Les Houthis torturent quatre journalistes enlevés, selon leurs proches

Les quatre journalistes yéménites enlevés et emprisonnés par la milice houthie sont montrés dans cette image postée sur Twitter le 23 février par Mouammar Al-Eryani, ministre yéménite de l'Information, de la Culture et du Tourisme.
Les quatre journalistes yéménites enlevés et emprisonnés par la milice houthie sont montrés dans cette image postée sur Twitter le 23 février par Mouammar Al-Eryani, ministre yéménite de l'Information, de la Culture et du Tourisme.
Short Url
Publié le Vendredi 10 septembre 2021

Les Houthis torturent quatre journalistes enlevés, selon leurs proches

  • Tawfiq Al-Mansouri, Abdel Khaleq Amran, Harith Hamid et Akram Al-Walidi faisaient partie d'un groupe de 10 journalistes enlevés en 2015
  • Les familles ont appris d’un ancien détenu que la milice soutenue par l'Iran a intensifié ses mauvais traitements envers les journalistes au cours des deux derniers mois

AL-MUKALLÂ, Yémen : Les Houthis soutenus par l'Iran ont torturé des journalistes yéménites enlevés, les ont mis à l'isolement, leur ont refusé des soins médicaux vitaux et leur ont interdit de contacter leur famille au cours des deux derniers mois, ont annoncé jeudi leurs familles.

Tawfiq Al-Mansouri, Abdel Khaleq Amran, Harith Hamid et Akram Al-Walidi faisaient partie d'un groupe de 10 journalistes enlevés par les Houthis lors d'un raid dans la capitale Sanaa en 2015.

Les journalistes ont été condamnés à mort pour leur prétendue collaboration avec la coalition arabe et le gouvernement yéménite internationalement reconnu.

Six journalistes ont été libérés lors du dernier échange de prisonniers réussi entre les Houthis et le gouvernement yéménite l'année dernière.

Au cours des derniers mois, des proches des journalistes ont déclaré à Arab News que le traitement réservé par les Houthis aux journalistes restants s'est empiré.

Abdellah Al-Mansouri a révélé que son frère, le journaliste Tawfiq Al-Mansouri, n'avait pas contacté la famille au cours des deux derniers mois et que ses ravisseurs avaient refusé de permettre à la famille de lui donner des médicaments et de l'argent.

«Tawfiq ne nous a pas contacté depuis longtemps, même avant l'Aïd (20 juillet)», a confié Abdellah Al-Mansouri.

Les familles ont appris plus tard d'un ancien journaliste enlevé que les Houthis avaient brutalement maltraités leurs proches au cours des deux derniers mois.

«Les Houthis les ont emprisonnés, torturés et mis à l'isolement. ils ont pris leurs vêtements et tous leurs biens et les ont privés de tout», a souligné Al-Mansouri, qui a ajouté que la famille n'avait aucune idée de la raison pour laquelle les Houthis torturaient ces journalistes.

«Il faut demander aux Houthis pourquoi ils ont décidé de recommencer à maltraiter les journalistes».

Les six journalistes libérés ont auparavant affirmé avoir été soumis au même niveau de torture par les ravisseurs houthis dans différentes prisons de Sanaa. Ils ont exhorté la communauté internationale à faire pression sur la milice Houthie soutenue par le régime iranien pour qu'elle libère les quatre journalistes qui risquent la peine de mort.

Des proches des journalistes ont signalé qu'Abou Chehab Al-Mourtada, un frère d'Abdelkader Al-Mourtada, qui est le chef du comité des affaires des prisonniers auprès des Houthis, a en personne, torturé les journalistes ou il a encouragé d'autres ravisseurs à les maltraiter.

Abdellah Al-Mansouri a précisé que son frère souffrait de problèmes cardiaques, de diabète, de problèmes rénaux et de douleurs dorsales récentes dues à la torture.

«Nous avons donné des pots de vins aux Houthis pour nous permettre de lui envoyer une injection tous les 20 jours », a-t-il dévoilé. «Nous ne savons pas s'il les a reçus ou non».

Les poursuites présumées et les mauvais traitements infligés aux journalistes par les Houthis ont suscité l'indignation locale et internationale alors que des groupes de défense des droits de l'homme ont exhorté les milices à les libérer et à cesser de harceler les opposants.

Toujours à Sanaa, des proches de Younis Abdesalam, un jeune journaliste yéménite qui a été enlevé par les Houthis le mois dernier, ont déclaré qu'ils n'avaient pas été autorisés à lui rendre visite ou qu'on leur avait expliqué pourquoi il avait été enlevé.

«Les Houthis refusent obstinément de nous autoriser à lui rendre visite», a déclaré un de ses proches à Arab News sous couvert d'anonymat par crainte de représailles des Houthis.

Pendant ce temps-là, le ministre yéménite de l'Information, Mouammar Al-Eryani, a condamné l'enlèvement par les Houthi du chanteur Youssef Al-Badji à Sanaa et l'escalade de la répression de la musique par la milice Houthie.

«La milice houthie soutenue par l'Iran a enlevé le chanteur Youssef Al-Badji de sa maison à Sanaa dans le cadre d'une campagne systématique qui vise à cibler l'art, poursuivre et attaquer des artistes, pousser des dizaines d'entre eux à fuir hors du pays et interdire les chansons lors de mariages et d'événements publics et les classer comme un tabou», a écrit le ministre dans un tweet.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées et l'amélioration de l'expérience des visiteurs

Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Short Url
  • Le Dr Abdul Rahman Al-Sudais a déclaré que le symposium était le premier en son genre à être organisé par l'agence gouvernementale «Commission royale pour la ville de La Mecque et les lieux saints» et qu’il visait à mettre en œuvre des programmes liés à
  • Les projets discutés lors du symposium scientifique seront lancés à la Grande Mosquée de La Mecque et traduits en 10 langues

LA MECQUE : Les responsables de la Présidence générale pour les affaires des Deux Saintes Mosquées ont récemment passé en revue les initiatives destinées à améliorer l'expérience des visiteurs des lieux de culte.

Les résultats du symposium, intitulé « La fatwa dans les Deux Saintes Mosquées et son impact sur la facilitation des procédures pour les visiteurs », ont reçu l'approbation des dirigeants saoudiens.

Dr Abdul Rahman Al-Sudais
Dr Abdul Rahman Al-Sudais

Les projets discutés lors du symposium scientifique seront lancés à la Grande Mosquée de La Mecque et traduits en 10 langues, dont l'anglais, le français, le russe, le farsi, le turc, l'ourdou, le chinois, le bengali et le haoussa.

Le Dr Abdul Rahman Al-Sudais, chef de la présidence générale pour les affaires des Deux Saintes Mosquées, a déclaré que le symposium était le premier en son genre à être organisé par l'agence gouvernementale et qu'il visait à mettre en œuvre des programmes liés à la fatwa de la présidence générale, à la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées, et aux efforts pour faciliter l'accès des visiteurs à la Grande Mosquée et à la Mosquée du Prophète à Médine.


Crise au Liban : les militaires souffrent aussi

Des soldats de l'armée libanaise patrouillent pendant les élections législatives dans la capitale Beyrouth, le 15 mai 2022. (AFP).
Des soldats de l'armée libanaise patrouillent pendant les élections législatives dans la capitale Beyrouth, le 15 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • La crise économique au Liban affecte non seulement les moyens de subsistance des civils, mais aussi ceux du personnel de l'armée libanaise
  • Un soldat a déclaré que la nourriture de la cantine est parfois satisfaisante, mais que d'autres jours, elle ne l'est pas, en raison de l'augmentation du prix des aliments dans le pays

BEYROUTH : La crise économique du Liban découle de décennies de corruption et de mauvaise gestion de la part des élites politiques qui ont dominé le pays. Depuis le début de l'effondrement, les responsables n'ont pratiquement rien fait pour mettre en œuvre les réformes exigées par la communauté internationale afin de débloquer investissements et prêts. La crise affecte non seulement les moyens de subsistance des civils, mais aussi ceux du personnel de l'armée libanaise.

Avant la crise économique, le salaire d'un soldat libanais équivalait presque à 1 380 000 LL, soit environ 920 dollars (856 euros) selon le taux de change officiel. Cependant, avec l'hyperinflation que connaît le Liban, la valeur réelle de ce salaire a atteint un plancher historique de 37$ (34 euros) le 27 mai - avant de remonter à 50$ (46 euros). Ce avec le changement du taux du dollar.

Lors d'une récente interview télévisée sur la chaîne Al Jadeed, un soldat de l'armée libanaise a confié qu'il ne pouvait rien se permettre avec son salaire actuel. Il doit travailler à l'extérieur comme charpentier mécanique et bétonneur afin de survivre. De nombreux soldats sont également contraints de travailler à temps partiel, par exemple en conduisant des taxis ou en travaillant comme livreurs pour gagner un peu d'argent supplémentaire.

Ce soldat a déclaré que la nourriture de la cantine est parfois satisfaisante, mais que d'autres jours, elle ne l'est pas, en raison de l'augmentation du prix des aliments dans le pays.

Selon le soldat, la hausse du prix du carburant les empêche de se déplacer, malgré les efforts déployés pour obtenir des bus pour transporter les soldats à leur poste de travail. L'homme a également souligné que la plupart de ses confrères se sentent fatigués et qu'ils ne peuvent pas s'exprimer.

« Depuis trois ans, je patiente en espérant que cette crise soit résolue, mais je ne peux plus dépendre de ma famille pour vivre », a-t-il déclaré.

Au Liban, tous les passeports des membres du personnel de sécurité, y compris les militaires et les forces de sécurité intérieure, sont retenus au prétexte de les empêcher de fuir le pays. Il y a environ un mois, les autorités libanaises ont suspendu toutes les demandes de renouvellement de passeports pour tous les citoyens du pays, en raison d'une ruée qui a épuisé les stocks de passeports disponibles. Depuis 2020, les demandes de renouvellement de passeport ont été multipliées par dix ce qui a fait monter la pression sur les centres de passeport et « a affecté les stocks de passeports disponibles », a déclaré la Sécurité générale dans un communiqué. Tout citoyen tenté de chercher ailleurs de meilleures conditions de vie, y compris le personnel de l'armée libanaise, ne pourra donc pas le faire de sitôt.


Le président algérien veut «rassembler» pour tourner la page du Hirak

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune arrive au Palais Chigi pour une réunion avec le Premier ministre italien Mario Draghi (non vu), à Rome, le 26 mai 2022. (AFP).
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune arrive au Palais Chigi pour une réunion avec le Premier ministre italien Mario Draghi (non vu), à Rome, le 26 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • A l'approche de la célébration le 5 juillet du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie après 132 ans de colonisation française, le pouvoir a estimé que l'occasion était propice pour tenter d'alléger les crispations
  • L'agence officielle APS a publié un commentaire décrivant M. Tebboune comme un «président rassembleur» qui «met toute son intelligence pour rassembler ceux qui ne pouvaient pas s'entendre par le passé»

ALGER : Trois ans après les manifestations prodémocratie du Hirak qui ont ébranlé le pouvoir, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a lancé une initiative pour briser l'immobilisme politique, dont le succès dépend de gestes concrets face à une opposition sceptique, selon des analystes et des politiciens.

Elu en décembre 2019 pour succéder à Abdelaziz Bouteflika, chassé par un soulèvement populaire inédit, M. Tebboune s'efforce depuis de surmonter la défiance des militants du Hirak et de l'opposition, aux yeux desquels le président de 76 ans, pur produit de l'appareil d'Etat, ne saurait incarner le renouveau attendu par la jeunesse.

Le Hirak, lancé en février 2019 pour réclamer un changement radical du système en place, s'est largement estompé depuis, mais selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), plus de 250 personnes sont toujours emprisonnées en lien avec ce mouvement ou pour des revendications concernant les libertés individuelles.

A l'approche de la célébration le 5 juillet du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie après 132 ans de colonisation française, le pouvoir a estimé que l'occasion était propice pour tenter d'alléger les crispations.

Ainsi, l'agence officielle APS a publié début mai un commentaire décrivant M. Tebboune comme un "président rassembleur" qui "met toute son intelligence pour rassembler des personnes et des parties qui ne pouvaient pas s'entendre par le passé". 

L'Algérie "a besoin de tous ses enfants pour fêter tous ensemble le 60e anniversaire de l'Indépendance", a ajouté l'agence, sans mentionner spécifiquement les militants de l'Hirak. 

Selon elle, "la nouvelle Algérie" de M. Tebboune "tend les bras pour ouvrir une nouvelle page" à "ses enfants".

«Marasme politique»

Les jours suivants, M. Tebboune a rencontré séparément les chefs de plusieurs formations politiques, dont le parti d'opposition le Mouvement de la société de la paix (MSP, islamistes).

Il a publiquement évoqué son initiative pour la première fois à la mi-mai lors d'une rencontre avec des représentants de la diaspora algérienne en marge d'une visite en Turquie, affirmant qu'elle était "nécessaire pour la création d'un front interne soudé".

Il a également annoncé la "tenue d'une rencontre inclusive des partis politiques dans les prochaines semaines", sans en préciser la finalité.

L'initiative a reçu le soutien public de l'influente armée algérienne, un pilier du pouvoir, dont le chef d'état-major Saïd Chanegriha a jugée qu'elle était "en parfaite adéquation avec les aspirations légitimes de notre jeunesse à un avenir meilleur".

"Face aux contraintes croissantes auxquelles il est confronté politiquement, le pouvoir n'a d'autre choix que de s'ouvrir, dans le cadre d'un nouveau processus politique consensuel, pour parvenir à la stabilité qu'il recherche depuis le Hirak", estime auprès de l'AFP l'analyste politique Toufik Bougaada.

"Le pouvoir n'a pas été en mesure de créer une dynamique politique autour de son projet d'Algérie nouvelle. Le marasme politique ainsi que les critiques acerbes concernant la situation des droits humains ont laissé le pouvoir sans réel soutien politique ou populaire", ajoute ce professeur de relations internationales à l'Université d'Alger 3.

«Mesures d'apaisement»

Le chef du parti MSP, Abderrazak Makri, a émis l'espoir après sa rencontre avec M. Tebboune que les Algériens "parviendront à une vision commune garantissant les libertés et une transition politique effective".

Mais Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un parti d'opposition qui avait boycotté les dernières législatives en 2021, a mis en doute les intentions du pouvoir.

"S'il y avait eu une réelle volonté, le pouvoir aurait (..) libéré tous les détenus politiques et prisonniers d'opinion et mis fin aux poursuites arbitraires contre les militants et activistes politiques", a écrit M. Belabbas sur Facebook.

Le professeur de droit et de sciences politiques à l'université d'Alger, Ismail Maaraf, abonde dans le même sens. Selon lui, un "dialogue politique sérieux" requiert des "mesures d'apaisement, avec en tête la libération des détenus politiques et l'ouverture du champ politique et médiatique".

Karim Tabbou, figure du Hirak et chef d'un petit parti d'opposition, a estimé que "le pouvoir n'est nullement préoccupé par la question des détenus du Hirak, rappelant que "le chef de l'Etat peut, à n'importe quel moment prendre des mesures pour leur libération." 

"Le seul et unique problème du pouvoir reste le Hirak. Il s'emploie par toutes les manoeuvres possibles à rendre impossible son retour", a-t-il ajouté sur Facebook.