Ethiopie: nouvelle offensive rebelle au Tigré, des combats dans un camp de réfugiés

Membres de la milice Amhara, prenant part au conflit en Ethiopie (Photo, AFP).
Membres de la milice Amhara, prenant part au conflit en Ethiopie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 14 juillet 2021

Ethiopie: nouvelle offensive rebelle au Tigré, des combats dans un camp de réfugiés

  • Le conflit qui fait rage depuis plus de huit mois, marqué par des atrocités ainsi que par le spectre grandissant de la famine, a connu un tournant fin juin
  • Les rebelles ont repris le contrôle d'une grande partie du Tigré, dont la capitale régionale, Mekele, poussant le gouvernement à proclamer un cessez-le-feu

DEBARK: Les forces rebelles du Tigré menaient mardi une nouvelle offensive pour reconquérir le reste de cette région du nord de l'Ethiopie, pendant laquelle les combats ont touché un camp de réfugiés.

Le conflit qui fait rage depuis plus de huit mois, marqué par des atrocités ainsi que par le spectre grandissant de la famine, a connu un tournant fin juin lorsque les rebelles ont repris le contrôle d'une grande partie du Tigré, dont la capitale régionale, Mekele, poussant le gouvernement à proclamer un cessez-le-feu.

« Hier, nous avons lancé une offensive dans la région de Raya (sud du Tigré) et nous sommes parvenus à mettre en déroute les divisions des forces de défense fédérales et des forces amhara », a affirmé mardi, en référence aux troupes de la région qui borde le Sud du Tigré, Getachew Reda, un porte-parole des rebelles.

« Nous sommes parvenus à sécuriser la majorité du sud du Tigré », a-t-il déclaré, précisant que des combats se déroulaient aussi dans l'ouest.

Un porte-parole de l'armée fédérale n'était pas joignable dans l'immédiat, et il était impossible de vérifier les affirmations de Getachew, les réseaux de communication étant largement coupés dans la région.

Le Premier ministre Abiy Ahmed a lancé le 4 novembre une opération militaire pour chasser et désarmer les autorités locales dissidentes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Le gouvernement a proclamé la victoire après la prise le 28 novembre de Mekele par l'armée fédérale, épaulée par des troupes venues de l'Erythrée voisine et de la région Amhara. Mais les combats se sont poursuivis.

Territoires contestés

Fin juin, l'armée s'est retirée face à une avancée des troupes pro-TPLF, nommées Forces de défense du Tigré (TDF), qui ont repris Mekele le 28, ainsi que la majeure partie du Tigré les jours suivants.

Dans la foulée, Addis Abeba a proclamé un cessez-le-feu. Après avoir qualifié ce cessez-le-feu de « blague », les TDF en ont accepté le principe, mais sous conditions, dont celle du retour des forces amhara et érythréennes « à leurs territoires d'avant-guerre ».

Au début du conflit, les Amhara se sont emparés des territoires sud et ouest visés par l'offensive lancée lundi, qu'ils revendiquent de longue date. 

« Nous avons promis de libérer chaque centimètre carré du Tigré », a ajouté Getachew.

Mardi matin, des travailleurs humanitaires ont affirmé que des combats ont opposé les TDF à des soldats de l'armée éthiopienne et de l'Amhara dans le camp de réfugiés de Mai Aini, dans l'ouest de la région.

« Il y a eu des combats à l'intérieur du camp », a déclaré une de ces sources, citant des témoins et précisant que les affrontements ont éclaté vers 04H00 (01H00 GMT) et s'étaient calmés à la mi-journée.

Des résidents de Mai Aini et du camp voisin d'Adi Harush, qui abritent tous deux des Erythréens ayant fui le régime d'Asmara, ont commencé à fuir à pied, selon ces sources.

Deux leaders communautaires de Mai Aini, eux-mêmes réfugiés, ont affirmé que le camp était à la mi-journée sous contrôle des forces tigréennes, qui ont selon eux arrêté de jeunes hommes et pillé des stocks de nourriture. Cette information n'a pas pu être vérifiée. 

Le bureau éthiopien du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a appelé, « toutes les parties, dont les autorités tigréennes à Mekele, à s'assurer que les populations réfugiées de Mai Aini et Adi Harush soient protégées ». 

Le chef du HCR, Filippo Grandi, s'est inquiété dans un communiqué du sort des réfugiés érythréens en Ethiopie, touchés par « des représailles, des enlèvements, des arrestations et des violences » en raison de « leur appartenance présumée à l'un ou l'autre camp dans ce conflit sanglant ».

Deux camps accueillant des réfugiés érythréens, ceux de Shimaba et Hitsats, ont notamment été détruits en début d'année, forçant des dizaines de milliers de personnes à fuir.

« Jamais été pire »

Cette nouvelle offensive rebelle intervient deux jours après l'annonce des résultats des élections parlementaires, largement remportées par le parti au pouvoir. 

Lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, Abiy souhaitait obtenir l'onction populaire qui lui faisait défaut en cette période délicate où les violences ethniques et le conflit au Tigré ont terni son image réformatrice.

Selon l'ONU, plus de 400 000 personnes ont « franchi le seuil de la famine » au Tigré mais l'aide humanitaire peine à arriver. 

A Bruxelles, le chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE) Josep Borrell a appelé lundi ses membres à envisager des sanctions contre le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique, affirmant que la situation « n'a jamais été pire » au Tigré.

De leur côté, les Etats-Unis, alliés traditionnels de l'Ethiopie, ont à nouveau affirmé lundi que des « actes de nettoyage ethnique » avaient eu lieu au Tigré et appelé toutes les parties à protéger les civils. 

Mardi également, le Conseil des droits de l'Homme (CDH) de l'ONU a appelé les troupes érythréennes, soupçonnées d'atrocités, à se retirer rapidement et de manière « vérifiable » du Tigré, et à l'arrêt immédiat de toutes les exactions.


La rivalité entre grandes puissances alimente la course folle à l'armement dans le Pacifique

Le sous-marin d'attaque rapide de classe Virginia USS Illinois (SSN 786) est vu à la base commune Pearl Harbor-Hickam le 13 septembre 2021. (Photo de l'US Navy via AP)
Le sous-marin d'attaque rapide de classe Virginia USS Illinois (SSN 786) est vu à la base commune Pearl Harbor-Hickam le 13 septembre 2021. (Photo de l'US Navy via AP)
Short Url
  • « Il y a une petite frénésie à s'armer dans la région indo-pacifique », souligne John Delury, professeur à l'université Yonsei (Corée du Sud)
  • Cette activité exceptionnelle traduit une volonté de la région de dépenser sans compter pour se doter des dernières et meilleures technologies en matière d'armement, selon les experts

SYDNEY : Les tests de missiles et achats d'armes cette semaine dans la région Pacifique ont mis en lumière l'intensification de la course à l'armement dans cette partie du globe dans un contexte de tensions croissantes entre la Chine et les Etats-Unis.

"Il y a une petite frénésie à s'armer dans la région indo-pacifique", souligne John Delury, professeur à l'université Yonsei (Corée du Sud). "On a l'impression que tout le monde s'y met".

Cette semaine, en l'espace de 24 heures, la Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques embarqués, la Corée du Sud son premier missile balistique depuis un sous-marin et, de son côté, l'Australie annonçait l'achat de sous-marins américains à propulsion nucléaire et de missiles de croisière à la pointe de la technologie.

Cette activité exceptionnelle traduit une volonté de la région de dépenser sans compter pour se doter des dernières et meilleures technologies en matière d'armement, selon les experts.

L'an dernier, à elle seule, la région Asie-Pacifique a dépensé plus d'un demi-milliard de dollars américains en matière de défense, selon les données de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

"On voit vraiment une tendance à la hausse depuis 20 ans", a expliqué à l'AFP Lucie Beraud-Sudreau, de cet Institut. "L'Asie est vraiment la région où cette tendance est la plus perceptible".

Mme Beraud-Sudreau souligne la concordance entre une croissance économique rapide -- qui fait entrer plus d'argent dans les caisses du gouvernement -- et un changement dans la "perception des menaces" pesant dans la région.

Big brothers

A elle seule, la Chine représente environ la moitié de ce montant, avec un budget annuel consacré à la défense en constante hausse depuis 26 ans, qui a permis de faire de l'Armée populaire de libération (APL) une force militaire moderne.

Pékin consacre désormais un montant estimé à 252 milliards de dollars par an à sa défense -- soit un budget en hausse de 76% par depuis 2011 -- ce qui lui permet de projeter ses forces dans toute la région et rivaliser ainsi directement avec les Etats-Unis.  

Les dépenses en matière de défense de l'Australie, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et dans le reste de la région augmentent également à un rythme rapide.

Michael Shoebridge, ancien responsable des services de renseignement de la défense australienne, aujourd'hui membre de l'Institut australien de stratégie politique, estime que ces dépenses sont réalisées en réaction à la Chine.

"La compétition en matière militaire est entre la Chine et les autres pays partenaires qui veulent dissuader Pékin  de recourir à la force", selon lui.

"Cette réaction ne fait que s'amplifier, notamment depuis que Xi (Jinping) est président. Il entend clairement utiliser tout le pouvoir acquis par la Chine de manière assez coercitive et agressive".

Aujourd'hui, près de 20% des dépenses dans la région en matière de défense sont consacrées aux achats d'équipement, notamment de moyens maritimes et de dissuasion à longue portée destinés à persuader Pékin - ou tout autre adversaire - que le coût d'une attaque serait trop élevé.

Pour M. Shoebridge, la décision historique de l'Australie de faire l'acquisition d'au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire et de missiles de croisière Tomahawk illustre cette théorie de dissuasion: "Cela vise à accroître le coût d'un éventuel conflit militaire pour la Chine et permet de contrecarrer assez efficacement les moyens mis en place par l'APL".

Il estime également que les dépenses de la Corée du Sud "sont autant motivées par la Chine que par la Corée du Nord". "Il n'y a aucune explication à la décision (de Séoul de construire) un porte-avions par rapport à la Corée du Nord".

De même, "la modernisation militaire de l'Inde est clairement motivée par la puissance militaire croissante de la Chine", souligne M. Shoebridge. 

De son côté, la Chine - qui aime à qualifier sa relation avec les Etats-Unis de "rivalité entre grandes puissances" - les accuse d'alimenter la course aux armements.

Selon le Global Times, quotidien chinois au ton résolument nationaliste, Washington "polarise de manière hystérique son système d'alliance". 

Si la peur de la Chine est le moteur des dépenses de défense dans la région, les Etats-Unis semblent vouloir accélérer le processus, en aidant activement les alliés régionaux à se renforcer.

Alors que la Chine et le Japon "allaient de l'avant" avec leurs programmes de défense, M. Delury estime que Washington a "aidé et encouragé" les alliés à faire de même "sous prétexte de dissuader la Chine". 


Iran: Amnesty dénonce "l'impunité" face aux morts suspectes en prison

En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.( AP).
En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.( AP).
Short Url
  • Les autorités iraniennes "se sont abstenues d'établir les responsabilités dans au moins 72 cas de morts en détention depuis janvier 2010" malgré des informations indiquant qu'ils étaient dus au recours à la "torture ou autres mauvais traitements"
  • Le 24 août, le chef des prisons a reconnu qu'un "comportement inacceptable" s'était tenu dans une prison de Téhéran après la publication à l'étranger de vidéos prétendument obtenues par des pirates informatiques montrant des violences contre des détenus

NICOSIE: Amnesty International a dénoncé le "climat d'impunité" systémique en Iran face à la mort en détention d'au moins 70 personnes en dix ans malgré des informations indiquant que nombre de ces décès étaient liés à l'usage de la torture.


Les autorités iraniennes "se sont abstenues d'établir les responsabilités dans au moins 72 cas de morts en détention depuis janvier 2010" malgré des informations indiquant qu'ils étaient dus au recours à la "torture ou autres mauvais traitements, ou à l’usage illégal d’armes à feu et de gaz lacrymogène par des agents de l’Etat", a déclaré Amnesty dans un communiqué publié mercredi. 


Le dernier cas recensé concerne Yasser Mangouri. Sa mort a été annoncée à sa famille le 8 septembre par des agents du Renseignement dans le nord-ouest de l'Iran, a rapporté l’organisation. 


M. Mangouri est mort "dans des circonstances suspectes" qui illustrent "le climat général d’impunité qui incite les forces de sécurité à bafouer le droit à la vie des prisonniers sans craindre d’en subir les conséquences", a déclaré Heba Morayef, directrice à Amnesty.


Le 24 août, le chef des prisons a reconnu qu'un "comportement inacceptable" s'était tenu dans une prison de Téhéran après la publication à l'étranger de vidéos prétendument obtenues par des pirates informatiques montrant des violences contre des détenus.


D'après Amnesty, les vidéos ont "offert des preuves troublantes de coups, de harcèlement sexuel et d'autres mauvais traitements infligés aux prisonniers". 


Des "tortures physiques et autres mauvais traitements" ont causé la mort de 46 des 72 détenus, selon le communiqué. 


Quinze autres sont morts après l'usage, par des gardiens de prison, d'armes à feu et de gaz lacrymogène pour réprimer des mouvements de protestation liés à la santé pendant la pandémie de Covid-19, selon la même source.


Les onze derniers cas sont morts dans "des circonstances suspectes", a déclaré l'ONG en précisant ne pas disposer de plus d'informations. 


"Les autorités iraniennes expliquent généralement les morts en détention par des suicides, des overdoses ou des maladies (...) sans mener d'enquête indépendante et transparente", a-t-elle ajouté. 


En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.


L'Iran se défend souvent contre les accusations de l'ONU et des ONG sur le mauvais traitement des prisonniers. 

 


Plongée à l'intérieur de Pul-e-Charkhi, plus grande prison afghane désormais vide

Des membres des talibans montent la garde à l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021. BULENT KILIC / AFP
Des membres des talibans montent la garde à l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021. BULENT KILIC / AFP
Short Url
  • Elle fut l'un des endroits les plus honnis des talibans, où des milliers d'entre eux étaient détenus alors qu'ils combattaient le gouvernement afghan
  • La prison de Pul-e-Charkhi, dans l'Est de Kaboul, est désormais vide, les islamistes ayant ouvert ses portes quand ils ont pris la capitale

KABOUL : Elle fut l'un des endroits les plus honnis des talibans, où des milliers d'entre eux étaient détenus alors qu'ils combattaient le gouvernement afghan. La prison de Pul-e-Charkhi, dans l'Est de Kaboul, est désormais vide, les islamistes ayant ouvert ses portes quand ils ont pris la capitale.

Des uniformes de gardiens gisent au sol, abandonnés en pleine débandade des anciennes autorités. Dans les cellules, des vêtements, des chaussures, des radios, des casseroles... les prisonniers s'étant souvent éclipsés avec les seules affaires qu'ils portaient sur le dos.

prison
Un membre des talibans monte la garde à l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021.
BULENT KILIC / AFP

Des repas non terminés pourrissent sur place, recouverts de mouches. Des ordures sont éparpillées par terre et dans les cages d'escalier de la prison. L'odeur, ajoutée à celle des latrines fétides, écoeure.

Les talibans qui contrôlent désormais Pul-e-Charkhi affirment que les 11 blocs de l'aile principale abritaient chacun 1.500 détenus, au sein d'une prison construite à l'origine pour en accueillir 5.000. 

Nombre de fondamentalistes y étaient retenus prisonniers, entourés de voleurs, de criminels endurcis ou encore de combattants du groupe jihadiste Etat islamique.

prison
Un membre des talibans inspecte l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021.
BULENT KILIC / AFP

Le slogan du drapeau de l'EI est d'ailleurs peint en noir sur le mur d'une cellule. Dans une cage d'escalier, les mots "Etat islamique" sont gravés dans le plâtre.

Le nouveau régime afghan affirme que des recherches sont en cours pour retrouver les prisonniers de Daech (acronyme arabe de l'EI). Car les talibans et l'EI ne s'entendent guère. Leurs hommes ont durement combattu dans l'Est du pays.

Lieu d'horreur

La construction de Pul-e-Charkhi, la plus grande prison d'Afghanistan, a commencé dans les années 1970. L'endroit a été critiqué par des groupes de défense des droits de l'homme du fait des conditions de vie parfois exécrables des détenus.

Des dortoirs exigus abritaient 15 à 20 prisonniers, ont constaté des journalistes de l'AFP. Des foulards servaient de rideaux pour assurer un minimum d'intimité.

Aux murs, du papier peint représentant des couchers de soleil sous les tropiques, les trois couleurs rouge, vert et noir de l'ancien drapeau afghan - que les talibans ont remplacé par leur propre pavillon blanc où s'inscrit en noir la profession de foi musulmane.

La salle de prière, où des dizaines de tapis sont soigneusement repliés, est indubitablement l'endroit le mieux rangé de l'établissement, dont une autre pièce a été transformée en une petite madrassa (école coranique).

prison
La salle de prière, où des dizaines de tapis sont soigneusement repliés, est indubitablement l'endroit le mieux rangé de l'établissement, dont une autre pièce a été transformée en une petite madrassa (école coranique). BULENT KILIC / AFP

Près d'une entrée, un bureau est complètement brûlé - il ne reste que la structure en acier d'une couchette de gardien. La pièce a été incendiée pour détruire les papiers concernant les prisonniers, affirment les talibans présents. 

Un mur est criblé d'impacts de balles, là où, selon les gardes, d'anciens policiers gouvernementaux ont ouvert le feu à la veille de la prise du contrôle du pays par les talibans à la mi-août, tuant plusieurs prisonniers talibans, poursuivent les islamistes. Des accusations que l'AFP n'a pu vérifier.

Pul-e-Charkhi était "un lieu d'horreur", lance Mawlawi Abdulhaq Madani, un combattant taliban âgé de 33 ans, heureux que ses camarades aient tous quitté les lieux. 

A l'extérieur, des chats et des chiens errent sur la route qui entoure le vaste complexe circulaire, bordé d'un mur de quatre mètres de haut, surmonté de fils barbelés et ponctué de miradors... désormais inutiles.