Un responsable israélien ambitionne un accord pétrolier inédit avec les Emirats

L'accord pétrolier prévoit l'acheminement par voie maritime de pétrole du Golfe jusqu'au port d'Eilat, sur la mer Rouge, dans le sud d'Israël. (Photo, AFP)
L'accord pétrolier prévoit l'acheminement par voie maritime de pétrole du Golfe jusqu'au port d'Eilat, sur la mer Rouge, dans le sud d'Israël. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 septembre 2021

Un responsable israélien ambitionne un accord pétrolier inédit avec les Emirats

  • M. Starosta se dit confiant concernant l'évolution des relations avec Abou Dhabi. Et si l'accord sur le pétrole ne devait pas aboutir, cela n'affecterait pas les relations entre les deux pays
  • Le projet a été gelé le mois dernier pour des «considérations environnementales»

DUBAI: La normalisation il y a un an entre Israël et les Emirats arabes unis a ouvert la voie à des accords au "potentiel énorme", estime le chef de la mission israélienne à Dubaï qui espère à terme le transit par son pays du pétrole émirati.


Les échanges commerciaux avec ce riche pays pétrolier du Golfe devraient "facilement" dépasser, si la crise sanitaire le permet, la barre du milliard de dollars d'ici un an, a déclaré Ilan Sztulman Starosta dans un entretien accordé à l'AFP le 23 août.


Depuis la signature le 15 septembre 2020 de l'accord établissant officiellement des relations diplomatiques entre Israël et les Emirats, la conclusion d'un important accord pétrolier est notamment en jeu.


Celui-ci prévoit l'acheminement par voie maritime de pétrole du Golfe jusqu'au port d'Eilat, sur la mer Rouge, dans le sud d'Israël. De là, l'or noir serait transporté par oléoduc à travers Israël jusqu'au port méditerranéen d'Ashkelon, d'où il serait expédié vers l'Europe. 


Mais le projet a été gelé le mois dernier pour des "considérations environnementales" car il menacerait les coraux du nord de la mer Rouge, au large de la ville balnéaire d'Eilat, explique M. Starosta depuis le consulat israélien à Dubaï, inauguré en juin. 


"Le ministère de l'Environnement a gelé le projet" par crainte que "cet oléoduc, très vieux, n'ait pas été suffisamment bien entretenu (...) et qu'il pourrait y avoir des fuites."


"Des professionnels doivent inspecter l'oléoduc et faire le nécessaire pour qu'il ne présente aucun risque", détaille le responsable.


"A terme, j'espère (que le projet) verra le jour car il s'agit d'un très bon accord à la fois pour les Emirats et l'Etat d'Israël", assure-t-il.

«Potentiel énorme»

Le 15 septembre 2020 à la Maison Blanche, les Emirats et Bahreïn ont signé un accord avec Israël, faisant de ces monarchies du Golfe les premiers pays arabes à reconnaître l'Etat hébreu, après l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.


Et fin juin, le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid a inauguré à Abou Dhabi la première ambassade d'Israël dans le Golfe. Quinze jours plus tard, les Emirats ont ouvert leur ambassade à Tel-Aviv.


M. Starosta se dit confiant concernant l'évolution des relations avec Abou Dhabi. Et si l'accord sur le pétrole ne devait pas aboutir, cela n'affecterait pas les relations entre les deux pays, assure-t-il.


La normalisation des relations bilatérales a déjà permis de nombreux accords dans les domaines du tourisme, de l'aviation et de la finance.


Les échanges commerciaux entre les deux pays ont ainsi atteint les 500 millions de dollars (environ 422,6 millions d'euros) en août, chiffre qui exclut les investissements, rapporte le responsable israélien.


"Je suis prudent, (mais) je pense que nous doublerons peut-être le volume des échanges en l'espace d'un an, si le Covid disparaît".


"Le potentiel est absolument énorme pour les deux parties", insiste M. Starosta.


Environ 200.000 Israéliens se sont rendus aux Emirats depuis l'accord et 40 sociétés israéliennes se sont installées dans les zones franches de la fédération, rapporte-t-il.


Par ailleurs, loin des accords commerciaux, des relations commencent à se tisser entre Israéliens et Emiratis, souligne M. Starosta.


Deux étudiants émiratis se sont inscrits dans une université israélienne. Et la naissance le mois dernier de la fille de M. Starosta à Dubaï, la première d'un Israélien dans cette ville depuis la normalisation, est un symbole selon ce dernier.


"Elle est née ici à Dubaï, dans un hôpital de Dubaï, où elle a été soignée par un docteur musulman", dit-il. "C'est ça la vraie paix (...) et non pas juste une signature d'accords."


Champ gazier de Jafurah: Aramco affecte 10 milliards de dollars à des sociétés locales et internationales

(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • La compagnie a déclaré avoir signé 16 contrats de sous-sol et d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction (EPC)
  • Un total de 68 milliards de dollars devrait être dépensé au cours des dix premières années de développement du projet, a déclaré Aramco

DUBAÏ: Le géant pétrolier saoudien Aramco a signé des contrats d'une valeur de 10 milliards de dollars (un dollar = 0,88 euros) pour lancer le développement de son immense champ gazier non conventionnel à Jafurah. 

La compagnie a déclaré avoir signé 16 contrats de sous-sol et d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction, avec des entreprises locales et internationales, dont les sociétés américaines Schlumberger et Halliburton. 

Parmi les autres entreprises qui ont signé des contrats figurent Baker Hughes, NESR, Saudi Taqa, Sinopec, Larsen, Toubro et Saipem. 

Un total de 68 milliards de dollars devrait être dépensé au cours des dix premières années de développement du projet, a déclaré Aramco. Pour l’ensemble du projet, la compagnie prévoit d’investir investissement plus de 100 milliards de dollars. 

D'ici à 2030, le géant pétrolier saoudien s'attend à ce que le site de Jafurah produise jusqu'à deux milliards de pieds cubes standard par jour de gaz pour la vente, 418 millions de scfd d'éthane, et environ 630 000 barils par jour de liquides et de condensats de gaz. 

La société Saipem basée en Italie construira un système de transport de l'eau lié à la séparation du gaz traité. Ce contrat représente une valeur d'environ 750 millions de dollars. 

L'accord inclut l'ingénierie, la fourniture de matériaux, la construction et la mise en service d'environ 835 km de canalisations pour le transport de gaz, de condensats et d'eau de production. 

«L'attribution de ce nouveau projet conforte une relation de longue date avec Aramco ainsi que le positionnement stratégique de Saipem au Moyen-Orient. L'accord confirme la confiance et la satisfaction de nos clients dans la capacité de gestion de projets, ainsi que dans les services d'ingénierie et les services technologiques de pointe que Saipem est en mesure d'offrir», a affirmé Francesco Caio, PDG de la compagnie. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Plus d'un tiers de la population mondiale pas connectée à internet

Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU. (AFP)
Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU. (AFP)
Short Url
  • L'augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter
  • L'organisation souligne que l'absence de connexion à internet n'est pas forcément liée à l'absence d'infrastructures. Selon elle, 95% de la population mondiale pourrait théoriquement avoir accès à un réseau mobile 3G ou 4G

GENEVE: Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU.


Environ 4,9 milliards de personnes ont surfé sur le net cette année, selon les nouvelles données collectées par l'Union internationale des télécommunications (UIT) publiées mardi. Ce sont 800 millions de personnes de plus qu'avant la pandémie.


La lutte contre le Covid-19 a forcé la fermeture d'innombrables entreprises et écoles à travers le monde, parfois de long mois et poussé les employés et écoliers, qui le pouvaient, à aller sur l'internet pour continuer à travailler et étudier. 


Pour autant, l'accès reste inégal. La quasi-totalité des personnes exclues habite dans un pays en développement, soit 96%. 


Et pour des centaines de millions d'autres, qui ont accès au réseau, ils ne peuvent le faire qu'avec des dispositifs qu'ils partagent avec d'autres et/ou ne peuvent avoir que du bas débit, qui limite drastiquement ce qu'ils peuvent faire sur internet.


"Il reste encore beaucoup à faire", selon le secrétaire général de l'UIT Houlin Zhao. 


L'augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter.


Depuis 2019, 782 millions de personnes ont ainsi accédé au net, soit un bond de 17%. La hausse est de 10% pour la première année de la pandémie, soit la plus forte progression annuelle "depuis une décennie", selon l'UIT.


L'organisation souligne que l'absence de connexion à internet n'est pas forcément liée à l'absence d'infrastructures. Selon elle, 95% de la population mondiale pourrait théoriquement avoir accès à un réseau mobile 3G ou 4G.


Le prix des équipements et services est trop souvent inabordable, souligne l'UIT.


Elle estime que pour être financièrement accessible, une connexion doit coûter environ 2% du revenu annuel par habitant d'un pays en développement. Or, dans certains des pays les plus pauvres du monde, le coût peut atteindre 20% ou plus.


Le manque d'éducation numérique est aussi un obstacle important.


De nombreuses personnes sont aussi confrontées à des problèmes comme la pauvreté et le manque d'électricité ou de savoir-faire numérique.


La différence d'accès entre hommes et femmes diminue mais les premiers restent largement majoritaires à se connecter (62%) par rapport au 57% de femmes. 


Dans les pays riches, le fameux fossé numérique entre zones urbaines et rurales et très peu marqué (89% des habitants des villes ont utilisé l'internet dans les trois derniers mois comparé à 85% en zone rurale).


Il en va autrement dans les pays pauvres où les habitants des villes se connectent deux fois plus que ceux des champs (72 contre 34%). 


Une cryptomonnaie pour le cinéma signée Lelouch

Les investisseurs, professionnels ou non, peuvent espérer voir la valeur de leur monnaie augmenter, et toucher des revenus lorsque les films sortiront en salles. (AFP)
Les investisseurs, professionnels ou non, peuvent espérer voir la valeur de leur monnaie augmenter, et toucher des revenus lorsque les films sortiront en salles. (AFP)
Short Url
  • «La cryptomonnaie est un excellent moyen d'intéresser le grand public. Je pense que le public a toujours raison», a déclaré Sarah Lelouch
  • Il s'agit de permettre à tout un chacun d'investir dans cet actif virtuel, adossé à la manière du bitcoin à la blockchain, un registre partagé en continu entre des milliers d'utilisateurs, pour aider au financement de films et de séries

PARIS: Une cryptomonnaie pour financer le cinéma: Sarah Lelouch, la fille du réalisateur Claude Lelouch, a lancé mardi le Klapcoin, un actif dématérialisé qui a pour ambition de faire participer le plus grand nombre à la production de films.


"La cryptomonnaie est un excellent moyen d'intéresser le grand public. Je pense que le public a toujours raison", a déclaré à l'AFP Sarah Lelouch, qui a fondé avec des spécialistes du secteur une société dédiée à ce projet, la Diversité du cinéma français (DCF). Elle espère une première levée de deux à huit millions d'euros en un à trois mois.


Il s'agit de permettre à tout un chacun d'investir dans cet actif virtuel, adossé à la manière du bitcoin à la blockchain, un registre partagé en continu entre des milliers d'utilisateurs, pour aider au financement de films et de séries. Et contourner ainsi les circuits traditionnels de financement du cinéma.


Les investisseurs, professionnels ou non, peuvent espérer voir la valeur de leur monnaie augmenter, et toucher des revenus lorsque les films sortiront en salles.


"Il s'agit d'impliquer le public et de lui faire gagner de l'argent autrement. Le cinéma a besoin d'idées neuves". Les projets financés seront choisis par un comité de professionnels avec "une ligne éditoriale: la diversité des formats, des genres et des personnalités", a poursuivi Sarah Lelouch, dont le père apporte sa notoriété à l'opération. 


Ce dernier est une figure majeure du cinéma, avec des œuvres comme "Un homme et une femme", "l'Aventure c'est l'aventure" ou "Itinéraire d'un enfant gâté", mais aussi une figure singulière du 7e art qui s'est souvent attachée à sortir des circuits traditionnels pour produire ses long métrages, rappelle sa fille : "Je l'ai vu hypothéquer ses maisons, se battre toute sa vie pour financer ses films".


La blockchain et les NFT ("Jetons non fongibles") ont secoué ces derniers mois le monde de la culture et du divertissement avec des projets liés à l'art contemporain, au foot ou encore à la musique. Dans le cinéma, des cryptomonnaies ont déjà vu le jour, notamment à Hollywood.