Négociations sur la pêche: l'OMC voit le verre à moitié plein

La nouvelle cheffe du gendarme du commerce mondiale a fait de ce dossier une de ses priorités et souhaite un accord avant la grande Conférence ministérielle qui aura lieu pendant la semaine du 29 novembre à Genève. (Photo, AFP)
La nouvelle cheffe du gendarme du commerce mondiale a fait de ce dossier une de ses priorités et souhaite un accord avant la grande Conférence ministérielle qui aura lieu pendant la semaine du 29 novembre à Genève. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 16 juillet 2021

Négociations sur la pêche: l'OMC voit le verre à moitié plein

  • Diplomates, experts, société civile, tous s'accordent à dire que l'urgence est réelle: un tiers des stocks de poissons commerciaux étaient pêchés en 2017 à des niveaux biologiquement non viables
  • Les modalités du traitement des pays en développement constituent la principale pierre d'achoppement des discussions

GENEVE : La cheffe de l'Organisation mondiale du commerce a fait part de son optimisme après la réunion ministérielle sur les négociations sur la surpêche, même si d'importants désaccords persistent entre les pays, notamment sur le traitement des pays en développement.

"Ce qui fait qu'on se sent plus proches (d'un accord ndlr) c'est que depuis 20 ans on n'était même pas d'accord, et pour la première fois les ministres ont dit, négocions!", ligne par ligne, a déclaré la directrice générale de l'OMC Ngozi Okonjo-Iweala, au cours d'un point de presse, après une longue journée de discussion.

Si elle s'est montrée satisfaite de la "volonté politique" des pays d'aller de l'avant, qualifiant à ce propos la réunion de "succès", la Nigériane a reconnu qu'il y a encore de "nombreuses questions concernant le texte, des lacunes et des différences qui doivent être comblées".

Les négociations devraient entrer dans le vif du sujet à la rentrée.

Diplomates, experts, société civile, tous s'accordent à dire que l'urgence est réelle: un tiers des stocks de poissons commerciaux étaient pêchés en 2017 à des niveaux biologiquement non viables, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Les négociations visant à interdire les subventions favorisant la surpêche ont commencé il y a 20 ans, sans jamais aboutir à l'OMC, où les décisions sont prises par consensus. Les membres de l'OMC n'avaient ainsi pas réussi à conclure un accord fin 2020, date butoir fixée par l'ONU, en raison aussi de la crise sanitaire qui avait ralenti le rythme des discussions l'an dernier.

«Ravages dans les océans»

Mais la nouvelle cheffe du gendarme du commerce mondiale a fait de ce dossier une de ses priorités et souhaite un accord avant la grande Conférence ministérielle qui aura lieu pendant la semaine du 29 novembre à Genève.

"Les pratiques de pêche non durables continuent de faire des ravages dans nos océans, encouragées par le soutien financier des gouvernements que nous cherchons à réguler", a-t-elle averti jeudi.

Les discussions à l'OMC visent à interdire les subventions à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (dite INN), celles concernant les stocks surexploités et celles contribuant à la surcapacité et à la surpêche. Dans les deux derniers cas, le texte prévoit que les aides soient autorisées lorsqu'elles encouragent la reconstitution des stocks de poissons à des niveaux biologiquement durables. Une proposition qui hérissent certains pays défavorisés.

Les modalités du traitement des pays en développement constituent la principale pierre d'achoppement des discussions. Les pays développés jugent plutôt d'un bon oeil que les pays les plus pauvres puissent bénéficier de flexibilité, mais ils souhaitent que les pays en développement qui possèdent de véritables armadas de pêche, comme la Chine, ne jouissent d'aucun régime d'exception.

D'autant qu'à l'OMC, ce sont les pays qui s'autodéclarent "pays en développement".

«Importantes lacunes»

Interrogé à ce sujet, un porte-parole de l'OMC, Keith Rockwell, a indiqué en conférence de presse que la Chine avait affirmé durant la réunion "qu'elle s'acquittera de ses obligations à la mesure de son niveau de développement".

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a lui rejeté pendant la réunion l'idée d'une exemption générale accordée à tous les pays en développement, et plaidé en faveur d'une "liste" négociée de pays. Il a également indiqué que l'UE demande que toute "flexibilité" accordée à la pêche artisanale, dite de subsistance, ne soit pas accordée "au-delà des eaux territoriales ou des 12 miles marins".

La représentante américaine au Commerce (USTR), Katherine Tai, a également balayé l'idée que certains pays soient exemptés de façon "permanente" des règles d'un éventuel accord, comme le voudraient certains pays en développement.

Soulignant que le texte présente encore d'"importantes lacunes", elle a indiqué qu'il ne contient pas encore tous les éléments nécessaires pour aboutir à un accord "significatif", y compris la proposition américaine d'inclure le travail forcé sur les navires de pêche.

La portée de l'accord est également source de discorde: s'il semble y avoir un consensus pour exclure l'aquaculture et la pêche continentale du champ d'application, certains pays en développement demandent que les aides aux carburants, dont les exonérations fiscales, soient incluses. Ce que l'UE refuse.


Elon Musk et Twitter se renvoient la balle à trois semaines du procès

Le PDG de Tesla, Elon Musk (Photo, AP).
Le PDG de Tesla, Elon Musk (Photo, AP).
Short Url
  • Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre dans un tribunal spécialisé de l'État du Delaware et durer cinq jours
  • Les avocats de Twitter ont nié mardi abuser du secret professionnel pour ne pas divulguer certains documents

SAN FRANCISCO: Les avocats de Twitter et d'Elon Musk ont débattu mardi des éléments à fournir par chacune des parties, à trois semaines d'un procès sans précédent sur le projet de rachat du réseau à 44 milliards de dollars.

"Passons la rhétorique et entrons dans le vif du sujet", s'est exclamée la juge américaine Kathaleen McCormick, après plus de trois heures d'argumentation lors de l'audience préliminaire organisée via Zoom.

Les avocats de l'homme le plus riche au monde ont de nouveau réclamé l'accès à plus de données sur les comptes inauthentiques ou automatisés, au cœur des arguments avancés par leur client pour renoncer à acquérir la plateforme.

Ils estiment en revanche que Twitter leur demande trop d'informations sur leurs échanges avec Peiter Zatko, ancien chef de la sécurité du réseau social devenu lanceur d'alerte, qui a accusé cet été son ancienne entreprise d'avoir dissimulé des vulnérabilités informatiques et menti sur sa lutte contre les faux comptes.

Début juillet, le groupe basé à San Francisco a lancé des poursuites contre Elon Musk, pour le forcer à honorer le contrat d'acquisition signé fin avril.

Selon le conseil d'administration, la proportion de spams sur la plateforme est un prétexte mis en avant par l'homme d'affaires, qui aurait changé d'avis en voyant la valeur des sociétés chuter en Bourse ces derniers mois.

Les avocats de Twitter ont nié mardi abuser du secret professionnel pour ne pas divulguer certains documents.

Ils doivent interroger Elon Musk lors d'une déposition à huis clos qui a été reportée aux 6 et 7 octobre, selon plusieurs articles de presse.

Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre dans un tribunal spécialisé de l'État du Delaware (côte est des États-Unis), et durer cinq jours.

Le marché a longtemps donné l'avantage à Twitter, la loi du Delaware étant a priori favorable au respect des contrats. Et la présidente de la cour, Kathaleen McCormick, a accordé à l'entreprise un procès rapide, alors que le multimilliardaire voulait attendre l'année prochaine et demandait des quantités astronomiques de données.

Mais l'intervention surprise du lanceur d'alerte a ajouté une dimension à l'affaire, depuis que la juge a autorisé Elon Musk à inclure dans ses arguments les nouvelles accusations.

La bataille au tribunal pourrait déboucher sur "un accord, le paiement de frais pour rupture du contrat, l'obligation de racheter Twitter comme prévu et une myriade d'autres résultats", considère Dan Ives, de Wedbush Securities, dans une note mardi.

L'analyste continue aussi de croire "possible que les parties négocient en coulisse".


L'euro de nouveau proche de son plus bas depuis 20 ans face au dollar

Billets en dollars américains et en euros (Photo, AFP).
Billets en dollars américains et en euros (Photo, AFP).
Short Url
  • La monnaie unique cédait 0,13% face au «greenback», un des surnoms du dollar
  • «L'euro rencontre des difficultés supplémentaires avec cette situation sur le gaz naturel»

NEW YORK: L'euro reculait de nouveau mardi face au dollar, à un souffle de son record depuis 20 ans, déséquilibré par les inquiétudes liées au gazoduc Nord Stream, tandis que plusieurs autres devises atteignaient aussi des niveaux plus vus depuis des années face au billet vert.

La monnaie unique cédait 0,13% face au "greenback", un des surnoms du dollar, à 0,9596 dollar pour un euro, proche du plancher de 20 ans enregistré dans la nuit de dimanche à lundi, à 0,9554 dollar.

La devise commune à 19 pays européens n'aura profité que brièvement d'une timide tentative de rebond des marchés actions et obligataires, assez vite coupée dans son élan.

"L'euro rencontre des difficultés supplémentaires avec cette situation sur le gaz naturel", a expliqué Brad Bechtel, de Jefferies. "Personne ne sait ce qui se passe avec ces gazoducs."

Les deux gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2, actuellement hors service, qui assurent l'essentiel des approvisionnements de l'Europe en gaz russe ont été victimes de trois fuites importantes, précédées d'explosions.

La Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a affirmé mardi que ces incidents étaient liés à "des actes délibérés".

Ce dernier développement s'ajoute à la crise énergétique qui frappe déjà le continent et menace de freiner l'économie de la zone euro.

Face à cette situation, plusieurs pays européens, dont la France et l'Allemagne, ont annoncé ou préparent des mesures pour limiter les effets de la flambée des prix de l'énergie sur les consommateurs et les entreprises, moyennant l'alourdissement des dépenses publiques.

Pour Brad Bechtel, l'euro devrait "très probablement" poursuivre son repli face au dollar, et la zone euro risque "de tomber dans le même piège que le Royaume-Uni, à savoir faire des promesses budgétaires sans avoir les moyens de les financer".

Parmi les membres de la zone euro, l'Italie concentre les regards depuis le succès électoral, dimanche, de l'alliance formée autour de la cheffe du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, Girogia Meloni.

Cette dernière, pour peu qu'elle parvienne à former un gouvernement, entend renégocier le plan de soutien européen dont l'Italie a déjà reçu plusieurs tranches, mais qui prévoit encore une enveloppe de près de 200 milliards d'euros.

Mardi, le rendement des emprunts d'État italiens à 10 ans a poursuivi son escalade, à 4,77%, une première depuis neuf ans. L'écart entre ce taux et son équivalent pour l'Allemagne est au plus haut depuis près de deux mois.

Le tableau pourrait encore se noircir avec la publication, vendredi, de l'indice des prix en zone euro pour septembre, attendu proche de 10% sur un an, contre 9,1% en août.

L'euro n'est pas la seule devise en difficulté face au dollar. Si la livre est parvenue à rebondir après son record historique au plus bas de la nuit de dimanche à lundi, le zloty polonais et le forint hongrois sont descendus mardi à un niveau inédit face au dollar.


Maroc: la Banque centrale relève son taux directeur pour freiner l'inflation

Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
Short Url
  • Elle survient dans un contexte de poussée inflationniste alimentée par la flambée des prix des matières premières au niveau mondial
  • Sur l'ensemble de l'année 2022, l'institution monétaire table sur une inflation de 6,3% (contre 1,4% en 2021). Elle reviendrait à 2,4% en 2023

RABAT: La Banque centrale du Maroc (BAM) a relevé mardi son taux directeur de 50 points de base, à 2%, afin de juguler une "forte accélération de l’inflation", selon un communiqué de l'institution.

Cette hausse, attendue, a été décidée pour "assurer les conditions d’un retour rapide à des niveaux en ligne avec l’objectif de stabilité des prix", précise le communiqué de la banque centrale publié à l'issue de la réunion trimestrielle de son conseil.

Elle survient dans un contexte de poussée inflationniste alimentée par la flambée des prix des matières premières au niveau mondial.

Ainsi l'indice des prix à la consommation a progressé de 8% en août sur un an, "tiré essentiellement par le renchérissement des produits alimentaires et des carburants", selon la BAM.

"Aujourd'hui, les prix brûlent les caddies des consommateurs et leurs portefeuilles. L'inflation est cruelle pour les revenus modestes", a averti lundi le quotidien L'Economiste dans son éditorial, affirmant que "la sortie de crise sera difficile".

Sur l'ensemble de l'année 2022, l'institution monétaire table sur une inflation de 6,3% (contre 1,4% en 2021). Elle reviendrait à 2,4% en 2023.

La croissance de l'activité économique accusera quant à elle un "net ralentissement" à 0,8% en 2022 (+7,9% en 2021), poussé par "un recul de 14,7% de la valeur ajoutée agricole et une décélération du rythme des activités non agricoles", ajoute la BAM qui prévoit une reprise de 3,6% en 2023 (à condition d'une bonne récolte céréalière).

Cette situation reste "marquée profondément par les séquelles de la pandémie (de Covid-19) et les implications de la guerre en Ukraine" mais également par "les répercussions d’une sécheresse particulièrement sévère", souligne son communiqué.

L'économie du pays maghrébin reste largement tributaire du secteur agricole et de la pêche qui représentait encore près de 12% du PIB en 2020.