Ennahdha : purge au sommet ?

Les députés et membres du parti islamiste tunisien Ennahda se réjouissent à l'issue d'une session plénière au parlement dans la capitale Tunis le 30 juillet 2020. Rached Ghannouch, chef du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, a conservé son siège de président du Parlement, après une voter aujourd'hui une motion de censure sans précédent. (Photo, AFP)
Les députés et membres du parti islamiste tunisien Ennahda se réjouissent à l'issue d'une session plénière au parlement dans la capitale Tunis le 30 juillet 2020. Rached Ghannouch, chef du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, a conservé son siège de président du Parlement, après une voter aujourd'hui une motion de censure sans précédent. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 03 août 2021

Ennahdha : purge au sommet ?

  • A quoi devraient servir le pouvoir, l’autorité et les certitudes quand ils sont détachés de leur milieu, de leurs réalités politiques, de leurs réalités sociales ?
  • La question de fond tourne essentiellement autour du bienfondé des méthodes et de l’échec d’une politique souvent inadaptée. En définitive, en raison des gestions souvent pas tout à fait conséquentes, les déficits sont devenus chroniques à Ennahdha

Pendant de longues années, le mouvement Ennahdha a investi dans des considérations et des orientations politiques sans grand intérêt, et encore moins réellement justifiées. La logique peu inspirée de ses principaux dirigeants, essentiellement Ghanoouchi et tous ceux qui lui font allégeance à tort ou à raison, nous amène à évoquer l’incapacité du parti à évoluer, les méthodes jamais actualisées, ou encore accommodées. Même chose pour les alternatives récurrentes, ainsi que les démarches d’identification des véritables besoins des Tunisiens. A quoi devraient servir le pouvoir, l’autorité et les certitudes quand ils sont détachés de leur milieu, de leurs réalités politiques, de leurs réalités sociales ? Pire : ceux qui voient le jour ne s’ajoutaient souvent qu’à ceux déjà inadaptées ? Jusqu’à nos jours, ce sont encore et toujours les idées qui manquent. Les initiatives et les stratégies aussi. Les volontés, les bonnes, assurément. Le passéisme, l’invariabilité et l’immobilité sont au fond à l’origine de la dégradation du parti islamiste. Point de corrélation entre le passé et le présent. Point de causalité entre les besoins et les réalités de la société tunisienne. La question de fond tourne essentiellement autour du bienfondé des méthodes et de l’échec d’une politique souvent inadaptée. En définitive, en raison des gestions souvent pas tout à fait conséquentes, les déficits sont devenus chroniques à Ennahdha.

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L’art cubain invité au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain

«Lam est l’un des grands peintres du XXe siècle, il a construit une forte amitié avec Picasso et Césaire, entre autres, marquée par une complicité créatrice qui l’a nourri et inspiré. Son œuvre est une exploration profonde de l’identité culturelle et de l’héritage afro-cubain, créant un langage unique qui laisse entrevoir une singularité remarquable» (Photo, Le Matin).
«Lam est l’un des grands peintres du XXe siècle, il a construit une forte amitié avec Picasso et Césaire, entre autres, marquée par une complicité créatrice qui l’a nourri et inspiré. Son œuvre est une exploration profonde de l’identité culturelle et de l’héritage afro-cubain, créant un langage unique qui laisse entrevoir une singularité remarquable» (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Des peintures, photographies, sculptures, installations et vidéos sont exposées au public marocain pour montrer la diversité des approches artistiques qui caractérisent les créations cubaines modernes et contemporaines
  • L’exposition propose les créations de vingt-trois artistes, dont Wifredo Lam, l’initiateur d’une peinture métissée alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens

L’art cubain s’invite actuellement au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain. Des peintures, photographies, sculptures, installations et vidéos sont exposées au public marocain pour montrer la diversité des approches artistiques qui caractérisent les créations cubaines modernes et contemporaines.

Selon le président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi, l’exposition «De l’autre côté de l’Atlantique: l’art cubain» tisse à travers des thèmes variés, des approches différentes et de multiples médiums, l’étoffe d’un univers vibrant de couleurs et d’innovations.

L’exposition propose les créations de vingt-trois artistes, dont Wifredo Lam, l’initiateur d’une peinture métissée alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens. «Lam est l’un des grands peintres du XXe siècle, il a construit une forte amitié avec Picasso et Césaire, entre autres, marquée par une complicité créatrice qui l’a nourri et inspiré. Son œuvre est une exploration profonde de l’identité culturelle et de l’héritage afro-cubain, créant un langage unique qui laisse entrevoir une singularité remarquable», affirme Mehdi Qotbi.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Début à Alger des 8es Journées du film européen : «L’employée du mois», un humour acide au goût du sang

Scène du film L’employée du mois (Photo, El Watan).
Scène du film L’employée du mois (Photo, El Watan).
Short Url
  • Quatorze films sont au programme au niveau des Cinémathèques d’Alger, d’Oran, de Béjaïa, et pour la première fois, Annaba
  • «La Slovénie va bientôt ouvrir une ambassade en Algérie», a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture, Thomas Eckert, ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Algérie

Le long métrage belge L’employée du mois de Véronique Jadin a été projeté, dans la soirée du jeudi 22 février, à la Cinémathèque d’Alger, à la faveur des 8es Journées du film européen qui se déroulent pendant une semaine.

Quatorze films sont au programme au niveau des Cinémathèques d’Alger, d’Oran, de Béjaïa, et pour la première fois, Annaba. «Cette année, nous avons choisi les comédies dans toutes les formes possibles, parfois noires. Je note la présence de deux films de deux pays non encore représentés en Algérie, la Slovénie et l’Estonie.

«La Slovénie va bientôt ouvrir une ambassade en Algérie», a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture, Thomas Eckert, ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Algérie, en présence de l’ambassadeur de Belgique Alain Leroy. Robert Golob, président du gouvernement de Slovénie, devrait se rendre en Algérie les prochaines semaines pour officialiser l’ouverture de la première ambassade de ce pays à Alger.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


La colère des agriculteurs Français : Quelles répercussions sur les échanges agroalimentaires avec la Tunisie ?

Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes de France, provoquant des perturbations et des dégâts devant les institutions françaises (Photo, La Presse).
Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes de France, provoquant des perturbations et des dégâts devant les institutions françaises (Photo, La Presse).
Short Url
  • Le président Macron a abandonné le « Grand débat » prévu pour le lendemain, samedi 23 février 2024
  • Les agriculteurs ont exprimé ces derniers jours leur frustration face à une multitude de problèmes

À la veille du salon de l’agriculture, événement emblématique pour les agriculteurs français, les rues de Paris se sont métamorphosées en scène vivante de revendications agricoles. Une procession de tracteurs, venant de toutes les régions, s’est dirigée vers la place Vauban derrière les Invalides, leurs klaxons résonnant dans les rues parisiennes, portant avec eux les préoccupations profondes de la communauté agricole. Pourtant, une décision surprenante jette une ombre sur cette mobilisation : le président Macron a abandonné le « Grand débat » prévu pour le lendemain, samedi 23 février 2024. Cette volte-face fait suite à une controverse déclenchée par l’invitation d’acteurs contestés, comme « Les Soulèvements de la Terre », suscitant un tollé parmi les agriculteurs.

Les agriculteurs ont exprimé ces derniers jours leur frustration face à une multitude de problèmes. La crise sanitaire, la guerre en Ukraine et les importations déloyales alimentent leur colère. En particulier, l’accord commercial avec le Mercosur (le marché commun du Sud, une zone de libre-échange qui regroupe plusieurs pays de l’Amérique du Sud, composé de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay.) suscite des inquiétudes, les agriculteurs redoutent une concurrence déloyale menaçant leur viabilité économique. Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes de France, provoquant des perturbations et des dégâts devant les institutions françaises. Ce qui a soulevé un grand débat en France.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.