Irak: Moqtada Sadr lève son boycott et participera aux législatives

Le puissant leader chiite irakien Moqtada Sadr le 27 août 2021 prononçant un discours à Najaf, la ville sanctuaire chiite du centre de l'Irak où il réside. (Photo, Bureau de presse de Moqtada Sadr via AFP)
Le puissant leader chiite irakien Moqtada Sadr le 27 août 2021 prononçant un discours à Najaf, la ville sanctuaire chiite du centre de l'Irak où il réside. (Photo, Bureau de presse de Moqtada Sadr via AFP)
Short Url
Publié le Samedi 28 août 2021

Irak: Moqtada Sadr lève son boycott et participera aux législatives

  • Le leader chiite a dit avoir reçu des gages de «certains dirigeants» politiques pour «réformer» le pays et «mettre fin à la corruption»
  • Son courant, grand vainqueur des précédentes législatives en mai 2018, dispose du plus important bloc parlementaire avec 54 députés sur 329

BAGDAD : Le puissant leader chiite irakien Moqtada Sadr est revenu vendredi sur sa décision de boycotter les élections législatives anticipées et a annoncé que son courant prendrait part au scrutin du 10 octobre "pour mettre fin à la corruption".

"Participer au projet électoral est désormais acceptable", a déclaré Moqtada Sadr, faiseur de roi à l'influence décisive en Irak, lors d'une allocution télévisée, un mois et demi après avoir annoncé son boycott.

Flanqué de plusieurs dizaines de responsables du courant qui porte son nom, il a dit avoir reçu des gages de "certains dirigeants" politiques pour "réformer" le pays englué dans une crise économique et sociale et "mettre fin à la corruption", fléau qui gangrène toutes les strates de la société irakienne.

Le 15 juillet, Moqtada Sadr avait annoncé de façon sibylline ne pas participer au scrutin, estimant que "la nation valait mieux que cela".

Son courant sadriste, grand vainqueur des précédentes législatives en mai 2018, dispose du plus important bloc parlementaire avec 54 députés sur 329. Et les sadristes sont présents dans tous les rouages de l'Etat.

Les législatives anticipées sont une des promesses émises par le Premier ministre, Moustafa al-Kazimi. Nommé en mai 2020 dans la foulée du soulèvement populaire anti-pouvoir d'octobre 2019, M. Kazimi a été désigné pour sortir le pays du marasme politique et économique et en finir avec la corruption.

Ex-chef de milice ayant combattu dans les années 2000 les troupes américaines, Moqtada Sadr se présente, lui, comme le pourfendeur des politiciens véreux et de la gabegie et comme le grand promoteur de la justice sociale. 

Portant un turban noire, Moqtada Sadr, 47 ans, est un "sayyid", c'est-à-dire un descendant du prophète de l'islam Mahomet.  

Au plan politique, son influence est décisive en Irak, pays chiite à 60%. Il s'affiche comme un farouche nationaliste anti-américain, tout en s'opposant à l'influence grandissante des puissantes factions irakiennes chiites fidèles à l'Iran, grand voisin de l'Irak.

Mais le chef chiite avait semblé sous pression ces dernières semaines. Il est quotidiennement ciblé sur les réseaux sociaux par des groupes ou individus de la mouvance pro-iranienne, qui le rendent responsables de la pénurie d'électricité dans le pays où des incendies dans les hôpitaux, dont le dernier en date a fait plus de 60 morts à Nassiriya (sud) en juillet.


Les EAU demandent à l'ONU d'abandonner le nom d’«État islamique» concernant Daech

Abou Chahab a souligné que la lutte contre le terrorisme allait au-delà de Daech, car «la lutte contre Al-Qaïda reste une priorité mondiale» (Photo, uaeun.org).
Abou Chahab a souligné que la lutte contre le terrorisme allait au-delà de Daech, car «la lutte contre Al-Qaïda reste une priorité mondiale» (Photo, uaeun.org).
Short Url
  • «Le terrorisme n'a rien à voir avec l’Islam», a précisé Abou Chahab
  • Il a conclu son intervention en appelant la communauté internationale à «saisir cette occasion et à agir maintenant» afin d’éliminer Daech et les autres groupes terroristes

ONU: Les Émirats arabes unis ont demandé aux organisations des Nations unies de cesser d'utiliser le terme «État islamique» pour désigner Daech, lors de la réunion du Conseil de sécurité à New York, estimant que les extrémistes ne doivent pas être associés à la religion.

L'ambassadeur des Émirats arabes unis, représentant permanent adjoint et chargé d'affaires, Mohammed Abou Chahab, a déclaré dans son discours que les organisations ne devaient pas «permettre à Daech et à d'autres groupes de détourner une religion de tolérance et d'accorder du crédit à leurs prétentions». 

«Le terrorisme n'a rien d’islamique», a-t-il ajouté.

La déclaration d'Abou Chahab est intervenue alors que les Nations unies ont reconnu que la menace posée par Daech et ses affiliés restait «globale et évolutive».

«Daech et ses affiliés continuent d'exploiter les dynamiques de conflit, les fragilités de gouvernance et les inégalités afin d’inciter, de planifier et d’organiser des attaques terroristes», a souligné le chef de la lutte contre le terrorisme de l'ONU, Vladimir Voronkov, en présentant le quinzième rapport du Secrétaire général.

Abou Chahab a précisé que la lutte contre le terrorisme ne se limitait pas à Daech, car «la lutte contre Al-Qaida reste une priorité mondiale», surtout après que «l'organisation a connu un vide au niveau de sa direction, à la suite de la mort d'Ayman al-Zawahiri».

Au cours de son allocution, Abou Chahab a affirmé que la technologie pouvait être une «épée à double tranchant», pouvant être utilisée pour améliorer la qualité de vie des gens d'une part, mais pouvait être détournée par des groupes terroristes d'autre part.

Abou Chahab a déclaré que «les technologies émergentes ont un potentiel énorme pour contribuer aux efforts de prévention et de lutte contre le terrorisme».

Il a ajouté que le Conseil «doit se concentrer sur la prévention de l'émergence de la prochaine génération de terroristes et d'extrémistes», faisant référence au recrutement d'enfants dans les camps de réfugiés.

«Au camp d'Al-Hol, plus de 25 000 enfants sont potentiellement exposés au risque de radicalisation», a prévenu Abou Chahab. «De véritables efforts doivent être faits pour donner à ces enfants l'espoir d'un avenir prospère et plus pacifique.»

Il a conclu son intervention en appelant la communauté internationale à «saisir cette occasion et à agir maintenant» afin d’éliminer Daech et les autres groupes terroristes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: La justice ordonne la saisie des biens de deux députés accusés dans l'explosion du port

Ali Hassan Khalil près du parlement de Beyrouth (Photo, AFP).
Ali Hassan Khalil près du parlement de Beyrouth (Photo, AFP).
Short Url
  • A la suite du drame du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le barreau avait lancé des poursuites contre l'Etat au nom de près de 1400 familles de victimes
  • Les politiciens mis en cause ont déposé une vingtaine de plaintes au total contre le juge Tareq Bitar pour entraver l'enquête

BEYROUTH: La justice a ordonné mercredi la saisie temporaire des biens de deux députés accusés dans l'affaire de l'explosion meurtrière qui a détruit le port de Beyrouth il y a deux ans.

"La juge Najah Itani a émis un ordre de saisie temporaire d'une valeur de 100 milliards de livres libanaises sur les biens des députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaiter", a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

La décision de justice a été émise dans le cadre d'une plainte déposée par le barreau de Beyrouth auprès du tribunal civil de première instance de la capitale pour interroger les deux députés Ali Hassan Khalil (ancien ministre des Finances) et Ghazi Zeaiter (ancien ministre des Travaux publics et des Transports", pour avoir "usé de leurs droits (...) de manière arbitraire en déposant des plaintes destinées à entraver l'enquête", a-t-on ajouté de même source.

Le barreau réclame une compensation d'une valeur de 100 milliards de livres.

A la suite du drame du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le barreau avait lancé des poursuites contre l'Etat au nom de près de 1.400 familles de victimes de l'explosion, qui a détruit le port et plusieurs quartiers de la capitale, faisant plus de 200 morts et 6.500 blessés.

Les députés Khalil et Zeaiter sont membres du parti Amal du président du Parlement, Nabih Berri.

Les politiciens mis en cause ont déposé une vingtaine de plaintes au total contre le juge Tareq Bitar pour entraver l'enquête, le forçant à suspendre ses investigations à plusieurs reprises. L'enquête est suspendue depuis fin décembre.

Les responsables politiques de tous bords refusent d'être interrogés par le juge, que le puissant Hezbollah accuse de politiser l'enquête, même si les autorités ont imputé le drame, qui a détruit des quartiers entiers de Beyrouth, au stockage sans mesures de précaution d'énormes quantités de nitrate d'ammonium.

A l'occasion du deuxième anniversaire de la tragédie, les proches des victimes ont réclamé une enquête internationale sur les causes de l'explosion, qualifiée de l'une des plus importantes non nucléaires jamais enregistrées dans le monde.

Les causes sont toujours inconnues tout comme l'identité des responsables, dans un pays où règne très souvent l'impunité.


Syrie: Damas annonce la mort d'un chef de l'EI dans le sud du pays

Un véhicule militaire appartenant aux troupes de la coalition russe et syrienne à Deraa (Photo, AFP).
Un véhicule militaire appartenant aux troupes de la coalition russe et syrienne à Deraa (Photo, AFP).
Short Url
  • Al-Iraki était le chef militaire de l'organisation extrémiste dans le sud de la Syrie
  • Le chef jihadiste se cachait dans la région depuis 2018 et il avait participé à des assassinats et au chaos qui a secoué le sud de la Syrie

DAMAS: Un chef du groupe jihadiste Etat islamique s'est fait exploser après avoir été encerclé par les forces gouvernementales syriennes dans le sud du pays, a rapporté mercredi un média officiel, citant une source de sécurité.

Selon l'agence officielle Sana, "les forces de sécurité ont mené une opération spéciale" qui a conduit à "la mort du terroriste Abou Salem al-Iraki" dans l'ouest de la région de Deraa. Ce dernier "a déclenché sa ceinture d'explosifs après avoir été encerclé et blessé par des coups de feu".

Al-Iraki était le chef militaire de l'organisation extrémiste dans le sud de la Syrie, selon la source sécuritaire.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre a confirmé la mort d'Al-Iraki mardi.

Selon l'Observatoire, le chef jihadiste se cachait dans la région depuis 2018 et il avait participé à des assassinats et au chaos qui a secoué le sud de la Syrie.

La province de Deraa est contrôlée en grande partie par le régime depuis 2018. Des groupes rebelles contrôlent toujours quelques secteurs dans le cadre d'un accord de trêve parrainé par la Russie, allié du régime de Bachar al-Assad.

La présence de l'EI dans cette province était limitée à une petite poche, par le biais d'une faction extrémiste qui lui avait prêté allégeance, avant d'être battue et repoussée.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie, l'EI a vu son "califat" autoproclamé s'effondrer sous le coup d'offensives successives. Il a été défait en 2017 en Irak et en 2019 en Syrie.

Mais le groupe extrémiste sunnite responsable de multiples exactions continue de mener des attaques à travers des cellules dormantes dans ces deux pays.

La guerre complexe en Syrie, où interviennent différents protagonistes, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.