Face à la crise, un sous-traitant d'Airbus mise sur les bagages de luxe

Dans ce bureau sont exposés aussi bien un meuble pour avion que les premières productions de la nouvelle société ST Luxury : un coffret à montres dont le prix se situe aux alentours de 5 000 euros ou une valise à quelque 9 000 euros. (AFP)
Dans ce bureau sont exposés aussi bien un meuble pour avion que les premières productions de la nouvelle société ST Luxury : un coffret à montres dont le prix se situe aux alentours de 5 000 euros ou une valise à quelque 9 000 euros. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 29 juillet 2021

Face à la crise, un sous-traitant d'Airbus mise sur les bagages de luxe

  • «Avant la crise, notre production était exclusivement dédiée à la fourniture de pièces et de sous-ensembles composites permettant par exemple d'aménager les cabines des avions»
  • Confronté depuis mars 2020 à une baisse de 50 à 60% de son chiffre d'affaires, qui était de quelque 3,2 millions d'euros avant la crise, ST Composites a décidé de concrétiser ce projet de diversification

LABEGE: Touché par la crise du secteur, un sous-traitant français d'Airbus se diversifie en produisant des bagages de luxe avec "la technologie de l'aéronautique" et le "look vintage" de l'Aéropostale dans l'espoir d'attirer une clientèle de propriétaires d'avions privés.


"Avant la crise, notre production était exclusivement dédiée à la fourniture de pièces et de sous-ensembles composites permettant par exemple d'aménager les cabines des avions", explique Stéphane Trento, PDG de ST Composites.


Désormais, cette activité coexistera avec la maroquinerie de luxe, permettant de garder les 30 salariés de l'entreprise, précise-t-il dans son bureau de la banlieue de Toulouse (sud-ouest de la France), non loin de là où était basée il y a près d'un siècle l'Aéropostale dont Antoine de Saint-Exupéry fut un des pilotes.

Très haut de gamme 
Dans ce bureau sont exposés aussi bien un meuble pour avion que les premières productions de la nouvelle société ST Luxury : un coffret à montres dont le prix se situe aux alentours de 5 000 euros ou une valise à quelque 9 000 euros.


M. Trento souligne le "look résolument vintage rappelant les carlingues d'antan" de ces bagages qui doivent être commercialisés avant la fin de l'année.


"Dans la structure même des bagages nous allons avoir des pièces en composite, issues des mêmes outils, des mêmes moyens de production" que celles destinées à l'aéronautique, poursuit-il.


Au lieu d'Airbus ou Dassault, ses nouveaux clients pourraient être des "passionnés de l'aéronautique" ou de "l'histoire de l'Aéropostale" dont "des gens qui ont acheté des jets privés".


Ces clients auront la possibilité de "personnaliser" leur achat: "Ils pourront, par exemple, demander qu'une pièce comme celle-ci soit en or 24 carats", dit M. Trento, montrant une petite pièce métallique.


Confronté depuis mars 2020 à une baisse de 50 à 60% de son chiffre d'affaires, qui était de quelque 3,2 millions d'euros avant la crise, ST Composites a décidé de concrétiser ce projet de diversification dont la conception a commencé il y a quelques années.


Deux millions d'euros ayant notamment servi à acheter deux robots et une imprimante en 3D ont donc été investis dans ce projet, auquel l’État a accordé une aide de quelque 800.000 euros dans le cadre du plan de relance. 


Une campagne de financement participatif visant à recueillir 400 000 euros pour ST Luxury a également été lancée.

Fibre de bambou 
Cette diversification comprend aussi des travaux de recherche visant à remplacer des produits chimiques utilisés dans l'aéronautique par des produits d'origine naturelle.


Ainsi, la fibre de bambou va remplacer la fibre de carbone utilisée dans l'aéronautique. Et, à la place des résines d'aujourd'hui, ST utilisera des résines "bio-sourcées" ne faisant pas appel aux habituels composants chimiques.


Stéphane Trento et son responsable des programmes, Thomas Couach, espèrent que ces recherches permettront à terme d'utiliser aussi dans l'aéronautique ces "composites écoresponsables".


En outre, d'autres matériaux, en particulier plastiques, devront être remplacés pour tenter d'atteindre à terme le "zéro déchet".


Dans un des ateliers, un opérateur montre une sorte de doublure en silicone susceptible de remplacer plusieurs films en plastique servant à envelopper une pièce. "Ce changement va aussi simplifier mon travail", note-t-il.


D'autre part, ce "luxe nouveau", comme l'appelle M. Trento, "s'interdit l'utilisation, même si des clients nous le demandaient, de cuirs exotiques". 


"Il n'est pas question pour nous de d'élever et tuer des crocodiles uniquement pour faire un sac. Ce sont des cuirs, de veaux ou autre, éventuellement imprimés avec un +motif crocodile+, mais pas des cuirs exotiques", précise-t-il.


M. Trento souligne enfin sa volonté de limiter les transports inutilement polluants: "Ces objets ne vont pas faire le tour du monde avant d'être montés" car la dizaine de sous-traitants avec lesquels il travaille se trouvent en Occitanie, voire en Haute-Garonne.


Dans le Nord, le textile Made in France en manque de bras

Des employés travaillent sur des machines à coudre à l''atelier résilience' à Roubaix, dans le nord de la France, le 21 octobre 2021. Cette ancienne terre textile peine à trouver des ouvriers. (Denis Charlet/AFP)
Des employés travaillent sur des machines à coudre à l''atelier résilience' à Roubaix, dans le nord de la France, le 21 octobre 2021. Cette ancienne terre textile peine à trouver des ouvriers. (Denis Charlet/AFP)
Short Url
  • Alors que 450 entreprises industrielles de la filière subsistent dans le nord, 15 projets promettant 4.000 emplois sont soutenus par le plan de relance
  • Ancienne capitale du négoce de laine, Roubaix (Nord) se voit en épicentre de cette dynamique: relocaliser 1% des vêtements achetés par les Français génèrerait 4.000 emplois

ROUBAIX, France : Du créateur pointu au mastodonte de la mode, les projets pour produire à nouveau des vêtements dans le nord de la France se multiplient, portés par les bouleversements de la crise sanitaire. Mais cette vieille terre textile peine à trouver des bras.

«Fallait t'y attendre, c'est la mondialisation !». En 1999, Levi's quittait La Bassée (Nord) pour la Turquie, laissant 541 personnes sur le carreau. Une pièce de théâtre, «501 Blues», était créée dans la foulée, portée par cinq anciennes ouvrières.

Vingt ans plus tard, elle vient d'être relancée. Avec cette fois une bonne nouvelle annoncée lors de la «première» à Lens (Pas-de-Calais): l'ouverture prochaine d'un atelier d'insertion, qui va produire des jeans pour 1083, marque emblématique du «Made in France».

Onze emplois seulement, puis 27 en 2024. Mais un symbole fort, au moment où les projets de (re)localisation d'activités textile fleurissent dans la région.

La crise sanitaire a stimulé une demande plus locale et responsable. Et alors que 450 entreprises industrielles de la filière subsistent dans le nord, 15 projets promettant 4.000 emplois sont soutenus par le plan de relance. «Les planètes sont alignées» pour faire redécoller le «Made in France», s'enthousiasment les professionnels des Hauts-de-France.

- «Jamais vécu ça !» -

Ancienne capitale du négoce de laine, Roubaix (Nord) se voit en épicentre de cette dynamique, avec un chiffre pour mantra: relocaliser 1% des vêtements achetés par les Français génèrerait 4.000 emplois.

«Produire en France va coûter environ 2,5 fois plus cher mais si on réussit à produire à la demande, sans stocks et donc sans démarques, on peut maintenir voire améliorer les marges», professe Guillaume Aélion, dont l'«Atelier Agile» conçoit des petites collections pour des enseignes. «20 à 25% de Made in France, c'est possible !»

Même des marques de la «fast fashion» se positionnent. La galaxie Mulliez (Jules, Pimkie...) va lancer «FashionCube» à Neuville-en-Ferrain (Nord): une centaine de salariés, pour produire 6% des pièces denim de ces marques, soit 400.000 pièces/an, avec l'objectif de ne pas coûter plus de 20% plus cher que les jeans asiatiques.

«On est tous à la recherche de sens, de faire moins, mais mieux», explique le directeur du projet, Christian Kinnen.

A Hordain, le spécialiste du textile technique Dickson-Constant ouvre une seconde usine nordiste. Et face à la demande de fils français, Safilin, parti en Pologne en 2005, rouvre une filature à Béthune (Pas-de-Calais).

«Je n'ai jamais vécu ça !», se réjouit Olivier Ducatillon, président de l'Union des industries textiles et habillement Nord. Au point qu'une difficulté apparaît: le manque de main d'oeuvre.

- «Détroit français» -

Si le textile ne représente plus que 14.000 emplois dans la région contre 150.000 il y a quelques années, 170 offres sont à pourvoir en confection, rien que dans la métropole lilloise.

Beaucoup de formations initiales ayant disparu, les entreprises recherchent surtout la motivation. Et forment en interne.

A Roubaix, l'ENSAIT, dernière école d'ingénieur française encore centrée sur le textile, est passée en 20 ans d'une cinquantaine d'étudiants à 130, selon son directeur.

Une Ecole de production industrielle vient aussi d'être lancée à Roubaix, pour former en deux ans des jeunes souvent en marge du système scolaire. Ils apprennent à utiliser 14 types de machines à coudre différentes, certaines à commande vocale, avec port USB...

«Ce sont des emplois d'avenir, qui ne seront pas délocalisés, et plus la confection comme l'ont connue leurs parents. Il ne reste plus de travail à la chaîne en France», insiste le directeur, Pierre Delannoy.

A Roubaix, ville jeune au taux de chômage proche de 30%, l'Atelier Résilience, monté pendant la crise sanitaire pour produire des masques, mais désormais plus diversifié, a parié sur l'insertion des chômeurs.

Ce réseau d'une centaine d'ateliers emploie 800 personnes, dont 110 à Roubaix, et a généré 30 millions de chiffres d'affaires en un an.

«Roubaix, c'est pas une ville qui avait une super connotation», concède sa responsable, Stéphanie Calvino. «Mais je pense que c'est le Détroit français.»


Le Québec se veut le nouvel eldorado vert et «pas cher» des centres de données

Cette photo d'OVHcloud montre l'intérieur du centre de données appartenant au fournisseur Web français OVHcloud, prise le 9 février 2017, à Beauharnois, près de Montréal, Québec.  (OVHcloud / AFP)
Cette photo d'OVHcloud montre l'intérieur du centre de données appartenant au fournisseur Web français OVHcloud, prise le 9 février 2017, à Beauharnois, près de Montréal, Québec. (OVHcloud / AFP)
Short Url
  • Le géant américain Google, déjà présent dans la province, a prévu de construire son premier centre de données, un investissement de 735 millions de dollars canadiens (489 millions d'euros) sur un terrain d'une soixantaine d'hectares
  • Argument financier de taille, le Québec se targue de proposer une électricité à bas coût, qui défie la concurrence américaine et européenne avec un prix d'environ 5 cents (en dollars canadiens) le kilowattheure

BEAUHARNOIS, Canada: Avec son électricité bon marché et renouvelable, le Québec rêve de devenir un nouvel eldorado pour les géants technologiques, qui y déploient de plus en plus leurs centres de données («data centers») dans un secteur en plein essor mais très énergivore.

Cinquante centres sont actuellement installés dans la province canadienne, contre 39 début 2019, dont certains sont détenus par des champions de ce secteur devenu stratégique pour l'économie numérique comme Amazon (leader du «cloud», l'informatique à distance, avec sa filiale Amazon Web Services), Microsoft, Google ou encore IBM.

Encore loin derrière la Virginie aux Etats-Unis et sa «Data Center Alley» qui revendique 70% du trafic internet mondial, ou l'Ile-de-France, qui compte plus de 120 centres de données, le Québec veut devenir une option.

Au cours des dernières années, «on a vu de nouveaux joueurs arriver, et de très gros joueurs», se félicite Stéphane Paquet, PDG de Montréal international, l'organisme chargé de la promotion économique de la métropole.

Le géant américain Google, déjà présent dans la province, a prévu de construire son premier centre de données, un investissement de 735 millions de dollars canadiens (489 millions d'euros) sur un terrain d'une soixantaine d'hectares. Même stratégie d'expansion pour Microsoft, qui a acheté un terrain dans l'agglomération de la ville de Québec.

- Environnement -

L'un des pionniers, l'hébergeur français OVHcloud, a installé au Québec en 2012 l'un de ses 32 centres de données.

A l'intérieur d'une ancienne usine d'aluminium dans la grande banlieue de Montréal, des dizaines de milliers de serveurs sont entreposés dans de vastes conteneurs.

«L'objectif était de nous implanter sur le continent américain et la porte d'entrée naturelle a été le Québec où se trouvait aussi une source d'énergie renouvelable. Ce n'est pas la seule raison, mais ça a fortement joué dans la décision», explique à l'AFP Estelle Azemard, vice-présidente d'OVHcloud pour les Amériques.

Cette infrastructure de 10.000 mètres carrés est située à Beauharnois, à quelques dizaines de kilomètres de Montréal, près d'un barrage hydroélectrique.

L'entreprise, qui figure parmi les leaders mondiaux du «cloud» et de l'hébergement de sites web, a mis au point une technologie pour refroidir la chaleur dégagée par les machines avec de l'eau, ce qui lui permet de se passer de climatisation.

«L'environnement est vraiment au cœur de notre système d'affaires», assure Mme Azemard.

- Électricité à bas coût -

Argument financier de taille, le Québec se targue de proposer une électricité à bas coût, qui défie la concurrence américaine et européenne avec un prix d'environ 5 cents (en dollars canadiens) le kilowattheure.

«Nos tarifs sont parmi les plus avantageux au monde», vante Cendrix Bouchard, porte-parole d'Hydro-Québec, qui détient le monopole public de production et de distribution d'électricité.

«On vient ici parce que ce n'est pas cher, mais surtout parce que c'est une énergie qui est renouvelable» à plus de 99%, explique à l'AFP M. Paquet.

Les hivers longs et froids de la province francophone permettent également de limiter les dépenses nécessaires pour le refroidissement des machines, selon M. Paquet.

Gloutons en matière d'énergie, les centres de données, dont les serveurs ont sans cesse besoin d'être refroidis pour éviter la surchauffe, émettent près de «4% des gaz à effet de serre du monde, soit davantage que le transport aérien civil» selon un rapport du groupe de réflexion français The Shift Project publié en 2019.

Au Québec, la consommation mensuelle d'électricité des centres de données atteint environ 663 gigawattheures (GWh), soit l'équivalent de la consommation de 40.000 foyers.

«Il vaut mieux mettre des +data centers+ dans des endroits qui sont alimentés en électricité hydraulique, solaire ou même nucléaire, qu'alimentés par de l'électricité produite par des centrales à charbon», salue Hugues Ferreboeuf, de The Shift Project.

«Mais ça ne suffit pas», ajoute-t-il. «Il faut qu'en même temps ils arrivent à maîtriser la croissance de leur consommation, sinon ils vont capter une part trop importante de l'électricité produite par des énergies renouvelables».


La reprise économique aux Etats-Unis réduit le déficit budgétaire

En 2020, la crise économique provoquée par le Covid-19 avait fait bondir le déficit des Etats-Unis au niveau jamais vu de 3 132 milliards de dollars, sous l'effet du paiement de chèques de relance, d’indemnités chômage, ou encore de prêts aux petites et moyennes entreprises. (Photo, AP)
En 2020, la crise économique provoquée par le Covid-19 avait fait bondir le déficit des Etats-Unis au niveau jamais vu de 3 132 milliards de dollars, sous l'effet du paiement de chèques de relance, d’indemnités chômage, ou encore de prêts aux petites et moyennes entreprises. (Photo, AP)
Short Url
  • Le déficit s'est établi à 2 772 milliards de dollars, pour l'année fiscale 2021, close le 30 septembre, a annoncé vendredi le département du Trésor
  • C'est 360 milliards de dollars de moins que l'an passé, et cela représente 12,4% du produit intérieur brut (PIB), contre 15% en 2020

WASHINGTON : Le déficit budgétaire des Etats-Unis s'est réduit en 2021, après son record historique de 2020, la reprise économique ayant permis de remplir les caisses. L'administration Biden y voit le résultat de sa politique, et un argument supplémentaire en faveur de ses plans d'investissements.


Le déficit s'est établi à 2 772 milliards de dollars, pour l'année fiscale 2021, close le 30 septembre, a annoncé vendredi le département du Trésor.


C'est 360 milliards de dollars de moins que l'an passé, et cela représente 12,4% du produit intérieur brut (PIB), contre 15% en 2020.


C'est aussi mieux qu'attendu, puisque les projections initiales tablaient sur un déficit de 3.669 milliards, quand les projections à mi-chemin étaient de 3 114 milliards.


En 2020, la crise économique provoquée par le Covid-19 avait fait bondir le déficit des Etats-Unis au niveau jamais vu de 3 132 milliards de dollars, sous l'effet du paiement de chèques de relance, d’indemnités chômage, ou encore de prêts aux petites et moyennes entreprises.


C'était même plus du double du précédent record, enregistré en 2009, quand, en pleine récession liée à la crise financière immobilière, il avait grimpé à 1 400 milliards de dollars.

«Hausse des revenus»
"L'augmentation des recettes en 2021 peut être en grande partie attribuée à la hausse des revenus des particuliers et des entreprises", a souligné le département au Trésor dans son communiqué.


La reprise économique s'est accélérée au printemps aux Etats-Unis, avec la campagne de vaccination. L'activité des entreprises s'est accrue, notamment dans les secteurs les plus touchés par la crise - restauration, tourisme, ... - faisant grimper leur bénéfice et donc le montant de leurs impôts. 


Et de nombreuses personnes qui avaient perdu leur emploi avec la crise ont repris le travail et donc reçu un salaire, imposable, quand les allocations chômage ne le sont qu'en partie.


Ce sont ainsi 4.046 milliards de dollars qui sont entrés dans les caisses de l'Etat fédéral américain entre le 1er octobre 2020 et le 30 septembre 2021, 600 milliards de plus qu'en 2020.


Cela représente 18,1% du PIB, contre 16,3% en 2020.


Les dépenses, elles, ont été de 6.818 milliards (30,5% du PIB), soit une hausse de 266 milliards de dollars par rapport à 2020. Cela représente 30,5% du PIB, une part moins importante que les 31,3% l'an passé. 

Reprise économique «fragile»
Cette amélioration des finances du pays "est une preuve supplémentaire que l'économie américaine est en pleine reprise", a commenté la secrétaire au Trésor Janet Yellen, citée dans le communiqué.


"Bien que la reprise économique du pays soit plus forte que celle des autres pays riches, elle reste fragile", a-t-elle cependant alerté.


Ce nouvel appel du pied lancé aux élus de Congrès intervient alors que les discussions restent très difficiles autour des deux grands projets d'investissements et de réformes de Joe Biden.


Le président américain s'est dit jeudi prudemment optimiste sur la possibilité d'un accord pour faire passer son ensemble de réformes sociales et d'infrastructures.


Il devra sans doute, cependant, laisser de côté la hausse des impôts pour les ménages les plus riches et les entreprises, élément-clé du financement de ses mesures.


"Je ne pense pas que nous pourrons obtenir" ces hausses d'impôts, a indiqué Joe Biden.