A Hanoï, Kamala Harris dénonce les intimidations de Pékin en mer de Chine méridionale

La vice-présidente américaine Kamala Harris, accompagnée du PDG de Gardens by the Bay, Felix Loh, visite l'orchidée qui porte son nom, au Flower Dome de Gardens by the Bay, à la suite de son discours de politique étrangère, à Singapour le 24 août 2021.(Photo, AFP)
La vice-présidente américaine Kamala Harris, accompagnée du PDG de Gardens by the Bay, Felix Loh, visite l'orchidée qui porte son nom, au Flower Dome de Gardens by the Bay, à la suite de son discours de politique étrangère, à Singapour le 24 août 2021.(Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 25 août 2021

A Hanoï, Kamala Harris dénonce les intimidations de Pékin en mer de Chine méridionale

  • La réponse chinoise ne s’est pas faite attendre : « Les Etats-Unis peuvent diffamer, opprimer et intimider d'autres pays sans en payer le moindre prix »
  • La vice-présidente a voulu apaiser les craintes des pays étroitement liés aux deux puissances économiques à devoir choisir leur camp

HANOÏ : La vice-présidente américaine Kamala Harris a accusé mardi Pékin de chercher à intimider les pays du pourtour de la mer de Chine méridionale, tandis que les Etats-Unis cherchent à renforcer leurs alliances face à la Chine et à rassurer leurs partenaires après leur retrait chaotique d'Afghanistan.

Mme Harris a fait ces déclarations au deuxième jour de sa visite à Singapour, avant de se rendre à Hanoï, où elle est arrivée avec trois heures de retard en raison d'un "incident anormal de santé" dans la capitale vietnamienne.

Une expression généralement utilisée par Washington pour désigner un mal mystérieux qui a touché des diplomates américains dans plusieurs pays appelé "syndrome de la Havane" et dont le premier cas a été détecté il y a cinq ans à Cuba.

"Pékin continue à exercer des pressions, à intimider et à avoir des revendications sur l'essentiel de la mer de Chine méridionale", a lâché Mme Harris à Singapour.

"Les actes de Pékin continuent à saper l'ordre international fondé sur le droit et à menacer la souveraineté des nations".

"Les Etats-Unis peuvent diffamer, opprimer et intimider d'autres pays sans en payer le moindre prix", lui a rétorqué un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, faisant allusion à l'intervention américaine en Afghanistan.

"Les Etats-Unis usent toujours du droit pour justifier leur égoïsme et asseoir leur hégémonie", a-t-il estimé devant la presse.

Dans son discours à Singapour, la vice-présidente américaine a détaillé les objectifs de politique extérieure américaine en Asie.

"Les Etats-Unis sont unis" avec leurs alliés et leurs partenaires "devant ces menaces", a-t-elle assuré, faisant allusion à la Chine.

Pékin revendique presque la totalité de la mer de Chine méridionale, une zone maritime aux ressources importantes et par laquelle se fait une grande partie du commerce mondial.

Mais les Philippines, le Vietnam, la Malaisie et Brunei, ainsi que Taïwan, ont des revendications de souveraineté concurrentes sur la zone.

La Chine a été accusée de déployer des équipements militaires, dont des lance-missiles, et d'ignorer une décision d'un tribunal international de 2016 qui a jugé sans fondement la plupart de ses revendications historiques.

Les tensions se sont aggravées ces derniers mois entre Pékin et les pays contestant ses revendications maritimes.

Manille a fait part de sa colère après avoir repéré des centaines de bateaux chinois dans la zone économique exclusive (ZEE) philippine, tandis que la Malaisie a déployé des chasseurs pour intercepter des avions militaires chinois qui ont fait une incursion près de ses côtes.

Mme Harris a aussi voulu apaiser les craintes que les tensions croissantes entre la Chine et les Etats-Unis ne contraignent les pays étroitement liés à ces deux puissances économiques à devoir choisir leur camp.

"Notre engagement en Asie du Sud-Est et dans la région indo-pacifique n'est pas dirigé contre un pays quel qu'il soit et ne vise pas à forcer quiconque à choisir entre les pays", a-t-elle affirmé.

La visite de la vice-présidente dans cette partie du monde fait suite à celle du chef du Pentagone Lloyd Austin le mois dernier, qui avait aussi sévèrement critiqué les revendications chinoises dans cette zone disputée.

Mais la crise en Afghanistan a renforcé les doutes sur la crédibilité du soutien des Etats-Unis chez leurs partenaires et jeté une ombre sur la visite en Asie du Sud-Est de Kamala Harris.

La vice-présidente américaine a défendu la décision de Joe Biden de retirer les troupes américaines d'Afghanistan, une décision "courageuse et bonne". Elle a répété que les Américains donnaient la priorité à l'évacuation en cours d'étrangers et d'Afghans à l'aéroport de Kaboul.

Kamala Harris a aussi annoncé que Washington proposait d'accueillir en 2023 la réunion annuelle du Forum de Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), une organisation dont font partie à la fois les Etats-Unis et la Chine.

Les relations entre Pékin et Washington se sont envenimées après des différends allant de la cybersécurité et la lutte pour la suprématie technologique aux violations des droits de l'Homme à Hong Kong et au Xinjiang.

Le gouvernement de Joe Biden a continué pour l'essentiel la politique de Donald Trump d'opposition à la Chine.

Harris appelle à plus de coopération face au déficit de semi-conducteurs

gt
La production mondiale de puces est concentrée en Asie et la pandémie a mis en évidence la grande vulnérabilité de sa chaîne logistique. Elle a aussi perturbé les transports maritimes qui alimentent en microprocesseurs les principaux clients. (Photo, AFP)

SINGAPOUR : La vice-présidente américaine Kamala Harris a appelé mardi à plus de coopération internationale pour améliorer la chaîne logistique face au déficit mondial de semi-conducteurs, au cours d'une visite à Singapour.

Ce déficit déclenché par un bond de la consommation des biens électroniques au début de la pandémie de Covid-19 a été ensuite exacerbé par des problèmes de chaîne d'approvisionnement liés aux perturbations de certaines usines clés en Asie.

"Quand nous voyons les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, c'est un problème qui demande que toutes les nations (...) travaillent ensemble pour se coordonner", a souligné la responsable américaine au cours d'une rencontre avec des dirigeants économiques de la cité-Etat d'Asie du Sud-Est.

"Il doit donc y avoir une collaboration et au moins un peu de coordination, sur ce qu'il faut faire pour répondre à la demande".

Le secteur automobile a été le plus touché par le manque de microprocesseurs, Volkswagen et Toyota ayant été contraints de réduire leur production, mais les fabricants de smartphones et de consoles ont aussi averti qu'ils rencontraient des problèmes d'approvisionnement.

La production mondiale de puces est concentrée en Asie et la pandémie a mis en évidence la grande vulnérabilité de sa chaîne logistique. Elle a aussi perturbé les transports maritimes qui alimentent en microprocesseurs les principaux clients.

Ce déficit a poussé les pays occidentaux à vouloir renforcer la production locale de semi-conducteurs pour éviter de futurs chocs à l'avenir, mais la création de nouvelles usines suppose des investissements colossaux.

Le ministre du Commerce de Singapour Gan Kim Yong a souligné qu'il y avait "des limites et des défis face à ce qu'un pays pouvait faire seul". "Les chaînes logistiques de l'électronique et des semi-conducteurs sont complexes et doivent être optimisées à un niveau mondial", a-t-il noté.

Des représentants de GlobalFoundries, groupe américain ayant des usines à Singapour, le fonds d'investissement américain BlackRock, et le fonds souverain de Singapour Temasek ont participé aux discussions, a rapporté l'agence Bloomberg.

Singapour abrite d'importantes usines de microprocesseurs et ses ports sont parmi les plus grands au monde.

GlobalFoundries a annoncé récemment un nouveau projet d'usine de 4 milliards de dollars dans l'île, qui doit entrer en fonction en 2023.

La responsable américaine a poursuivi son voyage au Vietnam, qui a vu également un renforcement des investissements étrangers dans la production de puces, avec notamment une usine du groupe américain Intel à Ho Chin Minh Ville.

Taïwan et la Corée du Sud abritent aussi certaines des plus grandes fonderies de semi-conducteurs au monde.

 


Répression des manifestations en Iran: l'Allemagne « convoque » l'ambassadeur iranien

Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Short Url
  • Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion"
  • Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation en Iran

BERLIN: Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion" sur la répression du mouvement de protestation en Iran contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs.

"Nous avons convoqué l'ambassadeur iranien, et la discussion aura lieu cet après-midi", a déclaré Christian Wagner, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

"Nous étudions formellement toutes les options", en réaction à cette répression, a-t-il ajouté.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict, en particulier le port du voile islamique.

Le mouvement de contestation s'est depuis propagé dans plusieurs villes du pays, où les manifestants ont crié des slogans hostiles au pouvoir, selon les médias locaux.

Les autorités répriment lourdement ces protestations : selon un bilan officiel incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en dix jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d'au moins 57 manifestants tués.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté dénoncé dimanche un usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants.


L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste «très favorable à l'Europe»

La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
Short Url
  • Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes
  • Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni

BERLIN: L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste "très favorable à l'Europe" malgré la victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives, a indiqué lundi un porte-parole du gouvernement.

"L'Italie est un pays très favorable à l'Europe, avec des citoyennes et des citoyens très favorables à l'Europe, et nous partons du principe que cela ne changera pas", a déclaré Wolfgang Büchner lors d'une conférence de presse régulière.

Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes.

Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni.

"Nous jubilons avec l'Italie! Félicitations à toute l'alliance" qui devrait prendre les commandes de l'Italie, a ainsi écrit sur Twitter Beatrix von Storch, vice-présidente du groupe AfD au Bundestag.

Une période d'incertitude s'ouvrait lundi en Italie et dans l'Union européenne au lendemain de la victoire aux législatives de Giorgia Meloni, aux commandes d'une coalition réunissant droite et extrême droite qui devra affronter des défis considérables.

Forts de la majorité absolue au Parlement, la dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste) avec ses alliés Matteo Salvini de la Ligue (anti-immigration) et Silvio Berlusconi de Forza Italia (droite) vont tenter dans les prochains jours de former un gouvernement.


Hong Kong: un cardinal jugé pour un fonds d'aide aux manifestants pro-démocratie

Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour «collusion avec des forces étrangères»
  • Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie

HONG KONG: Le procès du cardinal Joseph Zen, 90 ans, et de cinq militants pro-démocratie, tous accusés d'avoir géré un fonds d'aide aux manifestants antigouvernementaux, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Hong Kong.

Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour "collusion avec des forces étrangères", ce qui avait soulevé l'indignation internationale.

Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie, selon la loi de sécurité nationale imposée par Pékin en 2020.

Avec ses coaccusés, parmi lesquels la chanteuse Denise Ho et l'avocate Margaret Ng, il n'est pour l'instant jugé que pour défaut d'enregistrement du fonds en tant que société.

Tous quatre encourent une amende de 10.000 dollars de Hong Kong (1.300 euros) et ont plaidé non-coupable.

Le fonds "612 Humanitarian Relief Fund", aujourd'hui dissous, était destiné à financer une partie des frais judiciaires et médicaux des personnes arrêtées lors des gigantesques manifestations pro-démocratie de 2019.

Ce mouvement avait été suivi d'une sévère reprise en main par Pékin à Hong Kong. La plupart des personnalités pro-démocratie de la ville sont désormais en prison ou ont fui à l'étranger, et des dizaines d'associations ont fermé leurs portes.

Le Vatican a réagi prudemment à l'arrestation de Mgr Zen, se contentant de dire qu'il "suivait de très près l'évolution de la situation".

L'affaire tombe à un moment délicat pour l'Eglise catholique, qui cherche à renouveler à la fin de l'année un accord qui permet à Pékin de nommer des évêques en Chine avec l'approbation du pape.

Mgr Zen se montre critique à l'égard de cet accord qu'il juge néfaste pour l'Eglise clandestine chinoise, qui refuse de se soumettre aux exigences des autorités.

L'un des plus hauts prélats catholiques à avoir critiqué l'attitude du Vatican à l'égard de Mgr Zen est le cardinal allemand Gerhard Mueller.

"Nous l'avons abandonné", a-t-il déclaré au journal italien Il Messaggero début septembre, se disant déçu qu'un récent consistoire - une réunion de cardinaux à Rome - ne se soit pas prononcé en faveur de Mgr Zen.

"Je ne voudrais pas que le silence du consistoire sur Mgr Zen révèle le fait que ce cardinal sera sacrifié sur l'autel de la raison, pour défendre et appliquer l'accord diplomatique avec Pékin. Je sens venir ce risque, et je ressens de la douleur", a-t-il déploré.