Une nouvelle exposition de photos d'architectes retrace la croissance spectaculaire de Dubaï

Le World Trade Centre de Dubaï, 1980. (Fournie)
Le World Trade Centre de Dubaï, 1980. (Fournie)
Short Url
Publié le Samedi 04 septembre 2021

Une nouvelle exposition de photos d'architectes retrace la croissance spectaculaire de Dubaï

  • Dans une nouvelle exposition, l'architecte Todd Reisz retrace les premières étapes de cette expansion spectaculaire qui a valu à Dubaï une renommée mondiale
  • C'est en 2005 que Reisz s'est rendu pour la première fois à Dubaï ; il travaillait à cette époque pour le cabinet d'architecture OMA, dont le siège est à Rotterdam

DUBAÏ : « Ces photos m'ont beaucoup aidé à retranscrire dans mes écrits la vie à Dubaï dans les années 1970 et ce que cette ville dégageait à l’époque », déclare Todd Reisz à propos des photographies de Stephen Finch et Mark Harris. « Mais cette exposition ne se veut pas une réflexion systématique sur les photographies en tant que telles. Elle est destinée à examiner la manière dont la photographie peut nous aider à appréhender le temps qui passe ».

Reisz, architecte et écrivain basé à Amsterdam, s'affaire à préparer le lancement de l’exposition « Off Centre / On Stage », qui tente de dévoiler les empreintes laissées par cette ville d'antan à travers les diapositives de deux architectes. Au cours des 16 dernières années, il s'est plongé dans l'histoire de l'architecture de Dubaï. Cette exposition se veut donc une histoire d'amour et le dernier chapitre d'une longue enquête sur la contribution de l'architecture à la promotion de l'Emirat à travers le monde.

« Je suis très attaché à chacune de ces photographies », déclare Reisz. « Le matériel que je possédais jusque-là était en noir et blanc. Ces photos, elles, étaient en couleur et elles m'ont tout simplement bouleversé... J'ai commencé à réfléchir au lien qui existait entre cette ville habitée – la zone dite aujourd'hui le vieux Dubaï – et l'emplacement du World Trade Centre. Je cherchais à concevoir ce que ça aurait été d'assister à sa construction. La ville était reliée par des routes, et d'innombrables débris de construction se dressaient sur le chemin qui la relie au World Trade Centre. Cependant, ce projet qui se préparait au loin était énormément ambitieux. Quel sentiment cela procurait-t-il aux gens ? Et « Où cette ville se dirigeait-t-elle ? ».

Souk de Deira, 1977. Avec l'aimable autorisation de Stephen Finch. (Fourni)
Souk de Deira, 1977. Avec l'aimable autorisation de Stephen Finch. (Fourni)

C'est en 2005 que Reisz s'est rendu pour la première fois à Dubaï ;  il travaillait à cette époque pour le cabinet d'architecture OMA, dont le siège est à Rotterdam. En mission dans le Golfe pour se familiariser avec l'environnement et l'urbanisation de la région, il a découvert le travail de l'architecte britannique John Harris alors qu'il faisait des recherches et rédigeait deux publications pour OMA/AMO. Peu connu en dehors du monde de l'architecture, le cabinet de Harris, John R. Harris & Partners, a élaboré le premier plan d'urbanisme de Dubaï, conçu le World Trade Centre de la ville et exercé une influence considérable sur la transformation de Dubaï en ville mondiale. Cette admiration pour Harris a amené Reisz à publier l'ouvrage  « Showpiece City : How Architecture Made Dubai » en octobre de l'année dernière.

« Loin d'être un grandiloquent, Harris n'était pas un architecte égocentrique. Il était plutôt subtil et très attaché aux idéaux de l'architecture moderne, à savoir comment elle pouvait servir à améliorer la vie des gens », explique M. Reisz. «Nonobstant les réserves que suscite ce postulat, les experts sont arrivés à Dubaï au milieu des années cinquante à un moment donné et précis. C'est en 1959 que Harris a débarqué à Dubaï. Il faisait partie des nombreux ingénieurs venus construire des routes, des aéroports ou des ports. Son travail m'a donc servi de prisme par lequel j'ai observé la transformation de la ville » (Ville phare : comment l'architecture a façonné Dubaï)

Et pourtant, cette exposition ne se penche pas sur Harris lui-même, mais sur les photographies réalisées par Stephen Finch et Mark Harris, qui étaient tous deux affiliés à l'entreprise John R. Harris & Partners. Mark, le fils de John, était étudiant en architecture à l'époque où les photographies ont été prises entre le milieu et la fin des années 1970. Il est par la suite devenu partenaire de l'entreprise. Quant à Finch, il était l'architecte en chef du projet du World Trade Centrer.

Todd Reisz est un architecte et un écrivain basé à Amsterdam. (Fourni)
Todd Reisz est un architecte et un écrivain basé à Amsterdam. (Fourni)

Leurs photos, qui remontent à 1976 et 1979, correspondent à des observations visuelles sans être des photographies documentaires ou artistiques. Ainsi, Mark Harris a photographié le quartier de Bastakiya. Il ne cherchait pas à capturer les bâtiments menacés ou les détails architecturaux. Il voulait simplement documenter comment les habitants de ce quartier circulaient à travers les rues et les ruelles. Ainsi, ses photographies représentent non seulement des images de la vie dans cette ville, mais également une étude urbaine.

« Je ne souhaite pas dire en partageant ces photos : ‘Voici à quoi ressemblait Dubaï autrefois, incroyable, non ?’ », explique Reisz. « Ces photos ont été réalisées par des architectes et ces derniers prennent des photos d'une manière différente des autres. Les caméras sont pour eux un outil d'analyse de l'environnement urbain. Par conséquent, la raison pour laquelle ils prennent des photos oscille entre le personnel et le professionnel.

« Les gens qui viendront à cette exposition y verront une expérience nostalgique de cette ville d'antan, j'en suis sûr. Je pense que ces photos procurent cette impression, et c'est bien. Enfin, les expositions sont censées laisser aux gens le soin de les interpréter comme ils le souhaitent. Pour moi, il est toutefois important de souligner que ces photos ont été prises par des architectes qui visitaient une ville qu'ils devaient transformer. Ils photographiaient le présent tout en dessinant l'avenir ».

Finch, pour sa part, souhaitait photographier les personnes qui vivaient dans la ville et qui l'utilisaient. Pour cela, il fallait examiner la manière dont ils se déplaçaient et interagissaient avec l'environnement physique. « Il ne faut d'ailleurs pas sous-estimer le sentiment qui a envahi les architectes lorsqu’ils ont vu s'élever une tour de 150 mètres, dessinée dans leur bureau », dit Reisz. « Finch a photographié le chantier et les ouvriers lors de leur pause-déjeuner ; mais il n'a pas pris ces photos comme l'aurait fait un photographe. Un photographe aurait osé s'approcher davantage des gens. L'architecte se tient à distance du sujet ».

C'est en 2005 que Reisz s'est rendu pour la première fois à Dubaï; il  travaillait alors pour le cabinet d'architectes OMA, dont le siège est à Rotterdam. (Fourni)
C'est en 2005 que Reisz s'est rendu pour la première fois à Dubaï; il  travaillait alors pour le cabinet d'architectes OMA, dont le siège est à Rotterdam. (Fourni)

Une photo particulière prise par Harris pointe vers le nord, en direction du World Trade Centre. « L'ensemble du complexe est visible sur cette photo : l'hôtel Hilton, le centre d'exposition, la tour et, au milieu, des jeunes qui jouent au cricket. C'est une très belle photo. Les habitants de Dubaï ont l'habitude de dénicher des terrains de cricket surprenants ; je me demande comment ces jeunes ont pu choisir cet endroit qui offre une si belle vue, un terrain vierge où le World Trade Centre est en construction. Ils l'ont choisi comme terrain de cricket ».

L'exposition, qui se tiendra dans le hall du Jameel Arts Center de Dubaï du 29 septembre au 19 février 2022, présente 60 photos et « d'autres représentations de Dubaï parues dans la presse locale et internationale » et sera complétée par un nouveau livre. Soutenue par la Barjeel Art Foundation, l'exposition s'appuie sur des documents que Reisz a rassemblés sur plus de dix ans, époque à laquelle  il s'est imposé comme une référence en matière de transformation urbaine de Dubaï. À bien des égards, l'exposition se veut un prolongement de « Showpiece City » et donne à Reisz l'occasion d'aller au-delà de certains des grands thèmes abordés dans ce livre et d'en étudier certains aspects, plus en profondeur.

Le World Trade Center de Dubaï, 1977. Avec l'aimable autorisation de Stephen Finch. (Fourni)
Le World Trade Center de Dubaï, 1977. Avec l'aimable autorisation de Stephen Finch. (Fourni)

«Ils ont retrouvé une vie qu'ils n'étaient pas censés vivre, voici le message que véhiculent ces photos » explique M. Reisz. « Je pense que ce hasard rend ces photos encore plus fascinantes à contempler aujourd’hui».

Ces photos ont été réalisées à l'époque où Dubaï entamait son expansion vers le sud. Avec un nouvel aéroport, un port maritime en eau profonde et un nouvel hôpital immense, les ambitions de la ville se sont manifestées à l'échelle mondiale. Cette expansion marquait une rupture avec le centre historique de Dubaï, situé sur la crique, et entraînait une transformation spectaculaire de la ville. Voilà qui explique le titre de l'exposition, « Off Centre / On Stage » (Loin du centre / Sur scène).

« La chose qui me fascine le plus à propos de Dubaï, c'est la circulation rapide des idées dans le monde », dit Reisz. « Plus précisément, les idées sur la manière dont nous construisons nos villes, concevons nos bâtiments, et comment nous présentons nos villes au reste du monde pour que les gens s'y rendent. En quelque sorte, je pense que pour mieux comprendre ce phénomène, il suffit de se tourner vers Dubaï».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com.


Le chef du Conseil présidentiel du Yémen soutient la prolongation de la trêve négociée par l'ONU

Rashad Al-Alimi. (AFP)
Rashad Al-Alimi. (AFP)
Short Url
  • Des manifestants bloquent la route sortant de Taïz pour souligner l'implacable siège des Houthis
  • Al-Alimi : L'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen sera la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen

 

AL-MUKALLA : Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad Al-Alimi, a promis samedi de soutenir les efforts actuels des médiateurs internationaux pour prolonger la trêve négociée par l'ONU, lutter contre la corruption et unifier les unités militaires et de sécurité.  

Dans un discours télévisé prononcé à la veille du 32e anniversaire de la Journée de l'unification, M. Al-Alimi a déclaré que le Conseil soutenait les actions continues de l'ONU et de l'envoyé américain pour le Yémen en vue de renouveler la trêve qui doit expirer le 2 juin. Il a appelé le monde à faire pression sur les Houthis pour qu'ils cessent de violer la trêve et qu'ils en appliquent les dispositions, notamment en levant le siège de la ville de Taïz.

« Au nom des membres du Conseil des dirigeants, nous affirmons notre soutien continu aux efforts inlassables des envoyés de l'ONU et des États-Unis pour prolonger la trêve humanitaire », a déclaré Al-Alimi, soulignant qu’elle ouvrirait la voie à la paix, sauverait des vies et le pays de la famine.

Il a précisé que l'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen serait la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen.

« Nous renouvelons également notre adhésion à l'initiative des frères du Royaume d'Arabie saoudite que nous considérons comme une base juste pour un processus de paix global. »

Al-Alimi est arrivé au pouvoir en avril lorsque l'ancien président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, a cédé son autorité au Conseil présidentiel de leadership, composé de huit membres, chargé de diriger le pays et d'entamer des pourparlers de paix avec les Houthis.

Samedi, le nouveau président s'est engagé à résoudre les problèmes économiques à Aden et dans les autres provinces, à lutter contre la corruption, à augmenter les revenus et à rassembler les différents groupes armés sous le commandement du conseil sur la base de l'accord de Riyad.

« Nous allons fermement avancer pour unifier l'establishment militaire et sécuritaire ».

La trêve entrée en vigueur le 2 avril a largement réduit les violences et le nombre de victimes dans tout le pays, malgré des centaines de violations par les Houthis, et a permis aux vols commerciaux de décoller de l'aéroport de Sanaa avec l’arrivée d’au moins une douzaine de navires de carburant dans le port de Hodeidah.

La promesse du président yéménite de soutenir la prolongation de la trêve est intervenue alors que le gouvernement yéménite et les Houthis se préparent à participer à des discussions sur l'ouverture de routes à Taïz et dans les autres provinces.

Les médias des Houthis ont déclaré dimanche que leur délégation avait quitté Sanaa pour la capitale jordanienne à bord d'un avion de l'ONU.

Un responsable gouvernemental a déclaré samedi à Arab News que leurs négociateurs avaient reçu l'ordre de se préparer à se rendre à Amman pour la réunion.  

Dans la ville assiégée de Taïz, des dizaines de personnes ont organisé dimanche une rare manifestation près d'une route bloquée qui relie la province de Hodeidah, à l'ouest de la ville, pour attirer l'attention sur le siège des Houthis.

Ces personnes se sont tenues en file sur la route, portant des affiches qui appelaient à mettre fin à l'assaut des Houthis.

« Taïz a payé une lourde facture humanitaire en raison du siège de la milice houthie », pouvait-on lire sur l'une des affiches.

Les Houthis assiègent la ville de Taïz depuis 2015 pour forcer les troupes gouvernementales qui défendent la ville à se rendre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le chef des deux saintes mosquées annonce une initiative pour les étudiants doués

Des dizaines d'étudiants saoudiens ont remporté des prix à l'ISEF 2022 et ont été félicités par le cheikh Abdelrahman Al-Sudais. (@ReasahAlharmain)
Des dizaines d'étudiants saoudiens ont remporté des prix à l'ISEF 2022 et ont été félicités par le cheikh Abdelrahman Al-Sudais. (@ReasahAlharmain)
Short Url
  • Al-Sudais a souligné dans son discours que la présidence tenait à soutenir les étudiants talentueux qui se distinguent.
  • Il a annoncé un concours annuel sous les auspices de la présidence pour les étudiants talentueux.

 

DJEDDAH : Le cheikh Abdelrahman Al-Sudais, président de la présidence générale pour les affaires des deux saintes mosquées, a annoncé une initiative pour les étudiants doués en coordination avec la Fondation du roi Abdelaziz et de ses compagnons pour le talent et la créativité (Mawhiba).

La coordination entre la présidence générale et Mawhiba vise à mettre en place un partenariat ou un protocole d'accord pour développer et encourager les talents locaux à faire partie intégrante de la scène mondiale.

Al-Sudais a souligné dans son discours que la présidence tenait à soutenir les étudiants talentueux, son objectif étant de multiplier ses partenariats avec le système éducatif.

Après le succès de la délégation saoudienne au Salon international des sciences et de l'ingénierie 2022 au début du mois, les membres de l'équipe décorée et leurs familles ont été accueillis par la présidence pour effectuer la Omra le 21 mai.

1
Après le succès de la délégation saoudienne à l'ISEF 2022, les membres de l'équipe et leurs familles ont été accueillis par la présidence pour accomplir la Omra. (Photo, fournie)

Des étudiants de niveau pré-collégial du monde entier ont participé à l’ISEF 2022 et présenté des innovations en matière de recherche et de progrès scientifiques. Des dizaines d'étudiants saoudiens ont remporté des prix lors de l'exposition.

M. Al-Sudais a salué leurs réalisations et s’est étendu sur les liens de la présidence avec le secteur de l'éducation.

« Ce que l'équipe talentueuse a réalisé est considéré comme un exploit mondial sans précédent à l'ISEF 2022, avec 22 prix internationaux, dont le prix du meilleur projet, 15 prix majeurs et 6 prix spéciaux, surpassant les étudiants de 85 pays.

« La présidence a envoyé un grand nombre de personnes à l'étranger pour des études universitaires dans le but de développer leurs capacités éducatives et académiques, ainsi que d'inciter les chercheurs et les étudiants diplômés à exploiter la technologie et la numérisation au service des pèlerins et des visiteurs par le biais de recherches spécialisées, d'études élaborées et de soutien aux créateurs et aux inventeurs. »

Il a indiqué que les étudiants talentueux pourront breveter leurs inventions et développer leurs propositions, et il a encouragé les jeunes générations à faire partie de la transformation numérique du Royaume dans divers domaines par le biais des programmes scolaires et activités trimestrielles.

Il a ajouté que les partenariats étaient importants, surtout si l'on considère que les deux collèges de la Grande Mosquée de La Mecque et de la Mosquée du Prophète à Médine comptent plus de 1 000 étudiants provenant de plus de 50 pays.

Al-Sudais a annoncé un concours annuel sous les auspices de la présidence pour les étudiants talentueux qui concernera tout travail de développement présenté aux deux saintes mosquées.

Il a également annoncé une coopération entre la présidence et le secteur de l'éducation pour permettre aux étudiants de se porter volontaires dans tous les domaines dont la présidence a besoin pour servir les deux saintes mosquées.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Israël: six prisonniers palestiniens condamnés à cinq ans de prison pour s'être évadés

Le 6 septembre 2021, ces six Palestiniens écroués pour des attaques anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier. (Photo, AP)
Le 6 septembre 2021, ces six Palestiniens écroués pour des attaques anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier. (Photo, AP)
Short Url
  • Qualifiés de «héros» côté palestinien, ils étaient devenus les hommes les plus recherchés d'Israël qui avait déployé des renforts militaires et des drones pour les retrouver
  • Deux semaines après leur spectaculaire évasion, les six hommes se trouvaient à nouveau sous les verrous, tous devant purger des peines de prison à vie

JÉRUSALEM: Six Palestiniens, qui purgent en Israël une peine de prison à perpétuité, ont été condamnés dimanche à une nouvelle peine de cinq ans de prison ferme pour leur rocambolesque évasion à l'origine d'une chasse à l'homme de plusieurs jours, ont annoncé leurs avocats. 

Le 6 septembre 2021, ces six Palestiniens écroués pour des attaques anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier. 

Qualifiés de « héros » côté palestinien, ils étaient devenus les hommes les plus recherchés d'Israël qui avait déployé des renforts militaires et des drones pour les retrouver. 

Deux semaines après leur spectaculaire évasion, les six hommes se trouvaient à nouveau sous les verrous, tous devant purger des peines de prison à vie. 

Inculpés par la justice pour leur évasion, ils ont écopé dimanche d'une nouvelle peine de cinq années de prison ferme ainsi que d'une amende de 5 000 shekels (environ 1 500 euros). 

« Mon client a dit au tribunal qu'il ne regrettait pas son évasion car il n'avait rien à perdre », a affirmé devant la presse Raslan Mahajana, l'avocat d'un des détenus. 

Parmi les prisonniers, Mahmoud Ardah, du mouvement armé Jihad islamique écroué depuis 1996 et considéré comme le cerveau de l'opération d'évasion, et Zakaria al-Zoubeidi, un ex-chef local de la branche armée du parti Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. 

Le frère de ce dernier, Daoud al-Zoubeidi, est mort le 15 mai des suites de ses blessures après une opération militaire israélienne dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967.