Pass sanitaire et licenciements: des syndicats dénoncent un «dérapage»

Le texte, adopté en première lecture par l'Assemblée nationale au petit matin, prévoit pour les salariés et agents publics qui se retrouveraient sans pass sanitaire à des postes où celui-ci va devenir obligatoire une procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération. (Photo, AFP)
Le texte, adopté en première lecture par l'Assemblée nationale au petit matin, prévoit pour les salariés et agents publics qui se retrouveraient sans pass sanitaire à des postes où celui-ci va devenir obligatoire une procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Pass sanitaire et licenciements: des syndicats dénoncent un «dérapage»

  • «C'est transgressif, dangereux et inquiétant de voir apparaître pour la première fois un motif de licenciement à la charge du salarié pour une raison relevant de sa vie privée», a dénoncé la CFE-CGC
  • La CGT a jugé dans un communiqué que «la cible à combattre doit être le virus, pas les salariés»

PARIS: "Dérapage", "atteinte" à la liberté de travailler... Plusieurs organisations syndicales sont montées au créneau vendredi pour contester les dispositions du projet de loi anti-Covid qui ouvre la voie à de possibles licenciements faute de pass sanitaire.

Le texte, adopté en première lecture par l'Assemblée nationale au petit matin et qui doit désormais être examiné au Sénat, prévoit pour les salariés et agents publics qui se retrouveraient sans pass sanitaire à des postes où celui-ci va devenir obligatoire une procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération, qui prend fin lorsque le salarié produit "les justificatifs requis". Le salarié peut poser des jours de congés ou RTT, ou encore voir avec l'employeur s'il peut être affecté temporairement sur un autre poste. 

Le texte ajoute que "le fait pour un salarié de ne plus pouvoir exercer son activité pendant une durée cumulée supérieure à l'équivalent de deux mois de journées travaillées en raison du non‑respect de l'obligation de présentation des justificatifs, certificats et résultats (requis) peut être un motif spécifique constituant une cause réelle et sérieuse de licenciement". Le dispositif est similaire pour les salariés soumis à obligation vaccinale.

Dans un communiqué, la CFE-CGC a dénoncé vendredi un "dérapage". "C'est transgressif, dangereux et inquiétant de voir apparaître pour la première fois un motif de licenciement à la charge du salarié pour une raison relevant de sa vie privée", écrit le syndicat, exhortant le gouvernement à "revenir à la raison".

FO "conteste" également que "la politique mise en œuvre pour accélérer et élargir la vaccination ou s'assurer des protections requises, nécessaires face à la survenue du variant Delta, s'appuie sur la menace de sanctions allant jusqu'au licenciement des salariés concernés soit par la vaccination obligatoire soit travaillant dans les lieux soumis au passe sanitaire".

Mercredi, la CGT avait aussi jugé dans un communiqué que "la cible à combattre doit être le virus, pas les salariés", dénonçant un texte "qui porterait atteinte à leur liberté de travailler". 

"Nous interpellons les parlementaires pour qu'ils mesurent toutes les conséquences sociales que cette loi, si elle était votée, ferait peser, quasi exclusivement, sur les salariés en imposant des sanctions. Des sanctions qui pourraient aller jusqu'à la suspension de leur rémunération voire leur licenciement", avait écrit le syndicat.


France: Macron annonce un plan de 800 millions d'euros pour la robotique

La France est en 7e position mondiale pour le nombre de robots utilisés, derrière la Chine, le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud, l'Allemagne et l'Italie, selon la Fédération Internationale de la robotique. (Photo, AFP)
La France est en 7e position mondiale pour le nombre de robots utilisés, derrière la Chine, le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud, l'Allemagne et l'Italie, selon la Fédération Internationale de la robotique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'objectif est de réindustrialiser la France avec des technologies «de demain», a souligné Emmanuel Macron
  • La France est en retard, selon un récent rapport parlementaire, tant dans l'utilisation que dans la fabrication de robots

SAINT-ÉTIENNE: Le président Emmanuel Macron a annoncé lundi que le plan d'investissement France 2030 consacrera 800 millions d'euros au secteur de la robotique, dont 400 millions pour la fabrication de ces robots qui intègrent de l'intelligence artificielle.

L'objectif est de réindustrialiser la France avec des technologies "de demain", a souligné Emmanuel Macron, qui souhaite promouvoir d'ici cinq ans une filière industrielle mêlant automatisation de la fabrication, intelligence artificielle et objets connectés, ce qui "évite de délocaliser dans les pays à bas coûts", selon lui.

L'usine 4.0, capable d'arrêter seule sa production et de la réorienter en fonction des demandes du marché, avec des conditions de travail nettement moins pénibles qu'une usine classique, fait figure de graal de la réindustrialisation européenne post-Covid.

Un premier appel à projet est prévu dans les prochains jours, ainsi que 400 millions pour "accompagner la transformation de sites industriels qui vont de manière massive vers de la machine intelligente", a précisé le président, en visite à Saint-Etienne (centre-est) devant les salariés du groupe Siléane, spécialisé en "robotique adaptative".

Siléane produit des robots intelligents, qui conditionnent des poches de perfusion pour le domaine médical ou encore qui gèrent les déchets nucléaires. Ils sont conçus pour s'adapter à des situations imprévisibles.

"Nous allons aider au déploiement d'une vraie transformation industrielle qui permettra de réindustrialiser la France, plutôt que de regarder les solutions d'il y a 30 ans". "La nostalgie n'est pas bonne conseillère", a-t-il poursuivi.

L'enjeu est énorme. À elle seule, la Chine, usine du monde, représente un tiers de la demande mondiale en matière de robots industriels, selon la banque d'affaires Bryan Garnier spécialisée dans les technologies.

Et la France est en retard, selon un récent rapport parlementaire, tant dans l'utilisation que dans la fabrication de robots, ce qui est source de perte de compétitivité dans des secteurs-clés.

La France est en 7e position mondiale pour le nombre de robots utilisés, derrière la Chine, le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud, l'Allemagne et l'Italie, selon la Fédération Internationale de la robotique (IFR) basée à Francfort en Allemagne.

Avec des machines âgées en moyenne de 17 ans dans les PME industrielles françaises, le ministère de l'Économie se désole de voir qu'une grande partie des 8 000 projets de modernisation qui ont vu le jour grâce au guichet "industrie du futur" du plan de relance en 2020 ont bénéficié à des constructeurs de robots étrangers.

La robotisation est "au cœur du projet France 2030", a assuré le président.

Ce plan dévoilé le 12 octobre par le chef de l'État porte sur 30 milliards d'euros d'investissements sur cinq ans pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d'avenir en France.

Reste la lourde et délicate question de l'emploi. Est-ce que cette automatisation industrielle risque de "détruire" demain tous les emplois industriels humains? Un rapport du Sénat "demain les robots" s'en inquiétait en décembre 2019.  

Pour la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, la robotisation des usines, et plus généralement l'utilisation des nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle, et demain la 5G, vont surtout "permettre de développer voire de relocaliser des productions en France".

Le chef de l'État a prévu d'effectuer dans les semaines à venir une série de visites, notamment d'usines, pour faire connaître le plan France 2030 qui se projette sur dix ans. Une manière d'occuper le terrain alors que ses adversaires politiques se préparent à la campagne pour la présidentielle d'avril 2022.

Selon les derniers sondages, Emmanuel Macron - qui n'a pas encore annoncé s'il se représentait - est en tête dans les intentions de vote, devant deux candidats d'extrême droite au coude à coude, la présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen et le polémiste Éric Zemmour (qui n'est pas encore officiellement candidat).


Futur électrique de la France: avantage économique du nucléaire, besoin de plus de renouvelables

La centrale nucléaire française de Flamanville, disposant d’un réacteur nucléaire de troisième génération (Photo, AFP).
La centrale nucléaire française de Flamanville, disposant d’un réacteur nucléaire de troisième génération (Photo, AFP).
Short Url
  • L'épais rapport, lancé en 2019 et d'une ampleur inédite en France et en Europe, devrait conforter les partisans du nucléaire
  • Etre neutre en carbone en 2050 se traduira par une électrification massive des usages - transport, chauffage ou industrie- au détriment du pétrole et du gaz naturel

PARIS: Essor indispensable des renouvelables mais aussi avantage économique à construire de nouveaux réacteurs nucléaires: le gestionnaire du réseau électrique français RTE a présenté lundi ses principales conclusions sur l'avenir du système à l'horizon 2050, en plein débat avant la présidentielle.

L'épais rapport, lancé en 2019 et d'une ampleur inédite en France et en Europe, devrait conforter les partisans du nucléaire, car il conclut que, du strict point de vue économique, il reste une voie moins chère que de compter sur les seules énergies renouvelables pour atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle, comme la France s'y est engagée aux côtés de dizaines de pays.

La publication intervient à l'heure où l'avenir énergétique de la France agite la pré-campagne présidentielle de 2022, certains candidats prônant une sortie plus ou moins rapide du nucléaire (écologistes ou Insoumis par exemple) tandis que d'autres (notamment à droite mais aussi au PCF) sont favorables à cette énergie. Le président Emmanuel Macron, favorable au nucléaire, réserve pour l'instant sa décision sur le lancement de six nouveaux EPR, ce réacteur de nouvelle génération dont le premier exemplaire doit enfin démarrer l'an prochain à Flamanville.

Etre neutre en carbone en 2050 se traduira par une électrification massive des usages - transport, chauffage ou industrie- au détriment du pétrole et du gaz naturel.

Même si la consommation totale d'énergie doit baisser, la France consommera donc plus d'électricité en 2050 qu'aujourd'hui, y compris dans le scénario le plus "sobre".

"La France doit simultanément faire face à deux défis: d'une part produire plus d'électricité en remplacement du pétrole et du gaz fossile et, d'autre part renouveler les moyens de production nucléaire qui vont progressivement atteindre leur limite d'exploitation d'ici 2060", résume Xavier Piechaczyk, président de RTE.

Le parc nucléaire français, construit dans les années 1970 à 90, vieillit en effet et deviendra progressivement obsolète sur les décennies à venir. 

Pour "éclairer le débat public", RTE présente six scénarios de production possibles, allant de 100% renouvelables en 2050 à un développement "volontariste" du nucléaire avec la construction de 14 EPR ainsi que des petits réacteurs.

"Tous ces chemins sont possibles même si certains sont plus difficiles ou incertains", juge Xavier Piechaczyk.

Ces scénarios, qui avaient déjà été esquissés sur le plan technologique, prennent cette fois-ci en compte la dimension économique, environnementale et sociétale des choix à faire.

RTE ne prend pas partie pour une option plutôt qu'une autre mais présente "leurs avantages, leurs inconvénients, leurs impacts et leurs conséquences", souligne M. Piechaczyk.

"Atteindre la neutralité carbone est impossible sans un développement significatif des énergies renouvelables", soulignent une nouvelle fois les auteurs.

Ainsi, même le scénario de développement le plus massif du nucléaire ne pourra pas se faire sans un essor important des renouvelables, avec une capacité solaire multipliée par 7 et l'éolien terrestre multiplié par 2,5.

«Coût maîtrisable»

Mais du point de vue économique, nouveauté du rapport, "construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent", conclut-il.

En effet, même si les coûts des renouvelables ont fortement baissé, le solaire ou l'éolien nécessitent des investissements plus importants pour les réseaux électriques (car ils sont plus éparpillés) et pour la flexibilité (car ils ne produisent pas en permanence), avec le besoin par exemple de plus de stockage et de centrales thermiques d'appoint à hydrogène ou biométhane.

Donc "les scénarios comprenant de nouveaux réacteurs nucléaires apparaissent plus compétitifs".

L'écart est de l'ordre de 10 milliards d'euros par an entre un scénario avec de nouveaux réacteurs nucléaires (14 EPR) et un autre sans, posant le postulat du développement de grands parcs renouvelables. 

Le fossé se creuse même à quelque 20 milliards par an si l'on compare cette option nucléaire à une autre faisant le pari d'un développement "diffus" des renouvelables, avec notamment un fort recours au solaire installé sur les toitures.

En plein débat sur le pouvoir d'achat, RTE conclut également que "le système électrique de la neutralité carbone peut être atteint à un coût maîtrisable". 

Il se traduirait en effet par une augmentation des coûts de l'électricité (de l'ordre de 15%) mais avec en contrepartie la fin des dépenses en énergies fossiles pour faire le plein de la voiture ou remplir la cuve à fioul.


En Guyane, les nœuds sociétaux et culturels face à la vaccination

La Covid-19 ne relâche guère son étreinte sur la Guyane (Photo, AFP).
La Covid-19 ne relâche guère son étreinte sur la Guyane (Photo, AFP).
Short Url
  • «La norme sociale est défavorable à la vaccination», explique l'Agence régionale de santé (ARS)
  • Clara de Bort, directrice générale de l'ARS Guyane, explique les complexes perceptions des décisions venues de métropole

CAYENNE: A peine un tiers de la population vaccinée, un confinement interminable, couvre-feu et restaurants fermés. La Covid-19 ne relâche guère son étreinte sur la Guyane où "la norme sociale est défavorable à la vaccination", selon l'Agence régionale de santé (ARS).

Dans une interview exclusive à l'AFP, Clara de Bort, directrice générale de l'ARS Guyane, explique les complexes perceptions des décisions venues de métropole, sans évacuer ses propres erreurs de communication.

QUESTION: Comment expliquer le faible taux de vaccination en Guyane ?

REPONSE: Les données brutes masquent des différences infra-régionales. Santé publique France en Guyane estime à entre 60 et 70% la population éligible (supérieure à 12 ans) de l'Est guyanais vaccinée. A l'Ouest, on vaccine beaucoup moins. Il y a aussi probablement - on ne peut pas le démontrer - des différences entre communautés. 

D'après des enquêtes de l'Institut Pasteur, il y a des gens qui voulaient se faire vacciner mais (...) soit voulaient attendre pour en savoir plus, soit avaient des doutes sur l'utilité du vaccin ou son innocuité. Nous avons aussi fait des recherches qui montrent que (...) pour des populations très précaires, qui cherchent d'abord à savoir ce qu'elles vont manger le soir et ont très peu de contact avec le système de santé, ce n'est pas évident de se dire: +je vais trouver une solution pour aller au vaccinodrome+.

Q: N'y a-t-il pas un problème de perception des décisions de la métropole ? 

R: Il y a probablement un sujet de conformisme. Tant qu'il y a une majorité de gens non vaccinés, être conforme à sa communauté, c'est de ne pas le faire. Il y a des gens vaccinés qui se cachent. La norme sociale, en ce moment encore en Guyane, est défavorable à la vaccination. 

On a toujours eu plus de stocks que de demande et en début de campagne, on a eu beaucoup de difficultés pour obtenir l'autorisation d'élargir les critères de vaccination plus vite qu'en métropole. Quand vous allez au fin fond de l'Amazonie et que vous avez deux Amérindiens de 51 et 49 ans, vous n'allez pas en vacciner qu'un... Si nous avions pu ne pas être coincés par des règles rigides - à juste titre pour la métropole - nous n'aurions pas mis de limite d'âge et nous aurions par exemple proposé tout de suite aux diabétiques de se vacciner.

Q: Avez-vous réclamé cette autonomie ?

R: Peut-être pas avec assez de force… mais on est dans un pays très à cheval sur l'égalité et on demande à être traités comme les autres. Comment intègre-t-on, dans des décisions d'arbitrage scientifiques, des fragilités individuelles et territoriales ? J'ai voulu moi aussi être solidaire, mais je pense qu'on a un peu raté notre démarrage.

Q: N'y a-t-il pas une forme de refus de décisions venus de Paris ?

R: Je veille à éviter tout relativisme culturel. La question de la défiance ou désintérêt vis-à-vis de décisions qui concernent le quotidien pèse probablement. Il y aussi des peurs qui ont été instrumentalisées. Comme il y a une forme d'incompréhension mutuelle entre l'Etat et cette région très éloignée, ce n'était pas rendre service au vaccin de l'associer exclusivement à un enjeu des autorités étatiques. 

Je suis très critiquée sur mon mode de communication et certaines critiques sont fondées. Mais qu'ont attendu les chefs coutumiers, religieux, associations, leaders d'opinions ? Ils ne sont pas sortis du bois, je les comprends… Mais je ne demande pas le monopole de la communication vaccinale.

Q: Comment envisagez-vous l'avenir ?

R: Cela fait six mois qu'on n'est pas descendu en dessous de 150/100.000: vous ne trouverez pas un territoire en France avec, pendant six mois, une incidence aussi élevée. La durée des restrictions est infiniment plus longue qu'en métropole. J'ai grand espoir que la situation s'améliore et qu'on puisse relancer la vaccination en ayant repris contact avec la population. Peut-être qu'une bascule va se produire, qu'on aura moins honte de dire qu'on est vacciné.