Arz Zahreddine, porte-drapeau d’un Liban en crise aux jeux Paralympiques de Tokyo 2020

Arz Zahreddine foulera la piste du Stade olympique de Tokyo samedi dans l’épreuve du 200 m-T64 masculin. (Photo fournie)
Arz Zahreddine foulera la piste du Stade olympique de Tokyo samedi dans l’épreuve du 200 m-T64 masculin. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mardi 31 août 2021

Arz Zahreddine, porte-drapeau d’un Liban en crise aux jeux Paralympiques de Tokyo 2020

  • Le jeune athlète de 22 ans participera samedi à la catégorie T64 de l’épreuve du 200 m
  • À Tokyo, il dédiera sa performance aux victimes de l’explosion de Beyrouth

DUBAÏ: L’histoire contemporaine du Liban, ses troubles politiques et ses interminables problèmes économiques, ont relégué depuis longtemps sa participation aux jeux Paralympiques.

Le pays, qui a envoyé une première délégation à Sydney en 2000, mais qui a ensuite manqué Athènes 2004 et Rio 2016, revient en force avec la participation d’Arz Zahreddine aux jeux Paralympiques de Tokyo 2020.

Le jeune athlète de 22 ans est le seul représentant du Liban aux jeux Paralympiques. Il participe à la catégorie T64 de l’épreuve du 200 m, qui se déroulera samedi. Zahreddine a perdu sa jambe dans un accident de voiture à l’âge de trois ans. Pendant son enfance et son adolescence, il était harcelé, victime des conséquences de l’accident.

«Perdre une jambe n’est pas un handicap, mais rester assis sur son canapé l’est», explique le sportif. Zahreddine a commencé le sport à l’âge de sept ans, débutant par l’escrime. «J’ai ressenti le besoin de me dépasser et de faire encore plus», ajoute-t-il. Après avoir remporté des médailles d’or et d’argent dans ce sport entre 2012 et 2017, il s’est mis à la course à pied, inspiré par le coureur de sprint américain (T44 paralympique), Jarryd Wallace.

Zahreddine a commencé sa carrière paralympique il y a seulement deux ans. Lors du Grand Prix de Grosseto 2019, en Italie, il s’est classé premier dans l’épreuve du 200 m T64 et deuxième dans celle du 100 m T64, ce qui lui a permis de se qualifier pour les jeux Paralympiques de Tokyo. La même année, il a terminé huitième du 100 m T64 aux championnats du monde d’athlétisme handisport de Dubaï.

Arz Zahreddine a terminé huitième du 100 m T64 aux Championnats du monde d’athlétisme handisport de Dubaï. (Photo fournie)
Arz Zahreddine a terminé huitième du 100 m T64 aux Championnats du monde d’athlétisme handisport de Dubaï. (Photo fournie)

Les difficultés auxquelles il est quotidiennement confronté chez lui ne se limitent pas à son handicap. Il fait également face à l’incapacité actuelle du Liban de fournir les besoins de base, tels que l’eau, l’électricité, l’accès aux soins de santé et à l’éducation. Le pays de Cèdre est également incapable de mettre en place une infrastructure sportive solide axée sur les personnes ayant des besoins spécifiques.

En l’absence de soutien du gouvernement, Zahreddine a bénéficié du soutien de sa famille et de Beirut Power Hub pour créer un écosystème lui permettant de s’entraîner et de développer ses performances pour le Japon.

«Arz n’a pas de handicap, Arz a du talent», lance Jean-Claude Bejjani, fondateur de Beirut Power Hub. Convaincu que «le seul handicap est dans la tête», Zahreddine a transformé son invalidité en un message d’espoir. Défenseur de la lutte contre le harcèlement, il a notamment participé à des campagnes de sensibilisation organisées par l’Unicef et le Focus Fund de l’AUBMC.

Le chemin du sportif pour parvenir à Tokyo a été semé d’embûches, en particulier la pandémie, qui a limité sa capacité à s’entraîner. Zahreddine souligne l’importance de maintenir un état d’esprit positif. Il a par exemple pu être soutenu tout au long de sa préparation, en travaillant avec un psychologue du sport.

Arz Zahreddine a commencé sa carrière paralympique en 2019. Il est le seul représentant du Liban aux jeux Paralympiques de Tokyo 2020. (Photo fournie)
Arz Zahreddine a commencé sa carrière paralympique en 2019. Il est le seul représentant du Liban aux jeux Paralympiques de Tokyo 2020. (Photo fournie)

Maintenir sa santé mentale est un travail qu’Arz continue quotidiennement, à la suite de l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth l’année dernière. La déflagration dévastatrice a entraîné toute une série de difficultés financières pour l’athlète. Les incertitudes sur son entraînement se sont multipliées: sa salle de sport a été touchée l’explosion, et il n’a pas pu s’y rendre.

La situation socio-économique au Liban n’a fait que se détériorer depuis, avec l’effondrement récent de la monnaie libanaise et les pénuries de carburant, signes d’un État défaillant. Zahreddine affirme qu’il se sent responsable de «donner de l’espoir aux jeunes du pays et aux athlètes en herbe». «Malgré tous les obstacles, nous avons encore beaucoup à accomplir», assure-t-il.

À Tokyo, il dédiera sa performance aux victimes de l’explosion de Beyrouth. Après avoir accompli un parcours aussi périlleux, il peut enfin se concentrer sur son 200 m, samedi. Il espère apporter la gloire, et un peu de joie, au Liban et au monde arabe.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Victoire de Pascal Werhlein et Porsche lors de la première journée du Diriyah E-Prix

Pascal Werhlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix. (FIA Formila E)
Pascal Werhlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix. (FIA Formila E)
Short Url
  • Werhlein semblait le plus rapide sur la piste alors qu’il se frayait un chemin jusqu’à l’avant
  • Le retour de la Formule E à Diriyah marque une étape révolutionnaire puisqu’elle donne la priorité à la durabilité et change le paradigme de l’industrie du sport

DIRIYAH : Pascal Wehrlein de l’équipe TAG Heuer Porsche est passé de la neuvième à la première place, remportant les deux premières courses au Diriyah E-Prix, suivi de Jake Dennis de l’Avalanche Andretti Formula E, arrivé en deuxième position après avoir débuté en 11e .

Werhlein semblait le plus rapide sur la piste alors qu’il se frayait un chemin jusqu’à l’avant.

Il a pris la tête au 30e  tour au virage 16, avec Sam Bird dans une Jaguar TCS Racing, incapable de retenir la 99X Electric Gen3 de Werhlein.

Le pilote et la voiture semblaient dominants pour une deuxième course consécutive. Ce fut en effet une victoire émouvante pour le jeune homme de 28 ans, qui a une fois de plus accordé des crédits à son équipe par la qualité monumentale du travail accompli.

Dans l’Avalanche Andretti à moteur Porsche, Jake Dennis s’est battu jusqu’à la dernière seconde mais n’a pas pu battre son homologue d’usine Porsche, qui lui, a fait de son 50e  départ en Formula E sa deuxième victoire.

Sam Bird était ravi de monter sur le podium pour la première fois depuis sa victoire à New York lors de la saison 7 – qualifiant cela de « mini-victoire » pour lui et Jaguar après une saison 8 difficile pour le Britannique - la seule saison durant laquelle il n’a pas réussi à réclamer de victoires « en argent ».

Sebastien Buemi est parti en pôle position et a terminé quatrième. Il s’agit de son meilleur résultat depuis la finale de la saison 6 à Berlin.

René Rast de NEOM McLaren Forumla E Team a commencé et termine cinquième après une longue bataille au milieu des positions qui reçoivent des points. Il a également l’auteur du tour le plus rapide.

Nick Cassidy a placé deux voitures Envision Racing dans le top six. Jean-Éric Vergne s’est battu de la 12e position pour DS PENSKE, terminant juste devant Jake Hughes dans une McLaren. André Lotterer et Mitch Evans complètent le top 10 – ce dernier chutant de la 6e position sur la grille.

Cela laisse donc Dennis en tête du classement à seulement un point sur Werhlein – 44 à 43 points – tandis qu’Avalanche Andretti a conservé l’avantage de ses équipes sur TAG Heuer Porsche, 58 à 49 points, avec Envision Racing en troisième.

Le retour de la Formule E à Diriyah, une destination historique et culturelle en Arabie Saoudite, marque une étape révolutionnaire puisqu’elle donne la priorité à la durabilité et change le paradigme de l’industrie du sport.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Maroc rouvre son ambassade en Irak après 18 ans d'absence

Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. (Photo, AFP)
Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'ambassade du Maroc à Bagdad avait fermé ses portes en 2005 et la chancellerie avait été transférée en Jordanie en raison de "la dégradation des conditions sécuritaires" en Irak
  • A l'automne 2005, deux employés marocains de l'ambassade avaient été enlevés par la branche irakienne d'Al-Qaïda, puis portés disparus, un drame ayant provoqué une vive émotion dans leur pays

BAGDAD:Le ministre des Affaires étrangères du Maroc a rouvert samedi à Bagdad l'ambassade du royaume en Irak après 18 ans d'absence, un déplacement "historique" marquant le début d'une coopération accrue, ont espéré les chefs de la diplomatie des deux pays.

L'ambassade du Maroc à Bagdad avait fermé ses portes en 2005 et la chancellerie avait été transférée en Jordanie en raison de "la dégradation des conditions sécuritaires" en Irak, selon le ministère des Affaires étrangères marocain.

L'Irak a connu près de deux décennies de conflits et de violences meurtrières après l'invasion emmenée par les Etats-Unis qui renversa Saddam Hussein en 2003.

Reçu samedi par le chef de la diplomatie irakienne Fouad Hussein, son homologue Nasser Bourita a estimé en conférence de presse que la réouverture de l'ambassade était un "signal fort", venant illustrer "la confiance du Maroc dans le nouvel Irak".

A l'automne 2005, deux employés marocains de l'ambassade avaient été enlevés par la branche irakienne d'Al-Qaïda, puis portés disparus, un drame ayant provoqué une vive émotion dans leur pays.

Mais après des années de violences confessionnelles et la montée en puissance des groupes jihadistes, l'Irak a renoué ces dernières années avec une relative normalité.

M. Bourita a salué une "visite historique", rappelant qu'il s'agissait de "la première d'un ministre des Affaires étrangères (marocain) depuis environ un quart de siècle".

Evoquant le début "d'une nouvelle ère" dans les relations entre les deux pays, M. Hussein a dit vouloir encourager "la coopération commerciale et économique dans tous les domaines", alors que les relations économiques sont actuellement "quasi-inexistantes".

Le ministre irakien a également apporté le "soutien" de l'Irak à "l'unité territoriale du royaume du Maroc et aux efforts onusiens pour arriver à une solution définitive concernant la question du Sahara" occidental, un territoire que se disputent le Maroc et le Front Polisario.


Inquiétudes après une nouvelle attaque à Jérusalem-Est: l'Arabie saoudite met en garde

Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, s'adresse à des passants alors qu'il se rend sur les lieux d'une attaque signalée dans un quartier de colons à Jérusalem-Est annexée par Israël, le 27 janvier 2023.  (Photo par AHMAD GHARABLI / AFP)
Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, s'adresse à des passants alors qu'il se rend sur les lieux d'une attaque signalée dans un quartier de colons à Jérusalem-Est annexée par Israël, le 27 janvier 2023. (Photo par AHMAD GHARABLI / AFP)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a mis en garde contre les dangers d'une nouvelle escalade entre Palestiniens et Israéliens
  • Depuis 48 heures, les appels à apaiser les tensions se multiplient à l'étranger, et le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, est attendu pour une visite à Jérusalem et Ramallah en début de semaine

BEYROUTH: Au lendemain de la mort de sept personnes abattues par un Palestinien de 21 ans près d'une synagogue à Jérusalem-Est, la nouvelle attaque perpétrée samedi par un enfant palestinien de 13 ans, à proximité d'un site archéologique populaire pour les juifs, a suscité des réactions inquiètes à travers le monde.

L'Arabie saoudite a mis en garde contre une nouvelle escalade dangereuse de la situation entre Palestiniens et Israéliens.

Depuis 48 heures, les appels à apaiser les tensions se multiplient à l'étranger, et le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, est attendu pour une visite à Jérusalem et Ramallah en début de semaine.

Le président américain, Joe Biden, a fustigé la veille une «atroce attaque terroriste», selon un communiqué de la Maison Blanche.

La Jordanie, pays arabe voisin ayant signé un traité de paix avec Israël, a condamné l'attaque de vendredi soir, a appelé samedi à prendre «des mesures urgentes pour arrêter la dangereuse escalade».

De son côté, la diplomatie russe s'est déclarée samedi "profondément préoccupée" et a appelé toutes les parties à la "retenue maximale", après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est.

"Les derniers évènements confirment avec toute évidence la nécessité de relancer un dialogue constructif palestino-israélien et de renoncer aux actions unilatérales", souligne le communiqué.

Selon Moscou, "on ne peut mettre fin aux violences répétitives que dans le cadre d'un processus de négociations se basant sur les principes du droit international", ajoute-t-il.