La mobilisation d'avions civils par l'armée US, un dispositif ancien peu utilisé

La flotte aérienne de réserve civile (Civil Reserve Air Fleet ou CRAF) permet au ministère de la Défense d'avoir recours aux avions des compagnies aériennes privées lorsque les capacités de la flotte militaire sont insuffisantes. (Photo, AFP)
La flotte aérienne de réserve civile (Civil Reserve Air Fleet ou CRAF) permet au ministère de la Défense d'avoir recours aux avions des compagnies aériennes privées lorsque les capacités de la flotte militaire sont insuffisantes. (Photo, AFP)
La flotte aérienne de réserve civile (Civil Reserve Air Fleet ou CRAF) permet au ministère de la Défense d'avoir recours aux avions des compagnies aériennes privées lorsque les capacités de la flotte militaire sont insuffisantes. (Photo, AFP)
La flotte aérienne de réserve civile (Civil Reserve Air Fleet ou CRAF) permet au ministère de la Défense d'avoir recours aux avions des compagnies aériennes privées lorsque les capacités de la flotte militaire sont insuffisantes. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 24 août 2021

La mobilisation d'avions civils par l'armée US, un dispositif ancien peu utilisé

  • Le ministère de la Défense a créé le Civil Reserve Air Fleet en 1951, s'appuyant sur l'expérience du pont aérien de Berlin quelques années plus tôt
  • La première activation de ce dispositif a eu lieu lors de l'opération «Tempête du désert», en 1990-1991, la deuxième en 2003 lors de l'invasion de l'Irak

WASHINGTON : Le dispositif qui permet actuellement à l'armée américaine d'utiliser des avions de ligne pour évacuer les personnes fuyant l'Afghanistan, n'avait été utilisé que deux fois auparavant depuis sa création en 1951: en 1990-1991 pendant la guerre du Golfe et en 2003 durant l'invasion de l'Irak.

La flotte aérienne de réserve civile (Civil Reserve Air Fleet ou CRAF) permet au ministère de la Défense d'avoir recours aux avions des compagnies aériennes privées lorsque les capacités de la flotte militaire sont insuffisantes.

C'est "un programme coopératif et volontaire" impliquant le ministère des Transports, le ministère de la Défense et l'industrie des transporteurs aériens civils américains "dans un partenariat destiné à augmenter la capacité des avions du ministère de la Défense lors d'une crise liée à la défense nationale", explique le ministère des Transports.

Les transporteurs aériens ont signé des accords contractuels avec le gouvernement. "En retour", ils ont "la préférence pour le transport commercial de fret et de passagers en temps de paix" pour le ministère de la Défense.

Tous les participants au CRAF doivent donc être des transporteurs américains pleinement certifiés par la Federal Aviation Administration (FAA, autorités aériennes américaines).

La première activation de ce dispositif, créé le 15 décembre 1951, a eu lieu lors de l'opération "Tempête du désert", entre le 18 août 1990 et le 24 mai 1991.

Dans un premier temps, en août 1990, le Pentagone avait réquisitionné 38 avions de ligne appartenant à 16 compagnies pour le transport de troupes et de matériels.

Puis, en janvier 1991, le secrétaire à la Défense de l'époque, Dick Cheney, avait annoncé la réquisition d'avions supplémentaires pour accroître les capacités de transport de matériel et d'équipements vers le Golfe.

Au total, 181 appareils, appartenant à 20 compagnies aériennes, avaient alors pu être réquisitionnés.

Le deuxième recours remonte au 8 février 2003 lorsque le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld avait demandé à 22 compagnies aériennes de mettre à disposition 47 avions de ligne et 31 avions cargo pour le transport de passagers et d'équipements militaires.

Cette réquisition s'était déroulée dans le cadre de l'"Opération Liberté irakienne".

Annoncée dimanche, la nouvelle "activation" de cette réserve d'avions civils doit cette fois permettre "aux avions de l'armée de se concentrer sur les opérations à Kaboul", a indiqué le Pentagone.

Au total, 18 avions sont mobilisés, des compagnies American Airlines, Atlas Air, Delta Air Lines, Omni Air, Hawaiian Airlines, et United Airlines, pour évacuer des personnes fuyant l'Afghanistan.

Le ministère de la Défense et le ministère du Commerce avaient officiellement créé le CRAF il y a près de 70 ans, s'appuyant sur l'expérience du pont aérien de Berlin quelques années plus tôt, dans lesquelles des avions commerciaux avaient été utilisés de manière ad hoc.


Le Kremlin dénonce les remarques «déstabilisatrices» de Biden sur l'Ukraine

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, préside la conférence de presse annuelle du président russe Vladimir Poutine dans le hall d'exposition Manezh, dans le centre de Moscou, le 23 décembre 2021. (Photo, AFP)
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, préside la conférence de presse annuelle du président russe Vladimir Poutine dans le hall d'exposition Manezh, dans le centre de Moscou, le 23 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a promis «un désastre pour la Russie» en cas d'attaque contre l'Ukraine
  • Il a aussi mis en avant le risque de «lourdes» pertes humaines sur le champ de bataille

MOSCOU : Le Kremlin a dénoncé jeudi les remarques "déstabilisatrices" du président américain Joe Biden sur l'Ukraine, qui a promis à Moscou un "désastre" en cas d'attaque militaire contre l'Ukraine.

"Les déclarations se répètent sans cesse et ne contribuent en rien à l'apaisement des tensions actuelles. De plus, elles peuvent contribuer à déstabiliser la situation", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Celles-ci "peuvent susciter des espoirs totalement faux parmi les têtes brûlées de certains représentants ukrainiens (...) qui pourraient tenter de résoudre par la force le problème du sud-est de l'Ukraine", où Kiev fait face depuis 2014 à des séparatistes prorusses armés, a poursuivi M. Peskov.

Le président américain Joe Biden a promis "un désastre pour la Russie" en cas d'attaque contre l'Ukraine, assurant que "s'ils envahissent, ils vont le payer", évoquant des sanctions bancaires sans précédent et l'impossibilité de faire des transactions en dollars.

Il a aussi mis en avant le risque de "lourdes" pertes humaines sur le champ de bataille.

La Russie a déployé ces derniers mois des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l'Ukraine, faisant craindre une invasion. Si Moscou dément tout projet en ce sens, le Kremlin insiste sur des garanties écrites pour sa sécurité, y compris sur la promesse que Kiev n'intègrera pas l'Otan.

Après une série de pourparlers diplomatiques en Europe la semaine dernière, Moscou et Washington doivent tenter une nouvelle fois vendredi de désamorcer la menace d'un nouveau conflit en Ukraine lors d'un face-à-face à Genève entre le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue russe Sergueï Lavrov.


La réforme électorale de Biden enterrée par le Sénat

Le président américain Joe Biden s'exprime lors d'une conférence de presse à la veille de sa première année au pouvoir, depuis l'East Room de la Maison Blanche à Washington, DC, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le président américain Joe Biden s'exprime lors d'une conférence de presse à la veille de sa première année au pouvoir, depuis l'East Room de la Maison Blanche à Washington, DC, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les sénateurs américains ont infligé un revers cinglant au dirigeant démocrate en refusant d'avancer sur ce texte
  • A dix mois des législatives de mi-mandat, Joe Biden démocrate voulait avec cette réforme poser un cadre fédéral pour l'organisation des scrutins aux Etats-Unis

WASHINGTON : Joe Biden s'est dit "profondément déçu" mercredi que le Sénat américain ait enterré sa réforme électorale avec laquelle le président promettait de protéger l'accès aux urnes des Afro-Américains.

Les sénateurs américains ont infligé un revers cinglant au dirigeant démocrate en refusant d'avancer sur ce texte.

A dix mois des législatives de mi-mandat, Joe Biden démocrate voulait avec cette réforme poser un cadre fédéral pour l'organisation des scrutins aux Etats-Unis.

Et ce faisant, annuler une série de restrictions adoptées dans une quinzaine d'Etats conservateurs depuis la présidentielle de 2020.

Selon les ONG, ces restrictions discriminent délibérément les électeurs noirs, majoritaires à avoir voté pour Joe Biden à la dernière élection.

Dans les Etats républicains, on assure au contraire que ces mesures renforcent la sécurité des scrutins du pays, un argument fort auprès de leur électeurs, encore nombreux à croire que la présidentielle de 2020 a été "volée" à Donald Trump.

L'organisation des élections est plus que jamais un sujet brûlant en Amérique.

Les démocrates au Sénat cherchaient à tout prix à adopter la grande réforme électorale de Joe Biden pour défaire ces mesures avant les élections de mi-mandat.

Mais l'opposition républicaine, vent debout contre cette loi qui confierait selon elle aux démocrates le contrôle des scrutins à travers le pays, a fait bloc mercredi soir.

Elle a ainsi privé les démocrates de la "supermajorité" de 60 voix requise au Sénat pour clore les débats et soumettre le texte au vote.

Dans une ultime tentative, l'état-major démocrate a  essayé de pousser le texte avec ses seules voix via une option dite "nucléaire", mais à laquelle les plus modérés de ce camp, Kyrsten Sinema et Joe Manchin, se sont opposés.

"Je suis profondément déçu que le Sénat n'ait pas réussi à défendre notre démocratie", a réagi Joe Biden juste après le vote.

"Je suis déçu - mais je ne suis pas découragé", a-t-il souligné sur Twitter, assurant qu'il ne relâcherait pas ses efforts sur ce dossier.

Lors de sa conférence de presse quelques heures avant le vote, le président américain avait aussi souligné ne pas avoir "épuisé toutes les options" pour protéger l'accès au vote des Afro-Américains, sans donner plus de détails.


Afghanistan: partir ou rester, le dilemme des derniers Sikhs

Photo prise le 31 décembre 2021 montrant le gardien du temple Gurnam Singh, priant avec d'autres au temple Karte Parwan Gurdwara, à Kaboul. (Photo, AFP)
Photo prise le 31 décembre 2021 montrant le gardien du temple Gurnam Singh, priant avec d'autres au temple Karte Parwan Gurdwara, à Kaboul. (Photo, AFP)
Short Url
  • Responsable du principal temple sikh de Kaboul, Gurnam Singh embrasse du regard l'immense salle qui accueillait autrefois des centaines de fidèles
  • Pieds nus sur le sol recouvert de tapis rouges, les fidèles sont arrivés au compte-gouttes

KABOUL : Responsable du principal temple sikh de Kaboul, Gurnam Singh embrasse du regard l'immense salle qui accueillait autrefois des centaines de fidèles. Seule une poignée d'adeptes y prie: "Tout le monde aime ce pays. Nous sommes Afghans, c'est notre patrie. Mais nous partons par désespoir".

Pieds nus sur le sol recouvert de tapis rouges, les fidèles sont arrivés au compte-gouttes. Les femmes d'un côté, les hommes de l'autre, chaque groupe se réchauffant autour d'un poêle à bois, ils ont écouté des passages du Guru Granth Sahib, le livre saint sikh.

Puis l'ouvrage a été cérémonieusement replacé dans l'autel lui étant consacré. Début novembre, le gurdwara (temple, ndlr) Karte Parwan possédait encore trois exemplaires du livre saint. Mais deux ont été transportés à Delhi pour être "mis à l'abri".

La communauté sikhe d'Afghanistan, qui comptait dans les années 1970 au moins 150 000 membres, n'en a peut-être plus pour longtemps.

Quarante ans de guerre, de pauvreté et de discriminations ont provoqué leur exode. Après l'arrivée des talibans au pouvoir, mi-août, près d'une centaine se sont encore exilés. Selon Gurnam Singh, ils ne sont plus que 140 à travers le pays, la majorité à Kaboul et quelques dizaines à Jalalabad (est).

Manmohan Singh, 60 ans, un ancien respecté de la communauté, fait visiter le gurdwara. Il montre la cuisine partagée, les appartements où sont logées plusieurs familles.

"La joie ou la peine qu'on éprouvait, on la partageait ici. On a d'abord construit le gurdwara, puis les bâtiments autour, puis l'école. Moi aussi j'ai étudié ici", sourit-il.

"Quand ce gurdwara a été construit il y a 60 ans, tout le quartier appartenait aux Sikhs. Il n'y avait pas un seul musulman ici".

De l'extérieur, rien ne distingue le temple des autres bâtiments du quartier. Sa haute porte métallique, ses murs d'enceinte écrus pourraient être ceux de n'importe quelle résidence cossue.

Les mesures de sécurité sont drastiques: plusieurs attaques ont visé les Sikhs -- membres d'une religion hindouiste comptant 25 millions de fidèles surtout présents au Penjab, dans le nord-ouest de l'Inde -- ces dernières années.

Début octobre encore, des hommes armés, non identifiés, ont pénétré de force dans le gurdwara qu'ils ont vandalisé.

Pour aller où?

Manjit Singh, 40 ans, fait partie des quelques-uns ayant choisi de rester. Comme nombre de Sikhs, il tient une échoppe de produits pharmaceutiques et médicinaux.

Les affaires vont mal, plus à cause de la crise économique que des mauvaises relations avec les talibans ou les autres Afghans. "Ce sont nos amis. Nous sommes là les uns pour les autres", insiste-t-il.

Mais dans son quartier de Shor Bazar, dans le sud de Kaboul, "il reste à peine deux ou trois familles (...) Tous les autres sont partis".

L'an passé, sa fille a épousé un autre Sikh afghan puis a émigré à Delhi. L'Inde a offert son aide aux Sikhs, facilitant leur installation sans pour autant leur donner la nationalité.

Manjit Singh est resté. Partir, pour aller où? "Pas en Inde. Qu'est-ce que je ferais en Inde? Il n'y a pas de travail ou de maison là-bas".

Autrefois, Shor Bazar était un haut lieu sikh. Il en reste une rue, "Hindu Street", où se trouve le plus ancien gurdwara de Kaboul, vieux de "presque 400 ou 500 ans" selon Manjit Singh.

Entretenu par la communauté, il semble presque neuf mais reste vide. Pourtant "avant, beaucoup de gens venaient ici. Nous avions des prières collectives deux fois par semaine, le dimanche et le mercredi".

«Trop de pauvreté»

"Avant", c'était avant l'attaque de mars 2020 contre un autre gurdwara de Shor Bazar. L'assaut par plusieurs hommes, revendiqué par l'EI-K, la branche afghane de l'organisation Etat islamique, avait duré six heures, un jour de prière.

Vingt-cinq personnes étaient mortes, dont la sœur de Parmajeet Kaur. Cette mère de trois enfants, âgée de 30 ans, avait elle reçu un éclat dans l'œil gauche. Comme beaucoup d'autres après cette attaque, elle a fait ses valises, direction Delhi.

Mais dans la capitale indienne, "nous n'avions pas de travail et c'était cher alors nous sommes rentrés", raconte Parmajeet Kaur. C'était en juillet, quelques semaines avant le retour au pouvoir des talibans.

Depuis, Parmajeet et sa famille sont nourris et hébergés au gurdwara Karte Parwan. Leur logement, une pièce aux murs nus d'environ 20 m2, est seulement meublée d'un poêle, d'une immense télé et de couchettes posées le long des murs.

Les enfants ne vont pas à l'école et Parmajeet Kaur ne sort pas du gurdwara, rare endroit où elle se sent en sécurité. Elle pense à repartir mais pas en Inde, évoque le Canada ou les Etats-Unis.

"Il y a trop de pauvreté ici. Mon fils et mes filles sont encore petits. Si nous partons, nous pourrons faire quelque chose de notre vie".