Des "antivax" aux "antipass": quand les réseaux sociaux soulèvent les Français

Une pancarte indique "non à la vaccination obligatoire" lors d'une marche convoquée par le parti de l'Union populaire républicaine (UPR) pour protester contre l'obligation de se faire vacciner et un laissez-passer sanitaire obligatoire réclamés par le gouvernement français, à Paris le 22 juillet 2021. (Joël Saget/AFP)
Une pancarte indique "non à la vaccination obligatoire" lors d'une marche convoquée par le parti de l'Union populaire républicaine (UPR) pour protester contre l'obligation de se faire vacciner et un laissez-passer sanitaire obligatoire réclamés par le gouvernement français, à Paris le 22 juillet 2021. (Joël Saget/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Des "antivax" aux "antipass": quand les réseaux sociaux soulèvent les Français

  • Beaucoup de "covidosceptiques" trouvent sur les réseaux une chambre d'écho d'autant plus efficace qu'elle profite de mouvements déjà structurés sur internet avant le Covid
  • De nouvelles manifestations sont prévues ce samedi, avec un mot d'ordre fédérateur: la défense des "libertés"

PARIS : Les manifestations anti-pass sanitaire qui se multiplient en France reflètent ce qui s'observe depuis des mois sur les réseaux sociaux où prolifèrent comptes anti-masques, anti-vaccins, anti-confinement, aux millions d'abonnés, une galaxie protéiforme dotée de relais et d'influenceurs puissants.

"Je m'appelle Claire, je suis infirmière": publiée le 14 juillet, cette vidéo de sept minutes qui aligne les infox - la pandémie n'existe pas, les vaccins ne sont pas des vaccins - a cumulé au moins un million de vues et des dizaines de milliers de partages en quelques jours, rien que sur Facebook. On la retrouve aussi sur Twitter, TikTok...

Comme "Claire", beaucoup de "covidosceptiques" trouvent sur les réseaux une chambre d'écho d'autant plus efficace qu'elle profite de mouvements déjà structurés sur internet avant le Covid: les anti-vaccins et les "gilets jaunes", le mouvement de contestation sociale né en France fin 2018.

Si les anti-masques étaient parvenus à organiser des rassemblements ces derniers mois, l'annonce le 12 juillet par Emmanuel Macron de la vaccination obligatoire des soignants et de l'extension du pass sanitaire (pour les bars, restaurants, cinémas, trains ou avions...) semble avoir donné un nouveau coup de fouet à cette mouvance disparate, hostile au président français.

"Socle"

Après plusieurs manifestations la semaine dernière - qui ont culminé samedi avec plus de 110.000 personnes (selon la police) défilant en France -, d'autres sont prévues ce samedi. Avec un mot d'ordre fédérateur: la défense des "libertés".

"Cet élan contestataire est présent depuis plusieurs mois via les différents canaux" numériques, relève Coralie Richaud, enseignante en Droit public à l'Université de Limoges (centre), interrogée par l'AFP.

Elle aussi note le caractère "extrêmement hétéroclite" des profils, de l'extrême-gauche à l'extrême droite, certains versant dans le complotisme, d'autres non, avec beaucoup d'anti-vaccins mais aussi des vaccinés.

"Leur seul dénominateur commun, c'est d'être +anti+", poursuit cette spécialiste des mouvements de contestation sur internet. Il fallait alors "pour structurer la contestation", une "revendication" qui serve de "socle" et qu'elle passe "de l'individuel au collectif" via une remise en cause du pouvoir.

Célèbre "gilet jaune", Jérôme Rodrigues appelle d'ailleurs sur Facebook "tous les citoyens mécontents" à descendre dans la rue dans une "union autour de la colère".

"Influenceurs"

La mouvance peut compter sur d'autres têtes de gondole, des "influenceurs" hyper actifs sur internet et relayés par certains médias très suivis.

Parmi eux, l'ex-numéro deux du Front National, président des Patriotes (extrême droite), Florian Philippot, ou le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, qui comptent chacun environ 250.000 abonnés Twitter auxquels ils distillent régulièrement infox et approximations sur les vaccins et le Covid.

D'autres sont moins connus du grand public mais très suivis, comme la députée Martine Wonner, psychiatre de formation, avec des dizaines de milliers d'abonnés sur Twitter et Facebook. Depuis plus d'un an, elle diffuse sans relâche des infox sur le masque, les vaccins ... jusqu'au sein de l'Assemblée nationale, au grand dam de ses collègues.

Fin juin, filmée dans un taxi, elle affirme que des compagnies aériennes interdisent leurs vols aux vaccinés, une affirmation plusieurs fois démentie. La vidéo est partagée quelque 10.000 fois en trois jours.

La mouvance a aussi ses "cautions scientifiques", comme le médecin Louis Fouché ou la généticienne Alexandra Henrion-Caude. Cette dernière a rassemblé ces derniers mois 100.000 abonnés sur Twitter et YouTube où elle multiplie les infox anti-vaccinales.

Absent des rassemblements mais figure tutélaire brandie comme un totem: le Pr Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008 mais désavoué ces dernières années par ses pairs en raison de ses théories peu scientifiques. Il répète dans des interviews très partagées que les vaccins ont créé les variants du Sars-Cov-2, une affirmation sans fondement scientifique.

Dans un tout autre genre, l'ex-candidate de téléréalité "Kim Glow" diffuse régulièrement à ses trois millions d’abonnés sur Instagram, Snapchat et TikTok des théories complotistes: le Covid est un génocide contre les personnes âgées, les vaccins injectent des puces 5G...

 


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.


Adhésion à l'Otan: Macron appelle Erdogan à « respecter le choix souverain» de la Finlande et la Suède

« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • « Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité», a indiqué l'Elysée
  • Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février

PARIS : Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à "respecter le choix souverain" de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'Otan, et souhaité qu'une "solution" soit rapidement trouvée pour lever la menace de veto turc.

"Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité", a indiqué l'Elysée à l'issue de l'appel entre les deux dirigeants qui a duré une heure. 

"Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide" à l'opposition turque aux deux candidatures, a ajouté la présidence française.

Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février.

Mais la Turquie menace de bloquer leur entrée dans l'Alliance, qui requiert l'unanimité des Etats membres de l'organisation.

Ankara accuse notamment les deux pays d'abriter des militants kurdes du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan qu'elle considère comme une organisation terroriste, et demande leur extradition. 

La Turquie envisage par ailleurs une nouvelle opération contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, qui risque de susciter de nouvelles tensions au sein de l'Otan, notamment avec la France.

Les présidents français et turc ont évoqué en outre "l'urgence de rendre possibles les exportations de céréales ukrainiennes", bloquées par la guerre dans les ports du sud du pays, ce qui menace d'entraîner une crise alimentaire mondiale. Emmanuel Macron va poursuivre "dans les jours qui viennent les contacts à ce sujet avec les acteurs internationaux pertinents". 

Ils ont discuté des "différentes voies possibles pour acheminer" ces récoltes, en lien avec les Nations Unies, et sont "convenus de rester en contact afin de trouver une solution rapidement".

Une des pistes étudiées est la mise en place d'un corridor naval depuis Odessa, en mer Noire, dont la Turquie pourrait être un acteur important.

Les deux dirigeants ont par ailleurs dit "leur préoccupation face à la dégradation de la situation en Libye".

Après plus d'une décennie de chaos consécutif à la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, la Libye, minée par les divisions entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest, compte depuis début mars deux gouvernements rivaux, comme entre 2014 et 2021, alors en pleine guerre civile.

Un gouvernement formé par l'ex-ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha, approuvé par le Parlement siégeant dans l'Est, est en concurrence avec l'exécutif à Tripoli dirigé par Abdelhamid Dbeibah, issu des accords politiques parrainés par l'ONU.


La France à la découverte de Yanbu, exemple de la légendaire hospitalité saoudienne

L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, s’est rendu mercredi à Yanbu (Photo, fournie).
L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, s’est rendu mercredi à Yanbu (Photo, fournie).
Short Url
  • «Le potentiel touristique de Yanbu est impressionnant, autant pour l’architecture traditionnelle de son quartier historique, que pour la beauté de ses côtes et de ses fonds marins exceptionnels»
  • «L'accueil que j’ai reçu des autorités et de la population confirme, si besoin était, la légendaire hospitalité saoudienne»

L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, s’est rendu mercredi à Yanbu, la ville portuaire antique sur la côte de la mer Rouge, à l’ouest de l’Arabie saoudite. À quelques heures de Médine, Yanbu est la deuxième plus grande ville au bord de la méditerranée après Djeddah.

Reçu par le gouverneur de Yanbu, M. Saad al-Suhaimi, avec le consul général de France à Djeddah, Mostafa Mihraje, ils ont abordé le sujet du développement industriel et touristique du gouvernorat et le renforcement des liens avec la France. M. Pouille révèle à Arab News en français que «le potentiel touristique de Yanbu est impressionnant, autant pour l’architecture traditionnelle de son quartier historique que pour la beauté de ses côtes et de ses fonds marins exceptionnels, ainsi que les montagnes qui l’entourent et qui offrent de prometteuses perspectives d’écotourisme». Ludovic Pouille n’a pas oublié de souligner bien sûr «la gastronomie de la région de Yanbu qui propose les meilleurs poissons frais du pays et le délicieux riz brun Sayadieh».

L’ambassadeur s’est ensuite rendu à la Commission royale de Yanbu, où il a rencontré son président, le Dr Fahad Dhaifallah al-Qurashi et son équipe.

L’ambassadeur s’est ensuite rendu à la Commission royale de Yanbu, où il a rencontré son président, le Dr Fahad Dhaifallah al-Qurashi et son équipe (Photo, fournie).
L’ambassadeur s’est ensuite rendu à la Commission royale de Yanbu, où il a rencontré son président, le Dr Fahad Dhaifallah al-Qurashi et son équipe (Photo, fournie).

M.  Pouille et le Dr Al-Qurashi ont exploré la contribution des entreprises françaises au développement économique de la grande ville industrielle de l’ouest.

M. Pouille a également rencontré le maire de Yanbu, Eng Yasser al-Rifai. Ils ont discuté des perspectives impressionnantes de développement de la ville, dans les domaines industriel, énergétique, culturel et touristique. Selon M. Pouille, et dans le cadre de la vision saoudienne 2030, «les plans de développement industriel de la ville et du port, qui devraient doubler dans les quinze prochaines années, sont autant d’opportunités de renforcement des relations économiques franco-saoudiennes».

Ludovic Pouille a clôturé son premier jour dans la vieille ville de Yanbu par une visite «très agréable» au souk nocturne traditionnel, où sont notamment vendus des produits artisanaux créés par les coopératives de femmes de la région, dans le cadre de la politique d’autonomisation des femmes menée par le gouvernorat.

M.  Pouille et le Dr Al-Qurashi ont exploré la contribution des entreprises françaises au développement économique de la grande ville industrielle de l’ouest (Photo, fournie).
M.  Pouille et le consule ont exploré la contribution des entreprises françaises au développement économique de la grande ville industrielle de l’ouest (Photo, fournie).

Toujours dans le cadre de sa visite à Yanbu, M. Pouille s’est rendu le jeudi au port industriel et commercial de King Fahad, l’un des plus importants ports de la mer Rouge. Remerciant le capitaine Ali Salem al-Mehwari, le directeur général du port, pour son accueil chaleureux, M. Pouille révèle à Arab News en Français qu’il a découvert avec énormément de plaisir et d’intérêt la ville portuaire de Yanbu, l’un des plus anciens ports de la région et désormais le premier port industriel de la mer Rouge. «L'accueil que j’y ai reçu des autorités et de la population confirme, si besoin était, la légendaire hospitalité saoudienne», souligne-t-il.

L’ambassadeur de France en Arabie a clôturé sa tournée à Yanbu en visitant la cité industrielle où il a rencontré l’ingénieur et PDG de la raffinerie Yasref, Hicham al-Adel, qui a noué un partenariat stratégique avec Air Liquide Group dans le domaine de la production d'hydrogène.