Mostra de Venise : la cruelle réalité des usines textiles au Mexique

Le réalisateur vénézuélien Lorenzo Vigas arrive pour la projection du film «La Caja» (La Boîte) présenté en compétition le 6 septembre 2021 lors de la 78e Mostra de Venise au Lido de Venise. (Photo, AFP)
Le réalisateur vénézuélien Lorenzo Vigas arrive pour la projection du film «La Caja» (La Boîte) présenté en compétition le 6 septembre 2021 lors de la 78e Mostra de Venise au Lido de Venise. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 08 septembre 2021

Mostra de Venise : la cruelle réalité des usines textiles au Mexique

  • «La Caja» aborde à la fois l'exploitation de la main d'œuvre, les disparitions au Mexique, la paternité et les violences contre les femmes
  • A travers les yeux de Hatzin, on découvre l'envers sordide des ces usines installées près de la frontière US qui produisent des vêtements à bas coût en exploitant un personnel malléable

VENISE : Le monde opaque des usines textiles au Mexique est au cœur de "La Caja", un film du Vénézuélien Lorenzo Vigas en compétition à Venise où il avait obtenu le Lion d'or pour son premier film "les amants de Caracas" (2015).

Avec ce film coup de poing, le premier latino-américain à avoir décroché la récompense suprême sur le Lido plonge les spectateurs dans les pas de Hatzin, un adolescent de 13 ans qui traverse la moitié du Mexique pour aller récupérer dans le nord les restes de son père retrouvés dans une fosse commune.

Hatzin est interprété par Hatzín Navarrete, un acteur non professionnel qui porte sur ses épaules avec talent tout le poids de ce film aux dialogues réduits au minimum. Un regard, un geste ou un silence suffisent à communiquer au public les états d'âme de cet enfant perdu dans un monde d'adultes.

Le film, produit entre autres par le cinéaste mexicain Michel Franco, aborde à la fois l'exploitation de la main d'œuvre, les disparitions au Mexique, la paternité et les violences contre les femmes.

"Plus de 20 000 femmes ont disparu dans cette région. Personne ne sait pourquoi", explique le cinéaste, interrogé par l'AFP.

"Je raconte une fiction, mais elle se déroule dans le nord du Mexique, où existent de nombreux ateliers textiles, des usines inhumaines qui sont presque comme des prisons. Dans certaines d'entre elles, les ouvriers ne sortent jamais", dénonce Vigas, qui a tourné dans une dizaine de localités de l'Etat du Chihuahua.

"Nous sommes en guerre avec les Chinois (...) Il ne faut pas les laisser nous voler notre travail", lance l'un des hommes chargés de recruter des ouvriers, dont beaucoup de femmes, pour les envoyer dans les usines où ils restent plantés des heures durant devant des machines à coudre.

A travers les yeux de Hatzin, on découvre l'envers sordide des ces usines installées près de la frontière avec les Etats-Unis qui produisent des vêtements à bas coût en exploitant un personnel malléable dont toute velléité de protection est écrasée sans pitié, par intimidation et si nécessaire par élimination physique.

Vigas a obtenu l'autorisation de tourner dans ces usines, non loin de la tristement célèbre ville frontière de Ciudad Juarez, connue pour son insécurité et son taux de criminalité record.

Avec ce film, Vigas clôt aussi un cycle consacré à la paternité, au poids de la de la figure paternelle et surtout à son absence, un phénomène, souligne-t-il, commun à toute l'Amérique latine.

"Le thème de l'absence du père en Amérique latine m'intéresse depuis toujours. Nous venons d'un continent où il est très courant que les enfants soient élevées par leurs seules mères. Quelles en sont les conséquences?", demande-t-il.

"Ce n'est pas surprenant que les gens tombent amoureux de personnages comme Hugo Chavez, Peron et tant d'autres. Parfois il est nécessaire de remplacer la figure du père", estime-t-il.


Il y a 100 ans, Montparnasse devenait le centre du monde de l'art

Son tableau "Nu couché à la toile de Jouy", qui représente le modèle Kiki de Montparnasse, dans une pose rappelant la scandaleuse Olympia d'Édouard Manet, triomphe au Salon d'automne, soit ce qui reste de l'ancien monde de l'art académique. (Photo : site officiel de montparnassedekiki)
Son tableau "Nu couché à la toile de Jouy", qui représente le modèle Kiki de Montparnasse, dans une pose rappelant la scandaleuse Olympia d'Édouard Manet, triomphe au Salon d'automne, soit ce qui reste de l'ancien monde de l'art académique. (Photo : site officiel de montparnassedekiki)
Short Url
  • Autour de la gare et de la tour du même nom, Montparnasse est devenu depuis la fin du XXe siècle un centre d'affaires et de commerce, garni de cinémas et de restaurants
  • Plus grand-chose n'y rappelle aujourd'hui la bohème qui attira Foujita et d'autres grands noms passés à la postérité, dont Pablo Picasso

PARIS : Il y a 100 ans, le quartier de Montparnasse à Paris devenait le point d'attraction universel des artistes, une concentration inédite de talents qui se retrouvent dans un beau livre consacré à ce moment particulier de l'histoire de l'art.

La fin 1922, c'est l'apogée peut-être de ce qu'on appellera "l'École de Paris" et la consécration d'un des grands peintres qui ont fait la légende de ce quartier, le Japonais Léonard Foujita.

Son tableau "Nu couché à la toile de Jouy", qui représente le modèle Kiki de Montparnasse, dans une pose rappelant la scandaleuse Olympia d'Édouard Manet, triomphe au Salon d'automne, soit ce qui reste de l'ancien monde de l'art académique.

C'est l'une des nombreuses œuvres rassemblées dans "Montparnasse: quand Paris éclairait le monde", paru début novembre aux éditions Albin Michel. "Un éditeur du quartier", plaisante l'auteur, Mathyeu Le Bal, fondateur de la galerie d'art moderne et contemporain Les Montparnos.

Cette galerie constitue l'un des rares vestiges du bouillonnement des années 1910 à 1930, dans ces quelques kilomètres carrés du sud de la capitale française.

"Quand j'ai ouvert dans le quartier en 2008, 2009, il ne restait plus rien, un désert culturel", se souvient ce grand amateur d'art moderne et contemporain, interrogé par l'AFP.

Bohème

Le lieu est petit, dans une rue peu passante d'un coin de Paris qui l'est beaucoup. Autour de la gare et de la tour du même nom, Montparnasse est devenu depuis la fin du XXe siècle un centre d'affaires et de commerce, garni de cinémas et de restaurants.

Plus grand-chose n'y rappelle aujourd'hui la bohème qui attira Foujita et d'autres grands noms passés à la postérité: Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, Marc Chagall, Chaïm Soutine, Alberto Giacometti, pour ne citer qu'eux.

"Des touristes cherchent encore les traces de ce passé. Il est caché, dans des ateliers, des académies d'art où tout le monde n'entre pas. Il reste les brasseries comme la Coupole ou la Rotonde, dont la clientèle a changé", selon Mathyeu Le Bal.

Reste aussi une mémoire vivante, Jeanine Warnod, 100 ans, fille d'un critique d'art qui reçut chez lui nombre de célébrités du quartier.

Comme elle le raconte dans la préface, "les artistes ne faisaient pas d'enfants, j'étais leur poupée, tous me choyaient". Et pour cause: ils avaient à peine de quoi manger eux-mêmes.

Hydre à mille têtes

D'autres livres avaient déjà retracé cette épopée, comme celui d'un Américain passionné de cette histoire, Billy Klüver ("Kiki's Paris", 1989), ou ceux des écrivains français Jean-Paul Caracalla ("Montparnasse, l'âge d'or", 1997) ou Dan Franck ("Bohèmes", 1998). Ils dataient.

Mathyeu Le Bal prévoyait d'abord de ressusciter simplement des "oubliés" du quartier, comme le peintre breton Maurice Le Scouëzec, qu'il affectionne et dont il connaît la famille.

"C'est ce qui m'intéresse dans mon travail de galeriste: retrouver des œuvres de ces artistes mal connus. Mais quand on parle d'eux, on tombe forcément sur les plus célèbres. La généalogie et les influences croisées des Montparnos, c'est une hydre à mille têtes", dit-il.

Le quartier, qui tire son nom d'une butte artificielle où des étudiants déclamaient de la poésie, commence par être celui des peintres académiques du XIXe, puis d'impressionnistes des années 1860.

Il attire toute l'attention le jour de 1912 où, quittant la butte Montmartre, Picasso vient s'y installer.

La crise économique des années 30 et l'invasion allemande en 1940 disperseront ces communautés d'étrangers, venus de tous les coins de l'Amérique et de l'Europe. La fête est finie et elle reprendra, après-guerre, à New York.


Fabien Gabel, la musique de père en fils

Le chef d'orchestre et musicien français Fabien Gabel pose lors d'une séance photo à Paris, le 21 novembre 2022. (AFP).
Le chef d'orchestre et musicien français Fabien Gabel pose lors d'une séance photo à Paris, le 21 novembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «J'avais trois ou quatre ans et c'était Noël. L'orchestre de l'Opéra jouait comme tous les ans l'ouverture de Carmen; je me souviens aussi d'un sapin immense et du père Noël au Palais Garnier», se remémore en souriant le chef d'orchestre de 47 ans
  • «Enfant, j'allais plus dans la fosse que dans la salle elle-même. J'ai connu l'envers du décor avant le lieu du décor», explique le maestro qui a grandi dans les Yvelines

PARIS : A huit ans, son père trompettiste l'avait emmené dans la fosse d'orchestre de l'Opéra de Paris, où son grand-père maternel était violoncelliste. Quatre décennies plus tard, le chef d'orchestre français Fabien Gabel fait ses débuts au pupitre de la prestigieuse maison.

Des débuts d'autant plus émouvants qu'il dirige à l'Opéra Bastille une longue série de "Carmen" de Bizet (jusqu'au 25 février), son premier souvenir à l'Opéra.

"J'avais trois ou quatre ans et c'était Noël. L'orchestre de l'Opéra jouait comme tous les ans l'ouverture de Carmen; je me souviens aussi d'un sapin immense et du père Noël au Palais Garnier", se remémore en souriant le chef d'orchestre de 47 ans.

Biberonné à la musique classique dès son plus jeune âge, avec également une mère harpiste et un frère aîné violoniste, il a été en immersion dans la fosse avant même d'apprendre un instrument - la trompette -, avant de se convertir plus tard à la direction d'orchestre.

"Enfant, j'allais plus dans la fosse que dans la salle elle-même. J'ai connu l'envers du décor avant le lieu du décor", explique le maestro qui a grandi dans les Yvelines.

Désir latent

"La première fois, c'était un soir où l'orchestre jouait Norma (de Bellini). Mon père m'a dit: 'Tu ne bouges pas'. J'étais tiré à quatre épingles, je me mettais au bord de la fosse pour que personne ne me voie", se souvient-il.

Il est alors fasciné par les musiciens, par le son enveloppant de l'orchestre mais aussi "les voix du public au-dessus de la fosse, les applaudissements et les coulisses".

"Il m'a même entraîné dans la fosse des Folies Bergère et, là, c'était des plumes qui tombaient", rit-il, en référence aux heures de gloire cet ancien cabaret.

A 16 ans, il est admis au Conservatoire de Paris pour étudier la trompette et, la même année, l'Opéra de Paris fait appel à lui pour jouer lors d'une soirée consacrée à l'opéra "Elektra" de Richard Strauss.

Mais la direction d'orchestre a toujours été un "désir latent". Alors qu'il a 14 ans, en 1989, il se souvient avoir vu le légendaire Carlos Kleiber diriger le concert du Nouvel An à Vienne.

Fasciné, cet amoureux du répertoire français entame cette nouvelle carrière à 27 ans; un long processus durant lequel il se forme aux côtés d'éminents maestros comme Sir Colin Davis, avant de se lancer à l'international. Il deviendra pendant de longues années directeur musical de l'Orchestre symphonique de Québec.

Avant lui, son père et son grand-père avaient côtoyé les plus grands.

Son grand-père, qui a également joué avec l'Orchestre Lamoureux, a travaillé avec les compositeurs Igor Stravinski, Wilhelm Furtwängler, Igor Markevitch ou Bruno Walter. Son père a connu l'ère de Rolf Liebermann, administrateur de l'Opéra entre 1973 et 1980 qui a attiré de grands noms.

"Un soir, Lorin Maazel dirigeait 'Pelléas et Mélisande', le lendemain, Georg Solti dirigeait "L'Or du Rhin" et la semaine d'après, Karl Böhm était là pour 'Elektra', en sachant que ces deux derniers avaient travaillé eux-mêmes avec Richard Strauss. C'était des légendes vivantes", précise Fabien Gabel.

Son expérience comme instrumentiste lui a appris l'humilité et surtout à être sensible aux états d'âme des musiciens qui lui font face.

"L'orchestre est une micro-société. (...) Il y a des musiciens nerveux, qui ont besoin d'aide, d'autres à qui on peut parler ouvertement", souligne-t-il.

Dans sa carrière, il dit avoir vu "des chefs très durs envers les musiciens, avec des comportements qui n'avaient pas lieu d'être, mais cela a changé".

Après, nuance-t-il, "cela n'empêche pas la rigueur et l'autorité car il faut bien que quelqu'un régule les choses".


Nour Cadour, une «porte-parole poétique»

Couverture de L'âme du luthier,  de Nour Cadour (fournie)
Couverture de L'âme du luthier, de Nour Cadour (fournie)
Short Url
  • Nour Cadour exerce le métier de docteur en médecine nucléaire à Montpellier, en Occitanie, non loin de la Méditerranée. Sa passion pour la littérature remonte à son enfance
  • «J'ai ce besoin d'écrire parce que, pour moi, la poésie est comme une arme, mais une arme pacifique»

PARIS: «Fait-il toujours aussi froid en Syrie?» Nour Cadour a pris du temps avant de comprendre le sens de cette question. Son malheureux interlocuteur français avait confondu la Syrie avec la Sibérie. Pays longtemps méconnu avant d’être au cœur de l'actualité internationale à partir de 2011, la Syrie mérite d'être vue autrement, selon la romancière, poétesse et peintre Nour Cadour. Arab News en français s'est entretenu avec celle qui se considère comme étant une «porte-parole poétique».

Nour Cadour (fournie)
Nour Cadour (fournie)

De l'importance de la poésie

Nour Cadour exerce le métier de docteur en médecine nucléaire à Montpellier, en Occitanie, non loin de la Méditerranée. Sa passion pour la littérature remonte à son enfance. Déjà, elle notait dans son carnet les critiques des livres qu'elle avait lus. Son goût pour la poésie naît après une remarque de sa professeure de français en seconde qui lui confie que son style est «poétique».

L’enseignante a vu juste. Nour Cadour remporte la mention spéciale du jury du concours international Poésie en liberté en 2014 dans la catégorie «Étudiants de France». Dès lors, celle qui défend la poésie contemporaine et la liberté qu'elle procure fait de belles rencontres et, surtout, rencontre le succès. Son recueil de poèmes Larmes de lune a reçu en 2021 le prix Jacques Raphaël-Leygues de la Société des poètes français et, en novembre 2022, le prix de poésie de la Fondation Saint-John Perse.

La force de la poésie est de dénoncer des choses en quelques vers tout en transmettant un message de beauté et d'espoir.

Elle est guidée par ce qu'elle appelle un «besoin d'écrire»: «J'ai ce besoin d'écrire parce que, pour moi, la poésie est comme une arme, mais une arme pacifique. Il y a des choses dans le monde dans lequel on vit qui me rendent triste et me mettent en colère. Ma poésie est engagée, elle pousse les gens non à adhérer à ce que j'écris, mais au moins à réfléchir sur certaines idées sur lesquelles ils ont des préjugés.»

La poésie est selon elle la forme artistique la mieux adaptée à son engagement: «La force de la poésie est de dénoncer des choses en quelques vers tout en transmettant un message de beauté et d'espoir. Cela apaise ce que l'on veut dénoncer, qui est parfois violent.»

La Syrie, un thème majeur de son œuvre

À travers son engagement, Nour Cadour souhaite changer les regards et les représentations qui pèsent sur son pays d'origine. La moitié de l'intrigue de son premier roman, L’Âme du luthier, publié chez Hello Éditions en février 2022, se déroule en Syrie. «J'ai publié ce roman parce que j'avais envie de montrer que la Syrie n'est pas seulement le pays que l'on est en train de découvrir aujourd’hui avec la guerre. Je voulais montrer, avec mes personnages et leur vie quotidienne, que c'est une terre de culture.» Ce roman possède une part autobiographique: «Je me suis inspirée de mes beaux souvenirs de vacances avec mes grands-parents.»

Sa démarche ne consiste pas simplement à changer les regards des gens, mais aussi à transmettre et à partager, dans la bienveillance. C’est dans ce but qu’elle a cofondé l’association de poésie montpelliéraine intitulée «L’Appeau’Strophe», qui organise une fois par mois une soirée de poésie en musique.

Logo de L'Appeau Strophe (fourni)
Logo de L'Appeau Strophe (fourni)

Son prochain projet littéraire est consacré à ce désir de partage et de transmission: «Je vais publier en janvier 2023 un recueil qui se partage en différents poèmes et chacun d’eux sera la voix d'une femme d'un pays ou d'une ville du monde. Ce sont des femmes que je connais ou que j'ai rencontrées lors de mes voyages. Il s'agit pour moi d'être leur “porte-parole poétique”, de parler des difficultés qu'elles rencontrent au quotidien. Les mêmes problématiques reviennent, quelles que soient les cultures ou les religions.»

Nour Cadour continue ainsi à faire passer un message universel de convivialité et de bienveillance, tout en exposant l’âpreté de la réalité. Un travail de poète et, surtout, d’alchimiste!