Aucune crise n'empêchera les expatriés libanais de visiter leur patrie

La situation politique et sécuritaire ne semble pas inciter les expatriés à quitter le pays après la démission de Hariri. (Photo fournie)
La situation politique et sécuritaire ne semble pas inciter les expatriés à quitter le pays après la démission de Hariri. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Dimanche 18 juillet 2021

Aucune crise n'empêchera les expatriés libanais de visiter leur patrie

  • Les visiteurs découvrent la tristesse, la nervosité, le manque d'électricité et d’essence et la vie «trop chère» dans le pays
  • La plupart des Libanais trouvent le prix d'un repas dans un restaurant exagéré

BEYROUTH : Les crises sans fin auxquelles le Liban est confronté depuis plus d'un an n'ont pas dissuadé les expatriés de visiter leur pays d'origine en grand nombre, ont déclaré à Arab News des responsables de Middle East Airlines.

Selon les statistiques de l'aéroport international de Beyrouth, Rafic Hariri, le nombre de passagers arrivés au Liban le 1er juillet a dépassé les 15 000, dont 13 606 expatriés libanais. Un nombre record de 20 000 expatriés de retour a été enregistré à la fin de cette semaine.

Nisrine, revenue d'Allemagne avec ses enfants pour les vacances d'été, a signalé : «Les gens ont l'air fatigués, personne ne rit, tout le monde est nerveux et tendu, ils commencent à se plaindre dès qu'ils vous voient ; pas d'électricité ni d'essence, et la vie est trop chère».

Loris, une Libanaise dont la fille se marie, a indiqué que ses proches venus de Suède et du Canada pour le mariage ont été surpris par les cafés et restaurants bondés de Broummana, Jounieh, Byblos et Batroun, alors que l'obscurité règne à Beyrouth. La capitale libanaise a été la scène d’une explosion massive l'année dernière.

Pierre Ashkar, président de l'Association des hôteliers au Liban, a révélé : «La situation politique et sécuritaire ne semble pas inciter les expatriés à quitter le pays après la démission du Premier ministre désigné Saad Hariri... Ils ont toujours réussi à trouver des solutions». 

Il a estimé à environ 30 000 le nombre d'Irakiens arrivés au Liban en juin. Il a affirmé : «Ces personnes fuient la situation sécuritaire dans leur pays, qui reste bien pire que celle du Liban».

 

FAITS MARQUANTS

Selon les statistiques de l'aéroport international de Beyrouth, Rafic Hariri, le nombre de passagers arrivés au Liban le 1er juillet a dépassé les 15 000. 


Un nombre record de 20 000 expatriés de retour a été enregistré à la fin de cette semaine.

Ashkar a déclaré : «Quant aux expatriés libanais s'ils font face à une voie bloquée, ils peuvent se diriger vers d'autres voies qu'ils connaissent. Et s'il y a des tensions dans la capitale, ils peuvent aller dans des maisons d'hôtes à Ras Baalbek et dans d'autres villages reculés».

Il a ajouté : «L'explosion du port de Beyrouth l'année dernière a entraîné la fermeture de nombreux hôtels de luxe. Cette situation reflète l'énorme coup économique porté à la capitale.

«Les prix au Liban sont beaucoup moins chers pour les expatriés ou les touristes que pour les Libanais qui gagnent leurs salaires en livres libanaises. Néanmoins, l'énorme augmentation du taux de change du dollar américain sur le marché noir pose des problèmes aux propriétaires des lieux touristiques». Le taux de change du dollar américain sur le marché noir a dépassé les 22 000 LL pour 1 $. 

La plupart des Libanais trouvent le prix d'un repas dans un restaurant exagéré. Pourtant, il faut réserver à l'avance pour avoir une table dans les restaurants et les salles de mariage dans les hôtels sont entièrement réservées pour tout l'été. 

May, une Libanaise vivant au Canada, est retournée au Liban pour l'été et elle a trouvé le pays trop cher. Elle a témoigné: «Il m’est impossible de faire face à l'augmentation du taux de change du dollar».

Elle a affirmé : «Comment puis-je dépenser de l'argent alors que la pension de mes parents ne vaut rien… Ma fille n'a pas pu aller chez le dentiste car il n'y a pas d'antibiotiques et je n'ai pas apporté de médicaments du Canada».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le prince héritier saoudien et le chancelier allemand Scholz discutent des relations et des domaines de coopération

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane reçoit le chancelier allemand Olaf Scholz à Djeddah. (SPA)
Short Url
  • Les deux parties ont passé en revue les efforts pour parvenir à la stabilité et à la paix internationales
  • Le prince Mohammed ben Salmane et Olaf Scholz ont rencontré des délégations d'affaires d'Arabie saoudite et d'Allemagne

DJEDDAH : Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu samedi à Djeddah le chancelier allemand Olaf Scholz, qui se trouvait dans le royaume au début d'une tournée de deux jours dans la région du Golfe, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Au cours de la réunion, qui s'est tenue au palais d'Al-Salam, le prince Mohammed ben Salmane a souhaité la bienvenue au chancelier allemand dans le royaume et lui a transmis les salutations du roi Salmane, tandis que Scholz a exprimé sa joie de visiter le pays et de rencontrer le prince héritier.

Les deux parties ont passé en revue les relations saoudo-allemandes et les domaines de partenariat entre les deux pays, ainsi que les perspectives de coopération bilatérale conformément à la Vision 2030 du Royaume.

Au cours de la réception, les deux parties ont discuté des derniers développements régionaux et internationaux, ainsi que des efforts déployés pour parvenir à la stabilité et à la paix internationales. Ils ont également échangé leurs points de vue sur un certain nombre de questions et de sujets d'intérêt commun.

Le prince héritier et le chancelier allemand ont également rencontré des délégations d'affaires d'Arabie saoudite et d'Allemagne.

Le prince Mohammed a ensuite organisé un déjeuner de travail en l’honneur du chancelier allemand.

Scholz, qui rentrera à Berlin dimanche soir après avoir également visité les Émirats arabes unis et le Qatar, est accompagné d'une importante délégation comprenant des représentants de plusieurs secteurs économiques.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Les Égyptiens participent à une campagne en ligne pour sauver un enfant atteint d'une maladie rare

Short Url
  • Le hashtag Twitter #Save_Celine circule dans le pays, appelant à collecter 2 millions de dollars
  • « Nous avons ouvert la porte aux dons en coordination avec le ministère de la Solidarité sociale », a déclaré le père de Céline à Arab News

LE CAIRE : Les Égyptiens se sont unis pour collecter des fonds en ligne pour une petite fille souffrant d'une maladie rare voire mortelle.

Céline, est âgée de 15 mois, il y a quatre mois on lui a diagnostiqué une atrophie musculaire spinale.

Cette maladie génétique affaiblit les muscles et entraîne des problèmes croissants de mouvement et de respiration.

Le hashtag Twitter #Save_Celine circule dans le pays, appelant à collecter 40 millions de livres égyptiennes (2,11 millions d’euros) pour payer les médicaments onéreux de la thérapie génique par injection de Zolgensma.

Le hashtag a été utilisé plus de 100 000 fois, les gens demandant des contributions pour soutenir la jeune fille.

Des campagnes similaires ont été organisées par le passé pour d'autres enfants atteints de la même maladie.

« Nous avons ouvert la porte aux dons en coordination avec le ministère de la Solidarité sociale. Jusqu'à présent, nous avons collecté environ 12 millions d'EGP pour l'injection », a déclaré le père de Céline à Arab News.

Ramy Elhamy, qui participe aux campagnes d'aide aux enfants malades, a déclaré à Arab News : « L'injection dont Céline a besoin est la première thérapie génique pour l'amyotrophie spinale due à des mutations génétiques, et a obtenu l'approbation de la Food and Drug Administration américaine en 2019.

« C'est l'injection la plus chère au monde, qui permet de traiter les fonctions respiratoires et de reprendre progressivement une croissance normale. Elle est suivie d'une physiothérapie et d'une rééducation pulmonaire.

« Nous avons décidé d’aider Céline après le succès de campagnes similaires pour d'autres enfants atteints de la même maladie rare. Nous avons frappé à toutes les portes pour sauver l'enfant, et beaucoup ont répondu à nos appels. »

L'acteur égyptien Mohamed Henedy a partagé une photo de l'enfant avec la légende : « Cette petite chérie s'appelle Céline. Elle souffre d'une maladie très rare et son état commence à s'aggraver. Les jours à venir peuvent sauver la vie de Céline. Si vous ne savez pas comment faire un don, partagez le hashtag, retweetez et écrivez sur Céline sur votre compte. »

Il a ajouté : « C'est la chose la plus simple que vous puissiez offrir parce que d'autres peuvent faire des dons. Tous les Égyptiens se sont rassemblés et ont sauvé la vie de Ruqayya et la vie des jumelles Alia et Farida, et maintenant c'est à notre tour, avec plaisir, d’aider Céline. »

Un autre acteur, Ahmed Safwat, a rejoint la campagne de dons pour souligner l'importance de la solidarité sociale et la capacité des Égyptiens à atteindre cet objectif, comme ils l'ont fait précédemment pour d'autres enfants.

La personnalité médiatique Esaad Younis a accueilli la mère de Céline, Radwa Hamdi, dans son émission pour lancer un appel aux dons.

Plus tôt, Hamdi avait demandé de l'aide au président égyptien Abdel Fattah El-Sisi, en disant : « Je vous implore. Je sais que l'injection coûte cher, mais la vie de ma fille et de votre fille coûte sûrement plus cher. Nous demandons à l'État d'aider Céline à recevoir l'injection de Zolgensma, même si cela doit nous coûter tous nos salaires. Elle est tout ce que j'ai. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Cisjordanie: un Palestinien tué par les forces israéliennes après une attaque présumée

Des soldats israéliens prennent position à un barrage routier près de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, samedi (AP).
Des soldats israéliens prennent position à un barrage routier près de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, samedi (AP).
Short Url
  • L'armée a indiqué que ses soldats ont «neutralisé» un assaillant ayant «tenté de les écraser»
  • Le ministère palestinien des Affaires étrangères a pour sa part affirmé que Mohammad Ali Hussein Awad, 36 ans, avait été tué par balle «après une collision entre sa voiture et un véhicule de la police»

JERUSALEM : Un Palestinien à bord d'un véhicule a été tué samedi par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, l'armée évoquant une "tentative d'attaque à la voiture bélier" tandis que l'Autorité palestinienne parle d'un accident.

Selon l'armée, des soldats et policiers israéliens ont ouvert le feu sur un véhicule après que le conducteur "a "tenté de les écraser" durant une patrouille à proximité de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël.

L'armée a indiqué que les forces israéliennes ont "neutralisé" l'assaillant.

Il s'agit selon le ministère palestinien des Affaires étrangères de Mohammad Ali Hussein Awad, 36 ans, de la localité de Beit Ijza, près de Jérusalem.

"La police israélienne a délibérément tiré sur Awad pour le tuer après une collision avec un véhicule de la police dans un accident de la route", a affirmé le ministère palestinien.

Il a accusé les forces israéliennes de tuer "un Palestinien sans défense" qui "ne posait aucun danger".

Israël occupe la Cisjordanie depuis la guerre des Six Jours de 1967.

Ces dernières années, des véhicules militaires et des postes de contrôle israéliens ont été la cible d'attaques répétées de la part de Palestiniens.

Les forces israéliennes sont sur le qui-vive avant les grandes fêtes juives qui commencent dimanche soir avec Rosh Hashana, le nouvel an juif.

Le nord de la Cisjordanie, notamment Jénine et Naplouse, est le théâtre de troubles quasi quotidiens depuis mars.

Israël a lancé des centaines de raids dans la région disant être à la recherche d'individus qu'il accuse d'être impliqués dans des attaques meurtrières visant des Israéliens.

Ces raids, fréquemment émaillés de heurts avec des combattants ou des habitants, ont déclenché des affrontements qui ont tué des dizaines de Palestiniens, dont des combattants.