Frankly Speaking: Riyad et Washington «travaillent en étroite collaboration sur plusieurs fronts»

Short Url
Publié le Jeudi 31 mars 2022

Frankly Speaking: Riyad et Washington «travaillent en étroite collaboration sur plusieurs fronts»

Fahad Nazer, porte-parole en chef de l'ambassade saoudienne à Washington.
  • Le porte-parole de l'ambassade d'Arabie saoudite à Washington, DC, souligne que les relations américano-saoudiennes continuent de se renforcer, de s'approfondir et de se développer
  • Dans Frankly Speaking, il expose le point de vue du Royaume sur de nombreux aspects de la politique américaine vis-à-vis du Moyen-Orient.

DUBAI: Les relations entre l'Arabie saoudite et les États-Unis sont solides et durables, malgré des divergences d'opinion sur certaines questions entre le Royaume et l'administration du président Biden, déclare à Arab News Fahad Nazer, le porte-parole en chef de l'ambassade saoudienne à Washington.

« Les relations entre l'Arabie saoudite et les États-Unis sont de longue date ; elles datent des 75 dernières années. Non seulement elles perdurent, mais elles continuent de s'approfondir, de se renforcer et de s'élargir sous les administrations républicaine et démocrate », dit-il.

Mais il avertit que le Royaume est préoccupé par certains aspects de la politique de l'administration Biden au Moyen-Orient, notamment par rapport à la question iranienne.

«Nous avons toujours eu des inquiétudes concernant les “clauses de suppression“ de l'accord qui le rendent en fait temporaire. Nous voulons quelque chose de plus permanent. Et nous avons également des inquiétudes concernant le programme de missiles en Iran, et peut-être plus important encore, nous avons toujours des inquiétudes quant au fait de ne pas agir face au soutien de l'Iran aux acteurs militants et non étatiques dans la région », souligne-t-il.

Nazer, qui est le porte-parole de l'ambassadeur la princesse Reema bent Bandar depuis 2019, était sur Frankly Speaking, la série d'entretiens vidéo avec les principaux décideurs politiques.

Dans une conversation de haut niveau, il a également exposé le point de vue du Royaume sur de nombreux aspects de la politique américaine dans la région, notamment le conflit au Yémen, le retrait récent de certains systèmes de défense aérienne Patriot d'Arabie saoudite et la possibilité de normaliser les relations avec Israël.

Nazer, un ancien journaliste d'Arab News aux États-Unis, évoque également la nécessité d'avoir des « canaux de communication ouverts » avec les médias américains, qui ont parfois critiqué l'Arabie saoudite.

Il a discuté de la relation « multidimensionnelle » entre les États-Unis et l'Arabie saoudite.

« Il y a une composante politique, militaire et sécuritaire, économique et aussi très importante – quelque peu sous-estimée – de personne à personne, ce qui explique pourquoi elle résiste à l'épreuve du temps depuis si longtemps », dit-il.

Par rapport au Yémen, Nazer déclare que les deux pays coopèrent aux efforts visant à mettre fin au conflit, malgré la décision précoce de l'administration Biden de retirer les milices Houthis de la liste du terrorisme international.

« L'Arabie saoudite et les États-Unis travaillent en fait très étroitement sur plusieurs fronts pour résoudre un certain nombre de conflits dans la région, et le conflit et la crise en cours au Yémen figurent certainement en tête de nos priorités.

« Je pense que nos politiques s'alignent dans une large mesure ; nous soutenons tous les deux les efforts de l'ONU pour résoudre ce conflit. Nous essayons tous les deux de faire avancer une résolution politique du conflit. Nous sommes également tous deux fournisseurs d'aide humanitaire. En fait, l'Arabie saoudite est le principal fournisseur d'aide humanitaire au Yémen », indique-t-il.

Le prince Khalid ben Salman, vice-ministre saoudien de la Défense, a rencontré de hauts responsables américains lors d'une récente visite à Washington. Selon Nazer, "il ressort très clairement de nos engagements avec l'administration et des déclarations, en particulier de l'envoyé au Yémen Tim Lenderking, que les États-Unis comprennent la menace que représentent les Houthis".

Il déclare que le récent retrait de certains systèmes de défense aérienne Patriot du Royaume ne signifie pas que les États-Unis « tournent le dos » à l'Arabie saoudite.

« La coopération sur le front sécuritaire et militaire reste un pilier de cette relation. Je pense que les États-Unis apprécient et comprennent la véritable menace à laquelle l'Arabie saoudite est confrontée à sa frontière sud par la milice houthie », déclare Nazer.

« Nous travaillons également en étroite collaboration pour contrer la menace à laquelle la communauté internationale et la région sont confrontées de la part d'acteurs non étatiques et de groupes terroristes comme Al-Qaïda et Daech.

Le Royaume et les États-Unis ont eu « un dialogue continu et sérieux » sur les négociations avec l'Iran concernant le renouvellement du Plan d'action global commun (JCPOA) en matière de politique nucléaire. « Nous avons fait connaître nos inquiétudes au sujet du JCPOA dès sa signature, même si nous l'avons finalement soutenu », précise-t-il.

« Nous soutiendrons tout ce qui garantit que l'Iran ne possède pas le savoir-faire ou la technologie pour produire des armes nucléaires. »

Il ajoute que l'Arabie saoudite entretient de bonnes relations avec les démocrates et les républicains au Congrès au sujet de l'Iran. « Il est devenu clair pour nous au cours des derniers mois que les dirigeants du Congrès comprennent les très graves problèmes de sécurité auxquels l'Arabie saoudite est confrontée en Iran », déclare-t-il.

La normalisation des relations entre davantage de pays arabes et Israël, à la suite des accords d'Abraham de l'année dernière, reste une possibilité, dit-il, mais dépendra des progrès de l’initiative de paix arabe de 2002— une solution à deux États et la reconnaissance des frontières de 1967.

« Cet accord est toujours sur la table. Nous pensons qu'une fois que ce différend fondamental sera résolu et la paix conclue entre Israéliens et Palestiniens, cela ouvrira certainement la voie non seulement à la paix avec l'Arabie saoudite mais avec le reste des membres de la Ligue arabe », signale Nazer.

Une récente visite de John Kerry, l'envoyé spécial des États-Unis sur le climat, a abouti à une déclaration conjointe des États-Unis et du Royaume sur la nécessité d'une coopération internationale pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris.

« L'Arabie saoudite est pleinement engagée dans le développement durable. Nous l'avons adopté. Nous prenons très au sérieux la menace qui pèse sur notre climat. Nous pensons également qu'exploiter le pouvoir de la science et de la technologie nous permettra de relever certains de ces défis, y compris ceux de notre climat », dit Nazer.

Il souligne que le Royaume a des "avantages compétitifs" dans des technologies comme l'énergie éolienne et solaire, ainsi que des programmes avancés pour développer la capture de carbone et d'autres techniques pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre.

Nazer met également en avant la coopération entre le Royaume et les États-Unis pour stabiliser les marchés internationaux de l'énergie après les fluctuations dramatiques du prix du pétrole depuis le début de la pandémie.

Ces dernières années, la politique étrangère saoudienne s'est efforcée de tendre la main à des pays autres que les alliés traditionnels de l'Occident, comme la Chine, la Russie et l'Inde. Cependant, Nazer pense que cela ne se fera pas au détriment des alliances plus anciennes. « Nous ne voyons pas notre politique étrangère à travers un prisme à somme nulle », dit-il.

Outre son travail politique à Washington, Nazer a participé à un programme de diplomatie publique en dehors de la capitale, rencontrant des chefs d'entreprise et des dirigeants municipaux à travers les États-Unis avec une série d'entretiens avec les médias à travers le pays.

« Nous avons toujours su évidemment que les États-Unis sont un grand pays et il est devenu très clair pour nous qu'il existe d'autres groupes en dehors de Washington qui sont très intéressés par les développements du Royaume », indique-t-il.

« Ils s'intéressent à la Vision 2030. Il s'agit d'institutions universitaires, de groupes de la société civile et certainement de la communauté des affaires. Nous avons mis un point d'honneur à nous engager avec toutes ces communautés, car il est clair que beaucoup d'entre elles souhaitent entretenir des relations de longue date. »

Mais la majorité de son temps il le passe à s’entretenir avec les médias américains, ce qui n'a pas toujours été chose facile pour le Royaume, en particulier sur les questions de droits de l'homme.

« Évidemment, la presse américaine est une très grande institution et – puisque votre émission s'appelle Frankly Speaking – je dirai, franchement, que certains médias sont peut-être plus équilibrés que d'autres. Mais nous sommes vraiment ouverts à discuter avec tout média qui s'intéresse à ce qui concerne l'Arabie saoudite », déclare Nazer.

Il a eu la chance d’être directement témoin du style diplomatique de la princesse Reema, la première femme ambassadrice du Royaume et fille du légendaire diplomate saoudien, le prince Bandar ben Sultan, qui a été ambassadeur à Washington pendant plus de deux décennies.

« Cela a certainement été un privilège et un honneur de travailler sous la direction de la princesse Reema. Elle entretient d'excellentes relations avec les responsables ici à Washington, mais comme vous l'avez dit, elle a également eu des entretiens avec toutes sortes d'Américains en dehors de la capitale au cours des deux dernières années.

« Je pense qu'elle aime les États-Unis et que cette relation la passionne », déclare Nazer, ajoutant: « Je pense que cela transparaît dans tous ses engagements. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Washington redit avoir bien examiné la balle ayant tué la journaliste Abu Akleh

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a tenté de déminer la polémique (Photo, AFP).
Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a tenté de déminer la polémique (Photo, AFP).
Short Url
  • Mme Abu Akleh avait «vraisemblablement» été tuée par un tir provenant d'une position israélienne
  • L'Autorité palestinienne a dans la foulée dénoncé lundi une tentative de «cacher la vérité»

WASHINGTON: Les États-Unis ont insisté mardi sur le fait que des experts de leur propre équipe d'investigation avaient bien examiné la balle ayant tué la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, la question de savoir qui a vraiment piloté cette analyse faisant controverse.

Washington a annoncé lundi que Mme Abu Akleh avait "vraisemblablement" été tuée par un tir provenant d'une position israélienne, en ajoutant ne pas avoir de raison de croire à une volonté délibérée de tuer la correspondante vedette d'Al-Jazeera alors qu'elle couvrait le 11 mai une opération militaire israélienne à Jénine, en Cisjordanie occupée.

Mais, au même moment lundi, l'État hébreu a affirmé qu'il avait lui-même mené un examen de la fameuse balle, que l'Autorité palestinienne s'était toujours refusée à confier aux Israéliens mais avait accepté de confier aux Américains.

L'Autorité palestinienne a dans la foulée dénoncé lundi une tentative de "cacher la vérité" sur la mort de la journaliste, dont la disparition brutale a secoué le Proche-Orient.

Mardi, le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a tenté de déminer la polémique en assurant que l'analyse du projectile avait été réalisée par deux membres chevronnés des services de l'US Security Coordinator (USSC), l'équipe américaine officiellement chargée d'organiser la coopération sécuritaire avec les Palestiniens.

"Les experts locaux, qu'ils soient israéliens ou palestiniens, n'ont pas réalisé l'examen par l'USSC de la balle", a dit M. Price, sans toutefois préciser l'identité ou la nationalité des deux experts mentionnés.

"L'USSC a eu la garde pleine et entière de la balle, du moment qu'elle lui a été confiée par l'Autorité palestinienne jusqu'au moment où l'USSC l'a rendue à l'Autorité palestinienne", a-t-il précisé.


Six morts dans l’explosion d’un dépôt d'armes au Yémen

Au moins six personnes ont été tuées et trente autres blessées mardi dans la province d'Abyan, au sud du Yémen (Capture d'écran).
Au moins six personnes ont été tuées et trente autres blessées mardi dans la province d'Abyan, au sud du Yémen (Capture d'écran).
Short Url
  • Des habitants désemparés recherchent leurs proches disparus
  • Al-Qaïda est présumée active dans cette région

AL-MUKALLA: Au moins six personnes ont été tuées et plus de trente personnes blessées mardi dans deux fortes explosions qui ont détruit un entrepôt d'armes dans la province d'Abyan, au sud du Yémen.

La première explosion s'est produite le matin à l'intérieur d'un marché populaire très fréquenté, près du dépôt d'armes de Lawder, une grande ville de la province. Alors que des dizaines de personnes fuyaient le site du désastre, une seconde détonation s’est produite dans le bâtiment de deux étages abritant le dépôt.

Les autorités n’ont pas été en mesure de donner un bilan précis du nombre de victimes face au flux de personnes mortes et blessées arrivant à l’hôpital de Lawder. Leurs proches, à la recherche de parents ou amis disparus ont assailli le lieu, le personnel soignant en profitant pour faire appel à des dons de sang.

Mal équipé et manquant de personnel, l’hôpital a été contraint de renvoyer les cas graves vers des centres de soins plus adaptés à Abyan et Aden.

Les autorités ont ouvert une enquête sur ces explosions. L’organisation Al-Qaïda est réputée active dans la région et de telles doubles explosions successives sont une tactique terroriste connue visant à augmenter le nombre de victimes.

Abyan est une province contestée entre le gouvernement internationalement reconnu et les séparatistes fidèles au Conseil de transition du Sud. Elle fut le site de combats acharnés en 2019 et 2020, qui ont coûté la vie à de nombreux soldats et combattants de la milice houthie.

La branche yéménite d'Al-Qaïda a profité de l'anarchie dans la province pour opérer un retour.

Des militants présumés de l’organisation détiennent toujours cinq employés de l'ONU qui avaient été enlevés en février lors d’une mission sur le terrain, à proximité de la ville d’Aden.

Les responsables locaux et les médiateurs tribaux n'ont pas réussi à obtenir la libération des otages auprès des ravisseurs. Ces derniers exigeaient un échange de prisonniers en plus d’une rançon de milliers de dollars.

Ailleurs au Yémen, les envoyés de l'UE ont demandé à la milice houthie de mettre en œuvre les éléments de la trêve négociée par l'ONU, principalement en levant le siège sur la ville de Taïz.

Les ambassadeurs de France et d'Allemagne, et l'envoyé spécial suédois au Yémen ont appelé Hussein al-Azi, un dirigeant houthi, pour lui demander d'accepter la proposition de l'ONU d'ouvrir les routes de Taïz. Al-Azi avait menacé de reprendre les opérations militaires dans l’importante province de Marib.

Les ambassadeurs ont demandé au dirigeant houthi de s'engager de manière constructive dans la proposition de l'envoyé de l'ONU au Yémen et de créer un «discours public positif».

Il est «grand temps de continuer à répondre aux attentes des Yéménites, qui veulent la paix et en ont besoin», a déclaré la mission de l'UE au Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Un tribunal gèle les comptes de M. Ghannouchi et de plusieurs opposants

Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste tunisien Ennahda (Photo, AFP).
Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste tunisien Ennahda (Photo, AFP).
Short Url
  • Il a été interpellé fin juin avant d'être remis en liberté quatre jours plus tard
  • Il doit comparaître devant un tribunal antiterroriste le 20 juillet

TUNIS: Un tribunal tunisien a gelé mardi les comptes bancaires de plusieurs des principaux opposants au président Kais Saied, dont celui de Rached Ghannouchi, chef du Parlement dissout et du parti islamo-conservateur Ennahdha.

Le Comité tunisien des analyses financières a publié un communiqué informant les banques qu'elles devaient "appliquer immédiatement la décision du juge d'instruction du pôle antiterroriste".

Parmi les personnes figurant sur cette liste figurent M. Ghannouchi, son fils Mouadh, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali et l'ancien ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem, qui sont tous des membres importants du parti Ennahdha.

Le communiqué n'a pas fait état des raisons pour lesquelles cet ordre avait été donné.

Un tribunal avait déjà imposé fin mai une interdiction de voyager à M. Ghannouchi dans le cadre d'une enquête pour entrave à la justice en lien avec les assassinats de deux opposants en 2013.

M. Jebali fait l'objet d'une enquête pour soupçons de "blanchiment d'argent" en lien avec des transferts de fonds depuis l'étranger à destination d'une œuvre de charité en Tunisie.

Il a été interpellé fin juin avant d'être remis en liberté quatre jours plus tard. Il doit comparaître devant un tribunal antiterroriste le 20 juillet.

La longue crise politique traversée par la Tunisie a pris un nouveau tour en juillet 2021, lorsque M. Saied s'est arrogé les pleins pouvoirs en limogeant le Premier ministre et en suspendant le Parlement, dominé par Ennahdha, faisant vaciller la jeune démocratie, berceau du Printemps arabe.

La semaine dernière, il a dévoilé un projet de nouvelle Constitution controversé face aux accusations de dérive autoritaire. Il doit être soumis à un référendum le 25 juillet.

Ce projet accorde de vastes pouvoirs au chef de l'État, marquant une rupture radicale avec le système plutôt parlementaire en place depuis 2014, source de conflits récurrents entre les branches exécutive et législative.