Les entreprises du CAC 40 renouent avec les bénéfices, mais la pandémie a laissé des traces

Le niveau est même supérieur à celui de 2019, où les bénéfices nets s'étaient élevés à près de 35 milliards d'euros. (Photo, AFP)
Le niveau est même supérieur à celui de 2019, où les bénéfices nets s'étaient élevés à près de 35 milliards d'euros. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 31 juillet 2021

Les entreprises du CAC 40 renouent avec les bénéfices, mais la pandémie a laissé des traces

  • Le luxe et la beauté ont encore brillé, avec plus de cinq milliards de profits pour LVMH, un montant décuplé en un an, plus de deux milliards pour L'Oréal et plus d'un milliard pour Kering et Hermès
  • En moyenne, le chiffre d'affaires de ces 33 entreprises a augmenté de plus de 15% sur un an, passant de 445 milliards d'euros à 518 milliards

PARIS : Des milliards d'euros de bénéfices, des semestres "record" et surtout des performances supérieures à avant la pandémie: l'année 2021 a commencé très fort pour les grandes entreprises françaises, mais le détail laisse apparaître des situations contrastées.

Mises ensemble, les 33 entreprises du CAC 40 qui ont annoncé leurs résultats ont gagné environ de 42 milliards d'euros de bénéfices nets en six mois, selon un décompte réalisé vendredi par l'AFP. Elles avaient perdu environ 1,5 milliard d'euros sur la même période en 2020.

Le niveau est même supérieur à celui de 2019, où les bénéfices nets s'étaient élevés à près de 35 milliards d'euros.

Le luxe et la beauté ont encore brillé, avec plus de cinq milliards de profits pour LVMH, un montant décuplé en un an, plus de deux milliards pour L'Oréal et plus d'un milliard chacun pour Kering et Hermès.

"Que le semestre soit meilleur, c'était attendu, en revanche, des sociétés ont surpris en annonçant des résultats +record+" dit Marie Costes, directrice à PwC France et Maghreb, spécialiste des marchés de capitaux. Ce fut notamment le cas pour Schneider Electric, Saint-Gobain ou encore Veolia. 

En moyenne, le chiffre d'affaires de ces 33 entreprises - sont encore attendus Stellantis, Axa, Société générale et Crédit agricole la semaine prochaine puis Bouygues, Pernod Ricard et Alstom plus tard encore -  a augmenté de plus de 15% sur un an, passant de 445 milliards d'euros à 518 milliards. 

Encore mieux au second semestre ? 

Le niveau du chiffre d'affaires (c.a.) est toutefois légèrement inférieur à 2019, véritable juge de paix, quand ces entreprises avaient affiché un c.a. de 536 milliards d'euros. Cela cache en fait de fortes disparités. "Deux tiers des entreprises ont un chiffre d'affaires supérieurs à 2019", note Marie Costes. 

"Le produit intérieur brut (PIB) mondial n'est pas loin de revenir à son niveau [de] pré-pandémie, il est normal que les grande entreprises suivent", explique à Denis Ferrand, directeur de la conjoncture de l'institut Rexecode. 

L'économiste note aussi que la progression des revenus des grandes entreprises a été plus rapide que celle du PIB. "Ce n'est pas un changement majeur, mais une poursuite d'une tendance de long terme" en faveur des multinationales. 

Mais les entreprises des secteurs frappés au cœur par la pandémie ne sont pas à pareille fête. Ainsi dans l'aéronautique, s'il est revenu dans le vert, le fabricant de moteurs d'avions Safran a perdu encore plus de 20% de son chiffre d'affaires par rapport à 2020, et la chute est de plus 40% comparé à 2019. Le géant des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield, dont les centres ont fermé pendant des mois, a aussi vu son chiffre d'affaires chuter de 26%.

Enfin, Orange et Atos (qui a raté le virage du cloud) et Unibail-Rodamco-Westfield sont pour l'instant les seules entreprises a être dans le rouge.

"On a l'impression qu'au sortir du Covid, les entreprises qui étaient en forme avant vont encore mieux. Mais les entreprises plus en difficulté n'ont pas disparu pour autant, notamment en raison du soutien massif des États, donc la dispersion des résultats est accrue", poursuit M. Ferrand.

Les voyants pour le reste de l'année sont aussi globalement au vert, la majorité des entreprises ayant relevé leur objectif pour leur exercice complet, autant donnant même un objectif chiffré.

"Outre les incertitudes autour de la pandémie, le risque principal est celui de l'approvisionnement des chaînes de production qui pourraient enrayer la machine", et notamment la pénurie de semi-conducteurs, note Mme Costes.

"La crise a peut-être disparu dans les chiffres, mais il n'y a pas que l'aspect financier: on est encore dans un moment décisif de transformation des anciennes pratiques", qui peuvent rebattre les cartes, conclut M. Ferrand.


La Fed exhorte le Congrès à relever sans délai le plafond de la dette

Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre. (Photo, AFP)
Short Url
  • Jerome Powell avertit des conséquences économiques désastreuses en cas de défaut de paiement de la première puissance économique du monde
  • Les démocrates s’accrochent aux plans d'investissements de Biden, qui coûteraient $3500 milliards de dépenses, les républicains refusent de céder

WASHINGTON : Le président de la Banque centrale américaine a lancé mercredi un ferme avertissement au Congrès où les républicains refusent de relever le plafond de la dette au risque de précipiter les Etats-Unis dans une grave crise financière aux ramifications mondiales. 

Jerome Powell a ainsi rejoint une cohorte de responsables actuels et anciens qui avertissent des conséquences économiques désastreuses en cas de défaut de paiement de la première puissance économique du monde.

Il est "très important" de relever le plafond de la dette "dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures", a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale (Fed) alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d'ici fin octobre.

Le plafond de la dette est le montant de dette à partir duquel le pays ne peut plus émettre de nouveaux emprunts pour se financer, ce qui l'empêche d'honorer ses paiements.

"C'est d'une importance cruciale", a ainsi tonné M. Powell. "Ne pas le faire pourrait entraîner de graves réactions, de graves dommages à l'économie, sur les marchés financiers et ce n'est tout simplement pas quelque chose que nous pouvons, que nous devrions envisager", a-t-il mis en garde.

Les démocrates de la Chambre des représentants ont voté mardi soir un texte qui comprend la suspension de la limite de la dette jusqu'en décembre 2022.

Mais ce texte est voué à l'échec au Sénat en raison de l'opposition républicaine.

Un défaut de paiement provoquerait un cataclysme financier mondial. Et la seule image de parlementaires dans l'impasse pourrait affecter les marchés et augmenter le coût des emprunts pour les Etats-Unis.

Si tous s'accordent au Congrès sur ce sombre scénario, les deux partis sont farouchement opposés sur la façon de l'éviter.

Les démocrates exhortent les républicains à approuver la suspension de la dette, comme ils l'ont déjà fait ensemble à de nombreuses reprises dans le passé.

Les républicains martèlent qu'il n'est pas question de soutenir une telle mesure destinée, selon eux, à financer les gigantesques projets d'investissements voulus par Joe Biden.

"Cette fois, c'est différent parce que les démocrates engagent toutes ces dépenses. Ils proposent des milliers et des milliers de milliards de dollars de dépenses sans une seule voix républicaine", a tempêté le sénateur John Barrasso.

Il faisait allusion à la possibilité de recourir à une procédure législative pour faire adopter des lois avec les seules voix démocrates.

Mais les démocrates sont eux-mêmes divisés sur les grands plans d'investissements qui engageraient un total de 3500 milliards de dollars de dépenses.

Pour le moment, le Trésor a essayé de gagner du temps en rognant sur les dépenses.

Face à une échéance désormais à l'horizon et des républicains inflexibles, six anciens secrétaires au Trésor, cinq démocrates et un républicain, ont alerté à leur tour sur les conséquences économiques dans un courrier adressé aux responsables du Congrès.  

"Même un défaut de paiement de courte durée pourrait menacer la croissance économique", écrivent-ils.

"Il serait très dommageable de saper la confiance dans la solidité et le crédit des États-Unis, et ce dommage serait difficile à réparer", opinent-ils.

Les deux partis ont continué mercredi de camper sur leur position.

Ainsi le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, qui avait plaidé en faveur d'une augmentation du plafond sous l'ancien président Donald Trump, a demandé aux démocrates d'endosser seuls cette décision.

"Mon conseil au gouvernement démocrate, au président, à la Chambre et au Sénat: ne jouez pas à la roulette russe avec notre économie", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Prenez vos responsabilités et relevez le plafond de la dette pour couvrir tout ce que vous avez fait, au cours de toute cette année".

Bernie Sanders, élu indépendant et figure progressiste majeure, a, lui, déploré l'attitude des républicains.

"Je n'arriverais pas à comprendre, et je pense que les Américains non plus, que le parti républicain permette que la plus grande économie du monde se retrouve en défaut de paiement sur des prêts et de l'argent déjà dépensés, surtout dépensés sous l'administration Trump."

Cela "mettrait l'économie mondiale à genoux", a-t-il insisté. Pour ces raisons, il estime que les républicains vont finir par flancher.

Jerome Powell a, lui, conclu: "Personne ne devrait partir du principe que la Fed ou qui que ce soit d'autre peut protéger les marchés ou l'économie en cas de défaillance".

 


En France, la taxe «Gafa» pourrait rapporter un demi-milliard d'euros en 2022

Les ministres des Finances du G20 ont approuvé début juillet un projet de réforme fiscale jugé "révolutionnaire" qui prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales mais aussi de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises. (Photo, AFP)
Les ministres des Finances du G20 ont approuvé début juillet un projet de réforme fiscale jugé "révolutionnaire" qui prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales mais aussi de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les entreprises du High-Tech ont profité de la crise sanitaire, grâce à la numérisation accélérée de l'économie et du télétravail
  • Paris avait adopté en juillet 2019 cette taxe de 3% sur le chiffre d'affaires des géants du numérique, Google, Apple, Facebook, et Amazon

La taxe française sur les services numériques, surnommée la "taxe Gafa", devrait rapporter environ 518 millions d'euros à la France en 2022 selon le projet de budget présenté mercredi par le gouvernement, soit les recettes les plus importantes depuis son entrée en vigueur.

Cette taxe a déjà rapporté 277 millions d'euros en 2019, 375 millions en 2020 et devait rapporter 358 millions en 2021 selon les prévisions, alors que les géants du numérique ont profité de la crise sanitaire, grâce à la numérisation accélérée de l'économie et du télétravail.

Paris avait adopté en juillet 2019 cette taxe "Gafa" (Google, Apple, Facebook, Amazon) de 3% sur le chiffre d'affaires réalisé en France par les géants du numérique dépassant 750 millions d'euros d'activité mondiale.

Mais à l'avenir, une taxe numérique internationale pourrait remplacer la taxe française.

Les ministres des Finances du G20 ont approuvé début juillet un projet de réforme fiscale jugé "révolutionnaire" qui prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales mais aussi de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises.

Quelque 130 pays avaient signé quelques jours plus tôt une déclaration en ce sens dans le cadre de négociations pilotées par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Pour parvenir à un accord global, l'Union européenne avait ensuite suspendu son projet de taxe numérique, visant les géants américains dont Amazon.

Les détails de cette réforme doivent être encore négociés dans le cadre de l'OCDE pour une mise en oeuvre à partir de 2023.


Le directeur technologique de Facebook va être remplacé par le spécialiste du «metaverse»

Le nouveau directeur, Andrew Bosworth, surnommé "Boz", est aussi responsable de la marque Oculus et ses casques immersifs de réalité virtuelle, principalement utilisés à des fin de divertissement... pour l'instant. (Photo, AFP)
Le nouveau directeur, Andrew Bosworth, surnommé "Boz", est aussi responsable de la marque Oculus et ses casques immersifs de réalité virtuelle, principalement utilisés à des fin de divertissement... pour l'instant. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le «metaverse» ou «méta-univers» où réel et virtuel se fondent jusqu'à se confondre, est une vision de science-fiction déjà présente dans des jeux vidéo
  • Mike Schroepfer a notamment supervisé la montée en puissance des systèmes d'intelligence artificielle, dont les logiciels auto-apprenants

SAN FRANCISCO : Mike Schroepfer, le directeur technologique de Facebook, a annoncé mercredi qu'il démissionnerait de son poste en 2022 et serait alors remplacé par Andrew Bosworth, qui dirige actuellement le laboratoire de réalité augmentée, où l'on explore le "metaverse", l'univers parallèle qui fait rêver les géants du numérique.


"C'est une décision difficile parce que j'adore Facebook et je suis très enthousiaste à l'idée du futur que nous construisons ensemble", a indiqué Mike Schroepfer sur son profil.


Il occupe ce poste depuis 2013 et a notamment supervisé la montée en puissance des systèmes d'intelligence artificielle au sein du groupe californien.


Les logiciels auto-apprenants sont essentiels au modèle économique de l'entreprise, fondé sur le ciblage publicitaire très fin et à très grande échelle, mais aussi pour répondre au défi de la modération des contenus, source de scandales majeurs depuis plusieurs années.


En mai dernier, Mike Schroepfer a ainsi présenté un algorithme déployé en 2020, pour détecter les contenus problématiques (violents, haineux, etc) en croisant différents signaux (texte, image) et ainsi avoir "une vision d'ensemble", au lieu d'interpréter trop littéralement un mot pris sans son contexte.


Le géant des réseaux sociaux est accusé par les politiques et la société civile, soit de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, soit de trop "censurer" certaines opinions, notamment chez les conservateurs, pourtant très actifs sur la plateforme.


Andrew Bosworth, surnommé "Boz", incarne au sein de l'entreprise les technologies futuristes, encore balbutiantes. A la tête du "Facebook Reality Labs" (FRL), il chapeaute la réalité augmentée, qui permet de surimposer des informations sur son environnement réel via un écran ou des lunettes.


Il est aussi responsable de la marque Oculus et ses casques immersifs de réalité virtuelle, principalement utilisés à des fin de divertissement... pour l'instant.


Fin juillet, Mark Zuckerberg, le patron du groupe, a aussi donné à "Boz" la direction d'une équipe dédiée au "metaverse", c'est-à-dire un "méta-univers" où réel et virtuel se fondent jusqu'à se confondre, une vision de science-fiction déjà présente dans des jeux vidéo.


Le fondateur de la plateforme aux près de 3 milliards d'utilisateurs mensuels espère devenir une "entreprise du metaverse d'ici 5 ans environ", d'après un entretien au site The Verge.


Mike Schroepfer a indiqué qu'il resterait chez Facebook en tant que conseiller et pourrait ainsi consacrer plus de temps à sa famille et à la philanthropie.