Après le coup de force du président, la Tunisie dans l'attente d'un gouvernement

S'il a été salué par de nombreux Tunisiens exaspérés par les luttes de pouvoir au Parlement en pleine crise sociale et sanitaire, ce coup de force suscite également de l'inquiétude en Tunisie comme à l'étranger. (Photo, AFP)
S'il a été salué par de nombreux Tunisiens exaspérés par les luttes de pouvoir au Parlement en pleine crise sociale et sanitaire, ce coup de force suscite également de l'inquiétude en Tunisie comme à l'étranger. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 29 juillet 2021

Après le coup de force du président, la Tunisie dans l'attente d'un gouvernement

  • Le président a limogé mercredi soir le PDG de la TV nationale, accusé d'avoir limité l'accès de la chaîne à un militant des droits de l'homme et une journaliste
  • Plusieurs organisations de la société civile ont plaidé en faveur d'une feuille de route avec un calendrier détaillé

TUNIS : Trois jours après le coup de force du président tunisien Kaïs Saïed, qui s'est octroyé le pouvoir exécutif et a suspendu le Parlement pour 30 jours, les appels se multiplient en faveur d'une feuille de route et pour la mise en place d'un nouveau gouvernement.

Le président a argué des "périls imminents" auxquels était confrontée la Tunisie, plongée depuis des mois dans une profonde crise politique, pour justifier sa prise de pouvoir dimanche. 

Il a limogé le Premier ministre Hichem Mechichi, très critiqué pour sa gestion de l'épidémie de Covid-19 qui a laissé la Tunisie à court d'oxygène et débordée par un pic d'hospitalisations, indiquant qu'il exercerait le pouvoir exécutif avec "l'aide d'un gouvernement" dont il devait nommer le chef.

D'influentes ONG tunisiennes ont mis en garde contre tout prolongement "illégitime" de la suspension du Parlement tandis que Paris a appelé mercredi à la "nomination rapide" d'un Premier ministre.

"Le président Saïed est devant un grand défi: montrer aux Tunisiens et au monde qu'il a pris les bonnes décisions", souligne le politologue Slaheddine Jourchi.

M. Saïed a présidé mercredi une réunion des cadres de l'armée et de la police, sans qu'aucune décision ne soit annoncée.

Calendrier détaillé

Depuis dimanche, le président tunisien a démis de leurs fonctions une série de conseillers gouvernementaux et chargés de missions auprès du Premier ministre, puis écarté le procureur général de la justice militaire ainsi que les ministres de la Défense et de la Justice après s'être attribué le pouvoir judiciaire dans le cadre des mesures exceptionnelles. 

Il a assuré qu'il était attaché aux libertés publiques, et ferait en sorte de les protéger. Mercredi soir, la présidence a limogé le PDG de la chaîne de télévision nationale, Laassad Dhahech, accusé d'avoir tenté de semer le trouble en limitant l'accès de la chaîne à un militant des droits de l'homme et une représentante du syndicat des journalistes.

S'il a été salué par de nombreux Tunisiens exaspérés par les luttes de pouvoir au Parlement en pleine crise sociale et sanitaire, ce coup de force suscite également de l'inquiétude en Tunisie comme à l'étranger.

Plusieurs organisations de la société civile, influentes dans le seul pays à poursuivre sa démocratisation après la vague de soulèvement des Printemps arabes en 2011, ont plaidé en faveur d'une feuille de route avec un calendrier détaillé.

Elles ont mis en garde dans un texte commun contre tout prolongement "illégitime" de la suspension du Parlement, soulignant la nécessité de respecter le délai de 30 jours mentionné dans l'article 80 de la Constitution sur lequel s'est appuyé Kaïs Saïed.

A Paris, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a souligné lors d'un entretien téléphonique avec son homologue Othman Jarandi "l'importance de la nomination rapide d'un Premier ministre et de la formation d'un gouvernement qui soit à même de répondre aux attentes des Tunisiens".

La décision dimanche de suspendre le Parlement et de démettre le Premier ministre faisait suite à des manifestations ayant éclaté le jour même à travers la Tunisie contre le gouvernement, principalement contre sa gestion de la crise sanitaire après une nouvelle flambée des cas.

Les milliers de protestataires réclamaient notamment "la dissolution du Parlement".

Le principal parti au Parlement, Ennahda, formation d'inspiration islamiste, a dénoncé les mesures prises par le président tunisien comme un "coup d'Etat" et appelé M. Saïed à revenir sur ses décisions.

Enquête

M. Saïed avait notamment indiqué qu'il présiderait les services du procureur général "pour qu'ils agissent dans le cadre de la loi et qu'ils ne se taisent pas face à des crimes commis contre la Tunisie et dont les dossiers disparaissent".

Mercredi, le parquet a annoncé avoir ouvert le 14 juillet une enquête contre Ennahda, son allié Qalb Tounes et la formation Aïch Tounsi, pour une affaire de financement étranger de leur campagne électorale en 2019.

Dix ans après la chute de Zine el Abidine ben Ali, les problèmes du chômage, profondément enraciné, et de la dégradation des infrastructures publiques et du pouvoir d'achat, à l'origine du soulèvement contre son régime autoritaire, n'ont jamais été résolus. Et la Tunisie fait face à un mur de dettes.

En outre, depuis les élections d'octobre 2019 ayant débouché sur un Parlement très fragmenté, le pays a connu trois chefs de gouvernement et vu s'accentuer les luttes de pouvoir en pleine crise sociale et sanitaire.

Ennahda s'est dit prêt "à la tenue d'élections législatives et présidentielle anticipées simultanées" pour "éviter que tout retard ne serve de prétexte au maintien d'un régime autocratique".

Mais avant de telles élections, il faudrait selon un dirigeant d'Ennahda interrogé, Noureddine B'hiri, "que le Parlement reprenne ses activités et que soit mis fin à son contrôle militaire".

 


«Catastrophe environnementale»: Le gouvernement yéménite demande de l'aide pour sécuriser le navire attaqué par les Houthis

Sur cette image satellite fournie par Planet Labs, le vraquier Rubymar, battant pavillon bélizien, est observé dans le sud de la mer Rouge, près du détroit de Bab el-Mandeb, fuyant du pétrole après une attaque des Houthis du Yémen, le 20 février 2024 (Photo, AP).
Sur cette image satellite fournie par Planet Labs, le vraquier Rubymar, battant pavillon bélizien, est observé dans le sud de la mer Rouge, près du détroit de Bab el-Mandeb, fuyant du pétrole après une attaque des Houthis du Yémen, le 20 février 2024 (Photo, AP).
Short Url
  • Le Commandement central des États-Unis a déclaré qu'une fuite de carburant provenant du Rubymar avait créé une nappe de pétrole de 18 miles de long dans la mer Rouge
  • Le gouvernement yéménite a exhorté la communauté internationale à agir rapidement

AL-MUKALLA : Le gouvernement internationalement reconnu du Yémen a demandé l'aide de la communauté internationale pour contrôler une marée noire et une fuite potentielle de produits chimiques dans la mer Rouge, causées par une attaque des Houthis sur un cargo.

Dans un communiqué publié vendredi, le Commandement central des États-Unis a indiqué qu'une fuite de carburant du Rubymar, un navire frappé la semaine dernière par un missile des Houthis et abandonné par son équipage, avait créé une nappe de pétrole de 18 milles de long dans la mer Rouge.

Les 41 000 tonnes d'engrais qui se trouvent à bord du navire exploité par le Liban, appartenant au Royaume-Uni et battant pavillon bélizien risquent également de se déverser dans la mer et de provoquer une catastrophe écologique, ajoute le communiqué.

SABA, l'agence de presse nationale du Yémen, a déclaré que le Premier ministre, Ahmed Awad ben Moubarak, avait mis en place un comité d'urgence, exhortant les autres pays et les organisations environnementales à contribuer à la prévention des dommages écologiques dans la mer Rouge.

Le gouvernement yéménite a exhorté la communauté internationale à agir rapidement pour empêcher que l’« importante quantité » de carburant et d'ammoniac du navire ne se déverse dans la mer, ajoutant que le Rubymar avait été frappé et abandonné au sud des îles Hanish.

À Sanaa, les Houthis ont imputé l'incident du Rubymar aux États-Unis et au Royaume-Uni, accusant les navires visés de ne pas tenir compte des avertissements et de violer l'embargo de la milice sur Israël.

« L'objectif de nos actions militaires est de modifier l’itinéraire des navires israéliens, et non de les capturer, de les détourner ou de les couler. Néanmoins, l'insistance des États-Unis et de la Grande-Bretagne à violer l'embargo partiel sur Israël est à l'origine de cette escalade », a déclaré le chef des Houthis, Mohammed al-Bukhaiti, sur la chaîne de télévision X.

Depuis novembre, les Houthis se sont emparés d'un navire commercial et ont lancé des centaines de drones et de missiles contre des navires commerciaux et militaires en mer Rouge, à Bab el-Mandeb et dans le golfe d'Aden, tout en dissuadant les navires liés à Israël de traverser la mer Rouge. La milice affirme que sa campagne vise à forcer Israël à lever le siège de Gaza.

Les assauts des Houthis sur la mer Rouge ont incité les États-Unis à organiser une alliance de pays pour protéger la mer Rouge et à lancer des centaines de frappes aériennes sur les zones du Yémen contrôlées par les Houthis.

Samedi, le Commandement central des États-Unis a déclaré que ses forces avaient détruit sept missiles de croisière antinavires mobiles des Houthis qui étaient sur le point d'être lancés depuis le Yémen sur des navires de la marine américaine et des navires commerciaux étrangers.

Malgré les bombardements intensifs des États-Unis et du Royaume-Uni, les Houthis ont promis de continuer à attaquer les navires en mer Rouge si Israël n'autorise pas l'acheminement de l'aide humanitaire à Gaza.

Un groupe de spécialistes du Yémen a exhorté les États-Unis à fournir une aide militaire au gouvernement yéménite afin de saper la campagne des Houthis en mer Rouge.

Dans un article commun publié par l'American Enterprise Institute, un groupe de réflexion basé à Washington, Nadwa al-Dawsari, Casey Coombs, Ibrahim Jalal, Kenneth M. Pollack, Baraa Shiban et Katherine Zimmerman ont mis en doute l'utilité des frappes aériennes américaines et britanniques pour mettre fin à la campagne des Houthis en mer Rouge.

Bien que les frappes aient réduit la fréquence et l'intensité des attaques des Houthis, les États-Unis doivent armer et former les troupes gouvernementales yéménites pour l’emporter contre la milice, ont-ils déclaré.

« Les États-Unis devraient commencer à soutenir pleinement le gouvernement qu'ils reconnaissent au Yémen et lui fournir les moyens nécessaires pour gagner contre les Houthis », ont souligné les experts. « L'affaiblissement des Houthis dans le contexte de la guerre civile est le seul moyen de les empêcher de consolider leur position en tant qu'intermédiaires du pouvoir au Yémen et de projeter davantage de puissance à l'étranger, y compris dans le domaine maritime. »

« Ce n'est que lorsqu'ils seront directement menacés et en position de perdants que les Houthis – et peut-être les Iraniens – repenseront leur politique actuelle. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Dans le nord de Gaza, manger son cheval pour ne pas mourir de faim

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza assiégée par Israël (Photo d'illustration, AFP).
Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza assiégée par Israël (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • Abou Gibril s'est résolu à sacrifier sa dernière richesse: ses deux chevaux de trait, qu'il a abattus et cuisinés, sans oser dire à ses voisins ce qu'il leur donnait à manger
  • «On n'a pas eu d'autre choix, il a fallu tuer les chevaux pour nourrir les enfants», dit ce paysan palestinien de 60 ans réfugié dans le grand camp de déplacés Jabaliya

TERRITOIRES PALESTINIENS: Pour ne pas mourir de faim dans le nord de la bande de Gaza en guerre, Abou Gibril s'est résolu à sacrifier sa dernière richesse: ses deux chevaux de trait, qu'il a abattus et cuisinés, sans oser dire à ses voisins ce qu'il leur donnait à manger.

"On n'a pas eu d'autre choix, il a fallu tuer les chevaux pour nourrir les enfants", dit à l'AFP ce paysan palestinien de 60 ans réfugié dans le grand camp de déplacés Jabaliya.

La guerre lui a tout pris, raconte-t-il. Dès le début des combats en octobre, elle a détruit sa maison et ses champs à Beit Hanoun, dans l'extrême nord de la bande de Gaza.

Abou Gibril et sa famille ont fait quelques kilomètres pour trouver refuge à Jabaliya, créé en 1948.

Avant la guerre, Jabaliya était déjà le plus grand camp de déplacés à Gaza, surpeuplé, avec plus de 100.000 personnes entassées sur 1,4 km2 selon l'ONU, entre pauvreté, chômage, eau croupie et coupures d'électricité.

Abou Gibril y survit avec sa famille dans une tente qu'il a bricolée, à côté d'une école autrefois gérée par l'ONU et où des milliers d'autres déplacés se sont installés.

Et si les combats les ont jusqu'ici épargnés, "c'est la faim qui nous tue" maintenant, dit-il.

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza assiégée par Israël. Et ces graves pénuries pourraient entraîner une "explosion" de la mortalité infantile à Gaza, où un enfant de moins de deux ans sur six est sévèrement mal nourri, a prévenu cette semaine l'Unicef.

La situation est particulièrement alarmante dans le nord, en proie "au chaos et à la violence", selon le Programme alimentaire mondial (PAM), qui y a suspendu mardi la distribution de son aide, en raison des combats ou des foules affamées qui se jettent sur les camions sur les routes pour les piller.

Samedi matin, le ministère de la Santé du Hamas a annoncé qu'un enfant de deux mois, Mahmoud Fatouh, était mort de malnutrition à l'hôpital al-Chifa de la ville de Gaza, à moins de 10 km de Jabaliya. Une vidéo relayée par des médias proches du Hamas, et montrant un bébé agonisant présenté comme Mahmoud Fatouh, circulait sur les réseaux sociaux, sans pouvoir être identifiée.

Abou Gibril a fait cuire la viande des deux chevaux, mise dans du riz (seul, faute de légumes) et distribué à sa famille, ses proches et quelques voisins, soit plusieurs dizaines de personnes.

Mais sans leur dire que c'était du cheval, pour qu'ils puissent se rassasier sans être dégoûtés, personne à Gaza ne mangeant habituellement ces fidèles compagnons des paysans.

A part deux de ses proches, "personne ne sait qu'il mange en fait du cheval", glisse-t-il.

Fourrages, maïs pourri, feuilles

Depuis l'attaque du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien, durant laquelle au moins 1.160 personnes ont péri, 29.606 Palestiniens ont été tués, en grande majorité des civils, dans l'offensive menée en représailles par Israël dans la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien qui a pris le pouvoir dans le petit territoire en 2007.

A Jabaliya, des femmes et enfants faisaient la queue vendredi devant une distribution alimentaire. Trépignant de faim et d'impatience avec leurs gamelles vides, jouant parfois des coudes devant de grandes marmites de soupe fumantes chauffées au feu de bois.

"Le prix du riz s'est envolé", explique un adolescent. Avant de craquer, de désespoir: "Nous, les grands, on peut survivre. Mais ces enfants de quatre ou cinq ans, qu'ont-ils fait pour mériter de s'endormir le soir tenaillés par la faim, et se réveiller dans le même état le lendemain?"

Les habitants du camp en sont réduit à fouiller les alentours à la recherche de tout ce qui peut être ingéré, et qu'ils ne mangeraient pas en temps habituel: de l'orge, des fourrages, du maïs pourri, des feuilles.

S'ajoute parfois la honte et l'humiliation de devoir mendier. "On n'a même plus un shekel à la maison, on a commencé à faire du porte-à-porte, mais personne de nous donne rien", dit une femme.

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées vendredi dans le camp pour crier famine. Amer Abou Qamsan, un de leurs représentants, a appelé la communauté internationale à "sauver" les habitants du nord de Gaza de la famine.

Autour de lui, des enfants tenaient des pancartes barrées de slogans comme "Les bombardements ne nous ont pas tués, mais la faim s'en charge", ou "La faim nous mange de l'intérieur". Puis la petite foule s'est mise à chanter "Non à la famine, non au génocide, non au blocus".


Le ministère de la Culture lance le concours «1727» pour commémorer le jour de la fondation de l'Arabie saoudite

La compétition commence jeudi et se termine samedi. Elle est ouverte au grand public. (Twitter @SAFoundingDay)
La compétition commence jeudi et se termine samedi. Elle est ouverte au grand public. (Twitter @SAFoundingDay)
Short Url
  • Cette compétition fait partie des nombreux événements et activités présentés par le ministère de la Culture pour commémorer le Jour de la Fondation, source d’une immense fierté pour tous les Saoudiens
  • Les participants, qui répondent correctement à toutes les questions et avancent dans toutes les étapes, seront qualifiés pour un tirage au sort

RIYAD: Le ministère de la Culture a annoncé le lancement du concours «1727», doté de prix de 100 000 SR, en l'honneur du Jour de la fondation de l’Arabie saoudite.  

Ce concours, ouvert au grand public, débute jeudi et se poursuivra jusqu'à samedi. Il comprend une série de questions liées à la création de l’État saoudien par l’imam Mouhammad ben Saoud en 1727 après J-C.

Les participants devront répondre à huit questions diverses divisées en quatre étapes, avec deux questions par étape, axées sur les aspects culturels et historiques du Jour de la Fondation.

Les participants, qui répondent correctement à toutes les questions et avancent dans toutes les étapes, seront qualifiés pour un tirage au sort. 100 gagnants seront retenus au hasard, chacun recevant 1 000 SR.

Ce concours s'inscrit dans le cadre des nombreux événements et activités présentés par le ministère de la Culture pour commémorer le Jour de la Fondation, source d'immense fierté pour tous les Saoudiens. Ces événements visent à intéresser toutes les composantes de la société à travers le Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com