable sur cette proposition qu’il considère comme «biaisée» en faveur des Houthis.

Dans sa première proposition, Grundberg suggérait l’ouverture d’une route principale et de plusieurs routes secondaires menant à Taïz, afin de sortir de l’impasse lors des discussions entre le gouvernement yéménite et les Houthis dans la capitale jordanienne d’Amman.

Abdel Karim Chaiban, chef de la délégation gouvernementale aux pourparlers d’Amman, a déclaré que la nouvelle proposition de l’envoyé a pris en compte les exigences des Houthis en suggérant l’ouverture de petites routes seulement. Ces voies étroites ne pourront pas soulager les souffrances des dizaines de milliers de personnes assiégés par les Houthis dans la ville.

«Il aurait dû s’asseoir avec nous avant d’annoncer la proposition qui a supprimé la demande d’ouverture de la route principale qui relie Taïz à Sanaa», a-t-il indiqué à Arab News par téléphone. «Nous sommes revenus au point de départ.»

Chaiban a déclaré que la délégation gouvernementale n’a pas été invitée à Amman pour discuter de la nouvelle proposition, critiquant l’envoyé spécial des Nations unies pour avoir abandonné sa première position et approuvé les demandes des Houthis.

En réponse aux critiques du gouvernement, le bureau de l’envoyé de l’ONU pour le Yémen a expliqué à Arab News que Grundberg s’est engagé de manière intensive avec les deux parties pour faire pression en faveur de la mise en œuvre complète des éléments de la trêve, y compris l’ouverture des routes à Taïz, précisant que les nouvelles propositions ou idées sur les questions connexes sont discutées avec les deux parties.

«Des projets de propositions et d’options pour ouvrir les routes à Taïz et dans d’autres gouvernorats ont été présentés et discutés avec les deux parties. L’ONU souligne la nécessité de faire preuve de la volonté politique de parvenir à un accord le plus rapidement possible afin de réaliser des progrès tangibles», a déclaré le bureau.

Dans le cadre de l’accord conclu sous l’égide de l’ONU et entré en vigueur le 2 avril, le gouvernement yéménite a autorisé la reprise des vols commerciaux à partir de l’aéroport de Sanaa tenu par les Houthis, a facilité l’arrivée de navires de ravitaillement dans le port maritime de Hodeidah, a mis fin aux hostilités sur tous les fronts et a permis aux voyageurs munis de passeports délivrés par les Houthis de voyager à bord des avions de la compagnie aérienne Yemenia Airways.

Alors que les Houthis ont cessé les combats, principalement leur offensive meurtrière sur la ville centrale de Marib, ils ont refusé de lever leur siège sur Taïz, condition principale de la trêve.

Dans une lettre adressée mardi à l’envoyé des Nations unies pour le Yémen, Chaiban a suggéré l’ouverture de cinq routes qui relient la ville à d’autres provinces, y compris deux voies qui figuraient dans la première proposition de Grundberg.

«Nous assurons que ces routes sont sûres, qu’elles répondent à la demande humanitaire et qu’elles sont pratiques pour la population», a-t-il annoncé.

L’envoyé des Nations unies pour le Yémen a déclaré que les délégués militaires du gouvernement yéménite et des Houthis qui se sont rencontrés à Amman cette semaine se sont à nouveau engagés à respecter la trêve en cessant les hostilités et les activités militaires pendant les célébrations de l’Eid. Les deux parties sont également convenues de travailler conjointement au respect de la trêve, à l’instauration de la confiance et à l’allègement des souffrances du peuple yéménite.

«Les parties sont convenues de poursuivre les discussions axées sur la prévention ou la réduction, dans la mesure du possible, des mouvements de personnel et d’équipements militaires, ainsi que sur les moyens d’exercer un contrôle opérationnel efficace afin de garantir que toutes les forces comprennent et respectent leurs responsabilités dans le cadre de la trêve», a déclaré Grundberg dans un communiqué.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com