Cannes: des bijoux volés à une actrice dans un hôtel

L'actrice Jodie Turner-Smith sur le tapis rouge à Cannes. (AFP).
L'actrice Jodie Turner-Smith sur le tapis rouge à Cannes. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 12 juillet 2021

Cannes: des bijoux volés à une actrice dans un hôtel

  • « L'enquête est en cours», a précisé à l'AFP une source policière confirmant une information de Nice-Matin et de la revue spécialisée The Hollywood Reporter
  • La valeur des bijoux n'atteint pas les dizaines de milliers d'euros initialement évoqués par la presse et ne représente "pas une grosse somme" au regards des montants en jeu dans de précédents faits divers sur la Côte d'Azur

CANNES : Des bijoux ont été dérobés dans sa chambre d'hôtel à l'actrice d'Hollywood Jodie Turner-Smith, présente à Cannes à l'occasion du festival, a-t-on appris lundi auprès de la police judiciaire de Nice. 


"L'enquête est en cours", a précisé à l'AFP une source policière confirmant une information de Nice-Matin et de la revue spécialisée The Hollywood Reporter. Il n'était pas immédiatement clair si ces bijoux étaient les siens ou s'ils lui avaient été prêtés par une marque, pratique courante durant le Festival de Cannes.


Le vol a été commis "vendredi dans sa chambre d'hôtel, l'actrice et son entourage ont saisi la police dans la journée", a précisé cette source, tout en soulignant que la valeur des bijoux n'atteint pas les dizaines de milliers d'euros initialement évoqués par la presse et ne représente "pas une grosse somme" au regards des montants en jeu dans de précédents faits divers sur la Côte d'Azur. 


"Aucune piste n'est exclue, on ne peut rien dire pour l'instant", a-t-on ajouté de même source. Jodie Turner-Smith, découverte dans une série américaine aux accents fantastiques "True Blood", s'est fait remarquée à l'affiche du film de la réalisatrice américaine Melina Matsoukas "Queen & Slim" (2019), récit d'un contrôle de police qui tourne mal pour un couple noir dans l'Amérique moderne.


De nationalité britannique, l'actrice a grandi dans une famille d'origine jamaïcaine, d'abord en Grande-Bretagne puis aux Etats-Unis. Elle est l'invitée cette année à Cannes des débats consacrés à la place des femmes et des minorités dans le cinéma, Women in Motion.


L’École supérieure de journalisme Paris rend hommage à Shireen Abu Akleh

L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022. Photo fournie.
L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022. Photo fournie.
Short Url
  • L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022
  • «En tuant Shireen Abu Akleh, on a voulu supprimer la liberté d’expression, le droit à la parole», dénonce Noha Rashmawi, directrice générale de l’ESJ Paris et responsable de la section arabophone

PARIS: La direction de l’École supérieure de journalisme de Paris (ESJ), la doyenne des écoles de journalisme dans le monde, a décidé de rendre hommage à Shireen Abu Akleh, la journaliste palestino-américaine, correspondante de la chaîne Al-Jazeera, tuée par balles au cours d’un reportage à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 11 mai 2022.

Guillaume Jobin, président de l’ESJ, se dit révolté par cet acte qu’il qualifie d’«assassinat». «Je connaissais Shireen, je l’ai même rencontrée, elle devait intervenir dans notre école à la rentrée universitaire 2022. Je ne sais pas qui a décidé de la tuer. Mon avis personnel, et ce n’est pas celui de l’école que j’engage, c’est que Shireen Abu Akleh a été assassinée par des Israéliens. On ne sait pas qui, ce n’est pas forcément le gouvernement. Ce qui s’est passé est contre-productif, car cela a mis des millions de musulmans, de chrétiens ou des yézidis dans la rue. Shireen a été assassinée alors qu’elle travaillait pour Al-Jazeera, la seule chaîne arabe autorisée en Israël. Elle était appréciée par tous, des gens de la rue, des journalistes de gauche, de droite, y compris par les autorités palestiniennes», explique-t-il à Arab News en français. «Je le sais car je suis allé plusieurs fois en Palestine. Aucun Palestinien n’avait un intérêt à la tuer.»  

Le président de l’ESJ Paris est scandalisé par les insultes qu’il a entendues à la suite de ses prises de positions, publiques ou privées. «On m’a traité d’antisémite, on a dit que j’étais une personne qui ne connaît pas Israël, or ce n’est de cela dont il s’agit, puisque je me suis rendu plusieurs fois là-bas (…). Je sais que je vais encore me faire des ennemis, mais il faut le dire: hormis l’Algérie, quelle est la position des pays arabes sur le sujet, notamment ceux qui ont reconnu l’État d’Israël? Je ne nie pas l’existence d’Israël, c’est un fait, je ne dis que je suis pour ou contre, je dis juste que cela s’est fait sur le dos des Palestiniens qui restent enfermés dans une prison», regrette-t-il. «Notre école est connue, on ne fait pas de politique, on ne parle pas de religion, on a un seul engagement politique, c’est celui de la défense des droits des Palestiniens qui sont injustement traités par l’ensemble de la communauté internationale, à commencer par la France depuis 1948» (date de la création de l’État d’Israël), explique le président de l’ESJ Paris.

Hommage à la mémoire de Shireen Abu Akleh

«Nous avons décidé de réagir immédiatement sur les réseaux sociaux pour faire deux choses concrètes: créer une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un homme et à une femme du monde arabe, journaliste ou souhaitant le devenir, et donner le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022 de la section arabophone», nous révèle Guillaume Jobin.

«Nous honorons la mémoire de Shireen Abu Akleh car elle était palestinienne et journaliste de la première chaîne de télévision du monde arabe disposant du droit de travailler en Israël. Shireen Abu Akleh était aussi de nationalité américaine, nous révèle, de son côté, Noha Rashmawi, directrice générale de l’ESJ Paris et responsable de la section arabophone. «En assassinant Shireen Abu Akleh, ils ont voulu passer un message à l’ensemble du peuple palestinien, aux journalistes palestiniens et aux hommes libres du monde entier, celui de dire qu’ils ne peuvent pas être protégés (…). On a voulu supprimer la liberté d’expression, le droit à la parole. Shireen a été assassinée, son cercueil a été bafoué (…). Les soldats israéliens sont rentrés au sein de l’hôpital français, sous la protection du Vatican. Imaginez si un Palestinien avait osé entrer dans un hôpital israélien, protégé par le Vatican, qu’aurait fait le gouvernement français?», interroge-t-elle.  

«Je condamne la politique du gouvernement français sur ce sur terrain», poursuit-elle. «C’est une politique lâche et partisane (…). Nous demandons l’application du droit et des règles internationales qui ne sont pas respectés. Israël n’a jamais été sanctionné pour les crimes commis, comme celui de Mohammed al-Durah (le jeune adolescent âgé de 12 ans, tué dans les bras de son père en septembre 2000). C’est un fait qui a été rapporté par l’enquête du journaliste fanco-israëlien Charles Enderlin (ancien chef du bureau de France Télévision à Jérusalem pendant trente-quatre ans). Je parle en mon nom propre, Israël doit être condamné pour ce qu’il a fait et doit être jugé devant le tribunal international de la Haye», poursuit-elle en déplorant l’absence de réactions des gouvernements arabes.

«On ne peut pas se taire, laisser faire», conclut-elle en faisant le parallèle avec la situation en Ukraine. «Ce qui se passe en Ukraine est un crime et ce qui se passe en Palestine est aussi un crime, un crime qui dure depuis soixante-quinze ans. Ils (les Occidentaux) avaient été scandalisés par la mort de la journaliste américaine pendant les combats en Ukraine, Shireen Abou Akleh, elle aussi, était journaliste américano-palestinienne, assassinée alors qu’elle exerçait son métier. Je n’ai pas entendu un mot de l’Élysée à ce sujet», déplore Noha Rashmawi.

 


Législatives: Le NPA soutiendra des candidats Nupes

Philippe Poutou, membre du Conseil municipal et métropolitain de Bordeaux et candidat à la présidence, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à la salle Mermoz à Toulouse, dans le sud de la France, le 7 avril 2022 (Photo, AFP).
Philippe Poutou, membre du Conseil municipal et métropolitain de Bordeaux et candidat à la présidence, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à la salle Mermoz à Toulouse, dans le sud de la France, le 7 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le NPA ne présentera que 12 candidatures indépendantes
  • Ni Philippe Poutou, ni Olivier Besancenot ne sont investis pour ces législatives

PARIS: Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui n'a pas rejoint la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), va cependant "s'inscrire dans la campagne" et soutenir les candidatures de la Nupes "en rupture avec la politique libérale", a annoncé mardi l'ex-candidat à la présidentielle Philippe Poutou.

"Même si on n’est pas dans l'accord, on va s'inscrire dans cette campagne le mieux possible, partout où il y a des candidatures qui correspondent à ce que nous on pense être important aujourd’hui, (...), des candidatures qui ont ce profil de contestation du système capitaliste ou de contestation des idées libérales", a expliqué Philippe Poutou, lors d'une conférence de presse.

Le NPA ne présentera que 12 candidatures indépendantes dans "des circonscriptions gagnables" pour le parti, et où il semblait impensable à ses militants de soutenir certains candidats de la Nupes "loin d'avoir un profil antilibéral". 

C'est par exemple le cas dans la 4e circonscription de Lyon, où Hubert Julien-Laferrière "a été élu il y a cinq ans sous la bannière En Marche" et est "maintenant investi par la Nouvelle union populaire. Le fait d’imaginer faire campagne pour un libéral et qui plus est opportuniste, c'est assez insupportable pour les militants de terrain", a expliqué Mathilde Millat, suppléante de Raphaël Arnault, candidat NPA dans cette circonscription.

Ni Philippe Poutou, ni Olivier Besancenot ne sont investis pour ces législatives. 

"Notre politique, dans la majorité des circonscriptions où nous existons, c'est-à-dire dans 70 à 80 circonscriptions, c'est le soutien des candidats de la Nupes. Ca va du simple communiqué d'appel au vote, jusqu'à un investissement militant dans la campagne", comme dans la 20e circonscription de Paris au côté de la LFI Danielle Simonnet, a précisé Philippe Poutou. 

Le NPA, qui avait été approché par La France  insoumise pour intégrer la Nupes, avec le PS, EELV et le PCF pour les élections législatives de juin, avait finalement refusé de signer un accord "incluant le Parti socialiste".

Il avait aussi déploré le faible nombre de circonscriptions gagnables qui lui étaient réservées. "Il n’y avait pas de raisons qu’on soit là juste avec un logo, des colleurs d’affiches et des distributeurs de tracts et que derrière, au parlement, éventuellement, il y ait zéro élus du NPA", a insisté M. Poutou.  


Accusations de viols : la cour d'appel de Paris confirme le non-lieu en faveur de Luc Besson

Le réalisateur français Luc Besson pose sur le tapis rouge à son arrivée pour la première du film "Eva" présenté en compétition lors de la 68e Berlinale le 17 février 2018 à Berlin (Photo, AFP).
Le réalisateur français Luc Besson pose sur le tapis rouge à son arrivée pour la première du film "Eva" présenté en compétition lors de la 68e Berlinale le 17 février 2018 à Berlin (Photo, AFP).
Short Url
  • L'enquête préliminaire avait été classée sans suite en février 2019 par le parquet de Paris
  • La cour d'appel a suivi mardi les réquisitions du ministère public

PARIS: La cour d'appel de Paris a confirmé mardi l'ordonnance de non-lieu en faveur du producteur Luc Besson, accusé depuis mai 2018 de viols par l'actrice Sand Van Roy, qui s'est immédiatement pourvue en cassation.

"La cour a confirmé l’innocence de mon client. Une dizaine d'initiatives procédurales de Mme Van Roy se sont toutes conclues de la même manière. Luc Besson regrette ces quatre années perdues", a indiqué son avocat, Me Thierry Marembert, à l'issue du délibéré.

"Nous faisons un pourvoi en cassation immédiat", a répondu Me Antoine Gitton, avocat de Mme Sand Van Roy avec Me Francis Szpiner.

"C'était un sordide fait divers et ça devient une affaire d'Etat, qu'on va traiter comme telle. Je n'ai pas vu de justice, là, uniquement un simulacre de justice de petite vertu. Nous promettons de donner à cette petite justice une leçon de vertu", a-t-il lancé.

La chambre de l'instruction de Paris avait examiné le 19 avril le recours de l'actrice contre l'abandon des poursuites dont a bénéficié le 9 décembre l'influent cinéaste et producteur français. 

La cour d'appel a suivi mardi les réquisitions du ministère public, favorable à la confirmation du non-lieu.

L'actrice demandait également la récusation de la présidente de la chambre de l'instruction, sur laquelle il n'a pas été statué dans l'immédiat.

Le 18 mai 2018, l'actrice déposait une plainte pour viol, quelques heures après un rendez-vous dans un palace parisien dont les protagonistes ont donné deux versions: d'après Sand Van Roy, une pénétration anale digitale imposée puis un évanouissement, malgré ses injonctions à arrêter. Pour Luc Besson, un rapport vaginal consenti empreint de "douceur".

Deux mois plus tard, l'actrice déposait une plainte pour d'autres viols et agressions sexuelles commis entre 2016 et 2018, épisodes d'une "relation d'emprise professionnelle" sous menaces de "rétorsion sur sa carrière d'actrice" avec celui qui a créé la Cité du cinéma au nord de Paris.

L'enquête préliminaire avait été classée sans suite en février 2019 par le parquet de Paris. Une juge d'instruction avait ensuite été saisie du dossier en octobre 2019.

Deux ans plus tard, le 9 décembre dernier, une autre magistrate instructrice a rendu une ordonnance de non-lieu "en l'absence de tout élément matériel venant étayer les déclarations" de la plaignante de 34 ans.

Une vision rejetée par Sand Van Roy qui a porté plainte contre la juge pour "faux" et conteste avec ses avocats radicalement la teneur de l'information judiciaire, selon elle biaisée et incomplète.

Devant la justice, au moins trois femmes ont évoqué des faits allant de "bisous dans le cou" jusqu'à la "tentative de viol", contestés par M. Besson.

D'autres femmes avaient également témoigné auprès de Mediapart de gestes déplacés ou d'agressions sexuelles, souvent prescrits, de la part du réalisateur.