Pass sanitaire et licenciements: des syndicats dénoncent un «dérapage»

Le texte, adopté en première lecture par l'Assemblée nationale au petit matin, prévoit pour les salariés et agents publics qui se retrouveraient sans pass sanitaire à des postes où celui-ci va devenir obligatoire une procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération. (Photo, AFP)
Le texte, adopté en première lecture par l'Assemblée nationale au petit matin, prévoit pour les salariés et agents publics qui se retrouveraient sans pass sanitaire à des postes où celui-ci va devenir obligatoire une procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Pass sanitaire et licenciements: des syndicats dénoncent un «dérapage»

  • «C'est transgressif, dangereux et inquiétant de voir apparaître pour la première fois un motif de licenciement à la charge du salarié pour une raison relevant de sa vie privée», a dénoncé la CFE-CGC
  • La CGT a jugé dans un communiqué que «la cible à combattre doit être le virus, pas les salariés»

PARIS: "Dérapage", "atteinte" à la liberté de travailler... Plusieurs organisations syndicales sont montées au créneau vendredi pour contester les dispositions du projet de loi anti-Covid qui ouvre la voie à de possibles licenciements faute de pass sanitaire.

Le texte, adopté en première lecture par l'Assemblée nationale au petit matin et qui doit désormais être examiné au Sénat, prévoit pour les salariés et agents publics qui se retrouveraient sans pass sanitaire à des postes où celui-ci va devenir obligatoire une procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération, qui prend fin lorsque le salarié produit "les justificatifs requis". Le salarié peut poser des jours de congés ou RTT, ou encore voir avec l'employeur s'il peut être affecté temporairement sur un autre poste. 

Le texte ajoute que "le fait pour un salarié de ne plus pouvoir exercer son activité pendant une durée cumulée supérieure à l'équivalent de deux mois de journées travaillées en raison du non‑respect de l'obligation de présentation des justificatifs, certificats et résultats (requis) peut être un motif spécifique constituant une cause réelle et sérieuse de licenciement". Le dispositif est similaire pour les salariés soumis à obligation vaccinale.

Dans un communiqué, la CFE-CGC a dénoncé vendredi un "dérapage". "C'est transgressif, dangereux et inquiétant de voir apparaître pour la première fois un motif de licenciement à la charge du salarié pour une raison relevant de sa vie privée", écrit le syndicat, exhortant le gouvernement à "revenir à la raison".

FO "conteste" également que "la politique mise en œuvre pour accélérer et élargir la vaccination ou s'assurer des protections requises, nécessaires face à la survenue du variant Delta, s'appuie sur la menace de sanctions allant jusqu'au licenciement des salariés concernés soit par la vaccination obligatoire soit travaillant dans les lieux soumis au passe sanitaire".

Mercredi, la CGT avait aussi jugé dans un communiqué que "la cible à combattre doit être le virus, pas les salariés", dénonçant un texte "qui porterait atteinte à leur liberté de travailler". 

"Nous interpellons les parlementaires pour qu'ils mesurent toutes les conséquences sociales que cette loi, si elle était votée, ferait peser, quasi exclusivement, sur les salariés en imposant des sanctions. Des sanctions qui pourraient aller jusqu'à la suspension de leur rémunération voire leur licenciement", avait écrit le syndicat.


«Inertie», «atonie»: début de quinquennat sans souffle pour Macron II

Le président français Emmanuel Macron pendant une déclaration commune avec le président moldave après leur rencontre à l'Élysée, à Paris, le 19 mai 2022. (AFP).
Le président français Emmanuel Macron pendant une déclaration commune avec le président moldave après leur rencontre à l'Élysée, à Paris, le 19 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • Si plusieurs déplacements ont ponctué la fin de son premier mandat, le président a surtout depuis beaucoup consulté pour mettre sa majorité en ordre de bataille en vue des législatives des 12 et 19 juin
  • La guerre en Ukraine a aussi continué à occuper une place importante dans son agenda, tout comme l'Europe avec un discours ambitieux sur l'avenir du projet européen le 9 mai à Strasbourg

PARIS : "Inertie" dénoncée par les oppositions, attente jusque dans son camp: cinq semaines après sa réélection, Emmanuel Macron reste étonnamment en retrait, loin de son image de président pressé et de l'élan habituel d'une majorité en campagne.

Si plusieurs déplacements ont ponctué la fin de son premier mandat, le président a surtout depuis beaucoup consulté pour mettre sa majorité en ordre de bataille en vue des législatives des 12 et 19 juin et préparer son action future.

La guerre en Ukraine a aussi continué à occuper une place importante dans son agenda, tout comme l'Europe avec un discours ambitieux sur l'avenir du projet européen le 9 mai à Strasbourg.

Après un discret weekend de l'Ascension, ponctué d'échanges téléphoniques internationaux, à sa résidence de Brégançon dans le Var, le chef de l'Etat reprendra le chemin de Bruxelles pour un sommet européen lundi et mardi, puis des déplacements de terrain dans l'Hexagone, indique-t-on dans son entourage, en récusant tout immobilisme.

Pour sa part, le président de l'institut Elabe, Bernard Sananès, se dit "surpris du décalage entre la volonté qui a été celle d'Emmanuel Macron avant la présidentielle de gouverner jusqu’au dernier moment, et l’impression aujourd'hui qu'au premier moment, ça tarde à redémarrer".

A la différence de François Mitterrand ou Jacques Chirac, il n'a certes pas été réélu au terme d'une cohabitation, et son second quinquennat s'inscrit donc assez naturellement dans la continuité du premier.

«Peupler le vide»

"Mais on ne sent pas cette impulsion nouvelle et on voit bien que les Français sont assez critiques", souligne Bernard Sananès, interrogé par l'AFP.

La nomination d'un nouveau gouvernement, censé donner le tempo, a pris quatre semaines après la victoire à la présidentielle, autre temps long inédit, laissant Jean-Luc Mélenchon et son union de la gauche quasi seuls sur le devant de la scène.

Le président a sans doute voulu jouer la montre afin de ne pas exposer trop tôt la nouvelle équipe avant les législatives, estiment des experts.

"Ca permet de ne pas donner prise à un certain nombre d'attaques, de peupler le vide, et d'avoir ensuite un effet de souffle" avec l'annonce du nouveau gouvernement, explique à l'AFP Benjamin Morel, maîtres de conférences à l'université Paris 2. 

Mais dans cette "période d'atonie relative", cette perspective s'est réduite "comme peau de chagrin", considère-t-il. 

Le gouvernement d'Elisabeth Borne, dont tous les poids lourds étaient déjà présents à l'Acte I, a été largement perçu comme celui du changement dans la continuité.

Il suscite peu l'enthousiasme des Français, qui se disent mécontents à 58% de sa composition, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud-Radio publié vendredi.

«Vacance du pouvoir»

La plupart des nouveaux ministres ne sont pas connus, et, le plus souvent, leur nomination est perçue comme une mauvaise plutôt qu’une bonne décision, d'après une enquête Odoxa - Backbone Consulting réalisée pour Le Figaro.

A deux semaines des législatives, cette atonie inquiète dans la majorité. "Il n’y a pas de lead (direction, ndlr) politique", se désole une source parlementaire à La République en marche (LREM), en appelant à "muscler le jeu".

Les accusations de viol contre le nouveau ministre des Solidarités Damien Abad, prise de guerre LR destinée à capter l'électorat de droite, ont aussi jeté un froid.

Abad, "ça pollue tout, surtout la séquence de Borne", relève la source parlementaire, même si le parquet de Paris a fait savoir qu'il n'ouvrait pas d'enquête préliminaire "en l'état".

L'absence de "dynamique" se répercute dans les intentions de vote qui prédisent au camp du président une majorité se resserrant (295 à 335 sièges sur 577 selon un sondage OpinionWay pour Les Echos du 25 mai).

En attendant, l'opposition se frotte les mains. En campagne samedi à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Marine Le Pen (RN) a pointé "un sentiment de vacance du pouvoir".

"Tout ça est extrêmement lent, alors même que la situation de nombre de Français est critique et urgente" en matière de pouvoir d'achat, a-t-elle lancé. 

Macron est "inerte", "son gouvernement est assez éteint", renchérit le centriste Jean-Christophe Lagarde (UDI), allié des Républicains.


De Macron à Mélenchon : quatre députés changent de camp

Cédric Villani dans une brasserie de la capitale française Paris le 4 septembre 2019 (Photo, AFP).
Cédric Villani dans une brasserie de la capitale française Paris le 4 septembre 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Quatre anciens membres de la majorité sont candidats à leur propre réélection sous la bannière de l’opposition de gauche
  • Aurélien Taché, Cédric Villani, Delphine Bagarry et Hubert Julien-Lafferière seront candidats pour la Nupes

CASABLANCA : Si le parti présidentiel réinvestit la quasi-totalité de ses députés sortants pour les élections législatives, quatre anciens membres de la majorité sont candidats à leur propre réélection sous la bannière de l’opposition de gauche, celle de la Nouvelle union populaire écologiste et sociale de Jean-Luc Mélenchon. 

Élus en 2017 avec l'étiquette LREM, Aurélien Taché, Cédric Villani, Delphine Bagarry et Hubert Julien-Lafferière, seront candidats pour la Nupes. Un changement d’orientation politique qui n'est pas des plus simple à justifier auprès des électeurs des circonscriptions concernées pour ces ex-macronistes de la première heure.

Une rupture consommée

Aurélien Taché et Cédric Villani étaient pourtant des hommes forts de la macronie nouvellement installée en 2017. En mai 2020, déjà, ces députés ainsi que trois autres ont marqué une rupture avec le mouvement qui les a fait élire. Ils ont tourné le dos à la majorité en s’associent à 12 autres parlementaires pour créer un groupe parlementaire baptisé « Écologie démocratie solidarité». 

Les deux hommes incarnant l’aile gauche de la majorité présidentielle ont déploré le pouvoir jupitérien, la verticalité du pouvoir imposé par l’exécutif et l’impossibilité de mettre à l’agenda des thématiques sociales et écologiques. Pour Aurélien Taché, soutien de Yannick Jadot lors de l’élection présidentielle, ce nouvel engagement est en tout point lisible. Il s’inscrit dans le cadre d’une cohérence qu’il est difficile de contester et dont témoignent des prises de positions successives et de divergences marquées avec les députés de la majorité.

Mais ce transfert est loin de faire l’unanimité dans le val-d’Oise. D’autres candidats de gauche refusent de s’écarter. Sanaa Saitouli, soutien de Jean-Luc Mélenchon, maintient sa candidature dans cette circonscription qui compte pas moins de 17 autres candidats. 

Cédric Villani a la Nupes honteuse

Cédric Villani a d’abord été exclu de la majorité présidentielle en 2020 après s’être présenté en tant que candidat aux municipales à Paris face à Benjamin Griveaux, pourtant investit par la République en marche. Il est désormais pris entre deux courants contraires dans une circonscription, la 5ème de l’Essone, qui est macroniste à certains endroits et mélenchoniste à certains autres. Tant en campagne sur le terrain que sur le terrain des conviction cet équilibre n’est pas aisément compréhensible pour l’électeur. En effet,  sur les tracts distribués par ses équipes, le visage de Jean-Luc Mélenchon est soigneusement effacé.

Cap à gauche 

Dès le mois de mars 2020 les deux autres députés de la majorité avaient quitté de concert le navire de la République en marche. Le recours à l’article 49-3 pour faire adopter la réforme des retraites a été le facteur déclencheur de la rupture pour Delphine Bagarry qui créa son propre parti intitulé «Les Nouveaux Démocrates».

Pareillement, le député Hubert Julien-Lafferière, a expliqué sa rupture avec la République en marche par ce qu’il qualifie, dans la presse régionale, de dérive droitière du pouvoir.

 


Popularité: Macron stable en mai, débuts mitigés pour Borne

Le président français Emmanuel Macron préside le premier conseil des ministres depuis sa réélection et le remaniement du gouvernement, le 23 mai 2022 à Paris (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron préside le premier conseil des ministres depuis sa réélection et le remaniement du gouvernement, le 23 mai 2022 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Un mois après sa réélection, pas d'effet booster donc pour le chef de l'Etat
  • La nouvelle cheffe du gouvernement fait davantage le plein chez les femmes

PARIS: La cote de popularité d'Emmanuel Macron est stable en mai, avec 41% d'opinions favorables, contre 45% à la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne, qui bénéficie d'un crédit moins élevé que ses prédécesseurs pour ses débuts à Matignon, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Un mois après sa réélection, pas d'effet booster donc pour le chef de l'Etat, dont l'action est jugée insatisfaisante par 58% des sondés (1% ne se prononcent pas). Ce niveau est d'ailleurs dans la moyenne des deux dernières années, avec un pic à 43% d'opinions favorables en mars 2020, au début de la crise du Covid.

M. Macron est légèrement devancé par Mme Borne, avec 45% des personnes interrogées se disant contentes de son action, et 43% mécontentes, 12% ne se prononçant pas.

La nouvelle cheffe du gouvernement fait davantage le plein chez les femmes (47%) que les hommes (43%), et obtient ses meilleurs scores chez les retraités (56%) et les plus de 65 ans (60%).

Mais elle part avec un matelas bien moins épais que la plupart de ses prédécesseurs selon ce baromètre mensuel.

Jean Castex avait fait ainsi ses premiers pas à Matignon en juillet 2020 avec 55% de jugements positifs, comme Edouard Philippe en mai 2017.

Manuel Valls (58%), Jean-Marc Ayrault (65%) et François Fillon (62%) bénéficiaient eux aussi de plus de vent dans le dos.

Il faut remonter à Dominique de Villepin, nommé Premier ministre de Jacques Chirac en juin 2005, pour trouver un capital de départ similaire (44%).

Enquête réalisée en ligne et par téléphone du 17 au 25 mai auprès de 1.946 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,3 points.