Rapport minoritaire : une enquête spéciale sur les Juifs du Liban

Une famille juive libanaise réunie pour un mariage à la synagogue Magen Abraham de Beyrouth. (Communauté Juive libanaise)
Short Url
Publié le Dimanche 13 septembre 2020

Rapport minoritaire : une enquête spéciale sur les Juifs du Liban

  • Les Juifs du Liban ont quitté leur pays à regret, contrairement à leurs coreligionnaires dans d’autres pays arabes, mais n’ont jamais oublié le Liban
  • Arab News en français a recherché des membres de la communauté juive libanaise dans la diaspora, et a recueilli leurs témoignages, jusque-là restés inédits

Dans les années cinquante et soixante, le Liban comptait 16 synagogues. Le Liban était alors le seul pays du monde arabe où le nombre de Juifs avait augmenté après 1948. Néanmoins, la guerre des Six-Jours de 1967, ainsi que la longue guerre civile débutée en 1975, ont poussé les Juifs libanais à quitter le pays.

Aujourd’hui, 29 Juifs seulement vivent toujours au Liban et cachent leur identité. Car les Juifs du Liban ont quitté leur pays à regret, contrairement à leurs coreligionnaires dans d’autres pays arabes. Ils se sont retrouvés pris en étau dans une guerre meurtrière, et n’ont pas eu d’autre choix que de fuir.

Cependant, cette communauté n’a pas oublié le Liban. Loin de là. Il suffit de se promener par exemple autour de la région de Gravesend à Brooklyn, aux Etats-Unis, pour retrouver un petit Liban, celui qu’ils ont emporté avec eux.

Il y a quelques mois, Arab News en français a recherché des membres de la communauté juive libanaise dans la diaspora, et a recueilli leurs témoignages, jusque-là restés inédits. « Mes parents ont veillé à ce que nous sachions qui nous étions, confie ainsi Marcel, à Brooklyn. Nous avons grandi dans une maison libanaise. Nous ne mangeons que de la nourriture libanaise : manakish, knefeh, baklavas. Nous ne cuisinons ni hamburgers ni pizzas. Nous connaissons toutes les chansons libanaises par cœur. Dans notre synagogue, nous chantons des prières juives sur les airs de Fairouz. »

Notre enquête coïncide également avec la publication prochaine d'un livre de l'historien Nagi Zeidan, qui documente la présence de chaque famille juive qui a vécu au Liban. Cette aventure, qui s’étale sur vingt-cinq ans, incarne l’histoire de l’ascension et de la chute d’une communauté. Zeidan confie également à Arab News en français comment il a souscrit au départ aux discours antisémites propagés par le parti social nationaliste syrien, et comment les circonstances de la vie et la maturité l’ont amené à porter un autre regard sur la communauté et à l’aimer.

d
Nagi Zeidan inspecte le cimetière juif de Beyrouth après que plusieurs tombes ont été endommagées par le mauvais temps lors d'une tempête hivernale en décembre 2019 (Anwar AMRO/AFP)

« Je suis devenu un autre homme, raconte-t-il. Tous mes amis juifs me respectent et je les respecte. Dans quelques semaines mon livre sur l’histoire des Juifs du Liban sera publié en France, ce sera l’aboutissement de vingt-cinq années de recherches. J’espère que mon témoignage laissera des traces et démontrera qu’il existe des ponts entre les hommes, entre les communautés, et qu’un dialogue est possible ».

Pour lire son témoignage et bien d’autres, plongez dans notre enquête exclusive sur les juifs du Liban et leur histoire si singulière.


Le colonel Behzad Mo'ezzi, pilote de chasse le plus célèbre d'Iran, est mort à Paris à l'âge de 83 ans

En 1979, le colonel Behzad Mo'ezzi a piloté le dernier voyage du shah depuis l'Iran jusqu'en Égypte puis au Maroc en pleine révolution (Photo AN)
Le colonel Behzad Mo'ezzi et Maryam Radjavi, la présidente élue du CNRI (Photo AN)
Le colonel Behzad Mo'ezzi a piloté un vol classé top secret qui a amené en exil le principal dirigeant de l'opposition iranienne, Massoud Radjavi (Photo AN)
Le colonel Behzad Mo'ezzi a effectué plus de 1 200 heures de vol durant la guerre Iran-Irak (Photo AN)
Short Url
  • Le colonel Behzad Mo'ezzi a piloté le dernier vol du shah à destination de l'Égypte puis du Maroc en 1979
  • En 1981, Behzad Mo'ezzi a également piloté l'avion transportant en exil Massoud Radjavi, dirigeant de l’Organisation des moudjahidines du peuple iranien

PARIS : Le colonel Behzad Mo'ezzi est l'un des pilotes iraniens les plus célèbres de la prérévolution: il a piloté le dernier voyage du shah depuis l'Iran jusqu'en Égypte puis au Maroc, en pleine révolution de 1979. Il est décédé le 10 janvier, dans un hôpital parisien,  à l'âge de 83 ans. Selon le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), il est décédé d'une leucémie. 

Le colonel Behzad Mo'ezzi a servi dans l'armée de l'air iranienne pendant près d'un quart de siècle. Ce pilote décoré, qui affichait le plus grand nombre d'heures de vol à l'époque, a été choisi par le commandant de l'armée de l'air iranienne pour devenir le pilote personnel du shah. 

C'est en pilotant un vol classé top secret qu'il est de nouveau entré dans l'histoire. Ce vol a permis de conduire en exil le principal dirigeant de l'opposition iranienne, Massoud Radjavi, ainsi que le premier président de la république islamique, tous deux recherchés par la théocratie qui venait tout juste de s’établir. 

«Je serai toujours redevable à cet homme, pour la grande mission patriotique qu'il a accomplie quand il a emmené Massoud Radjavi en lieu sûr», déclare Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI. 

Ainsi, le colonel Mo'ezzi est devenu la principale cible des services de sécurité et de renseignement du régime iranien, dont la Force Al-Qods. 

Né le 6 février 1938 à Téhéran, il est issu de la dynastie royale des Qajar, ses grands-parents étant de riches propriétaires terriens. Son père, le lieutenant général Mahmoud Mo'ezzi, était un officier de police de haut rang mais aussi «un père aimant». 

Le colonel Mo'ezzi avouera plus tard, se rappelant son enfance, que son père a marqué sa vie. Fils aîné, ce dernier avait «un cœur d'or», raconte-t-il. Sa mère a dû prendre en charge les comptes de la famille, de crainte que son aîné n'en fasse don à des œuvres de charité. 

Au début des années 1950, il a fait ses études secondaires au plus fort du mouvement, conduit par le leader nationaliste et charismatique Mohammed Mossadeq, de nationalisation du pétrole en Iran. Mo'ezzi s’affirme alors politiquement comme un disciple de Mossadeq et comme un fervent défenseur de la patrie. 


Netanyahu en opération séduction inédite auprès des Arabes israéliens

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu (Photo, AFP)
Short Url
  • Aux dernières législatives (mars 2020), la « Liste unie » des partis arabes, dont le slogan était «renverser Netanyahu», a récolté 87,2% des voix des Arabes israéliens
  • A Nazareth, le Premier ministre a assuré avoir «davantage investi dans les localités arabes que tous les gouvernements de l'histoire d'Israël réunis»

JÉRUSALEM: « Une nouvelle ère commence aujourd'hui ». A l'approche des législatives de mars, Benjamin Netanyahu courtise pour la première fois les Arabes israéliens, une population que le Premier ministre israélien a longtemps vilipendée mais qui pourrait cette fois-ci changer la donne en sa faveur.  

Lors d'une rare visite la semaine dernière à Nazareth, plus grande ville arabe d'Israël, M. Netanyahu a présenté ses excuses pour ses déclarations visant cette communauté, qui représente environ 20% de la population.  

Il n'a pas hésité ces dernières années à appeler ces descendants des Palestiniens, restés sur leurs terres après la création d'Israël en 1948, de « soutiens du terrorisme », ou autres qualificatifs considérés comme racistes par les concernés.  

Ce chapitre là est clos, a assuré le Premier ministre, en campagne électorale pour les législatives du 23 mars --les quatrièmes en moins de deux ans-- promettant « une nouvelle ère de prospérité, d'intégration et de sécurité ».  

Le Premier ministre, qui s'est aussi déplacé dans d'autres localités arabes, a promis de lutter contre la criminalité dans les secteurs arabes et d'y augmenter les budgets municipaux.  

Le maire de Nazareth Ali Salam lui a apporté son soutien mais des dizaines de manifestants s'étaient rassemblés pour signaler à M. Netanyahu qu'il n'était pas »le bienvenu » chez eux.  

Les Arabes israéliens se disent victimes de discrimination, notamment depuis que le Parlement a adopté en 2018 une loi définissant Israël comme »l'Etat-nation du peuple juif » et conférant aux Juifs le droit »unique » à l'autodétermination.  

1
Benyamin Nétanyahou revendique la victoire aux législatives 2020 (Photo, AFP)

« Un Netanyahu différent »   

Lors des élections en 2015, M. Netanyahu avait joué sur les peurs à droite en brandissant, le jour même du scrutin, le spectre d'électeurs arabes se rendant aux urnes « en masse ». Il s'était attiré les critiques, jusqu'au président américain de l'époque Barack Obama, et avait présenté des excuses, après les élections.  

« Il ne fait aucun doute que nous avons vu un Netanyahu différent ces dernières semaines », écrit le quotidien israélien Yediot Aharonot.  

Ce changement de stratégie s'explique par sa prise de conscience que plus il incite à la haine envers les Arabes, plus leur taux de participation aux élections est élevé, estime le journal.  

Aux dernières législatives (mars 2020), la « Liste unie » des partis arabes, dont le slogan était « renverser Netanyahu », a récolté 87,2% des voix des Arabes israéliens, soit 15 sièges.  

Ces derniers ont ensuite apporté leur soutien au rival de M. Netanyahu, le centriste Benny Gantz, avec lequel le Premier ministre a toutefois mis sur pied un gouvernement d'union au printemps pour mettre fin à la paralysie politique, jusqu'à la dissolution du Parlement début décembre.  

Selon un sondage publié vendredi par le journal Maariv, le camp de droite mené par M. Netanyahu pourrait obtenir 60 sièges en mars. Selon une source du Likoud citée par le quotidien, il pourrait obtenir deux sièges supplémentaires grâce aux votes arabes engrangés à la suite de son opération séduction.  

Or, d'après le système électoral israélien, il faut 61 sièges pour pouvoir former un gouvernement.  

Détecteur de mensonges  

Selon Amal Jamal, professeur de sciences politiques à l'université de Tel-Aviv, M. Netanyahu veut « engranger des votes arabes mais souhaite surtout affaiblir la +Liste unie+. »  

Et l'alliance semble se craqueler: M. Netanyahu s'est rapproché de Mansour Abbas, un membre de la liste arabe qui s'est abstenu de voter sur la dissolution du Parlement, un geste interprété comme un signe de soutien envers le Premier ministre.  

D'après les derniers sondages, la Liste arabe ne devrait récolter que onze sièges en mars.  

Pour Yoav Stern, un analyste israélien, le candidat Netanyahu « veut semer la confusion chez les électeurs arabes », pour qu'ils « se disent que tous les partis se valent et qu'il n'y a pas de raison d'aller voter ».  

Autre élément: « Netanyahu s'est rendu compte que ceux qui récoltaient les fruits de son incitation à la haine envers les Arabes étaient les partis de colons dirigés par Bezalel Smotrich et Naftali Bennett », hérauts de la droite radicale israélienne, estime Jafar Farah, directeur du centre Mossawa, une ONG qui défend les droits des Arabes israéliens.  

A Nazareth, le Premier ministre a assuré avoir « davantage investi dans les localités arabes que tous les gouvernements de l'histoire d'Israël réunis ».  

« Si on soumet Netanyahu à un polygraphe, l'appareil brûlera car il ne pourra pas avaler tant de mensonges », a raillé le député arabe israélien Ahmad Tibi. 


Le ministre chypriote des AE accuse la Turquie de recourir à la diplomatie de la canonnière

Le ministre chypriote des Affaires étrangères Níkos Khristodoulídis a évoqué l'importance du rôle de l'Arabie saoudite dans la résolution des défis qui accablent la région. (Photo, AN)
Short Url
  • «De plus en plus de pays réalisent que nul résultat ne peut être obtenu dans la région sans une intervention active de la part de l'Arabie saoudite»
  • Les discussions autour de la sécurité régionale ont constitué un moment critique de la visite, qui comprenait aussi des rencontres avec son homologue saoudien Faisal ben Farhan

RIYAD: Le rôle croissant de l’Arabie saoudite dans la résolution des problèmes régionaux est applaudi par le ministre chypriote des affaires étrangères Níkos Khristodoulídis, en visite à Riyad.

«De plus en plus de pays réalisent que nul résultat ne peut être obtenu dans la région sans une intervention active de la part de l'Arabie saoudite, rouage critique de toute solution», a déclaré Mardi Khristodoulídis à Arab News. «Nous en avons toujours eu l’intime conviction, et nous sommes heureux de voir davantage de pays le reconnaitre», a-t-il affirmé.

La relation entre Riyad et Nicosie se renforce depuis quatre ans, date de la réouverture des ambassades dans les capitales respectives.

Khristodoulídis estime que travailler ensemble aux niveaux bilatéral, régional et européen a «concrétisé un grand nombre de réalisations» durant cette période.

La mise à jour de l’entente au sujet du trafic aérien est une percée majeure, a-t-il souligné.

Le ministre a fait part de son souhait d’élargir la discussion et vers une véritable médiation afin de promouvoir les intérêts communs à toute la région.

Le chef des diplomates confie que «Chypre est membre de l'UE, mais notre pays est ancré dans la région et ce que nous voulons faire, c'est sensibiliser Bruxelles à cette partie du monde et à l'Arabie saoudite en particulier». «Souvent, j’ai le sentiment que les pays Européens ne connaissent pas la région, ils en parlent sans vraiment la connaitre», avoue-t-il.

Les discussions autour de la sécurité régionale ont constitué un moment critique de la visite, qui comprenait aussi des rencontres avec son homologue saoudien Faisal ben Farhan.

«Nous avons examiné les différents moyens de renforcer notre coopération en matière de sécurité car cette question nous préoccupe tous sans exception», explique Khristodoulídis. «Nous avons discuté des moyens de renforcer la coopération régionale, non seulement avec les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, mais aussi avec l'Égypte et la Grèce», a-t-il révélé.

Il ajoute que les pays de la région partagent les mêmes valeurs. Ils doivent par conséquent s’unir afin de faire face aux défis «et discuter des énormes opportunités économiques et d'investissement disponibles».

«Le but de ma visite aux Émirats Arabes Unis et en Arabie Saoudite, c'est de transmettre le bon récit et la bonne image à mes collègues à Bruxelles. Parfois, lors de nos discussions dans l’UE et même à Bruxelles, j’ai l’impression qu’ils ne connaissent absolument pas la région».

Selon Khristodoulídis, «envoyer un message commun» à la nouvelle administration Biden est primordial. «Nous avons des défis communs, et des menaces communes. En même temps, notre région n'est plus ce qu'elle était sous l'administration Obama.

Nous constatons que beaucoup de hauts responsables de l’ère Obama décrochent des postes clés au sein de l’administration Biden. Nous devons donc leur envoyer un message unique afin d'éviter les erreurs du passé».

S’exprimant sur les changements en cours en Arabie saoudite, Khristodoulídis se réjouit de «le constater sur les visages mêmes des gens, et, pour moi, c'est le plus important achèvement. Je suis vraiment étonné par les transformations radicales dans le royaume».

Le ministre des Affaires étrangères a accusé la Turquie de «faire usage de la diplomatie des canonnières afin de promouvoir ses intérêts», faisant référence à l’exploration énergétique turque au large de Chypre. «Lorsque le président (Recep Tayyip) Erdogan a été élu la première fois, les relations d’Ankara avec les autres pays étaient très différentes. La Turquie n'avait aucun problème avec ses voisins», a-t-il dévoilé.

Il ajoute : «Mais les choses ont changé, et à une vitesse incroyable au cours des huit dernières années. Nous nous retrouvons aujourd'hui avec (une Turquie) qui a des problèmes avec tous ses voisins ou presque. Nous ne pouvons pas changer la géographie comme nous ne pouvons pas changer nos voisins. Mais nous sommes toujours prêts à discuter de toutes les questions autour d’une table des négociations».

Khristodoulídis rappelle que Chypre a signé un accord qui détermine les frontières maritimes avec l'Égypte, le Liban et Israël sur la base du droit international et de la convention de l'ONU de 1982 sur le droit de la mer. Mais lorsque nous avons demandé à Ankara de discuter afin d’établir une entente sur les zones maritimes, la Turquie a refusé toutes nos propositions».

Le ministre se demande en fin de compte «si la Turquie est à l’aise avec sa position intransigeante. Pourquoi les responsables turcs refuseraient-ils de discuter avec Chypre, membre de l'UE et de l'ONU?».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Chypre attache une «grande importance à la région du Golfe»
Par Rebecca Anne Proctor & Arnab Neil Sengupta -
Visite d'Erdogan dans le nord de Chypre: Nicosie dénonce une «provocation"
Par AFP -