Les «Handi-CAPABLES» algériens brillent à Tokyo

L'équipe algérienne arrive lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 au stade olympique de Tokyo le 24 août 2021.
L'équipe algérienne arrive lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 au stade olympique de Tokyo le 24 août 2021.
Short Url
Publié le Mercredi 15 septembre 2021

Les «Handi-CAPABLES» algériens brillent à Tokyo

  • «Ces résultats laissent augurer le meilleur dans trois ans»
  • Douze médailles dont quatre en or et deux nouveaux records du monde à la clef

ALGER: Après la débâcle des athlètes algériens aux jeux Olympiques (JO) de Tokyo, voilà que les champions de handisport rendent le sourire aux Algériens, en honorant de fort belle manière l'Algérie.

Avec une belle moisson de médailles, ces athlètes ont pu, par leurs belles performances, sauver la face du sport algérien. Il faut dire qu’un sentiment de déception dans le public des JO était bien présent, et pour cause, l’Algérie n’a gagné aucune médaille! De quoi soulever des questions sur la qualité des préparatifs, sur la sélection des sportifs, et sur la politique de formation sportive et des infrastructures.

Le hiatus entre les attentes et les réalisations était si important que les Algériens ont ironisé sur les réseaux sociaux: «L'Algérie a envoyé une délégation de handicapés aux olympiades, et des sportifs chevronnés pour les jeux Paralympiques», pouvait-on lire sur Facebook.

Bravo les champions

Les «Handi-CAPABLES», comme beaucoup d’Algériens préfèrent les appeler, ont réussi leur pari en totalisant douze médailles, dont quatre en or, quatre en argent et quatre en bronze avec à la clef deux nouveaux records du monde dans l’épreuve du 400 mètres T13 masculin ainsi que l’épreuve du lancer de poids F57.

«La récolte est bonne», c’est par ces mots que le directeur de l’organisation sportive auprès de la Fédération algérienne handisport (FAH), Mansour Ait Saïd, qualifie les résultats de la délégation algérienne aux jeux Paralympiques de Tokyo.

D'une conscience clivée entre «conditions de préparation perturbées par les effets de la crise sanitaire» et «la faiblesse des ressources financières provenant uniquement de deux départements de la Jeunesse et des Sports», M. Ait Saïd explique d'emblée que «le financement demeure le nerf de la guerre». La rhétorique du directeur de la FAH est expressive: «Les grandes entreprises publiques doivent réfléchir à des stratégies de sponsoring ciblant cette catégorie de sportifs.»

Il indique dans ce sillage que les autorités publiques ont octroyé un budget de 17 milliards de dinars (1 dinar = 0,0062 euro) sur huit mois de préparation, en parallèle à l'assistance technique assurée par les cadres du ministère.

Notre interlocuteur a exprimé sa déception quant à la faiblesse des moyens nécessaires pour la préparation en comparaison avec les catégories de sports valides. Il appelle carrément les instances concernées à appliquer l’égalité des chances entre les athlètes olympiques et paralympiques.

Il affirme néanmoins qu'en dépit des difficultés, liées notamment à la fermeture de l'espace aérien, qui a retardé la préparation spéciale à l’étranger, «les athlètes ont trouvé quand même une possibilité de poursuivre les entraînements physiques au niveau des infrastructures dédiées aux sportifs aux besoins spécifiques», tient-il à préciser.

Rajeunissement de l’effectif

Réclamant un effort extrême pour fédérer toutes les énergies afin d'améliorer le rendement des athlètes, M. Ait Saïd fait part de son optimisme quant à ce qu'il qualifie de «grand virage». Il s'agit selon lui «du rajeunissement de l'effectif de la FAH». Car, poursuit-il, «pour certains athlètes, c'était la première participation à une compétition aussi importante que cruciale dans le parcours sportif». Avec ce que cela exige tant sur le plan physique que psychique.

S'agissant du nombre d’athlètes retenus pour la compétition (cinquante-sept athlètes seulement), M. Ait Saïd précise que la sélection est déterminée par le nombre de qualifiés dans les différentes catégories.

«Que de bonheur à l'avenir», c'est sur ce ton optimiste que M. Ait Saïd évoque la volonté de combat qui anime les pépites de la FAH que les Algériens vont pouvoir découvrir à l'avenir lors de futures compétitions internationales.

Redoubler d’efforts pour Paris 2024

Sollicité également par Arab News en français, M. Kelfat Abdelkader, journaliste de Algérie Presse Service (APS) et spécialiste du handisport, a tenu à saluer la belle performance de ces athlètes armés de volonté: «Ce sont les moins honorés qui nous honorent le plus, cela n’a jamais été autant une question de capacités physiques que de volonté et de détermination envers les objectifs», déclare-t-il.

Kelfat Abdelkader évoque un bilan encourageant, mais perfectible, surtout à trois ans des Jeux de Paris: «Ces résultats laissent augurer le meilleur dans trois ans», espère-t-il. Les bons résultats obtenus à Tokyo ne doivent toutefois pas occulter les maux dont souffre le mouvement paralympique, notamment le manque de moyens et de professionnalisation des athlètes.

Le spécialiste du handisport appelle les autorités concernées à redoubler d’efforts afin d’assurer un accompagnement optimal et efficient à cette catégorie de sportifs avec pour objectif une place dans le top 10 des nations en 2024. «Ils en sont capables, il faut mettre toutes les chances de leurs côté», persiste le journaliste.

Il s’agit selon lui d’optimiser tous les paramètres de la performance ainsi que d’intensifier la formation et surtout continuer à chercher ces «surdoués» afin de leur donner la chance de devenir un champion ou une championne paralympique pour Paris 2024.

Notons que l’Algérie s’en est bien sortie lors de ces jeux Paralympiques, en terminant à la 29e position sur 86 pays classés au tableau final des médailles, dominé, comme attendu, par la Chine, pour la cinquième édition de rang.

Les résultats obtenus par les Algériens leur ont également permis de se hisser à la deuxième place des classements des pays arabes et africains, un nouvel exploit qui confirme le mérite de nos champions de monter sur les podiums.


Les forces saoudiennes et les Marines américains débutent un exercice d'entraînement conjoint à Yanbu

L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
Short Url
  • Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes
  • L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles

RIYAD: Les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains ont lancé samedi un exercice d'entraînement conjoint le long de la côte de la mer Rouge dans la ville occidentale de Yanbu, a déclaré le ministère de la Défense du Royaume.

L’exercice baptisé «Outrageous Anger 22» (Colère 22) a été inauguré en présence du commandant du secteur occidental, le général de division Ahmed al-Dibais, du commandant de la marine américaine, le général de division Paul Rock, et des officiers supérieurs des deux parties.

Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes.

Le colonel Saoud al-Aqili a indiqué que le but de l'exercice qu'il commande lui-même était de s'entraîner à la mise en œuvre des plans opérationnels et logistiques bilatéraux, de faire un échange d'expertise entre les deux parties et de développer un travail complémentaire avec les autorités civiles.

Par ailleurs, le colonel Matthew Hakula, commandant des forces américaines, a précisé que les manœuvres conjointes permettraient d'améliorer la préparation au combat et de renforcer la compatibilité entre les troupes saoudiennes et américaines.

L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incendie dans une église au Caire, le bilan monte à 41 morts selon l'Église copte égyptienne

Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Short Url
  • Cet incendie, dont l'origine n'a jusqu'ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba
  • Le président Sissi présente ses condoléances «aux familles des victimes innocentes»

LE CAIRE : Un incendie qui s'est déclenché dimanche au beau milieu d'une messe dans une église d'un quartier populaire du Caire a fait 41 morts, endeuillant la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient avec 10 à 15 des 103 millions d'Egyptiens.

L'Eglise copte égyptienne a fait état de "41 morts et 14 blessés" en citant "des sources au sein du ministère de la Santé", dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

Cet incendie, dont l'origine n'a jusqu'ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba

L'incident a incité le président Abdel Fattah el-Sisi à demander aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires.

Au moins 30 ambulances ont transféré les blessés vers les hôpitaux locaux, a déclaré le porte-parole du ministère de la santé, Hossam Abdel Ghaffar, cité dans un rapport du site d'information public Ahram.

Les blessés, selon le rapport, ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Sisi a déclaré sur un post facebook qu'il suivait de près les développements de cet "accident tragique" et a ordonné à toutes les agences et institutions étatiques concernées de prendre les mesures nécessaires.

"Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes innocentes", a déclaré le président égyptien. (Avec agences)


Irak: sommée par Sadr, la justice se dit incompétente pour dissoudre le Parlement

Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Short Url
  • L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination
  • Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse

BAGDAD : La justice irakienne a assuré dimanche dans un communiqué ne pas avoir le droit de dissoudre le Parlement, comme le réclame l'influent leader chiite Moqtada Sadr, qui lui avait fixé un délai d'une semaine et poursuit son bras de fer politique avec ses adversaires.

M. Sadr a sommé la justice de dissoudre le Parlement d'ici la fin de la semaine pour ouvrir la voie à des législatives anticipées, alors que ses partisans campent depuis fin juillet aux abords du Parlement pour faire pression sur ses rivaux, les influentes factions chiites pro-Iran du Cadre de coordination.

M. Sadr avait justifié cet appel à la justice en rappelant que tous les délais impartis par la Constitution pour nommer un nouveau président et un nouveau chef du gouvernement n'avaient pas été respectés après les dernières législatives d'octobre 2021.

«Le Conseil suprême de la magistrature n'est pas compétent pour dissoudre le Parlement», a annoncé l'institution judiciaire dans un communiqué, précisant que ses prérogatives «ne l'autorisent pas à s'ingérer dans les affaires des deux pouvoirs législatif et exécutif, en application du principe de séparation des pouvoirs».

Selon la Constitution, une dissolution du Parlement doit être actée par un vote à la majorité absolue. Elle peut être demandée par un tiers des députés, ou par le Premier ministre avec accord du président de la République.

Le Conseil suprême de la magistrature est d'accord avec les critiques de M. Sadr, concernant «les violations constitutionnelles» que représentent «la non-élection d'un président de la république, d'un Premier ministre et l'absence de gouvernement formé dans les délais constitutionnels impartis».

«C'est une situation inacceptable à laquelle il faut remédier et qui ne doit pas être répétée», ajoute le communiqué.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse, sans toutefois jamais laisser la situation basculer dans la violence.

Evoquant sur Twitter ces deux sit-in, un proche de M. Sadr, Saleh Mohamed al-Iraqi, a estimé qu'il était temps de montrer «lequel des deux camps a le plus grand nombre» de soutiens parmi le peuple.

Il a appelé tous les partisans de M. Sadr à travers le pays à rallier Bagdad pour une «manifestation d'un million d'hommes» dont la date n'a pas encore été dévoilée.