L'épouse d'un Britannique détenu en Iran exhorte le Premier ministre à le libérer

On a interdit à Anoosheh Ashoori, citoyen irano-britannique détenu en Iran, tout accès au téléphone, ce qui le coupe du monde extérieur et menace son équilibre mental, explique sa femme. (AFP/photo d’archive)
On a interdit à Anoosheh Ashoori, citoyen irano-britannique détenu en Iran, tout accès au téléphone, ce qui le coupe du monde extérieur et menace son équilibre mental, explique sa femme. (AFP/photo d’archive)
Short Url
Publié le Mardi 03 août 2021

L'épouse d'un Britannique détenu en Iran exhorte le Premier ministre à le libérer

  • Selon sa famille, Anoosheh Ashoori, 67 ans, vit un véritable «enfer» depuis qu'il a été arrêté il y a quatre ans
  • «Cela fait plus d'un an que notre famille a demandé à rencontrer le Premier ministre. Apparemment, ce n’est pas possible», déplore sa femme

LONDRES: L'épouse d'un Britannique détenu en Iran depuis quatre ans a exhorté le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, à faire preuve d'une «réelle compassion» et à aider à la libération de son mari.

Selon sa famille, Anoosheh Ashoori, âgé de 67 ans, vit un véritable «enfer» depuis qu'il a été arrêté au cours d'une visite en Iran puis condamné à dix ans de prison après avoir été convaincu d’espionnage pour le compte d'Israël – ce qu'il nie catégoriquement.

Cela fait quatre ans qu'il purge sa peine dans la tristement célèbre prison d'Evin de Téhéran, où sont souvent détenus les doubles nationaux.

La santé d'Ashoori a suscité de vives inquiétudes pendant son séjour en prison, notamment en raison des ravages que la Covid-19 a causés dans les établissements pénitentiaires iraniens.

Dans une lettre adressée au Times, sa femme, Sherry Izadi, soutient que les accusations portées contre son mari sont fabriquées de toutes pièces et accuse Boris Johnson de refuser de la rencontrer pour discuter de l'affaire. 

Boris Johnson affirme que le sort d'Anoosheh «continue à figurer en tête des priorités». «Pourtant, les actions sont bien plus éloquentes que les mots. Cela fait plus d'un an que notre famille a demandé à rencontrer le Premier ministre. Apparemment, ce n’est pas possible», déplore toutefois Sherry Izadi.

L'année dernière, M. Johnson avait rencontré Richard Ratcliffe, le mari de Nazanin Zaghari-Ratcliffe. Cette dernière est toujours détenue en Iran. Elle vit à présent sous caution dans la maison de ses parents à Téhéran en attendant de savoir quel sort lui sera réservé.

Le mois dernier, un quotidien iranien a suggéré qu'Ashoori et Zaghari-Ratcliffe feraient l'objet d'un échange de prisonniers avec des détenus américains. Cette hypothèse a été démentie par les États-Unis.

Le ministère britannique des Affaires étrangères affirme avoir discuté du sort d'Ashoori avec Téhéran. Selon un porte-parole du ministère, «la détention arbitraire et prolongée dans laquelle l'Iran a placé des binationaux qui possèdent la nationalité britannique est inadmissible et porte atteinte à la réputation de l'Iran sur la scène internationale. Nous exhortons les autorités iraniennes à prendre la bonne décision et de libérer les détenus».

En effet, Téhéran est souvent critiqué pour le traitement qu'il réserve aux étrangers, notamment à aux binationaux qui possèdent la nationalité iranienne.

«Les citoyens qui entretiennent des liens profonds avec d'autres cultures et d'autres pays sont des atouts et n'enfreignent pas la loi. Toutefois, il semble que les services de sécurité iraniens aient décidé de se servir de ces personnes comme monnaie d'échange pour résoudre des différends diplomatiques, ce qui constitue une décision ignoble», affirme Human Rights Watch.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Jawaher al-Mheiri aux jeunes arabes : «Soyez courageux, poursuivez vos rêves, saisissez toutes les opportunités»

Jawaher al-Mehairi parle six langues, possède une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est douée pour l'optimisation statistique. (Photo fourni)
Jawaher al-Mehairi parle six langues, possède une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est douée pour l'optimisation statistique. (Photo fourni)
Des Saoudiennes participent à une course cycliste pour célébrer la Journée mondiale de l'obésité à l'université Princesse Noura de Riyad. (AFP/Fichier Photo)
Des Saoudiennes participent à une course cycliste pour célébrer la Journée mondiale de l'obésité à l'université Princesse Noura de Riyad. (AFP/Fichier Photo)
La Koweïtienne Rawah Al-Saeid participe au saut en hauteur lors du premier tournoi d'athlétisme féminin du Koweït en 2020. (AFP/Fichier Photo)
La Koweïtienne Rawah Al-Saeid participe au saut en hauteur lors du premier tournoi d'athlétisme féminin du Koweït en 2020. (AFP/Fichier Photo)
Short Url
  • Jawaher al-Mheiri incarne l'esprit d'une génération du Moyen-Orient qui semble prête à façonner son propre destin
  • Elle a gagné une place dans la catégorie «impact» de la liste «30 Under 30» de Forbes Middle East de cette année

DUBAΪ: L'exemple donné par la jeune femme émiratie Jawaher al-Mheiri est une véritable inspiration, même s'il est peut-être un peu intimidant. Elle parle six langues, a une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est experte en optimisation statistique, le tout à l'âge de 28 ans.

Ce mois-ci, elle a écarté la concurrence de 300 autres candidats pour obtenir une place dans la catégorie «impact» de la liste des «30 Under 30» de cette année publiée par Forbes Middle East, qui reconnaît les réalisations des jeunes de la région et leur potentiel pour contribuer à façonner l'avenir.

Son inclusion met en évidence le fait qu'elle est un exemple exceptionnel des jeunes Arabes talentueux, dont beaucoup sont des femmes, qui changent le visage de leur région et innovent en prenant de plus en plus en main leur propre destin.

Elle suit les traces d'autres femmes arabes pionnières telles que Razan Khalifa al-Mubarak, 42 ans, directrice générale de l'Agence pour l'environnement d'Abu Dhabi et du Fonds pour la conservation des espèces Mohammed ben Zayed.

Plus tôt ce mois-ci, Mme Al-Mubarak a été élue présidente de l'Union internationale pour la conservation de la nature, l'un des organismes de conservation les plus importants et les plus connus au monde. Elle n'est que la deuxième femme à diriger l'institution en soixante-treize ans d'histoire, et la première femme arabe.

Le conseil de Jawaher al-Mheiri aux jeunes Arabes est de croire en eux-mêmes et en leurs capacités, d'avoir le courage de poursuivre leurs rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à eux. (AFP/Fichier Photo)
Le conseil de Jawaher al-Mheiri aux jeunes Arabes est de croire en eux-mêmes et en leurs capacités, d'avoir le courage de poursuivre leurs rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à eux. (AFP/Fichier Photo)

Mme Al-Mheiri a des ambitions similaires pour changer les choses dans le monde, et un message pour toutes les jeunes femmes de la région: ayez le courage de poursuivre vos rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à vous.

Son parcours a commencé à l'âge de 18 ans alors qu'elle consacre ses journées à l'obtention d'une licence en gestion de l'aviation à l'Emirates Aviation University de Dubaï, et ses soirées à un emploi à temps partiel dans la finance à Al Ansari Exchange.

«Mon travail était différent de ma spécialité mais c'était la seule option disponible», déclare Jawaher al-Mheiri à Arab News. «C'était toutefois un bon domaine et je voulais continuer à être indépendante étant donné que mes études étaient coûteuses.»

«Je savais que mes parents feraient de leur mieux et couvriraient mes dépenses, mais je ne voulais pas devenir un fardeau supplémentaire pour eux – j'ai huit frères et sœurs et ils devaient s'occuper de leur éducation.»

Elle ne gagnait que 4 000 dirhams (1 100 dollars: 1 dollar = 0,85 euro) par mois, mais était heureuse d’avoir un salaire à l'âge de 18 ans. Son ambition et sa motivation la distinguaient de beaucoup de ses pairs, façonnant sa personnalité, sa réflexion et son comportement.

«Je suis devenue plus mature», souligne-t-elle. «Je voulais continuer à apprendre et je savais que si je commençais ma carrière à un jeune âge, cela porterait certainement ses fruits plus tard.»

Salwa de Shorouq Basha (R) en compétition avec Shorouq Salem d'al-Qadeseyya, lors de la 3e ligue féminine de futsal, au Koweït Sports Club à Koweït. (AFP/Fichier Photo)
Salwa de Shorouq Basha (R) en compétition avec Shorouq Salem d'al-Qadeseyya, lors de la 3e ligue féminine de futsal, au Koweït Sports Club à Koweït. (AFP/Fichier Photo)

Après avoir décroché son diplôme à l'âge de 21 ans, elle rejoint le centre d'ingénierie d'Emirates Airline en tant que spécialiste du développement commercial, où elle acquiert une précieuse expérience. Ses tâches quotidiennes comprennent le développement et l'interprétation de scénarios pour soutenir les installations de maintenance, appuyer la direction et aider à façonner les politiques stratégiques.

«J'étais très attachée aux méthodes statistiques appliquées, très différentes de la théorie apprise à l'université», dit-elle. «J'ai travaillé avec des méthodes d'optimisation pour interpréter des scénarios et j'ai vraiment aimé ça.»

Mme Al-Mheiri continue d’acquérir de l'expérience et d’apprendre et, trois ans plus tard, son intérêt professionnel se tourne vers les affaires internationales et la diplomatie. Un an plus tôt, alors qu'elle travaillait toujours à temps plein pour Emirates, elle avait été nommée au Conseil de la jeunesse de Dubaï et, dans le cadre de ses fonctions, elle représentait les jeunes du pays devant ses dirigeants et lors d'événements internationaux.

«J'ai senti que c'était quelque chose qui me plaisait et que je voulais en faire une carrière», déclare-t-elle.

Dans les mois qui suivent, elle représente les Émirats arabes unis (EAU) lors d'événements à l'étranger à plusieurs reprises, notamment à l'Assemblée de la jeunesse des nations unies à New York et à l'Assemblée de la jeunesse asiatique du Forum urbain de Malaisie.

L'expérience qu'elle gagne lors de tels rassemblements lui donne la confiance nécessaire pour poursuivre une carrière dans la diplomatie.

En 2017, Jawaher al-Mheiri postule avec succès pour un poste de diplomate junior au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des EAU, et s’inscrit à un diplôme d'études supérieures à l'Académie diplomatique des Émirats à Abu Dhabi.

 


L'alliance russo-chinoise ouvre grand les bras à l'Iran

Le président iranien Ebrahim Raisi assiste au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Douchanbé, au Tadjikistan, le 17 septembre 2021. (Photo, Reuters)
Le président iranien Ebrahim Raisi assiste au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Douchanbé, au Tadjikistan, le 17 septembre 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • «Aujourd'hui, nous allons lancer les procédures pour faire entrer l'Iran en tant que membre de l'OCS», a déclaré le président chinois Xi Jinping
  • L'Iran a demandé à rejoindre l'OCS dès 2008 – avec le vif soutien de la Russie – mais sa candidature avait été ralentie par les sanctions imposées contre le pays par les Nations unies et Washington

DOUCHANBE, Tadjikistan: Les membres de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), menée par Moscou et Pékin, ont approuvé vendredi la future adhésion de l'Iran à cette alliance qui se veut un pendant à l'influence américaine, même si son action concrète reste limitée.

"Aujourd'hui, nous allons lancer les procédures pour faire entrer l'Iran en tant que membre de l'OCS", a déclaré le président chinois Xi Jinping lors d'un discours en visioconférence depuis la Chine, selon des commentaires traduits en anglais.

Il s'exprimait à l'occasion d'un sommet de l'OCS cette semaine à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan. L'organisation inclut également l'Inde, le Pakistan et plusieurs pays d'Asie centrale. 

L'adhésion future de l'Iran a été saluée par le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Narendra Modi, qui participaient aussi virtuellement au sommet, ainsi que par le Premier ministre pakistanais Imran Khan, présent physiquement à Douchanbé.

"Acceptez ma gratitude. Que la paix et la bénédiction de Dieu soient avec vous", a déclaré le président iranien Ebrahim Raïssi, également sur place, remerciant les huit membres de l'OCS.

"Nous sommes heureux que le document d'adhésion permanente de la République islamique d'Iran à l'Organisation de coopération de Shanghai ait été approuvé à Douchanbé par les dirigeants des pays membres", a réagi dans un tweet le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian.

Il a précisé à la télévision iranienne que le processus d'adhésion serait finalisé dans un délai compris entre un an et un an et demi.

L'Iran a demandé à rejoindre l'OCS dès 2008 - avec le vif soutien de la Russie - mais sa candidature avait été ralentie par les sanctions imposées contre le pays par les Nations unies et Washington pour son programme nucléaire. 

L'adhésion en 2017 de l'Inde et du Pakistan, voisins ennemis, avait soulevé des questions sur l'avenir du groupe. Celle de l'Iran pourrait créer de nouvelles complications géopolitiques.

Moscou et Pékin veulent s'imposer comme des pays clés dans la région, après le retrait des Etats-Unis d'Afghanistan et la reprise de contrôle des talibans. 


Washington appelle d'autres pays arabes à reconnaître Israël

«Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation», a assuré Antony Blinken. (Photo, AFP)
«Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation», a assuré Antony Blinken. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous encouragerons davantage de pays à suivre la voie des Emirats, de Bahreïn et du Maroc»
  • Le 15 septembre 2020, les Emirats arabes unis et Bahreïn étaient devenus les premiers pays du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël

WASHINGTON: Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a appelé vendredi d'autres pays à reconnaître Israël, en célébrant le premier anniversaire des accords de normalisation conclus par plusieurs Etats arabes avec l'Etat hébreu.

"Nous encouragerons davantage de pays à suivre la voie des Emirats, de Bahreïn et du Maroc", a-t-il dit lors d'une réunion virtuelle avec ses homologues de ces trois pays.

"Nous voulons élargir le cercle de la diplomatie pacifique. C'est dans l'intérêt des pays de la région et du monde qu'Israël soit traité comme tous les autres pays", a-t-il insisté.

Le 15 septembre 2020, les Emirats arabes unis et Bahreïn étaient devenus les premiers pays du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël, sous l'égide du président américain de l'époque, Donald Trump. Le Maroc et le Soudan avaient ensuite fait de même.

Après son arrivée au pouvoir, le gouvernement démocrate du président Joe Biden, qui veut pourtant afficher une rupture avec l'ère Trump, a dit approuver ces "accords d'Abraham", considérés comme un des principaux succès diplomatiques de son prédécesseur républicain.

"Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation", a assuré Antony Blinken.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a annoncé qu'il se rendrait à Bahreïn d'ici la fin du mois, pour la première visite à ce niveau d'un chef de la diplomatie israélienne.

"Ce club des accords d'Abraham est ouvert à de nouveaux membres", a-t-il lancé.

"L'un de nos objectifs communs est de faire en sorte que d'autres pays suivent notre exemple et nous rejoignent dans ces accords et dans cette nouvelle ère de coopération et d'amitié", a-t-il ajouté.