Après une journée à Arafat, les pèlerins se rassemblent à Muzdalifah

La mosquée Masha’r Haram à Muzdalifah. (Photo, SPA)
La mosquée Masha’r Haram à Muzdalifah. (Photo, SPA)
La mosquée Masha’r Haram à Muzdalifah. (Photo, SPA)
La mosquée Masha’r Haram à Muzdalifah. (Photo, SPA)
Short Url
Publié le Mardi 20 juillet 2021

Après une journée à Arafat, les pèlerins se rassemblent à Muzdalifah

  • Le premier jour à Mina, le 10 Dhou al-Hijja, marque le premier jour de l'Aïd Al-Adha
  • Le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane insistent que cette saison du Hajj soit sûre et sécuritaire

MUZDALIFAH : Après près de douze heures passées dans les plaines d'Arafat lundi, la portion la plus importante du Hajj, 60 000 personnes se sont rendues à Muzdalifah en prévision des dernières étapes du pèlerinage cette année.

Le neuvième jour de Dhou al-hijja, quelques minutes après le coucher du soleil, les pèlerins ont commencé à se déplacer vers les plaines ouvertes et rocheuses de Muzdalifah, afin de prier Maghrib et Isha.

Dans le convoi, chaque bus transportaient 20 pèlerins chaque et un guide dont la tâche consistait à fournir des informations et maintenir la distanciation sociale.

Les bus étaient flanqués de patrouilles de sécurité, et un intervalle entre le départ des véhicules assurait la fluidité de la circulation.

À Muzdalifah, les pèlerins ramassent des pierres pour le rituel de la lapidation du diable dans la région de Jamarat à Mina. Le premier jour à Mina, le 10 Dhou al-hijja, marque le premier jour de l'Aïd Al-Adha.

Le ministre saoudien de la Santé, le Dr Tawfiq Al-Rabiah, a déclaré à la chaîne de télévision Al-Ekhbariya qu'aucun cas de coronavirus n'a été détecté jusque-là.

«Des cas mineurs de fatigue due à l'effort physique ont été signalés, mais ces pèlerins ont quitté les hôpitaux peu de temps après avoir reçu les soins requis», a-t-il déclaré.

Le Dr Abdelfattah Mashat, vice-ministre du Hajj et de la Omra, révèle que le transport de Mina à Arafat s’est fait en trois heures. Plus de 1 700 bus ont effectué le trajet, selon lui.

«Immédiatement après le coucher du soleil, les pèlerins ont pu à monter à bord des bus préparés près de trois heures auparavant», explique-t-il.

Les pèlerins retournent de Muzdalifah à Mina, à partir de lundi à minuit.

Ils pourront alors se diriger vers la région de Jamarat où «trois étages de la structure sont mis à leur disposition pour la lapidation». Les pèlerins sont répartis par groupes de couleurs, et pourront lancer les pierres sur le pilier à partir de «l’étage et l’emplacement qui leur sont consacrés» pour éviter les rassemblements compacts.

Mashat a félicité les pèlerins pour leur respect des règlements ainsi que des instructions sur le port du masque et la distanciation sociale.

Cheikh Bandar Balila, imam des prières de midi à la mosquée Namirah, a tenu dans son sermon sur Arafah à exhorter les musulmans à multiplier les bonnes actions envers toutes créatures, y compris les animaux et les objets inanimés.

Balila révèle que le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salman insistent que cette saison du Hajj soit sûre et sécuritaire.

Shahid Nazir Gill, un pèlerin canadien qui réside à Yanbu, estime que l'hospitalité et le soutien sont remarquables.

«Je tiens à exprimer ma gratitude aux autorités saoudiennes pour tout ce qu'elles ont fait pour nous. Leurs efforts, en particulier pendant la pandémie, sont très appréciés», affirme Gill à Arab News.

Racha Mousbah, monitrice de conduite égyptienne à l'Université Princess Nourah ben Abdelrahman à Riyad, estime qu'elle a eu de la chance en étant sélectionnée pour le Hajj.

«Les services sont incroyables», dit-elle à Arab News. « L'organisation, l'hygiène et les autres services sont à de niveau élevé. Tous les gens ici sont serviables, que ce soit les agents de sécurité ou les agents de nettoyage».

Elle constate que les pèlerins respectent les mesures sanitaires, et maintient l'espoir que la pandémie se termine bientôt.

Toutefois, certains ont des sentiments mitigés.

«Lorsque mon mari et moi nous sommes inscrits (pour le Hajj) pour la première fois, nous ne faisions pas partie du premier groupe approuvé», confie à Arab News la Dr Nahla Mohammed Abdellah, anesthésiste égyptienne et médecin de soins intensifs à l'hôpital spécialisé du roi Abdel Aziz à Taïf. «Nous étions tristes de l’apprendre», ajoute-t-elle.

Deux jours plus tard, un message indique que sa demande de Hajj est approuvée, mais que celle de son mari a malheureusement été rejetée.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

Le jour d’Arafat et les femmes de La Mecque
Par Rawan Radwan et Tareq Al-Thaqafi -
La Mecque accueille les pèlerins pour un deuxième Hajj marqué par la pandémie
Par Arab News -

Une chanson satirique israélienne qui critique les accords d’Abraham divise les internautes

La comédienne Noam Shuster-Eliassi, qui parle couramment l’arabe, défend ardemment les droits des Palestiniens. Elle critique l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis. (Facebook)
La comédienne Noam Shuster-Eliassi, qui parle couramment l’arabe, défend ardemment les droits des Palestiniens. Elle critique l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis. (Facebook)
Short Url
  • La chanson Dubai, Dubai, interprétée par la comédienne et activiste israélienne Noam Shuster-Eliassi, faisait partie d’un sketch comique
  • «C’est la meilleure chose que j’aie vue sur Twitter depuis un moment», écrit un internaute

LONDRES: Une chanson satirique israélienne en langue arabe qui tourne en ridicule la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis a fait beaucoup de bruit cette semaine sur les réseaux sociaux au Moyen-Orient.
La chanson Dubai, Dubai, interprétée par la comédienne et activiste israélienne Noam Shuster-Eliassi, faisait partie d’un sketch comique diffusé lors de l’émission Shu Esmo, sur la chaîne de langue arabe Makan 33.

 

There it is with subtitles “Dubai Dubai” from the satire show “el shusmo” on مكان | written by Razi Najjar | produced by C-Genic ״דובאי דובאי״ מתוך תוכנית הסאטירה ״א-שוסמו״ בערוץ ״מקאן״ | מלים: ראזי נג׳אר | הפקה: סי-ג׳יניק. "دبي دبي"، أغنية من البرنامج الساتيري الساخر "الشوسمو"، قناة "مكان" | فكرة وكلمات: رازي نجار | إنتاج: c-genic Enjoy, Haifa Wannabe 🦄

Posted by Noam Shuster-Eliassi on Monday, January 17, 2022


La comédienne, qui parle couramment l’arabe, défend ardemment les droits des Palestiniens. Elle dénonce l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis, qui met en valeur, selon elle, l’hypocrisie d’Israël envers les pays arabes.
Dans sa chanson parodique, la comédienne se présente comme «Haifa Wannabe», faisant allusion à la célèbre chanteuse arabe Haifa Wehbe.
Elle poursuit: «Je vais chanter une chanson originale que j’ai écrite en arabe pour célébrer le traité de paix avec Dubaï, mais c’est très important pour moi d’envoyer des messages d’amour et de paix, en particulier si les personnes concernées se trouvent à 4 000 kilomètres d’ici.»
«La lumière est au bout du tunnel. Si seulement tous les Arabes, comme ceux qui sont à Dubaï et qui ont beaucoup d’argent, pouvaient aimer le peuple d’Israël et ne pas nous jeter à la mer», dit-elle dans la chanson.
«Il n’y a rien de mieux que les Arabes, qui ont des millions, qui ont oublié leur peuple victime de nakba, qui ont oublié la Palestine. À Dubaï, ils ont oublié le siège imposé à Gaza. Si seulement tous les Arabes venaient de Dubaï…»
La chanson a fait le tour des réseaux sociaux et a suscité une vague de soutien.
Ahmed Ghanim, un internaute, écrit sur Twitter: «Cette chanson est un mélange d’hébreu et d’arabe; elle parle de la coopération entre les Émirats arabes unis et Israël contre les Palestiniens. Elle évoque également la manière dont les Arabes ont oublié la Palestine et la souffrance de son peuple. Nous apprécions sincèrement ce que la chanteuse fait.»


Cette chanson est un mélange d’hébreu et d’arabe; elle parle de la coopération entre les Émirats arabes unis et Israël contre les Palestiniens. Elle évoque également la manière dont les Arabes ont oublié la Palestine et la souffrance de son peuple. Nous apprécions sincèrement ce que la chanteuse fait.»


Un autre internaute s’exprime ainsi: «C’est la meilleure chose que j’aie vue sur Twitter depuis un moment.»

La comédienne israélienne a, quant à elle, publié le Tweet suivant: «Vous êtes-vous déjà remis de la Covid-19 pour la deuxième fois en provoquant un incident diplomatique au moyen d’une vidéo virale qui tourne en ridicule un accord de “paix” entre deux gouvernements qui n’ont jamais été en conflit, échangent des armes et font fi des droits des Palestiniens? N’essayez pas de faire ça chez vous.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Riyad, une immersion dans la floriculture pour les citadins

Short Url
  • À Riyad, pour échapper à l'agitation de la vie, rendez-vous dans une superbe plantation de fleurs à seulement quarante minutes de la capitale
  • Cette immersion populaire dans le domaine de la floriculture est proposée tous les vendredis et tous les samedis depuis le mois d’août

RIYAD : Les citadins saoudiens ont la chance de pouvoir renouer avec la nature en plongeant dans le monde des plantes: à Riyad, pour échapper à l'agitation de la vie, rendez-vous dans une superbe plantation de fleurs qui se situe à seulement quarante minutes en voiture du centre de la capitale.
L'agence de voyages Ma’alim, qui organise des voyages spécialisés dans l’ensemble du Royaume, propose la visite d’une ferme située à Al-Muzahmiya. Là, les visiteurs ont l’occasion de découvrir la floriculture ainsi que d’apprendre à planter et à faire pousser toutes sortes de fleurs.

fleurs
Des plantes exotiques sont également présentées parmi les variétés de fleurs, notamment des lys, des chrysanthèmes, des Lilium Casablanca, des roses branchues et des tulipes. Les visiteurs sont invités, au cours de leur visite, à cueillir et à déguster des légumes frais. (Photo de Saad Aldossari)

En plus d'offrir des voyages culturels, agricoles et touristiques, l'agence de voyages prévoit d'introduire des visites d'usines afin d’aider à promouvoir et à soutenir les entreprises et les produits saoudiens.
Cette immersion populaire dans le domaine de la floriculture, qui réunit des groupes de dix-huit à vingt personnes ou se déroule à l’occasion de soirées privées, est proposée tous les vendredis et tous les samedis depuis le mois d’août et se terminera à la fin du mois de janvier.

fleurs
Des plantes exotiques sont également présentées parmi les variétés de fleurs, notamment des lys, des chrysanthèmes, des Lilium Casablanca, des roses branchues et des tulipes. Les visiteurs sont invités, au cours de leur visite, à cueillir et à déguster des légumes frais. (Photo de Saad Aldossari)

Hessah Alajaji, fondateur de l'agence Ma’alim, déclare: «Les citoyens et les visiteurs saoudiens n'ont jamais entendu parler de cette immense ferme florale d’Arabie saoudite, pourtant créée en 1991. Elle a pour vocation d’exporter des produits à l'international. Toutefois, en raison de la forte demande dans le Royaume, ses produits sont aujourd’hui distribués à l’échelle locale.»
«Nous avons décidé de concevoir cette expérience pour mettre en valeur la beauté de la floriculture dans le désert de Nejd.»


Jeter des ponts entre le Liban et le Golfe: Annahar débarque à Dubaï

Ouverture du bureau d’Annahar al-Arabi à Dubaï. (Photo fournie)
Ouverture du bureau d’Annahar al-Arabi à Dubaï. (Photo fournie)
Short Url
  • Les relations du Liban avec les États arabes du Golfe se sont détériorées au cours de l’année 2021
  • La dernière édition du journal, Annahar al-Arabi, qui met l’accent sur la couverture panarabe, a été lancée le 4 août 2020, le jour même de l’explosion du port

LONDRES: Le groupe libanais Annahar Media Group a annoncé mercredi dernier l’ouverture de son bureau à Dubaï, dont l’objectif est de renforcer sa présence dans le monde arabe.
«Nous construisons enfin les ponts dont nous rêvions entre le Liban, le monde arabe et le Golfe», déclare Nayla Tueni, PDG du groupe, à Arab News. «J’aimerais rendre hommage à tous les journalistes qui se battent pour que ce quotidien survive au Liban», souligne-t-elle.
Les relations du Liban avec les États arabes du Golfe se sont détériorées au cours de l’année 2021. Des diplomates d’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et d’autres pays ont été rappelés dans leurs pays après les déclarations faites par le ministre libanais de l’Information de l’époque. Ce dernier avait en effet fait l’éloge de la milice houthie, soutenue par l’Iran, et critiqué l’action de la coalition arabe pour restaurer la légitimité au Yémen. Avant cela, l’ex-ministre libanais des Affaires étrangères avait accusé l’Arabie saoudite d’être responsable de la montée en puissance de Daech.

annahar
Lors de la cérémonie d'ouverture, qui se tenait au Dubai Press Club, Mona al-Marri, PDG du bureau des médias du gouvernement de Dubaï, a qualifié l’événement de «moment historique». (Photo fournie).


Décider d’assurer une présence physique à Dubaï après une année politique aussi mouvementée entre le Liban et le Golfe est une façon de montrer à quel point les querelles politiques du pays ne représentent pas l’opinion des citoyens, ajoute Nayla Tueni.
Lors de la cérémonie d'ouverture, qui se tenait au Dubai Press Club, Mona al-Marri, PDG du bureau des médias du gouvernement de Dubaï, qualifie l’événement de «moment historique». Elle affirme qu’il «permettra aux médias numériques d’atteindre un niveau inédit dans la région arabe» et qu’il «consolidera les relations avec les Émirats arabes unis».
Cette annonce intervient au moment où les journaux libanais luttent pour leur survie dans un contexte particulièrement difficile avec la crise économique du pays, la pandémie de Covid-19 et les répercussions de la double explosion du port de Beyrouth, survenue en 2020.
La dernière édition du journal, Annahar al-Arabi, qui met l’accent sur la couverture panarabe, a été lancée le 4 août 2020, le jour même de l’explosion du port qui a fait des centaines de morts ainsi que des milliers de blessés et de sans-abri.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com